Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Estelle Carde, Discrimination et ...

Estelle Carde, Discrimination et accès aux soins en Guyane française

Fodé Youssouf Diallo
Discriminations et accès aux soins en Guyane française
Estelle Carde, Discriminations et accès aux soins en Guyane française, Montréal, Presses de l'université de Montréal, 2016, 228 p., ISBN : 978-2-7606-3716-0.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

1Sociologue spécialiste des inégalités sociales de santé publique, Estelle Carde étudie dans cet ouvrage l’accès au soins en Guyane, sous l’angle des discriminations ethnoraciales au sein de la société et envers les étrangers. Son enquête s’appuie sur des observations et des Cavet Agnès2021-05-24T14:39:00CAentretiens semi-directifs avec des personnels des services de santé et des services sociauxCavet Agnès2021-05-24T14:40:00CA. Elle met en évidence les rapports sociaux de domination que les praticiens créoles et métropolitains exercent sur les patients amérindiens, chinois, hmong et noirs marrons, ainsi que sur les immigrés. L’auteure analyse les ressorts de ces discriminations ancrées dans les pratiques, qui entravent l’accès aux soins des populations dont l’origine, la langue ou la couleur de peau apparaît illégitime à ces professionnels de santé. Cavet Agnès2021-05-24T14:47:00CA

2Dans le premier chapitre, « Origine, soins et discriminations », Estelle Carde revient sur l’histoire de la Guyane française et de son occupation. Cette histoire reste déterminante dans les rapports sociaux actuels entre les « primo-occupants » (Amérindiens, les marrons et Créoles) et vis-à-vis des différentes communautés d’immigrés arrivés depuis la seconde moitié du XXe siècle : les Chinois venus dans les années 1950, les Hmong, originaires de Laos ou de la Thaïlande arrivés dans les années 1980 et, plus récemment, les Brésiliens, les Haïtiens, les Surinamiens…. Elle rappelle que la départementalisation de la Guyane en 1946 a instauré un clivage géographico-politique au sein même du territoire, source d’inégalités. En effet, seul le littoral de la Guyane a d’abord acquis le statut du territoire français, conférant aux habitants la citoyenneté française, alors que la vaste région de l’intérieur, « l’Inini », n’avait pas de statut défini, ses habitants ne bénéficiant que du titre de « protégés français ». Si ce clivage a été politiquement aboli en 1969, il continue d’entretenir une hiérarchisation des communautés selon l’ancienneté de leur accès à la nationalité française. En plus de ceci, la problématique de l’expansion du soin dans ce grand vaste territoire (du littoral à l’intérieur) complique l’accès aux droits de couverture et de soins. L’auteure souligne également la dualité de la Guyane, du fait qu’elle est située dans une région géographiquement pauvre mais qu’elle appartient politiquement à un État riche, Cavet Agnès2021-05-24T15:17:00CAdualité qui se répercute aussi en matière de santé.

3Au plan théorique, Estelle Carde s’appuie sur plusieurs concepts : la discrimination, tirée du droit, la catégorisation selon l’origine, tirée de la sociologie, et l’inégalité sociale dans l’accès aux soins, qui est une préoccupation de santé publique. L’auteur reprend la définition de Danièle Lochak qui abord la discrimination comme « un traitement différentiel défavorable et illégitime » (p. 43). Estelle Carde précise que « cette différence de traitement peut être favorable à l’individu (on parle alors de discrimination positive), mais le terme “discrimination” qualifie le plus souvent un traitement défavorable : la victime est traitée moins bien que les autres individus, cette discrimination entravant son accès à la ressource convoitée ». Dans les deux chapitres suivants, elle distingue plus précisément deux formes de discriminations : l’« illégitimation » et la « différenciation », qui lui permettent d’analyser les pratiques observées sur le terrain.

4Le deuxième chapitre s’intéresse auCavet Agnès2021-05-24T16:03:00CACavet Agnès2021-05-24T16:03:00CA point de vue et aux gestes discriminatoires des praticiens de soins créoles, qui sont les plus nombreux. Ceux-ci soupçonnent les immigrés d’être porteurs de maladies et d’avoir notamment introduit l’épidémie de VIH en Guyane. Ils les considèrent comme des fraudeurs qui utiliseraient l’accès aux soins pour obtenir des papiers et un titre de séjour. Ces professionnels reprochent à l’État sa politique de couverture maladie universelle ouverte à tous, estimant qu’elle encourage les migrants à venir massivement les envahir, sans tenir compte des spécificités géographiques de la Guyane. Ils jugent la politique de l’État laxiste et inadéquate à la réalité locale. C’est donc parce qu’ils considèrent que les immigrés sont « illégitimes » en Guyane que les praticiens mettent en œuvre des restrictions dans leurs droit de séjour et leur droit aux soins. Vis-à-vis d’eux, ils jouent davantage un rôle de police qu’un rôle de soin. L’auteur observe que si certains migrants accèdent à la santé, c’est plus par la voie caritative que par la voie du droit. Les praticiens créoles limitent également les soins qu’ils accordent aux Noirs marrons guyanais, en tant qu’ils constituent la dernière communauté qui ait acquis la citoyenneté française. Ils craignant que ces derniers, plus nombreux, leur fassent perdre la majorité démographique en Guyane. Ils entretiennent à leur égard une représentation de grands enfants qui ne méritent ni ne connaissent leurs droits, et ils se gardent de les en informer. Ils les considèrent encore comme des personnes immatures qui attendent d’être malades pour accéder aux services de santé. Estelle Carde analyse l’attitude des professionnels créoles à travers la notion d’« illégitimation », qui présente deux facettes. Si, sous l’angle juridique, l’illégitimité relève de l’illégalité, sous l’angle sociologique, elle s’apprécie selon les normes sociales : « est illégitime ce que le consensus social considère comme inacceptable ». Et le déni de légitimité que les soignants créoles opposent à certains patients les conduit à transgresser la légalité en restreignant leurs droits. Notamment, ils conditionnent l’accès au soin à des critères sélectifs qui ne sont pas prévus dans la législation (attestation de résidence en Guyane, quittance de loyer, factures d’électricité ou de soin, etc.).

5Le troisième chapitre se concentre sur les pratiques et sur la perception des praticiens métropolitains. Minoritaires sur le plan numérique, ces professionnels viennent exercer en Guyane pendant quelques années mais y restent rarement de façon durable. Considérant les populations locales comme les vrais autochtones de la Guyane, alors qu’eux-mêmes sont des « intrus », ils cherchent à prendre en compte leurs spécificités culturelles. Ces praticiens pensent que les Noirs marrons ne comprennent pas tous les droits (couverture maladie, accès aux soins etc.) qu’offre le système de soins français et ils estiment que ce dispositif n’est pas adapté au public local. C’est a priori avec de « bonnes intentions », et non dans un but restrictif et discriminatoire, qu’ils adoptent des mesures de différenciation dans l’application des procédures vis-à-vis des patients autochtones. Ils ne mesurent donc pas l’impact de leurs pratiques. L’étude montre que les praticiens métropolitains utilisent l’identité ethnoraciale non pas pour stigmatiser des usagers de soins à travers leur différence culturelle, mais plutôt pour adapter le système de soins à leur condition socioéconomique. Ainsi, pour faciliter l’accès aux soins, ils peuvent prendre en compte des jugements déclaratifs de naissance en lieu et place de documents officiels d’état civil. L’enquête montre cependant que la perception de ces praticiens métropolitains varie selon l’ancienneté de leur présence en Guyane et selon leur expérience sur le terrain.

6Dans la mesure où cette enquête est centrée sur les acteurs qui exercent des discriminations, et non sur ceux qui en font l’objet, elle ne rend pas compte de l’accès au système de santé de toute la population guyanaise – l’analyse de la perception des professionnels Créoles montre cependant que, contrairement aux Noirs marrons, les Amérindiens, les Hmong et les Chinois n’ont pas de problème d’accès au soins parce qu’ils sont crédibles et paient leurs frais médicaux. Le deuxième aspect que cette étude ne prend pas en compte est l’avis des usagers du système de soins (les Noirs marrons en particulier, qui apparaissent les plus touchés. Il nous semble qu’il aurait été intéressant de comparer leurs points de vue à celui des professionnels, qu’ils soient créoles ou métropolitains.

7Pour conclure, cette étude apparaît originale. Partant de l’interrogation des populations sur « la présence excessive des étrangers » (p. 10) et de l’inquiétude d’un médecin sur l’accès aux droits de couverture maladie et de soins continus de ces patients étrangers, l’auteure remonte dans l’histoire de la Guyane depuis la période esclavagiste en passant par la départementalisation pour trouver l’origine des rapports de pouvoir qui s’actualisent aujourd’hui encore sur la scène de l’accès au système socio-sanitaire à travers des traitements discriminatoire. Elle montre qu’une partie des praticiens créoles exercent une forme de discrimination en restreignant l’accès aux soins des étrangers et des Noirs marrons sur des critères d’illégitimité, tandis que certains les métropolitains mettent en œuvre une différenciation vis-à-vis des populations locales, sans mesurer que leurs pratiques conduisent à réduire les droits pour ces dernières. Si les actes que posent des Créoles sont des discriminations négatives, ceux des métropolitains sont plutôt considérés comme des discriminations positives. Ce livre intéressera les étudiants et les enseignants-chercheurs qui travaillent sur les inégalités d’accès à la santé et sur les inégalités ethnoraciales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fodé Youssouf Diallo, « Estelle Carde, Discrimination et accès aux soins en Guyane française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49860

Haut de page

Rédacteur

Fodé Youssouf Diallo

Fodé Youssouf Diallo est étudiant du master acteurs sociaux et développement local de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia Conakry. Il a participé à plusieurs études socio-anthropologique comme assistant de recherche. Dans le cadre de son mémoire, il travaille sur les pratiques écoresponsables des communautés agricoles du projet « Résilience des moyens d’existence des communautés agricoles face au changement climatique ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search