Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Nathalie Pigault, Les faux Napoléon

Nathalie Pigault, Les faux Napoléon

Vincent Petit
Les faux Napoléon
Nathalie Pigault, Les faux Napoléon, Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2021, 240 p., 1re éd. 2018, ISBN : 9782271136916.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre correspond à l’édition de poche d’un ouvrage préalablement publié en 2018. Rédigé dans un style alerte et agréable, fondé sur des sources archivistiques précises, l’ouvrage traite de quatre individus – mais on peut présumer qu’il y en a eu peut-être davantage – qui se firent passer pour l’empereur déchu Napoléon Bonaparte. L’échantillon est réduit, la période étroitement circonscrite (deux affaires en 1815, une en 1817 et une autre en 1820-23) et la zone géographique à peine moins (les trois premières concernant l’Ain et l’Isère, la dernière la Lozère). L’auteure distingue d’ailleurs les trois premiers cas du dernier, qui n’est renseigné qu’indirectement par un témoignage publié en 1904.

2Les trois premiers faux Napoléon apparaissent en effet à l’été 1815 et à l’été 1817 : la saison et le climat, si importants dans la civilisation rurale pour l’échauffement des passions – on pense à la Grande Peur de 1789 ou à « l’été rouge » de 1841, étudié par Jean-Claude Caron – ne sont pas assez soulignés. Ces trois hommes sont d’anciens militaires, dont la reconversion est difficile. Tous trois devenus instituteurs de circonstance, maniant quelques rudiments de médecine, ils disposent d’un certain niveau d’instruction et d’une certaine aisance dans le discours qui leur permettent d’accréditer leur mystification, au moins quelques semaines, auprès d’un public généralement crédule. Les temps sont durs pour les demi-soldes, renvoyés dans leurs foyers par le gouvernement de la Restauration, mais la modestie de leur apparence sert leurs desseins : après tout, ne cherchent-ils pas à déjouer la surveillance des autorités et à solliciter l’appui des couches populaires ? En outre, l’Empereur est un homme simple et débonnaire, proche du peuple, à l’opposé des nobliaux rentrés dans les fourgons de l’étranger. Aussi, croiser Napoléon au bord d’une route, même sous l’apparence d’un vagabond, est-il possible, du moins veut-on le croire dans ces régions frontalières qui lui sont restées attachées. Le départ de l’île d’Elbe a prouvé que son retour victorieux était envisageable.

3Le contexte des années 1815-17, aux plans politique, militaire et économique, apparaît suffisamment trouble pour que les autorités royalistes ne négligent pas ces impostures, aussi peu dangereuses qu’elles semblent apparaître – celle de Mathieu Félix a duré deux jours ! Le gouvernement de Louis XVIII vit dans la crainte d’un soulèvement populaire et réprime avec force toutes les formes de sédition. Les autorités locales, maires, gendarmes et curés, exagèrent à dessein, pour mieux souligner leur loyalisme, les conséquences politiques fâcheuses que pourraient causer ces faux Napoléon.

4Le quatrième cas est celui d’un moine, le Père Hilarion, de l’ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Dieu, qui a créé un asile d’aliénés et dont la ressemblance avec Napoléon qu’on lui prête lui permet de financer ses projets généreux. Ici, la duplicité des autorités – qui d’ailleurs ne le poursuivent pas devant les tribunaux, contrairement aux trois autres – apparaît comme une forme de complaisance à l’égard d’une personnalité originale. L’escroquerie, dépourvue de caractère subversif, est excusable. Le sous-préfet qui rapporte sa rencontre avec le Père Hilarion suggère même que l’État pourrait contribuer à son asile, œuvre d’utilité publique.

5L’auteure s’attache à comprendre comment les populations rurales ont pu croire que ces faux Napoléon pouvaient être le vrai, échappé de Sainte-Hélène ou remplacé là-bas par un sosie. La décision des autorités de la Restauration d’effacer partout les portraits de Napoléon et d’une manière générale, la répression qui pèse sur les libraires et les colporteurs ont paradoxalement servi les imposteurs : une femme reconnaît Napoléon en comparant le profil de Jean Charnay avec celui de l’empereur sur une pièce de monnaie (comme Drouet à Varennes !). Peut-être l’ouvrage aurait-il pu dépasser la seule analyse de la légende napoléonienne, si vivante, et qui explique que les témoins croient voir ce qu’ils désirent croire. Les rumeurs, les peurs (celle du rétablissement des droits féodaux ou de celle des troupes d’occupation), installent les conditions de l’attente d’un retour messianique de l’empereur, à travers son corps glorieux sur lequel le temps n’a pas de prise (les usurpateurs d’identité sont tous beaucoup plus jeunes que Napoléon).

  • 1 Laure Murat, L’homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie, Paris, (...)

6On s’étonne tout de même que la pathologie de ces quatre mégalomanes ait été à peine posée, l’auteure se cantonnant à des causalités d’ordre politique, parfaitement rationnelles. Un détour par la psychologie clinique aurait peut-être permis de mieux cerner le comportement des imposteurs : monomanie, mélancolie, démence, trouble de la personnalité ? À ce titre, les analyses de Laure Murat1 auraient pu être utiles. Charenton comptait 5 empereurs en 1818, Bicêtre 14 en 1840 au moment du retour des cendres : trois des faux Napoléon ont fini en prison, auraient-ils pu finir à l’asile ?

Haut de page

Notes

1 Laure Murat, L’homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie, Paris, Gallimard, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Petit, « Nathalie Pigault, Les faux Napoléon », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50145

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search