Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Emmanuelle Prak-Derrington, Magie...

Emmanuelle Prak-Derrington, Magies de la répétition

Serge Martin
Magies de la répétition
Emmanuelle Prak-Derrington, Magies de la répétition, Lyon, ENS Éditions, coll. « Langages », 2021, 376 p., préf. Claude Hagège, ISBN : 9791036202704.
Haut de page

Texte intégral

1Inscrit « dans le courant de pensée d’Émile Benveniste » (p. 31), cet ouvrage imposant par le format – plus de 400 pages avec 50 pages de bibliographies (ressources et références) et d’index (noms propres et matières) – est bienvenu pour les étudiants et les chercheurs en sciences humaines et sociales. Il rompt avec certaines habitudes de sa discipline de référence, la linguistique, dont les ouvrages d’une technicité souvent rebutante restent confinés aux seuls spécialistes de sous-disciplines repliées sur elles-mêmes, ignorant les « “problèmes de linguistique générale” – formulation-hommage aux deux ouvrages de Benveniste » (p. 36). Il cherche également à associer littéraires ou linguistes, enseignants ou chercheurs, à « ce parcours de recherche » qui veut prendre en considération la notion de répétition, en la ressourçant à une théorie du langage à partir de trois aspects décisifs, selon l’autrice : « le faire, l’inconscient et le corps du sujet que la répétition exacte, c’est-à-dire à l’identique, permet d’articuler sous un jour nouveau » (p. 33).

  • 1 Voir l’ouvrage fondamental de Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, PUF, 1968. L’autrice (...)

2C’est aussi dans le sillage des études deleuzienne1 que cet essai reprend à nouveau frais le problème, en l’enrichissant d’une bonne connaissance du domaine allemand qui discrédite moins ce phénomène que l’habitude scolaire voire scolastique française (p. 23). La référence décisive à la Gestalttheorie de l’école de Berlin (p. 113) et à ses lois (« saillance, similarité, clôture et parfois même symétrie ») permet à Emmanuelle Prak-Derrington de concevoir la répétition « par sa capacité à organiser en un tout figural la perception auditive du flux verbal » (p. 125). Elle constate une défaillance rédhibitoire dans les études linguistiques françaises puisque « la problématique de la reformulation ou de la paraphrase […] a longtemps éclipsé – pour ne pas dire escamoté – celle de la répétition à l’identique » (p. 58-59). En effet, cette dernière, dissociée de la « répétition sémantique », serait selon l’autrice celle qui « permet de modifier les rapports entre signifiant et signifié, forme et sens » (p. 46). Aussi est revendiqué un champ quasiment nouveau pour cette « grande oubliée des formes de réflexivité » (p. 64). L’ambition est grande et ne se limite pas « du tout […] au discours littéraire » (p. 37) en s’ouvrant plus particulièrement au « discours politique » (p. 159), et s’en prend à la « pure tradition de la rhétorique-herbier » en visant une « théorisation unitaire » (p. 128) par la notion de « répétition réticulaire » (p. 129) que l’autrice préfère à celle de « tabulaire », par trop rigide. Aussi, convoque-t-elle la notion de rythme, dont la conceptualisation lui parait d’une « étendue insaisissable », en l’accouplant à celle de « cohésion » puisqu’avec la répétition, plus qu’avec l’« équivalence » chère à Jakobson, « les syntagmes se font paradigmes » (p. 148). Ainsi ne réduit-elle pas à la fonction poétique « les effets produits par les signifiants répétés et rythmés » (ibid.). Cette « conception restreinte » (p. 152) du rythme fait peut-être la limite de l’ambition de l’ouvrage qui semble le plus souvent se resserrer sur une conception que l’autrice elle-même revendique comme « mémoralisation », associant ainsi trois notions : « (mémoire + morale + oralisation) » (p. 165). En effet, à la différence de Meschonnic rapidement évoqué, il ne semble pas que soient dissociés nettement sujet de la parole-geste (qu’on ne peut non plus réduire à l’énonciateur) et sujet philosophique voire psychologique. Aussi, on peut soupçonner que Prak-Derrington cherche davantage à « concilier » (p. 179) qu’à spécifier, d’autant qu’elle arrime toute sa théorie générale à la « problématique de la motivation » (p. 189) avec la notion d’« iconicité ». Ceci dit, elle ne cesse de nourrir une insatisfaction forte à l’égard des approches linguistiques dominantes pour donner toute sa place à « la répétition performative », « lorsque la signifiance de la répétition débouche sur la fusion du dire et du faire » (p. 184). C’est ce qu’elle explore dans ses quatre derniers chapitres, qui font l’acmé de sa démonstration, autour de la litanie, de la performance oratoire, de la réduplication comme geste verbo-vocal et enfin de l’incantation, laquelle semble porter l’autrice à passer du verbe au Verbe (p. 334)…

3Un paragraphe central explicite le titre de l’ouvrage et situe clairement le positionnement à la fois linguistique et ontologique (p. 196) revendiqué de l’autrice : « “Et la Parole a été faite chair” (Jean, I, 14). Magie de la répétition, magie de l’incarnation ! parce que l’acte locutoire réunit le mot et le geste (réduplication), le dire et le faire (litanie), et en définitive la parole et le chant (l’incantation), la répétition donne corps en même temps que vie au langage » (p. 197). S’aperçoit la force critique de la thèse de Prak-Derrington qui rejette, par exemple, « l’appréhension quantitative “utilitariste” des maximes conversationnelles et du principe de pertinence » (p. 205), non sans y joindre un peu d’humour formulaire (« Les paroles s’envolent, la litanie reste », p. 240) et en y affirmant l’importance du corps, « le grand oublié de la théorie des actes de langage » (p. 243). L’autrice réduit toutefois assez rapidement les incorporations à des incarnations, terme qu’elle préfère à ceux « rattachées aux théories cognitives » : embodiment et énaction (p. 247). Ceci lui fait aussi préférer « vocal » et « vocalité » à « oral » et « oralité » (p. 249), en se risquant à des sorties du langage que pointe telle remarque significative : « la signifiance litanique coïncide donc avec le retour vers l’universel : vers le physiologique et le prélinguistique » (p. 252). Cette remarque se généralise en parlant d’un « pouvoir archaïque de “geste vocal” » qu’aurait la répétition comme « régression » (p. 255) ! C’est ce qu’opère également le recours à la notion de « musicalité » qui, in fine, confèrerait sa valeur à toute voix résonante (p. 272). C’est que l’autrice met toute son épistémologie dans « la dimension perceptive » quand il semble qu’il eut fallu mieux tenir le défi que Benveniste, paraphrasé à la toute fin de l’ouvrage, lançait avec une formule (« Bien avant de communiquer, le langage sert à vivre ») qui met le fonctionnement au poste de commande quand Prak-Derrington l’a versé dans l’ontologie : « Bien avant de communiquer, la répétition sert à vivre. Elle est, et elle dit la magie de l’être » (p. 350). On aurait préféré : « la magie d’être ».

4Ceci dit, ayant ici à peine dévoilé les nombreuses analyses de discours et les multiples références savantes qui font le sel de cet ouvrage, il faut redire combien celui-ci permet d’instaurer « une rupture qualitative » avec la plupart des travaux de linguistique actuels afin de retrouver ne serait-ce que « la notion de “sympathie” » (p. 303) au cœur des problématiques attentives au continu des formes discursives, des littéraires aux plus ordinaires, lesquelles participent peu ou prou à « la magie du langage » (p. 301), à l’ensemble de ses gestes, des gestes du dire.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage fondamental de Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, PUF, 1968. L’autrice se contente toutefois de faire référence aux premières pages (magistrales !) de Deleuze et ne discute pas l’ensemble de ses thèses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Martin, « Emmanuelle Prak-Derrington, Magies de la répétition », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juin 2020, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50113

Haut de page

Rédacteur

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française, Université Sorbonne nouvelle. Auteur de Rythmes amoureux, Corps, langage, poème (Otrante, 2020).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search