Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nicolas Tanti-Hardouin, La reprod...

Nicolas Tanti-Hardouin, La reproduction sociale de santé. Inégalité de santé : responsabilité individuelle ou destinée sociale ?

Mariama Sylla
La reproduction sociale de santé
Nicolas Tanti-Hardouin, La reproduction sociale de santé. Inégalités de santé : responsabilités individuelle ou destinée sociale?, Paris, L'Harmattan, coll. « Sciences et Société », 2019, 168 p., ISBN : 978-2-343-18701-3.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

1Le discours médical qui prédomine pourrait nous laisser croire que les maladies frappent les individus de façon aléatoire, et que l’état de santé de chacun résulterait à la fois de sa « chance » et de son hygiène de vie. Cet ouvrage se propose de décrypter les phénomènes responsables de l’inégalité des chances en santé, en faisant la part entre les facteurs d’ordre individuel et les facteurs d’ordre social. Il entend ainsi mettre en évidence les mécanismes de reproduction sociale qui sont à l’œuvre et influencent la trajectoire de santé des individus tout au long de leur existence. L’ouvrage développe « une vision déterministe de la production de santé » (quatrième de couverture) à laquelle concourent aussi bien la « destinée sociale » que la « responsabilité individuelle », notamment en termes de comportements à risque pour la santé. En quatre chapitres, Nicolas Tanti-Hardouin examine les différents âges de la vie pour mesurer, à chaque étape, le poids de la reproduction sociale sur l’état de santé des individus. Tout au long de l’ouvrage, l’auteur s’appuie sur une revue comparative de la littérature récente, et notamment sur les travaux de Florence Jusot, Sandy Tubeuf, Alain Trannoy et Vincent de Gaulejac, dont il cite de nombreux extraits.

2Nicolas Tanti-Hardouin ouvre son introduction en observant le caractère variable et subjectif que recouvre l’évaluation d’une « bonne santé ». En effet, la plupart des individus de milieu social défavorisé ont tendance à dénier leur état de santé pour sauvegarder leur travail, tandis que ceux qui bénéficient d’un milieu favorisé font de leur bonne santé une priorité. Si l’égalité des chances en santé est un objectif important pour les politiques de santé publique, elle reste difficile à définir de façon objective. Contrairement aux inégalités scolaires, auxquelles les sciences sociales consacrent depuis longtemps d’importantes recherches, les inégalités de santé sont encore peu étudiées et peu évoquées dans la société, comme s’il s’agissait d’un tabou. Pourtant, ces deux phénomènes sont superposables, et les troubles de l’enfance sont susceptibles d’impacter la santé à l’âge adulte.

3Le premier chapitre esquisse « la grande machinerie sociale qui, à des degrés divers et selon des temporalités différenciées, vient façonner la santé et les mécanismes fondamentaux de la reproduction sociale ». L’état de santé d’un adulte apparaît comme la résultante de facteurs liés à son enfance et à sa généalogie. À travers la littérature existante, trois hypothèses se dégagent pour expliquer la reproduction sociale en santé. L’hypothèse de la « latence » soutient que ce sont des conditions de vie dans l’enfance, notamment le logement et l’alimentation, qui ont un effet direct sur la santé de l’individu adulte, agissant comme une forme de programmation précoce dont les effets se révèlent après un temps de latence. Selon l’hypothèse du « cheminement », c’est surtout le statut socio-économique de la personne adulte qui présente un impact significatif sur son état de santé (et ce quel que soit sont milieu d’origine), les conditions de vie dans l’enfance n’ayant qu’une influence indirecte. Enfin, l’hypothèse de la « transmission de santé » met l’accent sur la transmission des modes de vie ou par le canal génétique que chaque individu hérite de sa descendance. Certains comportements à risque adoptés par les parents (consommation d’alcool ou de tabac, par exemple) peuvent affecter la santé de leurs descendants à l’âge adulte – la transmission mère-enfant semblant plus marquée. Selon ces trois hypothèses, être en bonne santé requiert un environnement social favorable pour la santé du descendant. Cependant, nul n’est responsable du milieu social et des conditions de vie de son enfance, ni des déterminants liés à la santé de ses ascendants.

4Le deuxième chapitre se concentre sur l’enfance. Il évoque les éléments d’ordre généalogique qui entrent en jeu dans l’état de santé. À la configuration des gènes, qui peut induire des maladies héréditaires, s’ajoutent les comportements à risque des parents (tabagie ou alcoolisme, par exemple) qui sont susceptibles de provoquer des déficits chez leurs enfants. Mais le milieu social et le statut professionnel et social des parents apparaissent tout autant déterminants puisque les études montrent qu’un enfant de cadre(s) à plus de chance d’être en bonne santé qu’un enfant de parent(s) sans emploi.

5Dans ce deuxième chapitre, l’auteur relate le rôle de l’enfance sur la santé à l’âge adulte. Il révèle qu’« une enfance malmenée pourrait être source de maladie à l’âge adulte » (p. 42). En effet, « les disputes ou mésententes » au sein du couple influent négativement sur la santé du descendant. L’auteur montrant l’existence des déterminants qui favorisent la survenue de certaines maladies à l’âge adulte. Il s’appuie pour cela sur divers travaux de science sociale et d’épidémiologie sociale qui mettent en évidence des liens statiquement significatifs entre certaines conditions déterminantes dans l’enfance et la survenue de maladies à l’âge adulte. Par exemple, une forte carence d’affection pendant la jeunesse pourrait favoriser la survenue de troubles psychiques, respiratoires et digestifs chez l’adulte ; des conflits entre les parents pourraient engendrer des troubles cardiovasculaires et respiratoires ; l’absence prolongée des parents en bas âge serait un prédicateur de troubles mentaux à long terme ; et « la maladie grave, le handicap ou l’accident d’un parent » seraient sources de multiples déclarations de maladies chez ses descendants.

6Le troisième chapitre montre que les comportements à risque que développent les jeunes à l’adolescence « sont favorisés par le milieu social d’origine » (p. 70) et accentuent les inégalités sociales déjà présentes. L’auteur souligne la transmission intergénérationnelle du tabagisme et de l’alcoolisme, qui comptent parmi les causes de mortalité les plus répandues. Les adolescents résidant dans les quartiers les plus pauvres sont en effet plus susceptibles de plonger dans la consommation des substances illicites que ceux qui habitent les quartiers les plus aisés. Toutefois, chacun reste responsable du chemin qu’il choisit. Il est important de noter que la plupart des adolescents ne sont pas conscient de la répercussion de ces mauvaises habitudes sur leur état de santé à l’âge adulte.

7Au quatrième chapitre, l’auteur aborde l’influence du travail sur la santé de l’adulte. Les conditions de travail de chaque métier et de chaque secteur professionnel diffèrent sensiblement du point de vue de la pénibilité et de la répétitivité des gestes. « Tous les groupes sociaux ne sont pas égaux vis-à-vis des conditions de travail dont ils bénéficient » (p.133). Cependant, certaines conditions peuvent impacter la santé à long terme ou la dégrader de façon progressive. La reproduction intergénérationnelle des métiers et des conditions de travail renforce le phénomène, en particulier pour les ouvriers, plus exposés aux risques de maladies professionnelles et d’accidents de travail que d’autres catégories sociales. En revanche, les pathologies d’origine mentale affectent moins les ouvriers que les catégories sociales les plus élevées. Ces pathologies sont également plus accentuées chez des individus subissent une pression de rentabilité dans leur travail. Au-delà des conditions de travail objectives, des différences se manifestent dans les pratiques de recours de soins, les personnes de milieu modeste consultant moins que celles des milieux plus élevés.

8En guise de conclusion, cet ouvrage met en évidence les différents déterminants qui façonnent l’inégalité des chances en santé : les origines sociales, le parcours de vie (l’enfance, l’adolescence et les comportements à risques), la généalogie, les conditions de travail et les choix à l’âge adulte. Toute la démarche de Nicolas Tanti-Hardouin repose sur l’analyse des thèses et travaux de différent·es auteur·es en science sociale et en épidémiologie sociale, faisant inévitablement émerger des arguments contradictoires. Il découle de cette lecture une connaissance encore imparfaite et fragile, qui repose plus sur des suppositions que sur des certitudes, même si certaines évidences s’imposent : une origine sociale défavorisée doublée d’une enfance ou d’une adolescence malmenée réduisent les chances d’être en bonne santé à l’âge adulte, une métier manuel constitue un risque de moins bonne santé et de vie plus courte qu’un métier de cadre… Si l’auteur reconnait qu’il « a peut-être donné le sentiment dans cet essai que tout était verrouillé dans la reproduction de la santé » (p. 153), il réaffirme que les facteurs de risque pour la santé n’enferment pas l’individu dans sa destinée sociale. Jusqu’où la responsabilité individuelle de chacun permet-elle de contrer ces déterminants, ceci pourrait être l’objet d’une autre recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mariama Sylla, « Nicolas Tanti-Hardouin, La reproduction sociale de santé. Inégalité de santé : responsabilité individuelle ou destinée sociale ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49853

Haut de page

Rédacteur

Mariama Sylla

Docteure d’État en médecine de l’Université Kofi Annan de Guinée.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search