Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Yannick Le Hénaff, Christophe Bon...

Yannick Le Hénaff, Christophe Bonnet, François Feliu, Miléna Spach (dir.), Penser l'alcool au cœur des sciences sociales

Thierry Fillaut
Penser l'alcool au cœur des sciences sociales
Yannick Le Hénaff, Christophe Bonnet, François Feliu, Miléna Spach (dir.), Penser l'alcool au cœur des sciences sociales, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « Le social et le politique », 2021, 262 p., ISBN : 978-2-84016-380-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences de sociologie à l’université de Rouen Normandie.
  • 2 Post-doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique.
  • 3 Ingénieur d’études.
  • 4 Ingénieure de recherche.
  • 5 Véronique Nahoum-Grappe, La culture de l'ivresse : essai de phénoménologie historique, Paris, Quai (...)
  • 6 Ludovic Gaussot, Modération et sobriété. Études sur les usages sociaux de l’alcool, Paris, L’Harmat (...)

1Mettre en lumière « la singularité du regard des sciences sociales » sur la consommation d’alcool et ses excès, « mais aussi sa diversité » (p. 257), tel est l’objet de l’ouvrage collectif dirigé par Yannick Le Hénaff1, Christophe Bonnet2, François Feliu3 et Miléna Spach4. Y ont contribué une dizaine d’autrices et auteurs, certains reconnus, parfois de longue date, pour leurs travaux sur les représentations et usages de l’alcool (Véronique Nahoum-Grappe5, Ludovic Gaussot6), et d’autres qui y ont consacré ou y consacrent leurs thèses pour tout ou partie (Nicolas Fortané, Nicolas Palierne) ou qui s’y intéressent ou s’y sont intéressés à l’occasion de contrats de recherche (Marie-Laure Déroff, Louise Lartigot-Hervier, Sébastien Le Pajolec, Catherine Palmer, collectif Candela).

2Dans un premier temps, l’ouvrage cherche à « rendre compte… de la manière dont l’alcool peut être traité – et partiellement façonné – par la science ou le politique » (p. 25) : Nicolas Fortané rappelle comment, en l’espace de deux décennies (années 1990 à 2010), « la recomposition des conceptions scientifiques et médicales de la dépendance » (p. 55), la reconnaissance de celles-ci et leur prise en compte par les professionnels et acteurs institutionnels (accent mis sur les comportements plutôt que sur les produits) ont modifié le regard porté sur les abus d'alcool et leur prévention (approches en termes de conduites addictives et de réduction des risques). La contributions du collectif Calenda sur la régulation des usages festifs et nocturnes de l’alcool au travers de l’exemple lillois et celle de Louise Lartigot-Hervier sur l’évaluation de la prévention de l’alcoolisation fœtale à La Réunion illustrent les enjeux et les effets de ces changements. Dans un deuxième temps, sont évoquées, sous l’angle des représentations et du genre, les populations à risques qui aujourd’hui focalisent l’intérêt aussi bien des pouvoirs publics que du corps médical ou des médias, à savoir les jeunes et les femmes : les contributions déconstruisent la fabrication du récit et la mise en images du boire jeune comme problème de santé publique (essor de l’ivresse publique et manifeste) à partir des années 1970 (Sébastien Le Pajolec) et l’attention accordée aux « alcoolisations des filles », révélatrice de « craintes face à un alignement des pratiques venant perturber l'ordre sexué » (Marie-Laure Déroff, p. 197). Enfin, la troisième partie se veut une ouverture sur « des territoires à explorer » (p. 26), avec des réflexions sur les liens entre sport et alcool (Catherine Palmer) et sur la nuit « verso du monde diurne, berceau des conduites d'excès » (Véronique Nahoum-Grappe, p. 231).

  • 7 Voir le chapitre consacré aux repères de consommation d’alcool dans : Santé publique France, Instit (...)
  • 8 Expression généralisée par les médias pour rendre compte du dossier de presse de Santé publique Fra (...)
  • 9 Alphonse d’Houtaud, « Préface », in Alphonse d’Houtaud et Michel Taleghani (dir.), Sciences sociale (...)

3Chacun des textes réunis souligne la complexité des interactions entre individus et groupes d’acteurs face aux usages de l’alcool considérés comme souhaitables7, et face à ses mésusages, avérés ou estampillés tels. Tous montrent l’intérêt, voire la nécessité, pour le chercheur, d’envisager les manières de boire et leur prise en compte sanitaire et sociale au prisme de leurs paradoxes (effet protecteur de la pratique sportive versus milieu sportif comme vecteur d’alcoolisation, par exemple...). De fait, alors que « la prévention de la santé tend parfois à restreindre les consommations de psychotropes à des comportements d’individus confrontés simplement à des produits toxiques » et que « la logique préventive emboîte le pas au modèle médical », il est utile, comme le soulignent Nicolas Palierne et Ludovic Gaussot au sujet des régulations parentales et juvéniles du boire adolescent, de décentrer le regard pour mieux observer et « rendre compte de ces comportements » en les replaçant « dans l'ensemble des situations sociales dans lesquelles ils naissent et se perpétuent » (p. 173). Il ne s’agit pas de nier ou de négliger les risques et le besoin de les prévenir et de les prendre en charge, mais de les analyser dans leurs multiples dimensions, l’alcool ne pouvant pas être envisagé uniquement sous l’angle d’un « fardeau sanitaire8 ». Ce faisant, l’ouvrage s’inscrit dans la lignée de projets antérieurs, tel celui initié dans les années 1990 par Alphonse d’Houtaud (1926-2020), alors directeur de recherche à l’Inserm en épistémologie et sociologie de la santé, qui « se propos[ait] de relever un défi : montrer comment quelques-unes des ressources des sciences humaines et sociales sont en mesure de contribuer à faire mieux comprendre les rapports de certains sujets aux boissons alcoolisées »9.

4En arrière-plan, transparaissent les tensions et les difficultés auxquelles peuvent être confrontés les chercheurs en sciences sociales qui souhaitent « investiguer l’alcool » dans un contexte marqué à la fois par une demande publique de prévention et de soins largement dominée par les sciences biomédicales, et par une faible reconnaissance académique de ce type de recherche en SHS. Fort justement, les directeurs de l’ouvrage insistent sur ces points dans leur introduction, rappelant combien, dans un environnement grandement conditionné par les appels d’offre, il est important pour les sciences sociales de ne pas « se voir imposer ses questionnements », d’interroger et analyser ce qui semble des évidences et « donc les discours contemporains sur un objet qui se prête particulièrement aux débats, si ce n'est aux polémiques » (p. 12).

5Si le choix de privilégier certains thèmes de recherche et certaines populations à risques s’explique aisément au regard de la demande sociale et des travaux menés au cours de la dernière décennie, on peut néanmoins regretter que ne soient pas également présentés ou explorés des sujets en émergence ou peu abordés (épigénétique, boire des aînés…) et d’autres plus récurrents (monde du travail, alcool au volant…), voire que ne soient pas proposées de nouvelles pistes et problématiques de recherche. La vocation affichée par les directeurs de l’ouvrage d’en faire un « outil » et une « invitation pour celles et ceux qui souhaiteraient amorcer des travaux sur l’objet, ou pour les professionnels en demande de regards complémentaires » (p. 261) en aurait été ainsi confortée.

  • 10 Inserm, Réduction des dommages associés à la consommation d’alcool. Synthèse et recommandations, Mo (...)
  • 11 Voir le titre de la présentation par Lionel Dany, Ludovic Gaussot et Grégory Lo Monaco du numéro th (...)

6Pour conclure, on ne peut que recommander la lecture des diverses contributions réunies ici et leur mise en perspective. En contrepoint des multiples rapports et expertises publiés récemment et dont les objectifs sont tout autres, à l’instar de la nouvelle expertise collective de l’Inserm10 dont le titre résume à lui seul les finalités, elles ont en commun de rendre visibles les apports spécifiques des sciences sociales à la connaissance de cet « objet au cœur du social »11 qu’est l’alcool et d’en souligner la richesse et la portée, quand bien même l’exploitation de ces recherches par les acteurs de la santé publique ou, à l’inverse, par les alcooliers, peut, selon le cas, « engendre(r) l’enthousiasme ou au contraire des levées de boucliers » (p. 262).

Haut de page

Notes

1 Maître de conférences de sociologie à l’université de Rouen Normandie.

2 Post-doctorant à l’Institut des sciences sociales du politique.

3 Ingénieur d’études.

4 Ingénieure de recherche.

5 Véronique Nahoum-Grappe, La culture de l'ivresse : essai de phénoménologie historique, Paris, Quai Voltaire, « coll. Histoire », 1991.

6 Ludovic Gaussot, Modération et sobriété. Études sur les usages sociaux de l’alcool, Paris, L’Harmattan, « coll. Logiques sociales », 2004.

7 Voir le chapitre consacré aux repères de consommation d’alcool dans : Santé publique France, Institut national du cancer, Avis d’experts relatif à l'évolution du discours public en matière de consommation d'alcool en France, Saint-Maurice, Santé publique France, 2017, disponible en ligne : http://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2017/avis-d-experts-relatif-a-l-evolution-du-discours-public-en-matiere-de-consommation-d-alcool-en-france-organise-par-sante-publique-france-et-l-insti.

8 Expression généralisée par les médias pour rendre compte du dossier de presse de Santé publique France présentant les résultats du n° 5-6 du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 19 février 2019 intitulé : « Consommation d’alcool, comportements et conséquences pour la santé », en ligne : http://www.santepubliquefrance.fr/docs/bulletin-epidemiologique-hebdomadaire-19-fevrier-2019-n-5-6.

9 Alphonse d’Houtaud, « Préface », in Alphonse d’Houtaud et Michel Taleghani (dir.), Sciences sociales et alcool, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 6.

10 Inserm, Réduction des dommages associés à la consommation d’alcool. Synthèse et recommandations, Montrouge, EDP Sciences, « Collection Expertise collective », 2021, en ligne : https://www.inserm.fr/sites/default/files/2021-05/Inserm_ExpertiseCollective_Alcool2021_Synthese.pdf.

11 Voir le titre de la présentation par Lionel Dany, Ludovic Gaussot et Grégory Lo Monaco du numéro thématique « Alcool » des Cahiers internationaux de psychologie sociale, n° 107, 2015, en ligne : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-internationaux-de-psychologie-sociale-2015-3.htm?contenu=sommaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Fillaut, « Yannick Le Hénaff, Christophe Bonnet, François Feliu, Miléna Spach (dir.), Penser l'alcool au cœur des sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50133

Haut de page

Rédacteur

Thierry Fillaut

Professeur des universités honoraire en histoire contemporaine, chercheur associé Laboratoire d'études et de recherche en sociologie (Labers, Université Bretagne Sud, EA 3149).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search