Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Matthew B Crawford, Prendre la ro...

Matthew B Crawford, Prendre la route. Une philosophie de la conduite

Bénédicte Champenois Rousseau
Prendre la route
Matthew B. Crawford, Prendre la route. Une philosophie de la conduite, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2021, 350 p., trad. Christophe Jaquet et Marc Saint-Upéry, ISBN : 9782707198808.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Déc (...)

1Les véhicules autonomes vont-ils libérer les êtres humains ? C’est du moins la prétention d’une certaine partie de la Big Tech, qui a engagé depuis vingt ans des recherches pour rendre obsolètes nos bonnes vieilles automobiles. Comment en sommes-nous arrivés là ? Cet horizon annoncé comme inéluctable est-il souhaitable ? À quoi allons-nous nous consacrer dès lors que nous n’aurons plus à gouverner nos déplacements ? Le seul philosophe qui puisse se vanter d’avoir les mains dans le cambouis, auteur d’un remarqué Éloge du carburateur1, interroge dans ce nouvel opus le sens de la conduite automobile.

2L’automobile a considérablement modifié notre monde. Elle a modelé nos agglomérations urbaines au vingtième siècle. Pour des générations accédant à ces voitures du peuple qu’ont été la Volkswagen, la 2 CV ou la Fiat 500, les voyages automobiles étaient synonymes de liberté et de découverte. L’univers de la data et les derniers développements des véhicules autonomes nous annoncent une nouvelle ère où les véhicules n’auront plus besoins des humains que pour leur indiquer la destination. Devons-nous nous en réjouir ? Dans une approche qu’il qualifie « d’anthropologie philosophique », Matthew Crawford s’interroge sur ce que la conduite automobile et ses développements ont à nous apprendre de nous-mêmes.

3Dans ce livre foisonnant, en quatre parties et dix-sept chapitres, l’auteur analyse finement les tâches qu’implique la conduite automobile, l’émergence progressive des arguments en faveur des véhicules autonomes et les conséquences de la victoire annoncée des véhicules autonomes sur ce qui constitue notre humanité.

4Après une introduction substantielle où l’auteur en arrive à lier la capacité de conduire des véhicules et celle de vivre en démocratie, le premier chapitre retrace l’histoire imbriquée du développement de l’automobile et de l’urbanisation au vingtième siècle. Aux États-Unis, où réside l’auteur, les paysages urbains et périurbains tout comme les campagnes ont été redessinés pour l’automobile, et cela grâce à des choix politiques qui ont été déterminants. Au sortir de la crise de 1929, la WPA (Works Progress Administration) a investi dix fois plus dans le réseau routier que dans les transports publics.

5Ce qui est devenu, depuis un siècle, « notre régime fondamental de mobilité » est aujourd’hui remis en cause par les pilotes automatiques et autres « véhicules intelligents », sous prétexte de sécuriser la conduite et d’éliminer les embouteillages. Matthew Crawford s’interroge sur la réalité de la demande ou du besoin de « sécurisation » de la conduite, et sur les dispositifs successifs qui ont peu à peu rogné l’autonomie des conducteurs. Des airbags au système de freinage assisté, en passant par le régulateur de vitesse ou la navigation par satellite, les « améliorations » ajoutées à nos véhicules ont contribué à disqualifier de plus en plus les conducteurs. Rien d’étonnant alors à ce que l’étape suprême de l’évolution annoncée soit la disparition du conducteur, avec l’idée sous-jacente que celui-ci sera « libéré » de la tâche ingrate conduire et pourra consacrer le temps économisé à des activités plus nobles. Mais l’être humain y gagne-t-il, et si oui que gagne-t-il ?

6Pour répondre à ces questions, l’auteur nous entraîne, dans des chapitres de longueur et d’intérêt inégaux, à la rencontre de « sous-cultures automobiles » pour comprendre ce qui est en jeu dans la conduite automobile, et qui pourrait se voir menacé par des véhicules autonomes suppléants des conducteurs humains forcément faillibles. Qu’est-ce qui anime les passionnés de la conduite ? Comment leur activité permet-elle de penser ce qui nous fera défaut si nous ne nous rebellons pas contre cette confiscation annoncée de notre faculté de conduire ?

7C’est un laboratoire de psychologie cognitive dans lequel on apprend à des rats à conduire qui fournit les premiers arguments du plaidoyer à charge contre les véhicules autonomes. Il apparaît non seulement que les rats peuvent apprendre la conduite, mais que ceux qui savent conduire ont une meilleure résistance au stress. Matthew Crawford nous fait ensuite découvrir l’univers des fans du « tuning » et du « hot-rod », ces passionnés qui retapent des épaves et leur donnent une nouvelle vie. La passion de ces adeptes qui passent leurs loisirs à rechercher dans des décharges les pièces qu’ils pourront adapter à leur tacot pour lui redonner vie révèle une relation à la technologie qui n’est pas celle de la boîte noire, mais qui fait appel à la compréhension et à la débrouillardise dans le but de pouvoir faire rouler leur engin.

8Dans la partie suivante, l’auteur nous intéresse aux courses motorisées, pas celles, hautement sponsorisées, que l’on peut voir sur les chaînes de télévision, mais celles qui sont organisées par de petites communautés dans des endroits improbables du territoire étatsuniens : un « derby de démolition de voitures », une course de caisses à savon, une course d’enduro. Il y dévoile pour nous l’ivresse dionysiaque du jeu pur qui anime les compétiteurs, ainsi que des organisations qui lui rappellent les meilleures pages de Tocqueville, les règles de la compétition ménageant à la fois la recherche de distinction individuelle le respect du bien commun.

9L’auteur consacre la troisième partie de son ouvrage au gouvernement de la conduite. Celui-ci s’est complexifié durant les dernières décennies, avec un surcroît d’administration et de surveillance des routes via la mise en place de dispositifs de contrôle routier automatiques. Déléguer l’application des règles à des dispositifs techniques paraît à première vue une bonne façon de pacifier les routes : au flou de l’appréciation personnelle d’un préposé, l’on substitue la mécanique d’un radar. Mais en fait, ces dispositifs de contrôle sont de plus en plus mal vécus par les automobilistes, et ont donné lieu, dans différents pays, à des mouvements de fronde.

10C’est l’occasion pour l’auteur de réfléchir à l’interaction entre la rigidité de l’application des règles, l’autonomie, la qualification et la capacité de juger des conducteurs. Qu’est-ce qui rend la route plus sûre pour ses usagers ? Est-ce la multiplication des règles ou est-ce la capacité de chaque conducteur à anticiper et à rétroagir en fonction des situations ? Être responsable au volant, est-ce respecter scrupuleusement les règles ou exercer sa faculté de juger ? Le bien peut-il résulter de la simple application de procédures ?

11La réflexion sur la condition automobile peut paraître anecdotique. Cependant, les véhicules autonomes ne sont qu’une partie de l’univers de la « ville intelligente » que nous promettent les entrepreneurs de la Big Tech depuis une vingtaine d’années. Pour conclure son ouvrage, Matthew B Crawford passe en revue certaines des évolutions présentes ou annoncées.

12Cet ouvrage est surprenant dans sa forme comme dans les chemins que l’auteur nous fait emprunter en suivant les contours de sa pensée résolument ancrée et pragmatique. Délaissant un académisme conventionnel, Matthew B. Crawford déroule des raisonnements abordables pour tous types de lecteurs. On apprend beaucoup, on sourit parfois, on ne regrette pas d’avoir consacré du temps à la lecture des quelques 357 pages de philosophie appliquée et abordable. Qu’on soit passionné de mécanique automobile ou conducteur du dimanche, les arguments de Matthew B Crawford sont intéressants à découvrir, même si certaines parties sont sans doute plus abouties que d’autres.

Haut de page

Notes

1 Matthew B. Crawford, Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2010 ; note critique de Dominique Méda pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Matthew B Crawford, Prendre la route. Une philosophie de la conduite », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 juin 2021, consulté le 29 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49664

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search