Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Jean-Baptiste Fressoz et Fabien L...

Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, Les révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique (XVe-XXe siècle)

Paul Mayens
Les révoltes du ciel
Jean-Baptiste Fressoz, Fabien Locher, Les révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique (XVe-XXe siècle), Paris, Seuil, coll. « L'Univers historique », 2020, 320 p., ISBN : 978-2-02-105814-7.
Haut de page

Texte intégral

1« C’est l’une de ces trouvailles qui surprend l’historien puis décide d’une enquête – et parfois d’un livre. Dans notre cas, elle a pris la forme d’un carton bourré de documents puis d’un second exhumés des archives de Météo France et de l’Académie des sciences de Paris ». (p. 141). C’est en se plongeant dans l’étude d’une enquête de 1821 sur le changement climatique commandée par le ministère de l’Intérieur que Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, tous deux chargés de recherche au CNRS et membres du Groupe de recherche en histoire environnementale (GRHE), décident de se lancer dans l’écriture du présent ouvrage. Dans ces cartons, ils découvrent, non sans étonnement, des milliers de notes traduisant une inquiétude climatique réelle chez les Français du début du XIXe siècle ainsi que la croyance partagée en un agir humain sur le climat, fondé notamment sur la gestion des forêts et la maîtrise du cycle de l’eau. À partir de ce constat initial, les auteurs s’opposent à l’idée très répandue selon laquelle l’intérêt pour le changement climatique et la volonté d’influer sur son cours sont des phénomènes propres à la fin du XXe siècle. S’appuyant sur un corpus de sources extrêmement variées (textes scientifiques, enquêtes administratives, récits de voyage, pièces de théâtre), les auteurs retracent alors la généalogie de ces discours sur le climat – depuis le XVe siècle jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale – et interrogent leur rôle dans les bouleversements politiques et sociaux de leur époque.

  • 1 Grove Richard, Green Imperialism. Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Envi (...)

2D’emblée, Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher précisent les dix thèses qui structurent leur ouvrage. Il s’agit d’abord pour eux de montrer que les élites scientifiques se sont toujours intéressées à l’origine du changement climatique. Dans les sociétés qu’ils étudient, cet intérêt se conjugue à une croyance plus générale en un agir climatique humain via la maîtrise du cycle de l’eau. De plus, la possibilité d’un changement anthropique du climat apparaît pour les auteurs au cœur du projet colonial européen, au XVIe comme au XIXe siècle. Ils s’attachent également à montrer que les débats scientifiques autour du changement climatiques sont mobilisés dans le cadre de luttes politiques, notamment celles qui concernent le droit de propriété ou la régulation de la nature. Pour Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, les changements climatiques observés sont pensés à l’échelle globale dès l’époque moderne – cette focale n’étant donc pas une spécificité contemporaine. Leur ouvrage se positionne également en rupture par rapport à la thèse classique de Richard H. Grove sur le Green Imperialism1, selon laquelle l’inquiétude environnementale naît chez les administrateurs coloniaux au XVIIIe siècle. Pour Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, c’est bel et bien à partir de la Révolution française que la figure de l’effondrement climatique s’impose. De ce fait, la France occupe une place centrale dans les débats sur le changement climatique, et ce tout au long du XIXe siècle. Cette idée d’effondrement est alors instrumentalisée pour gouverner les usages populaires de la nature et discipliner des populations rurales contestant les régulations nouvelles qui leur sont imposées, en Europe comme dans le cadre colonial. Ces débats sur la menace climatique sont, pour les auteurs, indissociables de l’essor du capitalisme libéral en France et de la question de la gestion des biens communs que sont par exemple les forêts. Enfin, l’ouvrage souligne que les sociétés européennes, du fait du développement technique et de la marginalisation des théories sur le rôle climatique des forêts, se sont rendues à la fin du XIXe siècle insensibles à la menace du changement climatique, ouvrant ainsi une parenthèse dans l’histoire des sociétés occidentales, laquelle dure jusqu’aux années 1970.

  • 2 Aujourd’hui appelée île Maurice.

3L’ouvrage s’articule autour de seize chapitres dont la progression est très largement chronologique et intègre, à des degrés divers, ces différentes thèses. Les deux premiers chapitres sont ainsi centrés sur la conquête de l’Amérique et la croyance des colons européens en la possible amélioration du climat américain via le défrichement des forêts. Ici, le changement est non seulement perçu comme possible mais également comme un élément positif, symbole de la faveur divine et de l’action civilisatrice des colons. Cette croyance s’enracinant par exemple chez Christophe Colomb dans l’expérience du choc écologique auquel celui-ci a assisté à Madères. Les chapitres trois et quatre analysent quant à eux la place du climat dans un champ scientifique en formation et montrent comment une véritable climatologie historique se développe à la fin du XVIIIe siècle, notamment autour des travaux de Buffon, Giuseppe Toaldo, ou encore Charles Meissier, pour lesquels un refroidissement du globe est à l’œuvre. Le chapitre cinq opère un retour sur la thèse de Richard H. Grove en restituant le parcours et la pensée du principal exemple sur lequel elle s’appuie : Pierre Poivre, administrateur de l’île de France2 de 1767 à 1772. Cette critique serrée de la thèse de Grove permet aux auteurs de rendre compte dans leur sixième chapitre du rôle essentiel de la Révolution française dans l’émergence d’une inquiétude climatique, ceci autour notamment de trois questions clefs : la régénération d’un sol dégradé par la féodalité, l’avenir du domaine forestier national hérité de la vente des biens du clergé, et le gouvernement des masses paysannes soupçonnées de dégrader les forêts. Le septième chapitre insiste sur la place accordée au climat dans les récits patriotiques des États-nations en construction. Si en France et aux États-Unis le climat apparaît comme un puissant adjuvant de la construction des identités nationales, ce ne semble pas être le cas en Angleterre, où cette thématique est en retrait du fait de l’antériorité du processus de déforestation dans le pays. Le huitième chapitre s’attarde sur l’éruption en 1815 du volcan Tambora, à l’Est de Java, et ses conséquences. Cet évènement qui peut à première vue sembler anecdotique est cependant responsable d’importants bouleversements climatiques et économiques à l’échelle du globe jusqu’au début des années 1820. Les chapitres neuf à treize sont quant à eux centrés sur les débats qui agitent la France métropolitaine du XIXe siècle. Les auteurs consacrent ainsi deux chapitres (neuf et douze) à la thématique des forêts et de leur propriété. Si dans un premier temps la Restauration semble entériner le principe libéral de la vente d’une partie des forêts nationales, des limites sont rapidement imposées à l’absolutisme propriétaire au nom de l’équilibre climatique national, ce que symbolise l’article 219 du Code forestier de 1827. Les auteurs soulignent à cette occasion l’implication de figures savantes comme le physicien et homme d’État François Arago dans les débats politico-climatiques. Les chapitres dix et onze précisent les préoccupations climatiques des élites françaises du premier XIXe siècle en s’appuyant sur le parcours de l’entrepreneur François-Antoine Rauch (chapitre dix) et l’enquête de 1821 commandée par le ministère de l’Intérieur auprès des préfets (chapitre onze). Le chapitre treize met quant à lui en évidence le recul des débats sur la dégradation du climat à partir de 1850, ceci du fait de la réduction de la vulnérabilité de la société française face à ces aléas. Le chapitre quatorze s’intéresse aux débats savants européens du second XIXe siècle et compare l’impasse des théories sur l’évolution récente du climat avec les progrès réalisés sur l’histoire climatique des temps géologiques. Dans le chapitre quinze, les auteurs montrent que, dans les empires coloniaux des XIXe et XXe siècles (principalement en Algérie et en Inde), le paradigme de la dégradation du climat par les populations indigènes conserve longtemps une influence décisive et nourrit une exploitation violente de ces territoires. La colonisation est alors décrite comme une entreprise de protection et de restauration des climats, notamment via la gestion forêts, alors même que ce discours a cessé d’être effectif en métropole, progressivement remplacé par une préoccupation pour la dégradation des sols. Enfin, le dernier chapitre s’interroge sur la place du carbone dans les réflexions savantes au XIXe siècle. Il déconstruit la généalogie glorieuse des découvreurs de l’effet de serre Jean-Baptiste Joseph Fourrier, John Tyndall et Svante Arrhenius.

  • 3 Parker Geoffrey, Global Crisis. War, Climate Change and Catastrophe in the Seventeenth Century, Lon (...)
  • 4 Schaffer Simon et Shapin Steven, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et poli (...)
  • 5 Se référer notamment à la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon à ce sujet le 7 avril 2021 à l’Asse (...)

4Cet ouvrage, extrêmement riche et informé, propose ainsi une histoire non linéaire des relations entre les sociétés occidentales et le climat depuis le XVe siècle. Tandis que le livre somme Global Crisis de Geoffrey Parker3 interrogeait les conséquences concrètes du changement climatique au XVIIe siècle, les auteurs ont ici fait le choix de conduire une analyse minutieuse des discours et des représentations sur le changement climatique depuis l’époque moderne. Dans la lignée d’ouvrages classiques qui ont renouvelé en profondeur l’histoire des sciences, comme Léviathan et la pompe à air de Simon Schaffer et Steven Shapin4, ils explorent les contextes politiques, théologiques, impériaux et savants au sein desquels le changement climatique fut pensé, craint ou célébré. Tout comme les réflexions modernes sur le climat, la perspective de Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher est largement globale et rend compte du rôle central des espaces coloniaux dans la production de ces discours, ce qui constitue l’une des principales richesses de l’ouvrage. Extrêmement stimulante, la lecture des Révoltes du ciel donne ainsi une profondeur nouvelle aux oppositions actuelles sur le changement climatique en les inscrivant dans le temps long. Enfin, il est intéressant de relever que ce texte, qui analyse les arguments mobilisés dans le cadre des débats sur le climat au XIXe siècle, devient lui-même une référence dans les débats parlementaires contemporains sur la lutte contre le dérèglement climatique5.

Haut de page

Notes

1 Grove Richard, Green Imperialism. Colonial Expansion, Tropical Island Edens and the Origins of Environmentalism, 1600-1860, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

2 Aujourd’hui appelée île Maurice.

3 Parker Geoffrey, Global Crisis. War, Climate Change and Catastrophe in the Seventeenth Century, Londres, Yale University Press, 2013.

4 Schaffer Simon et Shapin Steven, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993.

5 Se référer notamment à la prise de parole de Jean-Luc Mélenchon à ce sujet le 7 avril 2021 à l’Assemblée nationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Mayens, « Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, Les révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique (XVe-XXe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49653

Haut de page

Rédacteur

Paul Mayens

Ancien élève de l’École normale supérieure de Paris et professeur agrégé d’histoire, Paul Mayens est actuellement doctorant contractuel à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et rattaché au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (UMR 8058).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search