Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Gwenola Ricordeau, Crimes et Pein...

Gwenola Ricordeau, Crimes et Peines. Penser l’abolitionnisme pénal avec Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris

Adèle Payet et Gabriel Voisin-Moncho
Crimes et Peines
Gwénola Ricordeau, Crimes et Peines. Penser l'abolitionnisme pénal avec Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris, Caen, Grevis, coll. « Enquêtes politiques », 2021, 200 p., trad. Lydia Amarouche et Pauline Picot, ISBN : 9782956807889.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le validisme désigne l’oppression des personnes en situation de handicap.

1Né dans les années 1970, l'abolitionnisme pénal est un mouvement à la fois intellectuel et militant qui s’est développé aux États-Unis et dans les pays scandinaves. Il consiste à remettre en question le système pénal dans son ensemble (tribunaux, police, prisons) et à imaginer des alternatives. Faisant le constat de la faible présence de ce mouvement en France, l’autrice de Pour elles toutes. Femmes contre la prison propose ici de découvrir trois auteur·ice·s anglophones qui ont été fondamentaux·les dans son cheminement, tant intellectuel que personnel. Le livre se découpe en trois parties. La première est un retour historique sur la pensée abolitionniste qui permet de restituer et de présenter les trois auteur·ice·s ainsi que les textes choisis et traduits pour l’occasion. La deuxième comprend les textes en eux-mêmes, introduits par Gwenola Ricordeau qui revient plus en détail sur la biographie des auteur·ice·s et sur la place de cet article dans leur pensée. Enfin, la troisième partie effectue un bilan critique de ces textes à l’aune d’une histoire des luttes qui identifient les enjeux contemporains (écologie, anticapitalisme, féminisme, anti-racisme et validisme1).

  • 2 Selon Karlene Faith, la justice réparatrice « prévoit que la ou les victime(s), le délinquant et la (...)

2Le texte de Nils Christie,  « À qui appartiennent les conflits ? » (1976), développe une criminologie critique faisant preuve d’une certaine défiance à l’égard des savoirs qu’elle produit : « peut-être ne devrions-nous pas faire de criminologie », lit-on en guise d’entrée en matière. Sa critique du système pénal procède d’une analyse des conflits inter-individuels. Christie considère que les conflits sont des biens communs qui enrichissent nos interactions sociales. Or, par le biais d’experts juridiques et médicaux, le système pénal dépossède les personnes concernées de leurs situations conflictuelles en plaquant sur celles-ci des catégories juridiques préfabriquées. Nils Christie propose un nouveau paradigme de justice réparatrice2 pour envisager une véritable confrontation des parties en jeu afin que la victime sorte d’un état de passivité et que l’auteur·e des faits gagne en responsabilité. Le but est de créer les conditions d’un véritable « débat politique » (p. 63) au sein d’un tribunal qui rassemble la communauté locale, les personnes concernées et des représentant·e·s de l’État. Dans un premier temps, le tribunal établit l’infraction et le coupable, il analyse ensuite la situation de la victime en envisageant des compensations possibles, puis il définit la peine en prenant en compte les souffrances déjà infligées par les réparations, avant de mettre en place une assistance sociale pour l’auteur·e de l’infraction. Dans ce processus de justice réparatrice, des experts peuvent intervenir, mais leur présence doit être minimale, si possible dispensable, à titre de simples ressources, jamais de porte-parole.

3Le deuxième texte est un article de Louk Hulsman intitulé « La criminologie critique et le concept de crime » (1986). Louk Hulsman revient ici sur la représentation du crime comme acte indésirable qui résulte d’une action imputable à un individu. Sa thèse consiste en l’affirmation suivante : « Le crime n’a pas de réalité ontologique » (p. 116). Le crime est un concept propre aux politiques pénales qui impliquent une vision juridique des conflits, que l’auteur appelle la vision « catascopique » : l’État impose par le haut une grille de lecture qui construit les faits criminalisés. Louk Hulsman nous invite à abandonner ce concept pour ne considérer que des « situations-problème » dont on peut faire varier les « cadres interprétatifs » (par exemple : l’accident est-il dû à des causes naturelles, à l’état des routes, à l’attention du conducteur ?) et les « focalisations » (c’est-à-dire les limites temporelles de la situation). Ce changement de perspective conduit à adopter une vision « anascopique » qui prend la société comme un agrégat de groupes sociaux, que Louk Hulsman appelle des « tribus ». Ces outils conceptuels, en plus de replacer la résolution des conflits à une échelle plus locale, permettent de diversifier les réponses possibles aux situations-problème. À l’instar de Nils Christie, Louk Hulsman plaide pour une réappropriation des conflits par les personnes concernées afin d’y trouver une résolution satisfaisante et adaptée aux parties comme au groupe.

  • 3 Toujours selon Karlene Faith, la justice transformative se distingue de la justice réparatrice en c (...)
  • 4 Zehr Howard, Changing Lenses: Restorative Justice for Our Times, VA, Herald Press, 2015.
  • 5 Gwenola Ricordeau y ajouterait le néo-colonialisme, le validisme et la destruction de l’environneme (...)

4Le dernier texte, de Ruth Morris, s’intitule « Deux types de victimes : répondre à leurs besoins » (1998). Cette quaker, membre de la première organisation religieuse ouvertement abolitionniste au monde – la Société des Amis –, a longuement milité en faveur de la justice restaurative et transformative3. Dans son article, Ruth Morris aborde la question de la victime en revenant sur le sens de cette désignation et sur les besoins que peut ressentir la personne concernée. En s’appuyant sur les travaux du criminologiste Howard Zehr4, l’autrice identifie d’abord cinq besoins que peut manifester une victime : (i) obtenir des réponses afin de comprendre l’évènement qu’elle a subi ; (ii) voir son préjudice reconnu sans charge d’accusation, comme ça peut être le cas dans le système pénal ; (iii) être réintégrée auprès d’une communauté qui assure sa sécurité; (iv) obtenir une réparation du préjudice subi ; (v) pouvoir transformer l’évènement négatif en quelque chose de positif pour elle-même comme pour le reste de la communauté, afin de lui donner un sens. Dans un second temps, Ruth Morris relève un problème majeur du système pénal, à savoir qu’il se concentre principalement sur les victimes de « violences interpersonnelles » au détriment des victimes « d’injustices systémiques » qui peuvent découler du racisme, du classisme ou du sexisme5. Il est pourtant nécessaire de prendre en compte de façon égale ces préjudices pour comprendre leur enchevêtrement, dont souffrent en particulier les détenu·e·s, doublement victimes de violences.

  • 6 Le ministère de la Justice l’envisage comme « une pratique complémentaire au traitement pénal » : h (...)

5Le dernier chapitre reconstitue l’histoire de l’abolitionnisme, en identifiant les controverses qui l’ont animé et les évolutions qu’il a subies au rythme des politiques pénales. Pour les militant·e·s, les problématiques majeures sont d’ordre stratégique : les « réformes négatives » (chercher à adoucir les peines), ou la « stratégie gradualiste » (empêcher la construction de prison, dépénaliser et libérer les personnes incarcérées), s’en tiennent à une logique réformiste. De nombreuses critiques ont été formulées contre les peines alternatives, qui constituent notamment pour Foucault une manière d’étendre le contrôle pénal. D’autres écueils surviennent : remplacer le pénal par du psycho-social, ou entretenir un « innocentisme » en prenant les prisonnier·ères pour des innocent·es, en vertu de la logique des « rares personnes dangereuses ». La justice réparatrice étant souvent récupérée par les institutions pénales, comme c’est déjà le cas en France6, Gwenola Ricordeau considère que seule la justice transformative accomplit une véritable révolution en réintégrant les victimes et la communauté dans les décisions de justice. De plus, elle pallie les limites de la justice réparatrice, souvent récupérée par les institutions pénales. En 1987, l’International Conference on Prison Abolition change de nom pour s’appeler l’International Conference on Penal Abolition. Cela marque le début d’une nouvelle vague qui se caractérise, depuis les années 2000, par l’élargissement des thématiques autour du capitalisme (Jackis Wang), de la race (Angela Davis), du genre et de la sexualité (Gwenola Ricordeau). Les critiques du système carcéral s’articulent notamment à une critique des forces de l’ordre, qui gagne de plus en plus en visibilité depuis la mort de George Floyd (mai 2020). Gwenola Ricordeau identifie deux questions actuelles qui s’adressent à l’abolitionnisme : quel est le sujet politique de ce mouvement et peut-on abolir le système pénal sans faire la révolution ? Aujourd’hui, le mouvement est de plus en plus porté par les personnes concernées par les violences du système pénal, et non plus par les criminologues. Selon Ricordeau, c’est là la seule manière d’en faire un véritable mouvement d’émancipation.

6Par cette anthologie, Gwenola Ricordeau nous fait entrer dans la pensée avant-gardiste de l’abolitionnisme pénal. En redéfinissant les conflits, en déconstruisant le concept de crime et en analysant les besoins des victimes, ces trois textes, accompagnés des explications de Gwenola Ricordeau, adressent une critique radicale au système pénal, sans tomber dans un angélisme naïf. Ils s’efforcent de réinventer la résolution des conflits en nous invitant à faire table rase de notre conception de la justice. C’est une réflexion exigeante qui est ici proposée et qui vise à refonder entièrement notre manière de faire justice. L’intérêt de ce livre est de rendre pensable et crédible le projet abolitionniste, en l’articulant à des actions politiques qui témoignent d’un besoin d’émancipation. Bien que le livre puisse être difficile à aborder pour un lectorat novice du sujet, il entend alimenter le débat public et participer à la transformation de nos institutions.

Haut de page

Notes

1 Le validisme désigne l’oppression des personnes en situation de handicap.

2 Selon Karlene Faith, la justice réparatrice « prévoit que la ou les victime(s), le délinquant et la communauté travailleront ensemble pour assurer la responsabilisation, la restitution, la guérison et la réintégration » (Faith Karlene, « La résistance à la pénalité : un impératif féministe », Criminologie, vol. 35, no 2, 2002, p. 115-134).

3 Toujours selon Karlene Faith, la justice transformative se distingue de la justice réparatrice en ceci qu’elle fait  « valoir que les iniquités sociales basées sur la classe et la race entraînent des processus de criminalisation et d’incarcération sélectives. le but est de transformer les relations sociopolitiques qui produisent autant les comportements illégaux que les réponses discriminatoires » (Ibid.).

4 Zehr Howard, Changing Lenses: Restorative Justice for Our Times, VA, Herald Press, 2015.

5 Gwenola Ricordeau y ajouterait le néo-colonialisme, le validisme et la destruction de l’environnement.

6 Le ministère de la Justice l’envisage comme « une pratique complémentaire au traitement pénal » : http://www.justice.gouv.fr/le-ministere-de-la-justice-10017/quest-ce-que-la-justice-restaurative-29943.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adèle Payet et Gabriel Voisin-Moncho, « Gwenola Ricordeau, Crimes et Peines. Penser l’abolitionnisme pénal avec Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 juin 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50149

Haut de page

Rédacteurs

Adèle Payet

Doctorante en philosophie politique à l’ENS de Lyon (UMR 5206) et à l’Université Laval (Institut d’éthique appliqué).

Articles du même rédacteur

Gabriel Voisin-Moncho

Normalien étudiant et masterant en sciences sociales à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search