Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Eloi Laurent, Sortir de la croiss...

Eloi Laurent, Sortir de la croissance. Mode d’emploi

Eric Keslassy
Sortir de la croissance
Éloi Laurent, Sortir de la croissance. Mode d'emploi, Paris, Les Liens qui libèrent, 2019, 205 p., ISBN : 979-10-209-0776-9.
Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste de la mesure du bien-être, Eloi Laurent propose de Sortir de la croissance pour faire face à une triple crise : crise écologique, bien sûr, mais aussi celle qui se manifeste par l’explosion des inégalités et crise démocratique. Selon l’auteur, la croissance économique se révèle « aveugle au bien-être humain », sourde à « la souffrance sociale » et « muette sur l’état de la planète ». Même sur le bien-être économique, elle ne serait que « borgne ». Cette « passion de la croissance » s’incarne notamment dans la volonté des gouvernants de toujours rechercher un accroissement du PIB (produit intérieur brut) – soit la mesure de la croissance économique.

2On saisit ici qu’Eloi Laurent entend, avec cet essai, rendre visible ce que la croissance économique et sa mesure nous cachent. Les imperfections du PIB sont connues et désormais reconnues par les économistes (depuis les travaux de la Commission Stiglitz menés en 2008-2009). De nombreux travaux ultérieurs ont confirmé que le PIB n’était pas un indicateur satisfaisant du bien-être humain et affirment qu’il faut aller « au-delà du PIB ». Si l’auteur salue ces initiatives, il les considère encore comme insuffisantes car elles ne tiennent pas toujours suffisamment compte des « trois horizons de l’humanité au XXIe siècle » : le bien-être des personnes, la résilience (avec notamment la capacité à absorber les chocs écologiques) et la soutenabilité environnementale. Plus encore, elles ignorent les liens indissociables qui peuvent exister entre ces trois impératifs. Par exemple, sans soutenabilité, l’amélioration du bien-être apparait comme une illusion de court terme. Une crise climatique sévère pourrait en effet rapidement remettre en cause les progrès économiques et sociaux accumulés depuis le milieu du XIXsiècle. À l’inverse, la recherche de la soutenabilité sans bien-être n’est pas envisageable. Dès 2014, dans Le Bel avenir de l’État providence, Eloi Laurent prévenait que la transition écologique doit s’accompagner d’un programme de lutte contre les inégalités pour être envisageable. Anticipant avec une remarquable prescience la crise des Gilets jaunes, il expliquait qu’une hausse des taxes écologiques – qui ont le défaut d’être uniformes – devaient être compensées par une redistribution à destination de ceux qui ne peuvent les assumer. La transition écologique doit être une « transition social-écologique ».

3Il existe donc un lien tendu entre la crise des inégalités et la crise écologique. Les inégalités réduisent l’impératif de la soutenabilité ; pour obtenir des pratiques durables – au sens de protectrice de la nature –, il faut investir dans l’éducation, favoriser l’égalité et la confiance des citoyen (en particulier vis-à-vis des institutions). On comprend ici que la crise démocratique est également un obstacle pour améliorer la soutenabilité environnementale de nos sociétés.

4Dans cet ouvrage, Eloi Laurent indique donc combien il est important de penser et de proposer un cadre cohérent qui permette d’admettre la complémentarité entre progrès économiques et sociaux et soutenabilité écologique – plutôt que de les étudier sans les lier. À ses yeux, cela suppose d’utiliser des indicateurs de bien-être alternatifs au PIB au moment de décider des politiques publiques. Eloi Laurent écrit que l’objectif principal de son essai est en effet de montrer que nos sociétés et nos économies sont gouvernées à l’aide de « mauvais indicateurs » – au premier rang desquels celui qui mesure la croissance économique – puisqu’ils nous détournent des véritables défis à relever aujourd’hui. L’ambition ne doit plus être d’accroitre la croissance économique mais de rechercher un bien-être global (et non uniquement matériel) et la soutenabilité environnementale.

5Un chapitre très original de Sortir la croissance vise à montrer que le projet européen est dévoré par les chiffres, des chiffres qui finissent par le gouverner et favoriser les dérives nationalistes. Par exemple, en temps normal, les pays de la zone euro doivent respecter des critères stricts en matière de finances publiques – levés provisoirement en raison de la crise du Covid-19 – qui obligent à mener des politiques d’austérité sévères, sources d’augmentation des inégalités. Ainsi, après la crise des dettes souveraines de 2011, la Grèce a été contrainte de mener une politique de discipline budgétaire très néfaste pour le développement humain de sa population. Incontestablement, les partis populistes européens se nourrissent d’un sentiment antieuropéen renforcées par ces mesures. Selon Eloi Laurent, l’Union européenne retrouverait en grande partie sa raison d’être en choisissant de devenir une « Europe du bien-être ». Mais cela nécessite de sortir de ces indicateurs de discipline budgétaire.

6Il n’y a donc pas que le PIB qui apparait comme un indicateur obsolète. Outre la remise en cause des critères imposant l’austérité budgétaire, il conviendrait également de mieux prendre la mesure les inégalités dans les outils quantitatifs. N’y aurait-il pas un lien entre ces propositions ? Les défenseurs du PIB ne sont-ils pas d’abord ceux qui profitent le plus de la croissance économique ? Eloi Laurent affirme que les chiffres se sont transformés en outils de puissance politique et de contrôle social. Il serait donc essentiel d’adopter des indicateurs alternatifs pour favoriser la cohésion sociale et la soutenabilité environnementale (qui correspond au développement humain du futur). Ce serait le moyen de réorienter l’activité économique vers la recherche du bien-être des personnes et d’assurer un développement durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Eloi Laurent, Sortir de la croissance. Mode d’emploi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 mai 2021, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49658 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49658

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search