Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sophie Bourgault, Sophie Cloutier...

Sophie Bourgault, Sophie Cloutier, Stéphanie Gaudet (dir.), Éthiques de l’hospitalité, du don et du care. Actualité, regards croisés

Elise Martin
Éthiques de l'hospitalité, du don et du care
Sophie Bourgault, Sophie Cloutier, Stéphanie Gaudet (dir.), Éthiques de l'hospitalité, du don et du care. Actualité, regards croisés, Ottawa, Les Presses de l'Université d'Ottawa, coll. « 21e Société Histoire Cultures », 2020, 280 p., ISBN : 978-2-7603-3148-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ce qui permet à des individus et des familles de lieux différents de faire société, de se loger, (...)
  • 2 « Toute prestation de bien ou de service effectué, sans garantie de retour, en vue de créer, nourri (...)
  • 3 « Activité caractéristique de l’espèce humaine, qui recouvre tout ce que nous faisons dans le but d (...)

1Cet ouvrage collectif a pour but de créer des ponts entre les théories de l’hospitalité1, du don2 et du care3, la plupart du temps travaillées et débattues isolément. Le livre mêle des contributions de philosophes, de politistes, de sociologues et d’anthropologues européens et nord-américains de différentes écoles de pensée, ce qui permet de connecter des débats scientifiques souvent segmentés géographiquement.

2L’introduction de Sophie Bourgault, Sophie Cloutier et Stéphanie Gaudet donne un cadre au lecteur en identifiant les lignes de force communes aux éthiques de l’hospitalité, du don et du care. Fondées sur une « ontologie relationnelle de l’être humain » (p. 2) qui récuse l’idée d’un individu autonome, elles portent en elles l’idée que l’existence humaine est dépendante des autres existences et se trouve susceptible d’être blessée voire de vaciller à tout moment.

3Les contributeurs regroupés dans l’ouvrage accordent une importance particulière au contexte, à la singularité de toute interaction entre deux êtres humains, aux « petites attentions du quotidien » ou « multiples activités discrètes mais nécessaires pour le soin, l’entraide et l’accueil de l’autre » (p. 6) et (re)donnent une place aux émotions et aux sentiments exprimés dans le cadre des échanges.

  • 4 Fabienne Brugère, Antoine Le Blanc La fin de l’hospitalité, Paris, Flammarion, 2017, p. 205.
  • 5 Il s’agit d’« abaisser les “exigences” sensorielles, cognitives et motrices des équipements, afin d (...)
  • 6 Marc Breviglieri, « L’enfant des villes », Ambiances, Varia, 2015.

4L’ouvrage s’articule en trois parties qui s’équilibrent bien. La première, intitulée « Hospitalité, care et don : affinités électives », est celle qui donne à voir le plus directement les imbrications entre les trois éthiques. Dans le premier chapitre, Alain Loute montre la difficulté à penser ensemble éthique de l’hospitalité et éthique du soin. Dans la mesure où l’éthique de l’hospitalité renvoie à une « scène magnifiée » et de « pureté »4 (p. 25), la mobiliser conjointement avec l’éthique du soin interroge car elle fait reposer la charge et la responsabilité du soin sur le soignant. Pour dépasser cet écueil, l’auteur encourage les chercheurs à faire un détour par la géographie pour interroger le cadre concret et matériel de l’accueil : « Comment et dans quel lieu s’institue l’accueil des personnes soignées ? Ces institutions sont-elles souples ? Constituent-elles de véritables lieux d’accueil ou plutôt des lieux d’hébergement ? » (p. 30). Accorder une attention aux lieux de l’hospitalité permet de « ne pas personnaliser la question de l’accueil et d’éviter son internalisation dans la posture des individus soignants » et, in fine, d’aller au-delà d’« une lecture compassionnelle de l’hospitalité » (p. 29). Stéphane Vibert, dans sa contribution, passe par la notion de « communauté » pour penser ensemble l’hospitalité, le don et le care puisque celles-ci « font toutes appel à quelque chose qui, peu ou prou, invite à créer, approfondir ou restaurer un lieu ou un lien qui relèvent du commun, que ce soit sous la forme de l’accueil, de l’entraide, de la sollicitude, autrement dit à faire communauté » (p. 42). A rebours d’une conception idéalisée de l’hospitalité décrite comme inconditionnelle, l’auteur insiste sur le besoin de penser l’hospitalité par le prisme des rapports asymétriques qui existent entre l’accueilli et l’accueillant. À travers l’idée de « cercles concentriques de l’altérité » (p. 43), il dépasse les distinctions entre espaces privés et espaces publics, entre communautés locale et nationale et remet au centre des trois éthiques la question de l’extériorité et de la distance à l’autre, qu’elle soit spatiale ou symbolique. Joan Stavo-Debauge, qui clôt cette première partie, revient dans un premier temps sur les éthiques de l’hospitalité développées ces vingt dernières années et dans un deuxième temps propose une riche analyse de l’articulation entre hospitalité et accessibilité (p. 70-76) à travers une étude de l’inclusive design5 et de ses limites. Il montre qu’il ne suffit pas qu’un lieu soit ouvert et accessible physiquement pour être pleinement accueillant. En effet, « l’environnement ne montre ses qualités d’hospitalité que si l’on peut librement l’explorer, le quitter sans dommage et ne pas y souffrir d’aménagements aux effets oppressifs en raison de leur incapacité à se prêter à des usages “inventifs”6 » (p. 81). En d’autres termes, un espace qui reçoit dignement est un espace du quotidien qui protège le visiteur, le (ré)conforte et accepte sa singularité.

  • 7 Theodor Adorno, Minima Moralia : réflexions sur la vie mutilée, Paris, Payot, 1991, § 21, p. 21.
  • 8 « Mitfreunde » théorisée par Nietzsche dans Humains trop humains : opinions et sentences mêlées, Œu (...)
  • 9 Terme développé par Elisabeth Young-Bruehl et Faith Berthelard, Cherishment, a Psychology of the He (...)

5La deuxième partie, intitulée « Regards sur l’affectivité dans les éthiques de l’hospitalité, du don et du care », porte sur les émotions et les affects qui traversent les trois éthiques. Elle s’ouvre sur un texte de Marie-Andrée Ricard qui croise les théories du don de Theodor Adorno et de Marcel Mauss en analysant l’aphorisme paragraphe 21 de Minima Moralia7 (« Échange non permis »). Elle analyse le don comme condition de notre humanité et montre qu’il doit être pensé par le prisme de la réciprocité et de la « joie partagée »8. La partie se poursuit sur deux textes qui se font écho. Le chapitre 5 de Patrick Schuchter porte sur l’amitié comme fondement du care dans le cadre de soins infirmiers. L’amitié, synonyme de bienveillance d’après Épicure, construit et structure la relation entre le patient et le soignant. Autrement dit, « le nursing n’est pas complet sans le caring, […] la pratique du “prendre soin” n’est pas mûre sans générosité » (p. 123). Sophie Cloutier se propose de réconcilier les concepts d’amour et justice en assemblant une vision idéalisée et héroïsée du soin et de l’accueil, et une vision politique. À la fin de se contribution, elle revient sur la notion de chérissement9 qui porte en elle l’idée selon laquelle la réceptivité d’un individu adulte vient de l’« amour bienveillant » (p. 149) qu’on a pu lui témoigner dans l’enfance. Un enfant aimé et chéri deviendra selon elle un adulte engagé et à l’écoute de l’autre.

  • 10 Notamment dans Heather O’Neil, Daydreams of Angels, Toronto, Harper Collins, 2015.
  • 11 Hans Jonas, Das Prinzip Verantwortung, Frankfurt am Main, Insel, 1978 ; Le principe responsabilité, (...)
  • 12 Günther Anders, Die Antiquiertheit des Menschen, München, C.H.Beck, 1956 ; L’obsolescence de l’homm (...)
  • 13 Hannah Arendt, Lectures on Kant’s Political Philosophy, Chicago, Chicago University Press, 1982 ; J (...)
  • 14 Daniel Innerarity, Éthique de l’hospitalité, Québec, Presses Universitaires de Laval, 2009.

6La dernière partie, « Actualité et études de cas », dont le projet est – comme son nom l’indique – de mettre en regard les trois éthiques avec l’actualité contemporaine, est plus hétéroclite. Elle commence par une contribution de Dominique Hétu qui propose l’étude des textes fictionnels de l’autrice Heather O’Neil et montre comment le wonder – ou capacité d’émerveillement10 – permet aux personnages placés dans des situations complexes (situations de pauvreté, misère sociale) de se reconstruire. Cette approche originale du care montre comment un individu peut trouver les ressources en lui (pouvoir de l’imagination) et dans son quotidien pour vivre mieux. Les quatre chapitres suivants alternent études de cas et réflexion théorique. Le texte de Fabienne Brugère met l’accent sur la construction des théories du care et montre comment le prendre soin est une question éminemment politique dans la mesure où l’éthique du care inonde nos liens sociaux. L’autrice défend « une conception du vivre ensemble enracinée dans un lien réellement démocratique soucieux de ne pas exclure celles et ceux qui sont confrontés à des situations de vulnérabilité » (p. 197), ce qui sonne comme un prélude à de nécessaires refondations politiques. Le texte suivant est un texte collectif de Stéphanie Gaudet, Isabelle Marchand, Ivy Bourgeault et Merridee Bujaki qui met face à face une enquête menée auprès de femmes en milieu universitaire dans deux institutions de l’Ontario, et les théories du care. La division du travail dans le monde universitaire révèle que les formes de prendre soin (travail administratif, écoute des étudiants) échoient principalement aux femmes. Les autrices dénoncent une culture de la performance androcentrée, qui maintient les femmes dans une forme de vulnérabilité et d’épuisement, et militent pour une reconnaissance des tâches de care et une meilleure répartition de celles-ci. Le texte suivant, d’Elena Pulcini, fait résonnance avec le texte de Stéphane Vibert de la première partie et ses « cercles concentriques d’altérité ». Elle explique que la globalisation et la contraction des distances qui en est constitutive invite à repenser notre rapport à l’autre qui n’est plus confiné à « un ailleurs lointain » (p. 230). Dans ce sillage, elle voit « le réveil de l’empathie » – « qui permet d’entrer en relation avec l’autre après l’avoir découvert » – comme « une chance que nous pouvons et devons saisir » (p. 239). La fin de son chapitre, particulièrement éclairant, propose une réflexion sur « le don intergénérationnel » et notre rapport aux générations futures par l’intermédiaire des pensées de Hans Jonas11, Günter Anders12 et Hanna Arendt13. Le livre se termine sur un texte de Luc Vigneault qui revient sur les éthiques de l’hospitalité, qu’il replace dans le contexte actuel de crise de l’accueil des personnes exilées. En s’inspirant de Daniel Innerarity14, il montre que la rencontre avec l’étranger ne peut se faire qu’en faisant preuve de curiosité. À rebours des conceptions politiques et philosophiques qui tentent de gommer les dissemblances entre les êtres, Innerarity défend que « la rencontre entre les différentes cultures n’est possible que lorsqu’elles prennent des distances les unes par rapport aux autres, et lorsqu’elles prennent conscience de leur étrangeté » (p. 270). Ce texte qui analyse le multiculturalisme comme un fait anthropologique fondamental clôt bien l’ouvrage en faisant écho aux textes d’Alain Loute (chapitre 1), de Joan Stavo-Debauge (chapitre 3) et de Fabienne Brugère (chapitre 10).

7La question « qui accueille et prend soin de qui, quand et comment  ? » (p. 3) donne le ton d’un ouvrage qui ne pense pas séparément l’éthique et le politique. Les auteurs proposent une réflexion sur la refondation de systèmes politiques sur la base du soin et de l’hospitalité, ce qui apparaît stimulant pour qui veut allier théories, réflexions pratiques et prospectives.

8Si l’ouvrage allie des contributions qui portent sur une analyse fine des interactions entre les individus, entre les groupes sociaux, on regrette de ne pas trouver de textes qui mettent en valeur le rôle de ce qu’on pourrait appeler des « organes intermédiaires » dans les pratiques d’hospitalité, du don et du care. Quid de l’association d’aide aux exilés entre le bénévole et la personne accompagnée, de l’institution médico-sociale qui chapeaute l’éducateur face à la personne en situation de handicap ou encore des acteurs financiers et financeurs (collectivités territoriales en France par exemple) qui servent d’intermédiaires entre l’État et les acteurs de terrain ? Débattre de la place du care dans nos sociétés demande de prêter attention à tout ce qui participe à médiatiser, interférer, court-circuiter ou faciliter la relation entre celui qui donne et celui qui reçoit.

Haut de page

Notes

1 « Ce qui permet à des individus et des familles de lieux différents de faire société, de se loger, de se rendre des services mutuellement et réciproquement » cf. Anne Gotman, Le sens de l’hospitalité. Essais sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, Presses Universitaires de France, 2001, p. 3.

2 « Toute prestation de bien ou de service effectué, sans garantie de retour, en vue de créer, nourrir ou recréer le lien social entre personnes » cf. Jacques Godbout, Alain Caillé, L’esprit du don, Paris, La Découverte, 2007, p. 32.

3 « Activité caractéristique de l’espèce humaine, qui recouvre tout ce que nous faisons dans le but de maintenir, de perpétuer et de réparer notre monde […] monde [qui] comprend nos corps, nos personnes et notre environnement » cf. Joan Tronto, Un Monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009, p. 13.

4 Fabienne Brugère, Antoine Le Blanc La fin de l’hospitalité, Paris, Flammarion, 2017, p. 205.

5 Il s’agit d’« abaisser les “exigences” sensorielles, cognitives et motrices des équipements, afin d’en faciliter l’abord et l’utilisation aux usagers frappés d’un “handicap de situation” » (p. 73).

6 Marc Breviglieri, « L’enfant des villes », Ambiances, Varia, 2015.

7 Theodor Adorno, Minima Moralia : réflexions sur la vie mutilée, Paris, Payot, 1991, § 21, p. 21.

8 « Mitfreunde » théorisée par Nietzsche dans Humains trop humains : opinions et sentences mêlées, Œuvres, tome 1, Paris, Robert Laffont, 1993, § 62, p. 726.

9 Terme développé par Elisabeth Young-Bruehl et Faith Berthelard, Cherishment, a Psychology of the Heart, New York, The Free Press, 2000, p. 223.

10 Notamment dans Heather O’Neil, Daydreams of Angels, Toronto, Harper Collins, 2015.

11 Hans Jonas, Das Prinzip Verantwortung, Frankfurt am Main, Insel, 1978 ; Le principe responsabilité, Paris, Flammarion, 2013.

12 Günther Anders, Die Antiquiertheit des Menschen, München, C.H.Beck, 1956 ; L’obsolescence de l’homme, tome 2 : sur l’âme à l’époque de la révolution industrielle, Paris, Ivréa, 2002.

13 Hannah Arendt, Lectures on Kant’s Political Philosophy, Chicago, Chicago University Press, 1982 ; Juge : sur la philosophie de politique de Kant, Paris, Le Seuil, 2003.

14 Daniel Innerarity, Éthique de l’hospitalité, Québec, Presses Universitaires de Laval, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Martin, « Sophie Bourgault, Sophie Cloutier, Stéphanie Gaudet (dir.), Éthiques de l’hospitalité, du don et du care. Actualité, regards croisés  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 juin 2021, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/49905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.49905

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search