Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Valérie Tesnière, Au bureau de la...

Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle)

Thomas Veret
Au bureau de la revue
Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2021, 412 p., ISBN : 978-2-7132-2880-3.
Haut de page

Texte intégral

1Alors qu’elle semble indissociable de la diffusion scientifique pour la majorité des acteurs et actrices du monde académique contemporain, la revue en tant que forme éditoriale est relativement récente. Le mérite principal de l’ouvrage de Valérie Tesnière consiste à historiciser cet objet spécifique de production et de diffusion du savoir scientifique. L’approche méthodologique choisie s’inscrit dans une tradition issue de l’histoire du livre, que l’on retrouve sous le nom de « bibliographie matérielle », une expression d’origine anglo-saxonne importée en France dans les années 1960. L’objectif en est d’étudier les publications scientifiques dans leur matérialité, depuis l’imprimé jusqu’au numérique. La typographie, la mise en page, le tirage, le format et les sommaires sont dès lors des données pertinentes pour saisir l’histoire et le fonctionnement d’une revue. C’est donc à même l’objet que l’autrice entend lire les pratiques sociales de l’écrit scientifique, ce qui implique de porter l’attention non pas sur les textes scientifiques en eux-mêmes mais sur le paratexte.

2L’approche de Valérie Tesnière trouve son illustration la plus originale dans l’étude des sommaires des revues scientifiques et professionnelles du XIXe siècle, qui permet de retracer l’évolution et la codification de différentes genres d’écrits scientifiques. Dès l’origine, la revue est en effet un objet composite dans son organisation, hybridité nécessaire pour répondre à la demande d’un lectorat plutôt large puisqu’il inclut les chercheurs, les praticiens et les amateurs, souvent réunis en sociétés savantes. C’est vers 1880 que se définit le sommaire type d’une revue scientifique, autour de trois rubriques : les articles, les recensions et la veille bibliographique. Les parties dédiées à l’actualité de la vie scientifique, présentes au milieu du siècle, migrent progressivement vers les bulletins d’association, alors que les revues académiques se distinguent de plus en plus des revues professionnelles. Au sein des revues académiques, les genres se stabilisent peu à peu, comme celui du compte rendu : la publication d’extraits de travaux récemment parus laisse place à des recensions par des pairs, pour lesquelles une perspective critique est requise. En témoigne L’Année sociologique, la revue fondée en 1898 par Émile Durkheim, pour qui « le rôle de la publication vise moins à diffuser largement qu’à compter les siens sur le plan de la méthode et des concepts » (p. 179).

3Valérie Tesnière accorde tout au long de l’ouvrage un intérêt particulier à l’ensemble des acteurs qui contribuent à façonner ces entreprises éditoriales, un aspect auquel s’attache spécifiquement le quatrième chapitre, intitulé « Acteurs de la revue ». Elle y apporte un éclairage précieux quant au rôle des libraires, capital dans le développement des revues. Comme pour les sommaires, c’est à la fin du XIXe siècle que l’autrice situe la bascule : sous la Restauration, la gestion des revues est artisanale et le modèle dominant est celui de « l’auteur-producteur » ; par la suite, le libraire s’empare d’un certain nombre de prérogatives et s’occupe de la gestion comme de la diffusion. Cette période voit progressivement apparaître la figure moderne de l’éditeur, qui fait valoir auprès des revues son expertise technique mais également une fine connaissance du monde scientifique et de ses tendances. Le libraire Felix Alcan est ainsi mathématicien de formation ; Georges Masson, quant à lui, a suivi un cursus de médecine. Leurs compétences et leur entregent leur permettront d’accroître rapidement leur catalogue, jusqu’à acquérir une position de quasi-monopole. L’étude historique des revues et de leur fonctionnement passe par l’étude de leur économie à différentes échelles, une nécessité dont Valérie Tesnière s’acquitte avec beaucoup de clarté.

4Bien que l’ouvrage soit centré sur la France, son propos témoigne d’une compréhension internationale du champ éditorial scientifique, à travers un grand nombre de comparaisons dispersées au fil des chapitres. Ces dernières permettent notamment d’historiciser la centralité de la recherche anglo-saxonne sur le plan de la publication scientifique, en revenant sur l’avance que les États-Unis acquièrent à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe. Entre autres facteurs explicatifs, l’autrice pointe le développement précoce des presses universitaires états-uniennes, intégrées au fonctionnement des universités. Le biologiste français Maurice Caullery est envoyé en mission aux États-Unis en 1915, et s’inspire explicitement de ce modèle lorsqu’il cofonde, cinq ans plus tard, les Presses universitaires de France.

5Un des points de forts de l’ouvrage est aussi la place qu’il accorde aux spécificités disciplinaires. Dans le paysage des revues scientifiques, la médecine occupe ainsi une place à part, notamment parce que les revues médicales peuvent compter sur un lectorat composé tant de chercheurs que de praticiens. Certes, les revues médicales suivent l’évolution générale, celles à caractère académique se démarquant progressivement de celles à caractère professionnel, mais elles restent complémentaires, au moins sur le plan éditorial. Ainsi, c’est grâce au grand tirage de La Presse médicale, hebdomadaire lu par les praticiens, que l’éditeur Masson peut financer des revues médicales plus spécialisées. En outre, le secteur médical est décisif dans la constitution des grands groupes internationaux comme Elsevier (qui rachète Masson en 2005), lequel a pu atteindre la dimension qu’on lui connaît aujourd’hui en acquérant un grand nombre de revues médicales de spécialité.

6Si l’université su XIXe siècle cultive des liens de plus en plus étroits avec les revues, ces dernières devenant un instrument privilégié de la régulation du capital scientifique, le soutien du secteur public aux revues intervient plus tardivement. Longtemps, le fort degré d’autonomie du champ scientifique est allé de pair avec l’indépendance financière et matérielle des revues, portée par l’association entre collectifs scientifiques et libraires. La montée des coûts de l’impression tout au long du XXe siècle, la baisse des revenus liés aux abonnements papiers et le passage à une diffusion en ligne vont toutefois nécessiter une implication accrue des pouvoirs publics. Outre le CNRS, des structures comme la Maison des sciences de l’homme ou la Maison René Ginouvès apportent à la fin du siècle un soutien considérable à certaines revues, particulièrement en sciences humaines et sociales. C’est le cas par exemple du Journal de la Société des américanistes, dont la société éponyme est mise en difficulté par la baisse du nombre de cotisations dès les années 1950-1960. Publiée depuis 1896, la revue a acquis entre 1930 et 1950 un rayonnement et une envergure qui lui confèrent ensuite un statut quasi-patrimonial. Cette place lui permet d’obtenir le soutien financier du CNRS à partir de 1947, ainsi que le soutien matériel du Musée de l’homme, qui lui fournit des locaux. Plus tard, à la fin des années 1990, la Maison René Ginouvès lui apporte personnel rédactionnel et appui technique. À partir des années 2000, le portail public OpenEdition offre une visibilité et un appui technique important aux revues de sciences humaines et sociales, leur permettant de se professionnaliser en développant leur version numérique. Dans un contexte où l’accès ouvert devient une priorité pour l’Union européenne et la France, cette solution financée par l’État permet aux revues de rester indépendantes vis-à-vis des grandes entreprises éditoriales internationales comme Elsevier.

  • 1 À lire toutefois le récent numéro de Tracés : Damerdji Amina, Hayat Samuel, La Valle Natalia, Pecqu (...)

7Au bureau de la revue représente une contribution essentielle à l’étude des revues scientifiques, un domaine encore très peu développé en France, que ce soit en histoire ou dans d’autres disciplines1. Il existe certes un certain nombre d’études de cas, portant sur telle ou telle revue, mais elles ne permettent pas d’embrasser un spectre aussi large que celui que couvre Valérie Tesnière dans cet ouvrage, tant par sa profondeur historique que par la variété des disciplines étudiées. Pour cause, le savoir sur les revues est fréquemment porté par des acteurs et actrices impliquées directement dans leur fonctionnement ou dans le champ concerné, si bien qu’il tient parfois moins de l’enquête que de la célébration d’un patrimoine intellectuel à préserver. Avec une ambition théorique particulièrement intéressante, la conclusion revient d’ailleurs sur le sentiment d’attachement des chercheurs et chercheuses vis-à-vis des revues, et sur le malaise qu’ils ressentent face à des évolutions sur lesquelles ils semblent n’avoir aucune prise, comme le passage au tout numérique. Pour l’autrice, cependant, les transformations de l’économie générale des revues trouvent surtout leur principe dans le monde scientifique lui-même, c’est-à-dire dans la volonté de développer des outils qui correspondent au mieux aux besoins des chercheurs et des chercheuses : « de l’imprimé au numérique, les savants ont globalement contribué à renforcer l’incidence de la demande sur le produit éditorial et à façonner celui-ci » (p. 368). C’est le cas pour l’accès ouvert, dont le souhait est porté par une grande partie de la communauté scientifique, mais aussi pour l’accès direct aux articles, indépendamment de l’objet matériel que constitue un numéro de revue.

Haut de page

Notes

1 À lire toutefois le récent numéro de Tracés : Damerdji Amina, Hayat Samuel, La Valle Natalia, Pecqueux Anthony, Rabier Christelle, « Les sciences humaines et sociales au travail (i) : Faire revue », Tracés, n° 18, 2018 disponible en ligne : https://journals.openedition.org/traces/8803 ; voir également les travaux de Pontille et Torny sur l’évaluation des propositions d’article, par exemple : Pontille David, Torny Didier, « From Manuscript Evaluation to Article Valuation: The Changing Technologies of Journal Peer Review », Human Studies, vol. 38, n° 1, p. 57‑79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Veret, « Valérie Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique (XIXe-XXe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49663

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search