Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Carl Menger, Principes d’économie...

Carl Menger, Principes d’économie politique

Stéphane Olivesi
Principes d'économie politique
Carl Menger, Principes d'économie politique, Paris, Seuil, coll. « Économie humaine », 2020, 816 p., éd. critique Gilles Campagnolo, préf. Bertram Schefold, ISBN : 9782021414400.
Haut de page

Texte intégral

1Les historiens de la pensée économique s’accordent pour attribuer une place essentielle à Carl Menger dans la genèse de cette science et, en particulier, à son œuvre majeure Principes d’économie politique, parue en 1871 à Vienne. Ils la classent parmi les ouvrages fondateurs de la théorie néo-classique à côté de ceux de Léon Walras, Études d’économie pure (1874), en France et Stanley Jevons, Theory of Political Economy (1871), en Angleterre. C’est dire l’importance de cette œuvre mais aussi l’étrange méconnaissance de celle-ci, qui découle tout simplement de l’absence d’édition critique. Le travail éditorial entrepris par Gilles Campagnolo doit, à ce titre, être salué. Il revêt plusieurs dimensions. Tout d’abord, l’établissement du texte de cette nouvelle édition repose sur la traduction de la première édition de 1871 (et non de la seconde, éditée en 1923 par son fils, après la mort de Carl Menger) et comporte, conformément aux annotations laissées par l’auteur lui-même sur un exemplaire du livre conservé au Japon, l’intégralité des corrections et ajouts que Menger lui-même souhaitait apporter ; pour cette raison, les lecteurs allemands et anglais ne disposent pas, à ce jour, d’une édition comparable. Ce travail éditorial s’accompagne ensuite d’un abondant appareillage critique, permettant d’éclairer le lecteur sur les concepts fondamentaux et leur traduction mais aussi sur l’environnement intellectuel dans lequel la pensée de Menger vit le jour. Enfin, Gilles Campagnolo propose plus qu’un texte de présentation ou d’introduction à la lecture des Principes d’économie politique : un véritable essai d’environ 250 pages, visant à situer le texte dans son contexte, à en expliciter à la fois les apports, en regard de sa postérité dans l’histoire de la pensée économique, et les postulats fondamentaux.

2C’est d’ailleurs ce travail d’explicitation qui fera principalement l’objet de la présente note de lecture car il conduit à réactiver la problématique plus spécifique de la réception de la pensée économique « pure » dont Menger fut le promoteur, dans le cadre général des sciences sociales et, en particulier, de la sociologie économique contemporaine. En bref, faut-il lire ou relire Menger dès lors que les postulats ou principes philosophiques (conceptions de l’individu, de l’utilité et du besoin, de l’échange marchand) sur lesquels repose son œuvre s’avèrent a priori irrecevables pour le chercheur en sciences sociales qui engage très souvent des postulats contraires (diversement hérités de Durkheim, Weber, Marx…) ? On répondra par l’affirmative sans pour autant minimiser le problème, en cherchant à mettre en lumière les principaux apports et les enseignements susceptibles d’être retenus.

3Pour cela, peut-être faut-il partir de la conception marginaliste de la valeur, qui marque une rupture claire avec les conceptions classiques de l’économie politique. La méthode marginaliste se fonde sur la notion d’utilité marginale qui vise à lier la valeur à l’utilité correspondant à la dernière unité d’un bien ou d’un service échangé. Elle se détourne par conséquent d’une recherche « objectiviste » cherchant à déterminer une origine de la valeur matérialisée dans l’objet de l’échange, soit en raison de son utilité (valeur d’usage), soit en raison de la quantité de travail requise par sa production, pour se centrer sur la dimension « subjective » de l’échange qui conduit l’individu à accorder une valeur à l’objet en fonction d’un besoin conjoncturel. La valeur relèverait par conséquent de l’évaluation et non de ce qui est évalué. L’intérêt de ce postulat consiste à rompre avec le réalisme sommaire qui cherche dans l’objet une sorte de fondement de la valeur, mais sa radicalité conduit à souligner une forme de cécité partielle sur la réalité même de la construction de la valeur, ne serait-ce que parce que l’on peut supposer que rares sont les cas d’objet d’échange dont la valeur est totalement coupée de la réalité matérielle de la chose échangée. L’exemple de l’eau, rappelé par Gilles Campagnolo (p. 122), selon lequel « l’eau reste l’eau » même si la soif ressentie diminue dès le premier verre consommé, illustre la variation possible du besoin, fondant l’attribution subjective d’une valeur, mais n’infirme nullement l’existence d’une valeur matérialisée dans l’objet, dépendant soit de la quantité de travail à fournir pour le produire, soit de la construction sociale d’une désirabilité de cet objet, soit encore de sa rareté naturelle ou construite (p. 438-439).

4La radicalité de la thèse marginaliste invite aussi à s’interroger sur la conception mengerienne du besoin, qui renvoie à l’individu, érigé en fondement libre et souverain de la rationalité économique. La théorie pure déjoue l’objection puisqu’elle se satisfait de considérer que tout acteur agit ainsi en fonction de ce qu’il perçoit et ressent comme besoin devant être satisfait, sans que l’on ait à juger de l’extérieur de la pertinence ou de la justesse de l’appréciation de ce besoin, voire de son conditionnement par quelques facteurs sociaux ou psychologiques. Mais l’on peut aussi pointer la limite, pour ne pas dire l’idéalisme, de la théorie pure qui fait de l’individu un être en soi, sa pensée et son comportement échappant à toute détermination. L’acteur « pur » de la théorie « pure » constitue le fondement de la rationalité économique « pure » propre au monde des idées économiques mais, dans le monde réel, l’acteur économique « contraint » cherche à satisfaire des besoins « contraints » en fonction d’un ordre social et économique « contraignant ». Sa subjectivité risque dès lors de paraître bien relative et sans véritable incidence sur un comportement économique modelé par le jeu des contraintes, et ne plus pouvoir dès lors être tenue pour le point d’ancrage de sa rationalité.

5On peut donc ne pas souscrire aux postulats de l’économie politique mengerienne mais cela n’interdit pas de reconnaître l’intérêt d’une démarche spéculative visant à expliciter des principes fondateurs d’une analyse économique « pure », et cela n’interdit pas non plus de saisir ce que certains concepts peuvent apporter à la compréhension des phénomènes économiques « impurs », au sens où, conjointement, ils se définiraient par des déterminations relevant d’un ordre autre qu’économique et ils porteraient en eux la trace indélébile de leur conditionnement empirique. C’est que la théorie de Menger est à la fois positiviste en ce qu’elle vise une connaissance comparable en rigueur à celle de la physique, cherchant à mettre au jour des lois de l’activité humaine, et critique en un sens kantien, ce qu’elle ramène invariablement à une interrogation sur les conditions de possibilité de la connaissance. Théorique, la démarche s’émancipe des propositions pratiques, du recueil de faits, pour en extraire ensuite quelques vérités conjoncturelles. Elle part inversement de considérations premières, notamment sur ce qui différencie une chose d’un bien, et cette distinction n’est pas que nominale parce qu’il s’agit de scruter ce qui amène l’individu à satisfaire un besoin qui, pour cela, va impliquer outre un certain rapport à la chose transformée, la sollicitation éventuelle d’un tiers pour y parvenir. La connaissance s’élabore ainsi en se basant sur la recherche et l’explicitation de lois et de règles générales, et non à partir d’inductions plus ou moins hasardeuses.

6Contrairement à Walras, le recours aux mathématiques ne s’impose pas parce que l’explicitation de ces lois et de ces règles peut parfaitement s’opérer en recourant au langage naturel, à la condition toutefois de le faire avec la rigueur et la méthode requises par le raisonnement scientifique. Le problème que pose un tel raisonnement, tout comme le raisonnement mathématique d’ailleurs, réside dans son formalisme qui exclut les facteurs sociaux, historiques et culturels afin d’expliciter les comportements économiques et leur rationalité à partir du « besoin », non pas tel qu’il peut être éprouvé par certains individus sous des formes déterminées selon les circonstances, mais en tant que principe universel. La discussion de cette conception essentialiste qui conduit son auteur à hiérarchiser les besoins déborde le cadre de la seule pensée économique pour s’étendre à l’anthropologie et à la métaphysique, qui ne sont point étrangères à la pensée de Menger, soucieux d’ancrer le raisonnement économique sur des conceptions « justes » de l’homme et de ce qui l’anime. Mais là où certains philosophes prennent comme point de départ et comme base de leur raisonnement l’inégalité parmi les hommes ou la violence de tous contre tous, Menger pose le rapport économique, c’est-à-dire l’appréciation par les hommes de leurs besoins et des biens nécessaires pour les satisfaire, les conduisant à la fois à transformer des choses en biens et à devoir coopérer. Tous les développements ultérieurs, dont les justifications formelles de la propriété privée, en découlent.

7Le lecteur contemporain formé aux sciences sociales, aux subtilités de l’histoire ou à d’autres sources philosophiques que celles mobilisées par Carl Menger ne pourra donc qu’éprouver de grandes réserves à la lecture de certains développements basés sur des prémisses pour le moins discutables. Il reste que l’on dispose au travers de son œuvre de l’un des exposés les plus clairs, les plus « purs » – si l’on s’autorise le jeu de mots – de l’un des courants majeurs, (dominants ?) de la pensée économique. Et à moins de rejeter l’économie comme science parce qu’il n’existerait tout simplement pas de phénomènes économiques explicables par eux-mêmes, c’est-à-dire exclusivement par des facteurs économiques, force est de suivre la pensée de Menger à la fois dans son ambition à expliciter les fondements de la connaissance propre à cette science et dans la capacité analytique de cette pensée méticuleusement déployée à expliciter la logique des phénomènes qu’elle scrute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Carl Menger, Principes d’économie politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49650

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search