Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Guillaume Blanc, L’invention du c...

Guillaume Blanc, L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain

Fanny Attas
L'invention du colonialisme vert
Guillaume Blanc, L'invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l'Eden africain, Paris, Flammarion, 2020, 343 p., préf. François-Xavier Fauvelle, ISBN : 978-2-08-150439-4.
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été rédigé dans le prolongement de l’atelier d’écriture scientifique organisé à Conakry par le Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig), entre janvier et mars 2021, auquel ont participé deux groupes d’étudiant·es et de jeunes chercheur·euses en sciences sociales et en santé publique. Animée par la rédactrice en chef de Lectures, cette formation a été financée par l’Ambassade de France en Guinée et a bénéficié du soutien de L’Harmattan Guinée.

Texte intégral

  • 1 Via notamment les zoonoses, maladies transmissibles des animaux aux humains.

1L’invention du colonialisme vert sort dans un contexte particulièrement marqué par la crise environnementale, et d’autant plus que l’irruption de la Covid-19 a mis l’accent sur le lien entre destruction de la nature et épidémies émergentes1. Historien de l’environnement et spécialiste de l’Afrique contemporaine, Guillaume Blanc aborde au travers de l’histoire des parcs nationaux en Afrique de 1850 à 2019 la question des politiques de conservation de la nature. En retraçant l’histoire des parcs éthiopiens, particulièrement celui du Simien, l’auteur entend en finir avec le mythe de l’Eden africain via une analyse nouvelle des politiques de conservation en Afrique. Il met ainsi en évidence une naturalisation forcée des espaces africains par des experts occidentaux dans une conception coloniale de la nature, symptomatique d’un colonialisme vert qui sévit sur le continent depuis 1850 et qui aboutit à la criminalisation des populations locales – faisant des parcs des espaces d’exclusion, de violence et d’inégalités. Pour cela, il adopte une approche historique postcolonialiste, basant son ouvrage sur l’analyse d’archives, provenant des institutions internationales de la conservation, et de récits de vie récoltés auprès des acteurs du Simien.

2Après avoir défini son objet d’étude, sa méthodologie et ses objectifs dans le premier chapitre, l’auteur déroule dans les chapitres suivants l’histoire de l’Ethiopie et de ses parcs – et en filigrane celle de l’Afrique. Il analyse ainsi au chapitre deux la mise en parc de l’Afrique entre 1850 et 1960, expliquant comment les colons européens, marqués par le romantisme et l’orientalisme, fantasment dans l’Afrique colonisée du XIXe siècle un Eden vierge et sauvage qui est menacé par les populations locales. Ces administrateurs coloniaux établissent les premières politiques de conservation sur le territoire africain : ils créent d’abord des réserves de chasse puis des parcs nationaux dès 1900 – des « sanctuaires entièrement dédiés à la vie animale » (p. 67). Les activités humaines sont criminalisées à l’intérieur des parcs, qui deviennent des zones où les droits humains n’ont plus cours. Une politique des parcs se dessine, soutenue par des institutions internationales de la conservation créées sous la période coloniale (UICN, Fauna & Flora International, Unesco, WWF) : l’expulsion et le déplacement des habitants, ou la « conservation forteresse » (p. 191). Bien souvent, ces institutions emploient comme experts d’anciens administrateurs coloniaux qui perpétuent sous une nouvelle identité le discours colonial d’une Afrique verte détruite par les populations locales.

3Dans son troisième chapitre, l’auteur analyse la mise en place par ces institutions du Projet spécial pour l’Afrique, de 1960 à 1965. Après la décolonisation, il faut doublement sauver la nature africaine, non seulement des habitants qui la détruisent mais également des nouveaux dirigeants qui menacent les politiques de conservation déjà établies. La mise en parc de la nature se poursuit et les mythes sur la nature en Afrique continuent de circuler et de se consolider via les « textes-réseaux » (p. 107) : des rapports et articles qui se renforcent les uns les autres et remplacent même la réalité du terrain.

4Le chapitre suivant se concentre sur la gestion politique des parcs nationaux en Ethiopie de 1965 à 1970. Les institutions internationales procèdent à une globalisation de la conservation via la formation d’experts transnationaux et la diffusion de politiques hégémoniques visant à mettre l’Afrique en parcs et à en expulser les habitants desdits parcs. L’État éthiopien approuve et s’approprie ces politiques car elles lui permettent d’asseoir son pouvoir sur des régions aux velléités séparatrices. La protection de la nature devient un véritable enjeu de pouvoir qui légitime la violence, qu’elle soit au sommet de l’État ou au « ras du sol », dans les parcs.

5Dans le chapitre cinq, l’auteur explore comment ces relations de pouvoir participent à une explosion de la violence au sein des parcs nationaux de 1970 à 1978. La peur du déplacement et de l’expropriation est au cœur des actes de résistance, tandis que les gardes et experts criminalisent les modes de vie agro-pastoraux. Les violences se multiplient et la politique d’expulsion se perpétue au travers des différents régimes politiques éthiopiens. Dans le chapitre six, l’auteur explique comment le discours apolitique de la conservation participe à justifier et à rendre invisible la violence des gouvernements sur les populations locales de 1978 à 1996. Au début des années 1980, les normes changent et la protection de la nature est désormais sensée améliorer la vie des populations : la conservation communautaire va de pair avec la notion de développement durable. « Tout l’enjeu […] est de concilier l’inconciliable : l’exploitation capitaliste des ressources et leur protection pour l’ensemble de la communauté » (p. 194). La nouvelle éthique est de parvenir à des déplacements « volontaires » qui participent au développement des populations, à la conservation du parc et à son activité touristique.

6Dans le chapitre sept, l’auteur analyse ce nouveau développement communautaire qui prend place de 1996 à 2009 et qui tient autant de la fiction que des pratiques hégémoniques de conservation globale. Le discours communautaire est d’une telle « respectabilité technique qu’il est devenu impossible de le contester » (p. 217) ; pourtant, il participe à la criminalisation et à l’oppression des communautés locales en justifiant leur déplacement forcé par des raisons éthiques. Depuis 2005, une politique de sensibilisation au développement durable est menée auprès des populations : la violence concrète devient aussi symbolique car les agro-pasteurs ont désormais pleinement intégré les valeurs de la conservation et l’idée qu’ils n’ont pas leur place dans la nature.

7Dans le chapitre huit, l’auteur se penche sur les conséquences de ces politiques de conservation auprès des communautés locales de 2009 à 2019. Pour les communautés déplacées dans les zones urbaines comme pour celles qui demeurent sur place – et qui subissent la désorganisation sociale provoquée par le tourisme et les charges financières des amendes dues à leurs activités agro-pastorales –, la mise en parc de leur territoire les plonge dans une pauvreté grandissante qui vient ternir le bilan des projets de développement et de conservation. L’auteur conclut que le mythe de l’Eden africain est toujours d’actualité. Soutenus par des savoirs erronés, les termes du discours ont changé depuis l’époque coloniale mais les pratiques et leurs conséquences sont toujours les mêmes : criminalisation, expulsion, violence, inégalités et pauvreté.

8L’approche postcolonialiste de l’ouvrage met en lumière comment la vision de la nature héritée de l’époque coloniale continue de former et de justifier les politiques conservationnistes qui séparent humains et nature dans la violence et qui justifient les exactions contre les communautés locales. Cependant, elle tend également à catégoriser et à naturaliser les acteurs en abordant l’histoire des parcs nationaux par le prisme unique du colonialisme et en axant l’analyse sur deux figures archétypales : l’expert occidental et l’habitant africain. Ce choix, s’il permet de rendre l’ouvrage accessible au grand public, peut faire apparaître le propos trop simpliste pour les chercheurs en sciences sociales car il ne permet pas de rendre compte de la complexité de la situation et de la multiplicité des acteurs – entre eux et en leur sein. Dès lors, des contradictions apparaissent dans l’ouvrage et témoignent de la différence entre l’analyse volontairement simplifiée de l’auteur et la complexité du terrain. Par exemple, l’Ethiopie est prise comme révélatrice de l’histoire coloniale africaine alors que c’est l’un des seuls pays qui n’a pas été colonisé en Afrique (p. 41) ; le rôle des gouvernements et acteurs locaux apparaît quasi-accessoire (p. 27) alors que leur implication est évoquée plusieurs fois dans le livre. Certains exemples anecdotiques sont rendus symptomatiques du colonialisme, comme Le Roi Lion (p. 30, p. 198) ou le touriste américain qui recycle (p. 286). De plus, l’ouvrage aborde parfois une posture caricaturale, présentant par exemple des Occidentaux qui protègent la nature africaine pour s’autoriser à causer des dommages sur leur propre nature (p. 29, p. 293), ou des touristes canadiens à la recherche d’une nature qui n’existe plus chez eux (p. 265) – alors que le Canada possède le quart des milieux humides et des forêt boréales de la planète et que 25% de son territoire est protégé2. Ainsi, si l’ouvrage illustre habilement comment l’histoire des parcs nationaux en Ethiopie rend compte d’un colonialisme vert à l’œuvre dans les politiques de conservation de la nature, il nous semble dépasser ce que ses données permettent de démontrer en annonçant vouloir faire l’histoire du colonialisme vert en Afrique. On peut aussi se demander si l’exemple éthiopien est généralisable au continent africain et si les paroles des acteurs ne sont pas mises au service d’une analyse résolument postcoloniale. Dresser une histoire du colonialisme vert en Afrique demanderait sans doute une analyse plus holistique et globale sur l’Afrique et le monde en général – entre autres sur le colonialisme et la modernité3 comme idéologies politiques et sociales, la création des concepts d’écologie et d’environnement à la fin du XIXe siècle4, l’émergence de l’environnementalisme comme idéologie politique au début du XXe siècle5 et le concept ontologique6 ou philosophique de nature. De plus, l’analyse du colonialisme vert en Afrique ne peut se faire sans évoquer son pendant industriel : les industries extractives européennes, américaines ou chinoises qui pillent littéralement les ressources africaines tout en détruisant l’environnement et en participant à l’expulsion des habitants des zones d’extraction – d’autant plus qu’à l’heure actuelle, 71% des parcs africains inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco font l’objet de concessions minières ou pétrolières7.

9Malgré ces réserves, l’ouvrage de Guillaume Blanc présente un véritable intérêt scientifique et littéraire et nourrit un enjeu majeur dans l’analyse de la crise environnementale actuelle et de l’hégémonie des politiques de conservation : rendre compte des inégalités, violences et injustices perpétrées à l’encontre des communautés locales et légitimées par des discours environnementalistes néocoloniaux, au nom de la protection de la nature.

Haut de page

Notes

1 Via notamment les zoonoses, maladies transmissibles des animaux aux humains.

2 Source : Gouvernement canadien, https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/patrimoine-naturel/a-propos.html.

3 Latour Bruno, Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte, 1991 ; Latour Bruno, Enquête sur les modes d’existence : une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte, 2012.

4 Drouin Jean-Marc, L’écologie et son histoire. Réinventer la Nature, Paris, Flammarion, 1993 ; Deleage Jean-Paul, Une histoire de l’écologie, Paris, La Découverte, 1991 ; Acot Pierre, Histoire de l’écologie, Paris, PUF, 1994.

5 Jacob Jean, Histoire de l’écologie politique, Paris, Albin Michel, 1999.

6 Descola Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

7 Source : Le Monde diplomatique, https://www.monde-diplomatique.fr/2021/03/MISSER/62825.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Attas, « Guillaume Blanc, L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Eden africain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49875 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49875

Haut de page

Rédacteur

Fanny Attas

Chargée de soutien à la recherche en SHS (VIA) à l’IRD, détachée au Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig) et au Réseau anthropologie des épidémies émergentes (RAEE).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search