Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sarah Pochon, Derrière la grande ...

Sarah Pochon, Derrière la grande porte. Une année à Henri-IV

Christophe Birolini
Derrière la grande porte
Sarah Pochon, Derrière la grande porte. Une année à Henri-IV, Bordeaux, éditions du Détour, 2021, 224 p., ISBN : 979-10-97079-69-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est par exemple qualifié d’établissement d’exception dans un reportage de France 3. Il n’est d’a (...)

1Pour qui voudrait franchir la porte d’un établissement scolaire d’élite, c’est cela que Sarah Pochon nous donne à observer. Pendant sa thèse, elle a souhaité voir un établissement scolaire d’excellence de l’intérieur, car, dit-elle, il y a moins d’enquêtes sur ces lieux que sur ceux dits « à problèmes ». « Comment est-ce dedans ? Qui sont les élèves et comment se comportent-ils ? À quoi ressemble leur quotidien ? Comment font-ils pour réussir ? » (p. 12). Professeure d’Éducation Physique et Sportive (EPS), elle était aussi intéressée par le rapport au corps des élèves favorisé·e·s dans cet environnement. « Quels enjeux pour ces élèves que l’on imagine si cérébraux ? » (p. 9) ; « Est-ce qu’un lycée d’élite est aussi l’endroit où l’on façonne des corps sportifs et performants ? » (p. 110). Ces questions en tête, elle a passé une année scolaire à étudier le lycée Henri-IV, établissement scolaire public parisien prestigieux1, y effectuant des observations (cours aux côtés des enseignant·e·s d’EPS, périodes d’intercours, …). Elle consigne également dans son carnet les émotions qu’elle a pu ressentir. Elle complète ces notes par un questionnaire, auquel environ trois-quarts des lycéen·ne·s ont répondu. Issu de ce travail, cet ouvrage ébauche quelques réponses à ses questions sur le « mystère de l’excellence scolaire » (p. 13).

  • 2 J’utilise l’écriture inclusive, mais ce sont plutôt des hommes qui ont été retenus dans l’histoire.

2L’ouvrage est divisé en trois grandes parties. La première dessine le cadre privilégié de l’établissement. Situé au cœur du 5e arrondissement de Paris, un beau quartier, à proximité de monuments historiques, de lieux de culture et d’autres institutions éducatives prestigieuses, son emplacement contribue à son prestige. C’est un lieu marqué par l’histoire, dont l’apparence de l’établissement atteste, certaines parties étant classées monuments historiques. L’« excellence est sa marque de fabrique depuis des siècles » (p. 29) : dès la fin du XVIIIe, l’établissement commence à accueillir des enfants de familles favorisées afin de former l’élite. Henri-IV est réputé car il est rattaché à des noms d’ancien·ne·s élèves et professeur·e·s illustres2, mais aussi pour sa place dans les divers classements non officiels des lycées qu’il doit à ses excellents résultats (100 % de réussite au baccalauréat, taux élevé de mentions). Derrière sa façade et sa réputation se cache un environnement propice au travail, à la concentration, à l’effort scolaire. Henri-IV est bien équipé : bibliothèque fournie ouverte pendant les vacances scolaires, installations sportives sur place, luxe rare pour un établissement parisien, ou encore sept pianos à disposition des élèves. C’est aussi un cadre respecté : il n’y a pas de dégradation, de chahut d’élève ou de discipline à faire.

  • 3 Comme pour les classes préparatoires, où les établissements les plus prestigieux concentrent aussi (...)

3La deuxième présente les élèves et enseignant·e·s ainsi que les rapports qu’ils et elles entretiennent les un·e·s avec les autres. Le collège de l’établissement accueille autour de 700 élèves, le lycée 900 et les classes préparatoires 1100. Les lycéen·ne·s incarnent « une jeunesse favorisée qui cumule de nombreuses ressources culturelles et scolaires » (p. 65). Ces élèves sont en majorité blancs, « grands, minces, filiformes, élancés » (p. 61), et font preuve de discrétion dans leur apparence (maquillage absent ou léger par exemple). Ils et elles viennent principalement de familles appartenant aux classes supérieures, habitant dans des zones aisées. Une majorité des élèves pratiquent des activités extra-scolaires (musique, sport, notamment danse et tennis) et d’autres activités (lectures, sorties culturelles) que l’on associe aux milieux favorisés. Ces élèves ont un niveau d’ambition scolaire élevé : tou·te·s ou presque visent le bac avec la plus haute mention puis des études supérieures prestigieuses longues, une majorité s’orientant ensuite vers des classes préparatoires, les autres allant principalement vers la médecine, le droit ou Sciences Po. Ces projets scolaires ambitieux semblent prévus depuis longtemps pour les familles. À une élite lycéenne est associée une élite professorale3. À Henri-IV, les postes s’obtiennent grâce à l’ancienneté et à l’agrégation. Les enseignant·e·s sont sous pression pour être à la hauteur et maintenir la réputation de l’établissement. Ils et elles sont très engagé·e·s dans la réussite de leurs élèves (au bac, à des concours et prix de littérature ou de mathématiques entre autres) et ont pour eux et elles des exigences élevées. Même si les classes sont plus chargées que la moyenne nationale, il n’y a pas de problème de comportement pendant les cours. Les élèves sont discipliné·e·s, impliqué·e·s, à l’écoute, connaissent les attentes des enseignant·e·s et veulent s’y conformer, notamment pour réussir lors de l’évaluation. Aussi, « le temps qui passe est du temps consacré à la pratique, à l’apprentissage uniquement, aux savoirs, à la connaissance » (p. 130). Conscient·e·s de participer à la formation de futures élites dirigeantes, les enseignant·e·s favorisent les temps de coopération entre élèves où ils et elles doivent apprendre à communiquer en respectant les autres et à développer une forme de solidarité. Enfin, à Henri-IV comme dans les autres établissements, « il y a des élèves très sportifs et des élèves moins sportifs » (p. 121). La différence est que les premiers font preuve en EPS « d’un engagement intense, imperturbable, pérenne » (p. 122), et que leur corps et émotions sont maîtrisés (pas de cri par exemple).

  • 4 En sachant que l’établissement reçoit certainement beaucoup de dossiers, il est probable qu’un tri (...)
  • 5 Sur l’ascétisme juvénile, Darmon Muriel, « Des jeunesses singulières. Sociologie de l'ascétisme juv (...)

4La dernière partie donne des éléments de réponse sur la fabrique de cette élite scolaire. L’explication principale de la réussite des élèves repose selon elle sur la forte homogénéité de leurs aptitudes, dont la construction passe par leur sélection à l’entrée. En effet, Henri-IV est l’un des rares lycées publics à disposer de cette possibilité. La sélection se fait sur la base des appréciations des bulletins scolaires et des notes obtenues au collège, mais l’ancien proviseur estime que l’attitude comptait plus que les notes4. Sont recruté·e·s des élèves qui ont des dispositions aux efforts scolaires acquises dans leur famille, qui pourront être affinées et renforcées pendant la scolarité. Ces élèves sont susceptibles d’obtenir des résultats brillants (baccalauréat, concours des grandes écoles, …), que l’établissement pourra communiquer pour maintenir sa réputation. Ainsi sont préservés le prestige de l’établissement et l’entre-soi, c’est-à-dire un ensemble d’élèves aux origines sociales (classes supérieures) et dispositions (soumission à l’ordre scolaire, autocontrôle, obstination au travail, …) similaires. De plus, avec ses animations incessantes – conférences, invité·e·s réputé·e·s, voyages, sorties culturelles, nombreux clubs (théâtre, échecs, …) avec professeur·e·s dédié·e·s – l’établissement entretient une culture de l’excellence. Les élèves sont fortement incité·e·s à passer du temps et s’investir dans ces activités. En outre, les examens fréquents, le discours du directeur sur le travail intellectuel et l’autodiscipline dont doivent faire preuve les élèves, les interventions diverses (récompenses des meilleur·e·s par exemple) sont des moyens de s’assurer que les élèves maintiennent des efforts toute l’année. Les élèves ne peuvent se contenter du minimum et ressentent une pression à la réussite. Ils et elles doivent constamment fournir des efforts, faire preuve de rigueur, s’obstiner à réussir, se dépasser, et faire tout cela avec leurs camarades, l’esprit de solidarité et d’entraide entre élèves faisant partie de la norme d’excellence (le travail collectif est encouragé par exemple). L’établissement accorde une grande liberté et autonomie aux élèves, qui doivent donc faire preuve d’autodiscipline. En somme, c’est une forme d’ascétisme juvénile qui est attendue et incitée chez les élèves, rendue possible par leur sélection5.

5L’ouvrage se veut grand public et réussit sur ce plan cet objectif, étant une excellente porte d’entrée pour découvrir et observer l’intérieur d’un établissement scolaire d’élite. Ceci dit, certains thèmes récurrents sont abordés à plusieurs endroits (la réputation par exemple) ; il aurait été utile de faire des regroupements pour ces thèmes. En outre, certaines observations ne sont pas expliquées, comme le passage au réfectoire ou la tradition des élèves déguisé·e·s pour la photo de classe. Que sommes-nous censé·e·s en retirer ? En plus de cela, l’ouvrage aurait pu être plus critique sur l’ouverture sociale de l’établissement. Par exemple, il rapporte le discours d’un·e membre de l’administration sur l’autocensure des élèves issu·e·s de milieux populaires qui n’oseraient pas poser une candidature à Henri-IV (p. 164), mais reprendre ce discours sans le commenter revient à lui donner une plateforme, de la légitimité. Or, ce discours repousse la question des inégalités du côté des individus et des autres établissements, loin des établissements prestigieux et du système qui contribuent à maintenir ces inégalités. Traduction, Henri-IV n’est pas le problème. De plus, il repose sur l’idée élitiste qu’un·e élève devrait vouloir rentrer à Henri-IV s’il ou elle en a la possibilité6. Enfin, l’ouvrage manque de références sur l’éducation des élites. Henri-IV n’est pas le seul établissement où « la plupart des élèves ont appris à être vraiment bon·ne·s à être excellent·e·s »7. Référence classique, La noblesse d’État8 aurait par exemple pu être mobilisée lorsque l’autrice évoque la pression provenant du passage dans un établissement dans lequel sont déjà passés de grands hommes (p. 181). D’autres références sur les établissements scolaires d’élite auraient d’ailleurs pu aider à montrer qu’Henri-IV n’est pas unique et que les caractéristiques qui en font un établissement d’élite sont partagées avec d’autres établissements en France et à l’étranger9.

Haut de page

Notes

1 Il est par exemple qualifié d’établissement d’exception dans un reportage de France 3. Il n’est d’ailleurs pas anodin que des reportages sur Henri-IV existent. Ces reportages, et de manière générale la place importante qu’Henri-IV occupe dans les représentations médiatiques des établissements scolaires, contribuent également à (re)produire sa réputation. En outre, dans ces représentations, ce n’est pas un établissement interchangeable comme peuvent l’être des établissements dits « de banlieue », mais bien un établissement unique dont le nom importe. L’image véhiculée est généralement plutôt flatteuse pour Henri-IV. Pour une référence sur les différences de couverture médiatique des établissements scolaires : Poupeau Franck, « Collèges de banlieue et lycées prestigieux : Notes sur les traitements différentiels de deux mobilisations scolaires », Regards Sociologiques, n° 24, 2003, p. 35-45, disponible en ligne : http://www.regards-sociologiques.fr/n24-2003-04

2 J’utilise l’écriture inclusive, mais ce sont plutôt des hommes qui ont été retenus dans l’histoire.

3 Comme pour les classes préparatoires, où les établissements les plus prestigieux concentrent aussi les professeur·e·s d’élite : Rauscher Jacques-Benoît, Des enseignants d'élite ? Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles, Paris, Cerf, 2019 ; compte rendu de Mathieu Sadourny pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.41129.

4 En sachant que l’établissement reçoit certainement beaucoup de dossiers, il est probable qu’un tri soit effectué sur la base des notes, afin de ne retenir que les élèves ayant les meilleures notes. Il est cependant difficile d’en savoir davantage pour Henri-IV, car l’enquêtrice n’a pas pu assister aux commissions de sélection des élèves. Une hypothèse toutefois est que cela doit se passer, à la fois pour l’examen des notes et l’évaluation des attitudes, de manière similaire à ce que Muriel Darmon a décrit pour les classes préparatoires : « Sélectionner, élire, prédire : le recrutement des classes préparatoires », Sociétés contemporaines, vol. 86, n° 2, 2012, p. 5-29, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/soco.086.0005

5 Sur l’ascétisme juvénile, Darmon Muriel, « Des jeunesses singulières. Sociologie de l'ascétisme juvénile », Agora débats/jeunesses, vol. 56, n° 3, 2010, p. 49-62, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/agora.056.0049.

6 Sur ce point, voir par exemple le rapport pour le Département de Sciences sociales de l’École normale supérieure de Paris de Blanchard Marianne, Orange Sophie, Pierrel Arnaud, « La production d’une noblesse scientifique : Enquête sur les biais de recrutement à l’ENS », 2014, p. 149-151.

7 Howard Adam, Learning privilege: Lessons of power and identity in affluent schooling, New York, Routledge, 2008, p. 54, traduit de l’anglais : « most students have learned to be really good at being excellent ».

8 Bourdieu Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1989.

9 Sur ce point, Gaztambide-Fernández Rubén A., « What Is an Elite Boarding School? », Review of Educational Research, vol. 79 n° 3, 2009, p. 1090‑1128, disponible en ligne : https://doi.org/10.3102/0034654309339500.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Birolini, « Sarah Pochon, Derrière la grande porte. Une année à Henri-IV », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 juin 2021, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50089

Haut de page

Rédacteur

Christophe Birolini

Doctorant en sciences de l’éducation à l’Université de Paris rattaché au CERLIS (UMR 8070).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search