Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Alain Vaillant, Matthieu Letourne...

Alain Vaillant, Matthieu Letourneux (dir.), L’empire du rire

Marie Goupil-Lucas-Fontaine
L’empire du rire
Matthieu Letourneux, Alain Vaillant (dir.), L’empire du rire. XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS, 2021, 1000 p., ISBN : 9782271125262.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Minois, Histoire du rire et de la dérision, Paris, Fayard, 2000.
  • 2 Alain Vaillant, Le Rire, Paris, Quintette, 1991.
  • 3 Alain Vaillant, Esthétique du rire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012 ; Alain V (...)

1« Le rire est furieusement tendance », constatent d’emblée les auteurs de ce volume de 1 000 pages ; l’accroche, non sans une certaine ironie, postule qu’« il y a quelques années encore, un livre comme celui-ci n’aurait sans doute pas pu voir le jour » (p. 7). Combien d’années ? Au moins une vingtaine si l’on se souvient du livre de Georges Minois, Histoire du rire et de la dérision paru en 20001. Une trentaine si l’on se réfère à la bibliographie des deux auteurs autour de la question. Car déjà en 1991, Alain Vaillant s’interrogeait sur « l’inquiétante ambivalence » du rire2. Depuis, l’auteur a régulièrement3 exploré les différentes facettes de ce phénomène physiologique et social, d’abord dans son domaine de prédilection, la littérature du XIXsiècle, puis en élargissant de plus en plus son horizon aux autres formes artistiques et médiatiques. C’est à ces dernières que s’intéresse plus particulièrement Matthieu Letourneux, spécialiste des littératures sérielles et des cultures médiatiques du XXsiècle.

  • 4 Voir la présentation du projet « L’histoire du rire moderne (XIXe-XXIe siècles) : traditions comiqu (...)

2Présent dans la peinture, au cinéma, au théâtre, dans la presse… pour ainsi dire partout, le rire est un objet qui se prête particulièrement bien aux approches interdisciplinaires et notamment aux approches multimédiales, très en vogue dans les études comparatistes actuelles. Cet imposant collectif s’inscrit dans un projet de recherches plus large consacré à l’Histoire du rire moderne (19e-21e siècles)4, qui encourageait dès ses origines l’ouverture interdisciplinaire. Les chapitres de spécialistes d’études théâtrales (Marie Duret-Pujol), cinématographiques (Emmanuel Dreux) ou historiques (Laurent Bihl, Jacqueline Lalouette, Sylvain Lesage) ne cachent cependant pas la domination incontestable des spécialistes d’études littéraires parmi les 31 contributeurs, dont beaucoup se sont mués en philosophes ou sociologues pour l’occasion. Car c’est bien faire œuvre sociologique, philosophique et anthropologique que de vouloir « mesurer puis […] comprendre le poids de la culture du rire dans la société moderne » (p. 10). Le volume possède ainsi les qualités et les défauts d’une entreprise éditoriale qui fait à la fois office de manuel de synthèse, sur l’histoire et la place du rire dans la société française contemporaine, et de dictionnaire pour éclairer et permettre de différencier les catégories esthétiques du rire (le comique, la satire, la parodie, le grotesque) et les formes dans lesquelles elles se manifestent (le roman, la musique, la chanson, la bande dessinée, la télévision, internet).

3L’ouvrage se veut accessible à tout public, y compris aux non-spécialistes. Richement illustré, entre autres d’un fascicule hors-texte en couleurs, le volume se lit assez facilement malgré sa grande taille. Les prescriptions imposant aux contributeurs de simplifier leur expression, de s’abstenir de tout jargon superflu et de réduire au strict minimum les notes ont cependant été respectées de manière variable selon les auteurs : la définition du rire comme « intellection biface lapidaire d’une communication évaluée » (p. 161) tout comme « la relation triadique d'énonciation entre un locuteur, un allocutaire et un délocuté » (p. 158) peuvent susciter autant le rire que les larmes. À l’inverse, l’absence de notes dans certaines contributions, partiellement compensée par la bibliographie de fin d’ouvrage, donne parfois la sensation gênante de lire des réflexions qui, sans être dénuées d’intérêt, tiendraient ailleurs le rang de généralités gratuites.

4Les quatre parties qui composent l’ouvrage ont été conçues pour homogénéiser les différentes contributions en évitant la « collection » de contributions individuelles. La première partie, historico-théorique, installe la notion de « rire moderne ». Alain Vaillant et Matthieu Letourneux jettent tout d’abord les fondements théoriques de l’ouvrage en interrogeant la singularité de ce qui est pour l’essentiel un phénomène transcendant les différentes catégories de la société. Les « trois clés du rire moderne » reposent ainsi sur les notions de « rire démocratique », de « multimédialité » (c’est-à-dire la variété des supports médiatiques par laquelle s’exprime le rire) qui engendre une « moyennisation des sujets du rire » (p. 41), et enfin de rire « communautaire ». Par le « rire démocratique », Alain Vaillant entend souligner une évolution en opposition au rire d’Ancien Régime, qui reposait pour l’essentiel sur des formes d’inversion sociale lors des épisodes de carnaval ou sur l’esprit, cher à l’aristocratie des Lumières. Le « rire démocratique » aurait ainsi la vertu essentielle d’« égaliser les positions » (p. 20). Il participe sous la IIIe République à la « massification croissante des pratiques de consommation » (p. 32) en devenant un enjeu économique à part entière, d’abord dans l’industrie du spectacle, puis de plus en plus dans la publicité. La deuxième sous-partie distingue quatre séquences chronologiques plus ou moins liées à l’évolution politique de la France. Jean-Didier Wagneur identifie ainsi une première séquence du rire contemporain français, marquée par la censure, de 1830 à 1870. La contrainte exercée par les monarchies censitaires et le Second Empire, qui interdisent de fait d’évoquer les sujets politiquement sensibles dans les spectacles et dans la presse ou la littérature, n’entraîne pas seulement une uniformisation du rire réduit à ce que ces régimes autorisent ; elle induit parallèlement des stratégies de résistance qui passent par le développement de la parodie et de la caricature. Sous la IIIe République, le rire « de résistance » s’accentue paradoxalement, malgré un contexte plus libéral : si la violence révolutionnaire qui caractérisait la période précédente recule après l’épisode de la Commune, le rire devient un espace et un moyen d’expression et d’identification de cette violence, de plus en plus renvoyée à ses symboles. La séquence chronologique 1920-1968 visitée par Alain Vaillant est marquée par les élans de liberté qui se manifestent en réaction à chacune des deux guerres mondiales et par le développement de nouveaux moyens médiatiques, en particulier les supports audiovisuels. Ceux-ci participent plus largement encore, de 1970 à nos jours, à la fabrique d’une véritable culture du rire médiatique, avec toutes les contradictions engendrées par des « productions massifiées et mondialisées et [la] multiplication […] de pratiques culturelles de niches ; [par la] libéralisation de la parole transgressive et [le] triomphe de certaines formes de conformisme » (Matthieu Letourneux, p. 133).

5À cette histoire du rire moderne succède une deuxième partie consacrée à « l’esthétique du rire ». Les auteurs y traitent d’une part des « forces vives du rire », c’est-à-dire les moyens par lesquels passe le rire, et d’autre part des « catégories du risible ». « Communication », « représentation », « imagination », « subjectivation comique », « expansion », les chapitres de la première sous-partie examinent la dimension théorique de la nécessaire prise de conscience d’un décalage ou d’un dysfonctionnement par rapport aux normes sociales habituelles, à l’origine du rire. La contribution d’Éric Bordas interroge ainsi la place du rire dans la communication humaine. C’est au procédé d’imitation que s’intéresse ensuite Yoan Vérilhac, à travers l’analyse philosophique des notions de jeu, de distance et de réalisme qui interviennent dans les processus de représentation à l’origine du rire parodique. Alain Vaillant rappelle de son côté que le rire, « à l’intersection de l’espace intime et de l’espace social » (p. 196) a pour fonction première de « faire société ». La deuxième sous-partie traite à la manière d’un dictionnaire des différents procédés mis en œuvre pour déclencher le rire : le comique, le ludique, la satire, la parodie, l’ironie, le nonsense, le grotesque, le burlesque sont tour à tour étudiés au travers d’approches théoriques et d’exemples souvent littéraires.

6Dans la troisième partie intitulée « L’arme du rire », sont examinés les prolongements idéologiques et politiques du rire. La contribution d’Yves-Édouard Le Bos apporte un éclairage intéressant sur les implications juridiques du rire en société en se demandant si « le droit de rire pourrait […] être menacé par le Droit lui-même ». L’auteur souligne qu’au-delà du Droit, « il existe des normes […] qui doivent permettre d’évaluer, de contester librement celui qui prend la liberté de faire rire » (p. 486). La deuxième sous-partie aborde les principales « cibles du rire » : la politique, les femmes, les étrangers et la religion. Éric Bordas montre ainsi que le « rire misogyne » est un phénomène quasi-anthropologique, dont il observe les premières manifestations dans les cours d’écoles. Il met cependant en évidence une évolution conduisant le rire misogyne à devenir « une référence politique considérable du féminisme politiquement militant » (p. 553).

7Dans la dernière partie consacrée à « la culture du rire », plusieurs contributions examinent les différents supports littéraires, artistiques et médiatiques par lesquels passe le rire. Alain Vaillant et Isolde Lecostey montrent ainsi la complexité des relations entre le roman, généralement caractérisé par sa longueur, et le comique, qui repose le plus souvent sur des effets de surprise et de brièveté. Paradoxalement, c’est par l’humour que la forme romanesque se trouve renouvelée dans la première moitié du XXe siècle. D’autres contributions traitent des différentes formes spectaculaires où le rire se manifeste : théâtre, music-hall, cirque, cinéma, chanson, sketch humoristique sont chacun soumis aux évolutions plus larges de la société et des goûts du public qui imposent leurs contraintes à ces divertissements. Clément Dessy montre ainsi l’importance du disque et de la télévision dans la survie et le renouvellement du music-hall « au-delà de la scène » (p. 719). Dans la dernière sous-partie, « Rire, espace public et culture médiatique », la réflexion prend une orientation plus directement sociologique en interrogeant surtout la place du rire contemporain à la télévision, à la radio et sur internet, ainsi que les « microformes médiatiques » (textes et formes difficilement classables souvent caractérisées par leur brièveté), où le rire occupe la meilleure place. Yoan Vérilhac conclut sur la notion de « sociabilité du rire » en faisant le parallèle entre les pratiques actuelles du rire médiatique, qui passe notamment par les réseaux sociaux à travers gifs et émojis, et les pratiques anciennes déjà présentes dans les « petits journaux ». La sociabilité du rire relève ainsi d’abord d’une mise en scène des sociabilités que le développement des réseaux sociaux n’a pas inventé.

8Sans pour autant clore le projet d’Histoire du rire moderne, L’Empire du rire en marque une étape décisive, avec pour ambition d’en faire « un livre de référence qui convoque tous les savoirs académiques » (p. 12). Livre de référence sans conteste, L’Empire du rire remplit partiellement les buts que s’étaient fixés les auteurs, conscients de l’« ambition démesurée, peut-être utopique » de leur projet de « tout dire sur le rire » (p. 12). Il n’en demeure pas moins un modèle perfectible que la prochaine livraison amendera sans doute : les auteurs donnent d’ores et déjà « rendez-vous pour un autre livre à venir, portant dialectiquement sur les rires nationaux et sur l’internationalisation du rire » (p. 14), selon une rhétorique feuilletonesque chère à Matthieu Letourneux.

Haut de page

Notes

1 Georges Minois, Histoire du rire et de la dérision, Paris, Fayard, 2000.

2 Alain Vaillant, Le Rire, Paris, Quintette, 1991.

3 Alain Vaillant, Esthétique du rire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012 ; Alain Vaillant, La civilisation du rire, Paris, CNRS Éditions, 2016 ; Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.), Le rire moderne, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013.

4 Voir la présentation du projet « L’histoire du rire moderne (XIXe-XXIe siècles) : traditions comiques et cultures multi-médiales », en ligne : https://har.parisnanterre.fr/projets/labex-les-passes-dans-le-present/lhistoire-du-rire-moderne-xixe-xxie-siecles-traditions-comiques-et-cultures-multi-mediales/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Goupil-Lucas-Fontaine, « Alain Vaillant, Matthieu Letourneux (dir.), L’empire du rire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juin 2021, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50095 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50095

Haut de page

Rédacteur

Marie Goupil-Lucas-Fontaine

ATER et doctorante à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle ; chercheuse associée au département de la Musique de la Bibliothèque nationale de France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search