Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Louise Fines, Mouvements sociaux ...

Louise Fines, Mouvements sociaux et émeutes en prison. À l’heure du sacrifice

Niouma Laurent Koniono
Mouvements sociaux et émeutes en prison
Louise Fines, Mouvements sociaux et émeutes en prison. À l'heure du sacrifice, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2020, 200 p., ISBN : 978-2-14-016164-3.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

1Louise Fines étudie dans cet ouvrage différents mouvements sociaux et émeutes en prison qui révèlent la violence de la répression policière déployée contre des manifestants en train de défendre leurs droits. Les neuf cas étudiés appartiennent à des pays, des époques et des contextes différents, en milieu ouvert comme en milieu clos.

2Trois types de situations sont étudiées. La première concerne des mouvements sociaux récents : les Gilets jaunes et les Femen en France en 2018, Extinction Rebellion, mouvement né au Royaume-Uni qui a pris une dimension internationale en 2018, puis les révoltes contre le confinement (lockdown) et pour la relance économique, dans les États du Michigan et de Pennsylvanie en 2020. Le second type regroupe des protestations de populations locales contre des sociétés commerciales : les mobilisations contre l’entreprise Rio Tinto en Papouasie Nouvelle-Guinée en 1972 et les protestations contre l’installation d’un oléoduc dans le Dakota aux États-Unis en 2016. Le troisième type concerne des soulèvements de populations en milieu carcéral : The August Rebellion en 1974, émeute dans la prison pour femmes de la ville de Bedford aux États-Unis, et deux rebellions en 2020 dans des prisons pour hommes en Russie et au Venezuela. L’auteure présente chaque mobilisation et dégage leurs traits communs. Elle revient ensuite sur les moyens mis en œuvre par les États pour réprimer les manifestations avant d’évoquer les voies de recours utilisées par les manifestants pour obtenir justice. Elle réfléchit ensuite à la questions des inégalités et à celle du sacrifice des manifestants par les autorités.

  • 1 L’auteure s’appuie sur : Paul Akamatsu, « Au Japon : les émeutes du riz de 1918 », Annales Économie (...)

3Se fondant sur des publications de recherche, Louis Fines analyse des émeutes plus anciennes pour mettre en lumière leurs causes, leur déroulement et l’envergure qu’elles ont prises. Elle évoque les « émeutes du riz » de 1918 au Japon : parties d’une révolte des femmes de pêcheurs du port d’Uotsu suite à l’augmentation du prix du riz, elles se sont propagées dans le pays, d’autres conflits sociaux venant se greffer au mouvement, comme celui des mineurs d’Ube pour l’amélioration des conditions de travail et des salaires1. Louise Fines parle d’un « emballement » qui gagne les travailleurs de manière inconditionnelle. Mais les interventions de l’armée contre les manifestants se soldent par des morts.

  • 2 Herbert Kitschelt, « Political Opportunity Structures and Political Protest: Anti­nuclear Movements (...)

4Au chapitre 3, Louise Fines revient sur la théorie de la « mobilisation des ressources »2 déployées par les manifestants pour contester contre des politiques gouvernementales qu’ils jugent anormales. À cet égard, elle passe en revue les mouvements de contestations sociales comme les Femen, les Gilets jaunes, les manifestations contre le « Lockdown » aux États-Unis les manifestations organisées contre les sociétés commerciales et met en évidence leur rôle de catalyseur.

5Au chapitre 4, Louise Fines analyse des moyens mobilisés par les autorités pour contrer et réprimer les manifestants : gazage, coups, arrestations, emprisonnements… Dans les différents établissements carcéraux étudiés par l’auteure, les prisonniers femmes ou hommes qui se sont révoltés réclamaient tous de meilleures conditions de détention mais s’insurgeaient aussi contre l’arbitraire des gardiens. Elle fait ressortir que, « concrètement, ce que les gardiens recherchaient [des détenu·es], ce n’était pas juste un comportement qui respectait les règles. Ils voulaient obtenir [leur] soumission totale » (p. 77).

6Louise Fines s’intéresse ensuite aux recours déposés par les protestataires pour obtenir justice. Elle revient sur le procès remporté en 2019 par le groupe Extinction Rebellion contre la police de Londres, qui avait interdit une manifestation. Cette victoire des protestataires tient selon elle au fait que ce sont les objectifs écologiques du mouvement – la lutte contre les atteintes aux écosystèmes – qui ont été jugés légitimes.

7Lorsque les revendications jouent en défaveur des intérêts des gouvernements, le mouvement a tendance à durer et à être violemment réprimé. Dans les manifestations contre des sociétés commerciales, lorsque les populations autochtones dénoncent la destruction des terres cultivables et/ou des atteinte à l’environnement ou à de santé, les autorités se sentent indirectement menacées et font intervenir les forces de l’ordre pour préserver leurs intérêts.

8Le chapitre 6 s’intéresse aux soutiens que les protestataires cherchent à mobiliser pour renforcer leur lutte et leur résistance. L’auteure montre aussi que les gouvernement peuvent se montrer opportunistes, utilisant « les tribunes du peuple » dans un jeu politique. On assiste alors au fait que « les gouvernements se servent des protestataires comme des leviers pour adopter de nouvelles mesures » répressives (p. 112).

9Dans le septième chapitre du livre, Louise Fines évoque les variations qui s’expriment entre les neuf cas étudiés : diversité de la nature des manifestations, du nombre de manifestants et de la durée de la mobilisation mais aussi disparité dans les réactions des gouvernements. Cette analyse lui permet de reclasser les mouvements selon leur audience, distinguant : « les causes qui rallient un grand nombre de manifestants, les causes marginales et les causes perdues ». Le mouvement des Gilets jaunes, le soulèvement contre les violences policières envers les minorités éthiques, après le meurtre de Georges Floyd aux États-Unis, ou encore la mobilisation contre l’oléoduc du Dakota relèvent des causes de large audience. En revanche, le mouvement des Femen, avec leurs seins nus comme armes, celui d’Extinction Rebellion et les manifestations contre le Lockdown aux États-Unis s’apparentent à des causes marginales. Enfin, les mobilisation contre des entreprises soutenues par l’État, comme Rio Tinto, ainsi que les insurrections de prisonniers apparaissent comme des causes perdues car elles peinent à recevoir un soutien populaire ; livrés à eux-mêmes, les manifestants ne parviennent par à faire bouger les lignes.

10Dans le huitième et dernier chapitre, Louise Fines met en avant la notion de « crime systémique » pour évoquer le sacrifice des militants par les agents du gouvernement. Ces militants s’insurgent contre « les nantis » qui veulent s’enrichir en profitant sans vergogne des biens des populations alors qu’elles sont en train de perdre leurs terres ancestrales, pour le profit de sociétés commerciales. Dans les prisons, les détenus dénoncent les mauvaises conditions de détention ; ils sont livrés à eux-mêmes car ne bénéficient pas de soutiens par-delà les murs. L’auteure souligne le fait qu’en réprimant les manifestations sociales de façon violente, la police outrepasse son rôle qui consiste à protéger la population. Le cas des manifestations contre les sociétés commerciales est particulièrement éloquent : la police perd son autotomie et se laisse diriger par ces sociétés contre le peuple qui défend ses droits. Les manifestants sont alors considérés comme les « personnes indésirables » (p. 141). « Ce que les manifestations sociales nous indiquent, c’est l’organisation sociale à l’intérieur de laquelle nous vivons, une organisation sociale basée sur le sacrifice des uns pour le mieux des nantis », conclut l’auteure (p. 161).

  • 3 Voir notamment : Louise Fines, Négociations et crimes en col blanc. Immunités réciproques, Paris, L (...)

11Ainsi, l’ouvrage de Louise Fines analyse avec précision et dénonce sans ambiguïté le traitement dont font l’objet les mouvements sociaux et les émeutes en prison. Comme elle-même le reconnait dans sa conclusion, on peut regretter qu’une part des données sur lesquelles elle s’appuie soient des sources secondaires. Mais ce recours à des études menées par d’autres chercheurs donne en contrepartie une plus grande envergure à l’ouvrage. Dans la lignée de ses précédents travaux sur les « crimes en col blanc »3, Louise Fines poursuit une recherche engagée contre les abus commis par les autorités, les élites et les nantis, qui n’hésitent pas à piétiner les droits des infortunés pour en tirer profit et avantages… au prix parfois d’un bain de sang.

Haut de page

Notes

1 L’auteure s’appuie sur : Paul Akamatsu, « Au Japon : les émeutes du riz de 1918 », Annales Économie, société, civilisation, vol. 19, n° 5, 1964, p. 928-932, disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1964_num_19_5_421234.

2 Herbert Kitschelt, « Political Opportunity Structures and Political Protest: Anti­nuclear Movements in four Democracies », British journal of political science, n° 16, 1986, p. 57-85, disponible en ligne : http://dx.doi.org/10.1017/S000712340000380X.

3 Voir notamment : Louise Fines, Négociations et crimes en col blanc. Immunités réciproques, Paris, L’Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Niouma Laurent Koniono, « Louise Fines, Mouvements sociaux et émeutes en prison. À l’heure du sacrifice », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49823 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49823

Haut de page

Rédacteur

Niouma Laurent Koniono

Niouma Laurent Koniono est titulaire d’une licence en sociologie et prépare le master 2. Son projet de mémoire porte sur le parcours délinquant et le traitement institutionnel des mineurs de la rue à Conakry. Actuellement, il est assistant de recherche au Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search