Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Emmanuel Eben-Moussi, La recherch...

Emmanuel Eben-Moussi, La recherche en santé humaine. Une fracture Nord-Sud

Thibaut Armel Chérif Gnimadi
La recherche en santé humaine
Emmanuel Eben-Moussi, La recherche en santé humaine. Une fracture Nord-Sud, Paris, L'Harmattan, 2020, 178 p., ISBN : 978-2-343-17754-0.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Eben-Moussi est biologiste, médecin et professeur émérite des universités. Expert en pharm (...)

1La recherche en santé humaine repose sur plusieurs disciplines et mobilise non seulement les chercheurs mais aussi les organismes nationaux ou internationaux, les gouvernements et les partenaires du développement et de la recherche. Dans cet ouvrage, le professeur Emmanuel Eben-Moussi1 développe la problématique, les paramètres, enjeux et défis qui caractérisent aujourd’hui la recherche dans les pays du Sud, recherche qui constitue « un des maillons faibles dans l’émergence de la majorité des pays en développement ».

2L’ouvrage aborde dans un premier temps les inégalités entre les pays du Sud et du Nord en matière de recherche. . Il s’intéresse ensuite aux nouvelles approches scientifiques qui touchent plusieurs domaines comme la thérapeutique, la biologie et la technologie, et qu’il qualifie de « révolutions marquantes » .

3Avant d’évoquer la recherche en santé humaine proprement dite, l’auteur expose d’abord les différentes composantes de la recherche, la méthodologie et les outils techniques à prendre en compte pour la recherche en santé.

4Dans la première partie, Emmanuel Eben-Moussi souligne le fossé géopolitique qui existe entre les pays industrialisés et les pays du Sud ou du tiers-monde. Ces derniers sont majoritairement en développement ou sous-développés, une appellation qui exprime leur marginalisation. La décolonisation semble avoir été mal faite et les conséquences restent visibles et continuent d’impacter la recherche dans les pays du Sud.

5L’éthique de la recherche est une valeur très importante que défend l’auteur. Dans les maladies comme le VIH, « on pense aux discriminations qui retardent l’accès de certains traitements pour les personnes infectées en Afrique où il est constaté que les antirétroviraux de dernière génération […] ont un décalage de plus de 10 ans pour être accessibles : une regrettable perte de chance pour ces bénéficiaires de l’innovation scientifique » (p. xx). On mesure ainsi les inégalités qui sont à l’œuvre. De même, la confidentialité en matière de recherche reste aussi primordiale afin d’éviter la stigmatisation des malades.

6Faire de la recherche scientifique, quelle que soit la discipline, demande à comprendre ce qu’est la recherche et les concepts qui sont liés à sa mise en œuvre, notamment la connaissance de ces différentes composantes, pour aboutir à des résultats significatifs et exploitables. Dans cet ouvrage, l’auteur examine les conditions nécessaires et les différents questionnements indispensables pour mener à bien la recherche. Il discute également les responsabilités du chercheur et les contraintes qui peuvent peser sur la mise en œuvre des applications de la recherche, dans l’organisation de la santé publique mais aussi en laboratoire ou en clinique.

7Dans la deuxième partie, l’auteur fait un point sur la gouvernance de la recherche, les partenariats et le financement mais aussi sur l’évaluation de la recherche, qui est une préoccupation majeure dans ce processus. La gouvernance de la recherche passe par « une volonté et une vision d’édification d’une société du savoir » (p. xx). Au Nord comme au Sud, elle implique aussi bien des acteurs publics (gouvernements, collectivités territoriales, universités, institution de recherche…) que des acteurs privés (industries, fondations, partenaires mixtes, banques de développement, organismes caritatifs…). L’auteur présente également les sources, les contraintes et les combats menés pour le financement de la recherche dans les pays du Sud.

8L’évaluation de la recherche est essentielle pour mesurer son efficacité, tirer des enseignements et formuler des recommandations pour l’avenir. L’auteur discute chacune des questions suivantes : « Pourquoi évaluer ? quoi évaluer ? quand évaluer ? comment évaluer ? où évaluer ? comment appréhender les clés de la réussite d’une évaluation ? où trouver la bonne information scientifique ? » (p. 69-70).

  • 2 Nicolas Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, 1795.

9Emmanuel Eben-Moussi soulève le problème les barrières qu’impose la langue anglaise comme standard dans la communication scientifique. Il plaide donc pour que cette langue soit systématiquement étudiée dans l’enseignement secondaire, voire primaire dans les pays du tiers-monde. L’hégémonie de l’anglais dans la recherche scientifique, et plus encore dans le champ médical, prévaut depuis des décennies. À ce propos, l’auteur reprend en substance les propose de Condorcet qui affirmait que : « l’existence d’une langue scientifique, la même pour toutes les nations, sépare les hommes en deux classes, perpétue dans le peuple les préjugés et les erreurs susceptibles d’arrêter les progrès de la masse de l’espèce humaine, en mettant un terme à ceux des sciences elles-mêmes »2 (p. 74).

10Pour les chercheurs du Sud, l’accès aux ressources scientifiques et la diffusion de leurs travaux sont de plus en plus facilités par l’Internet et par le phénomène du « libre accès » aux travaux scientifiques. L’auteur mentionne à cet égard différentes plateformes et bases de données en libre accès (open access et open data) qui sont reconnues pour leur qualité et leur utilité : PubMed Central, Plos, Corpenicus Publications, mais aussi des archives ouvertes pour le dépôt des résultats de recherche, telles que ArXiv, MedRixv ou BioRxv.

11L’auteur rappelle que la notion de santé « a fait l’objet de compréhensions variées » au cours de l’histoire. Il insiste sur le caractère global de ce concept. Il montre ensuite que les champs de la recherche en santé se sont élargis et complexifiés avec l’implication de l’anthropologie culturelle, mais aussi des nouvelles compétences induites par les technologies modernes de diagnostic et de thérapeutique. Faisant le point sur les grandes thématiques de recherche et les grands défis qui continuent à interpeller le Sud en matière la santé, il met aussi en évidence des niches qui restent à explorer. C’est dans ce sens qu’il relate les avancées en matière de lutte contre le paludisme mais aussi ce qui reste à faire, notamment avec les maladies tropicales négligées comme les leishmanioses, les trypanosomiases, les hépatites virales, les maladies émergentes et réémergences telles que le choléra, la méningite cérébro-spinale, les virus Ebola et Zika… et les maladies chroniques. Puisque la recherche en santé humaine concerne plusieurs disciplines, Emmanuel Eben-Moussi passe en revue les différents types d’enquêtes mises en œuvre par la recherche médicale et clinique. Il souligne la complexité de certaines recherches, notamment celle sur le VIH/Sida, maladie qui reste toujours un problème majeur en Afrique malgré les efforts pour la maîtriser.

12En dernière partie, l’auteur évoque les risques liés à la recherche en santé humaine. Il montre que les outils indispensables qui entrent en jeu dans la recherche peuvent aussi être exploités comme supports pour le diagnostic, l’identification, le suivi et la surveillance ; il en va de même des techniques de diagnostic biochimiques et séro-immunologiques, de la culture cellulaire et des technologies d’amplification génique, et encore des logiciels de gestion des données numériques massives. L’usage de ces technologies et outils pose cependant des interrogations éthiques majeures. L’auteur termine en rappelant les risques qui sont liés aux différents types de recherche que ce soit sur le terrain (santé publique), en laboratoire ou en clinique ; risques liés à la sécurité, risques encourus lors de la manipulation de poisons ou de venins animaux, risques liés aux essais vaccinaux, qui ont notamment fait des victimes en Afrique de l’Ouest pendant l’épidémie d’Ebola et suscitent depuis des réactions de défiance et de rejet dans la population. D’où l’importance de rappeler la responsabilité des chercheurs. Emmanuel Eben-Moussi évoque enfin des questionnements collatéraux : la fraude en science, la multiplication des revues scientifiques « prédatrices », les controverses scientifiques…, autant d’écueils qui peuvent induire la méconduite scientifique et la présentation de faux résultats de recherche.

13Cet ouvrage représente un apport important pour les chercheurs des pays du Sud. Le Professeur Emmanuel Eben-Moussi réussit à présenter et discuter tous les aspects de la recherche en santé humaine et à mettre en évidence ses enjeux et défis pour les pays du Sud, en s’appuyant sur des exemples et des faits qui ont marqués l’histoire de la recherche en santé au Nord comme au Sud. Signalons toutefois que le vocabulaire utilisé peut rendre la lecture difficile pour les personnes non initiées à la médecine.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Eben-Moussi est biologiste, médecin et professeur émérite des universités. Expert en pharmacologie et en santé publique appliquée, il est ancien Haut Fonctionnaire de l'OMS et directeur honoraire du Centre universitaire des sciences de la santé de Yaoundé, au Cameroun.

2 Nicolas Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, 1795.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaut Armel Chérif Gnimadi, « Emmanuel Eben-Moussi, La recherche en santé humaine. Une fracture Nord-Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49815 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49815

Haut de page

Rédacteur

Thibaut Armel Chérif Gnimadi

De nationalité béninoise, Thibaut Armel Chérif Gnimadi est docteur en pharmacie et travaille au Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée. Il ambitionne de devenir expert en maladies infectieuses et en bio-informatique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search