Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Simon Ngono (dir.), La communicat...

Simon Ngono (dir.), La communication de l’État en Afrique. Discours, ressorts et positionnements

Tamba Alima Kamano
La communication de l'État en Afrique
Simon Ngono (dir.), La communication de l'État en Afrique. Discours, ressorts et positionnements, Paris, L'Harmattan, coll. « Études africaines », 2020, 360 p., EAN : 9782343189369.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif dirigé par Simon Ngono interroge la communication que déploient les États dans le contexte encore inexploré du continent africain. Il entend développer « un questionnement structurant de la communication dans les pays d’Afrique » (p. 13). Pour ce faire, les douze contributions proposent une analyse critique des discours, des ressorts et des positionnements des acteurs publics, qui sont « mis[e] en perspective dans le champ des sciences de l’information et de la communication » (p. 7). L’ouvrage est organisé en trois parties : « La renégociation des pratiques médiatiques liées à la communications de l’État », « L’emprise des processus discursifs et la vulnérabilité de la communication » et « De la politique à la communication gouvernementale : dissidences de représentations ».

2La préface de Bertrand Cabedoche aborde la volonté des États d’Afrique d’échapper à l’« injection verticale » marquée par une domination des médias du Nord sur ceux de l’Afrique, perçus comme « agents de l’aliénation » et « fossoyeurs des cultures du Sud » (p. 19). Les États africains ont eux-mêmes fini par intégrer ces médias à leurs stratégies communicationnelles, du fait de leur présence appuyée sur le continent africain en tant que supports et acteurs influents des débats nationaux. Cabedoche montre comment le glissement d’une télévision publique d’État caractérisée par le « consensus mou », vers une télévision de service privée, au cœur d’une « polémique aguicheuse » (p. 29), a rajeuni la communication des États, acculés par l’avènement du numérique et la nécessité de réguler des fake news. Il explique en dernier lieu que les nouvelles contraintes qui pèsent sur les États les ont amenés à développer leur communication « dans des configurations hermétiquement closes ».

  • 1 Cette grève a mis aux prises l’État sénégalais et les étudiants qui réclamaient de meilleures condi (...)

3La première partie du livre aborde l’accaparement des médias de service public (radio, journaux, télévision) par les pouvoirs publics, dans la plupart des régimes issus des indépendances en Afrique. Cette pratique, qui a peu évolué avec le temps, a contribué à la privatisation des médias pour donner naissance à une société civile forte d’une presse privée indépendante, grâce à la vague de démocratisation et au concours des organes de régulation donnant l’accès égal aux médias de l’État. L’avènement de technologies de communication accessibles au grand public a permis de médiatiseravènement les averses de critiques à l’égard des pouvoirs publics, mais aussi de rumeurs et de fake news qui mettent en péril la le débat public et incitent les États à agir pour les réguler. Ainsi, entre les médias d’utilité publique constamment accusés d’être au service des pouvoirs en place et les médias privés perçus par l’État comme des vecteurs de la transmission des rumeurs et fake news, les auteurs nous invitent à percevoir les radios internationales (notamment RFI, la BBC et la RCI) comme les seules qui portent désormais les marques de la crédibilité. Historiquement créés pour exercer une influence sur les habitants de leurs « empires », ces médias transnationaux, en raison de leur pouvoir d’influence, sont sollicités en Afrique par les politiques (pouvoir et opposition), afin de gérer leur image grâce à des « interviews arrangés », ou de passer sous silence les revendications relatives aux souffrances des peuples, comme celles portées par la grève des étudiants au Sénégal1.

  • 2 En 2009, Alex Ségura, alors représentant du FMI au Sénégal, s’est vu remettre une mallette de 133 0 (...)

4La deuxième partie du livre analyse les ressorts et le positionnement des acteurs des discours étatiques en Afrique. Elle appréhende les rationalités qui sous-tendent le recours à une rumeur comme relais d’un discours manifestement impopulaire, hautement sensible ou « diplomatiquement discourtois ». Aristide Menguele Meyengue montre que la rumeur constitue une stratégie d’un État jugé faible – tel que le Cameroun – par rapport à un autre. L’État à l’origine de la rumeur utilise des « instruments de sous-traitance du discours pour exprimer ses frustrations, ses peurs ou encore suspicions » (p. 189). Marième Pollèle N’Diaye étudie les stratégies entrecroisées des acteurs des discours en quête de légitimité, à travers l’affaire Alex Ségura2 et l’incident relatif à la mort de l’étudiant Fallou Sène au Sénégal. En situation de crise, les acteurs de la communication de l’État n’hésitent pas à recourir à une sorte de censure, que Simon Ngono, reprenant l’expression du philosophe camerounais Fabien Eboussi Boulaga, appelle « mensonge d’État ». Celle-ci consiste à se créer une légitimité afin de se positionner comme acteur dominant dans une situation particulière.

5Les différentes contributions de la troisième et dernière partie placent les ressorts et positionnements des acteurs des discours étatiques au centre de l’analyse. Alexandre T. Djimeli braque tout d’abord la focale sur la notion de « communication par embuscade diplomatique » qui, analysée sous le prisme des « théories des relations internationales », consiste à piéger et à vaincre l’adversaire sur un terrain qu’il pensait connaitre ou maitriser, au moyen de la diplomatie. Cette stratégie est appuyée par une communication qui voile plus ou moins ses motifs réels et ses intentions. L’auteur illustre cela au travers d’une analyse de la crise ivoirienne. Il montre comment les discours médiatiques mobilisés depuis l’extérieur (Cameroun) par des acteurs du gouvernement de la Côte d’Ivoire ont progressivement contribué à influencer une opinion versatile au sujet de la légitimité du pouvoir issue de la crise post-électorale de 2010.

6La contribution de Symplice Bouga Mvondo souligne que la multiplicité des dispositifs de communication complexifie la communication des gouvernements, particulièrement lorsque l’État traverse une crise. Revenant la gestion de la crise anglophone par le gouvernement camerounais, l’auteur montre que la « communication timide et attentiste » de l’État n’a pas permis de faire face à l’urgence de la situation et de trouver des solutions. Dans le contexte de la Guinée Bissau confrontée à une épidémie de choléra, Ferhat Méchouèk explique comment l’État, placé dans une situation qui lui était défavorable, a tenté d’instrumentaliser les médias publics. Mais les radios privées, plus proches de masses populaires et des couches les plus défavorisées, ont pris le relais de l’État en matière de communication et ont contrait le gouvernement à se montrer plus sérieux et plus responsable dans sa gestion de la crise.

7Au terme de la lecture de cet ouvrage collectif, il apparaît clairement que, malgré la quantité et la qualité des contributions, le projet d’étudier « la communication des États en Afrique » se limite à quelques pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, ce qui ne permet pas d’étendre ses enseignement aux cinquante-quatre États que compte le continent. Nonobstant, ces études apportent différents éclairages sur « le jeu d’acteurs et les stratégies adaptatives de la communication de l’État ». C’est pourquoi cet ouvrage constitue une bonne amorce pour de futures recherches qui viendront approfondir la communication des États africains, soumis aux transformations sociopolitiques et technologiques imposées par la mondialisation.

Haut de page

Notes

1 Cette grève a mis aux prises l’État sénégalais et les étudiants qui réclamaient de meilleures conditions d’étude dans les campus. L’intervention des forces de l’ordre a causé la mort de l’étudiant Fallou Sène. Décrédibilisés et accusés d’être politiquement influencés par les opposants en place par la Radio Chine Internationale (RCI), qui diffusait constamment des discours de proches du président Macky Sall, les étudiants ont finalement levé la grève.

2 En 2009, Alex Ségura, alors représentant du FMI au Sénégal, s’est vu remettre une mallette de 133 000 € en liquide. Il en a alerté le comité d’éthique du FMI. Le président Abdoulaye Wade a ensuite expliqué qu’il s’agissait d’un « cadeau d’adieu », dépourvu de toute intention de corruption. Cet incident a donné lieu à une vaste polémique relayée par les médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tamba Alima Kamano, « Simon Ngono (dir.), La communication de l’État en Afrique. Discours, ressorts et positionnements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49839

Haut de page

Rédacteur

Tamba Alima Kamano

Tamba Alima Kamano est étudiant du master acteurs sociaux et développement local (Masdel) de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia-Conakry, en République de Guinée. Son mémoire de master porte sur l’entrepreneuriat des migrants de retour. Il a participé à l’ouvrage : Sansy Kaba Diakité (dir.), Covid-19. Témoignages de Guinée (L’Harmattan, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search