Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Stéphane François, La Nouvelle Dr...

Stéphane François, La Nouvelle Droite et ses dissidences. Identité, écologie et paganisme

Antoine Dubiau
La Nouvelle Droite et ses dissidences
Stéphane François, La Nouvelle Droite et ses dissidences. Identité, écologie et paganisme, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2021, 240 p., ISBN : 9782356877604.
Haut de page

Texte intégral

1Déjà auteur de plusieurs ouvrages sur les fondements idéologiques de l’extrême-droite, Stéphane François publie ici un ouvrage de synthèse sur l’un de ses courants politiques et philosophiques influents : la « Nouvelle Droite ». Il propose d’en comprendre « l’éclatement volontaire » en identifiant les sources et les dissidences de cette nébuleuse néo-droitière, qui rassemble depuis les années 1970 plusieurs courants d’extrême-droite en France et en Europe. La figure d’Alain de Benoist est présente tout au long du livre, celui-ci se présentant en effet comme le « modérateur » entre les différentes tendances de la Nouvelle Droite. L’ouvrage n’est pas un texte original, mais une anthologie de textes déjà publiés par Stéphane François, que celui-ci a retravaillés et harmonisés.

2Dans le premier chapitre, Stéphane François met en évidence que le racisme, qu’il soit biologique ou culturel, « fait partie des constantes de la Nouvelle Droite » (p. 15). En effet, des changements superficiels peuvent être observés, le suprémacisme blanc des débuts de la mouvance ayant progressivement évolué en une défense de la culture européenne, mais l’obsession raciste est restée la même. Ce racisme se manifeste politiquement par un « rejet de l’Autre » fondant la « posture défensive » (p. 32) de la Nouvelle Droite, analysée dans le second chapitre. Stéphane François montre ainsi que l’Europe est considérée comme assaillie par l’immigration, celle-ci étant présentée comme une invasion voire une colonisation, préfigurant le fantasme du « grand remplacement » aujourd’hui installé dans l’espace médiatique. L’auteur rappelle également que ces thèses se fondent sur une conception de l’Europe comme ensemble culturel cohérent, ancré dans une prétendue « continuité raciale depuis près de 30 000 ans » (p. 41).

3Deux branches de la mouvance néodroitère sont analysées en propre dans l’ouvrage. Le troisième chapitre est ainsi consacré à la constitution de la tendance traditionaliste. Stéphane François éclaire utilement le lecteur sur le sens de la notion de « tradition ». Ici, celle-ci doit être comprise dans un sens ésotérique, renvoyant à « une tradition unique, “primordiale”, c’est à dire antérieure à toutes les traditions locales » (p. 47), les unifiant toutes dans une même vision réactionnaire du monde moderne. C’est sur ce socle métaphysique que s’est développé le (néo)paganisme auquel est souvent associée la Nouvelle Droite, au point que Stéphane François décrit aujourd’hui celle-ci comme relevant du « post-traditionalisme » (p. 61). Le neuvième chapitre porte sur le courant « folkiste » de la Nouvelle Droite, qui s’est développé dans les années 1960, « aux marges du néonazisme et de ceux qui ont été appelés les “volkischer” » (p. 142). En effet, le folkisme se présente comme un néopaganisme inspiré de thèses formulées par d’anciens SS d’orientation occultiste. Aujourd’hui, Stéphane François y rattache des organisations identitaires comme Terre & Peuple, ou des revues comme Réfléchir & Agir, publiée depuis 1993.

4Depuis les années 1970, la Nouvelle Droite est accusée par ses détracteurs « d’être une machine à recycler les thèses nazies, voire d’être une expression savante du néonazisme » (p. 63). Stéphane François tient à préciser les tenants et aboutissants de ce débat dans son quatrième chapitre. L’auteur nuance la filiation entre les deux idéologies, en montrant ce qui distingue la Nouvelle Droite du nazisme, malgré la présence en son sein d’anciens SS – non pas pour la dédouaner, mais pour affiner la compréhension de sa construction idéologique. Il met alors en évidence que la Nouvelle Droite découle plutôt d’idées « prénazies », issues de la « Révolution conservatrice » allemande.

  • 1 Comme l’a bien montré Stéphane François par ailleurs, la Nouvelle Droite s’est intéressée à l’écolo (...)

5Stéphane François analyse le revirement écologiste selon lui « sincère » de la Nouvelle Droite à partir du milieu des années 1970, marqué par « le rejet de la modernité » et la présentation de « l’immigration comme un facteur déterminant de déséquilibre » (p. 81). Cette profonde réorientation idéologique consiste en la défense d’un ancrage naturel des identités locales (voire des races pour certains auteurs), liant ainsi racisme et préservation de l’environnement. La défense par la Nouvelle Droite d’un autre rapport à la nature pour sortir de l’anthropocentrisme conduit Stéphane François à la catégoriser comme écologie profonde, au sens du philosophe norvégien Arne Naess1.

6La Nouvelle Droite en elle-même n’a plus la même activité qu’entre les années 1970 et 1980, mais son influence se retrouve dans plusieurs mouvements d’extrême-droite lui étant postérieurs, également analysés dans l’ouvrage. Dans le sixième chapitre, Stéphane François montre comment, sur le plan géographique, la pensée d’Alain de Benoist s’est exportée, notamment aux États-Unis, où il est traduit et publié malgré l’anti-américanisme explicite de son œuvre. Dans le même temps, le philosophe a importé certaines idées américaines en Europe, lorsque celles-ci confortaient l’idée d’un enracinement, d’abord biologique puis culturel, des humains dans leur environnement. Stéphane François décrypte également, dans son septième chapitre, la construction de la « droite alternative » aux États-Unis, plus connue sous le nom d’alt-right. Il commence par rappeler que cette mouvance est bien d’extrême-droite, en raison de ses liens théoriques, éditoriaux et amicaux avec la Nouvelle Droite européenne. Comme celle-ci, l’alt-right est une nébuleuse regroupant plusieurs courants depuis les années 1960 – même si Stéphane François précise à juste titre que l’appellation « alt-right » date seulement de 2008. Le dixième chapitre est consacré au mouvement « identitaire » qui a fait son apparition au sein de l’extrême-droite française au cours des années 2000 en recyclant, selon l’auteur, un certain nombre de thèses caractéristiques de la Nouvelle Droite. Ce nouveau mouvement est lui aussi pluriel, rassemblant néopaïens et catholiques intégristes, malgré leurs profondes oppositions spirituelles et politiques. Cette convergence s’appuie là encore sur une perspective politique raciste : aider les « Européens » (blancs) avant les autres (non-blancs), pour que l’Europe perdure en tant que civilisation. Stéphane François montre alors comment le mouvement identitaire « a imposé ses thèmes dans le débat public » (p. 155) par des concepts comme le grand remplacement, la préférence nationale ou la remigration, dont la théorisation est initialement inspirée par la Nouvelle Droite.

  • 2 Le qualificatif indo-européen était à l'origine purement linguistique, mais à partir des années 197 (...)

7Le onzième chapitre est consacré à l’analyse de « l’apport de la Nouvelle Droite, ainsi que de sa tendance ésotérique, au renouvellement doctrinal du nordicisime de l’extrême-droite » (p. 165), irriguant ainsi de multiples courants politiques. Le nordicisme consiste en la croyance d’une origine géographique circumpolaire des Indo-Européens, distinguant ce supposé « peuple indigène de l’Europe qui se serait ensuite implanté dans la péninsule indienne » (p. 172) du reste des sociétés humaines de la planète2. Bien que théorisé scientifiquement depuis les années 1930, Stéphane François présente toujours le nordicisme comme un ensemble de « spéculations mystico-intellectuelles » (p. 177), mêlant ésotérisme et raciologie.

8Des personnalités structurantes pour la Nouvelle Droite sont analysées dans des chapitres dédiés, permettant de mettre en évidence les réseaux amicaux et politiques qui en forment la toile de fond. Principal théoricien de la mouvance depuis près de 40 ans, Alain de Benoist fait l’objet d’une attention particulière. L’auteur décrypte en effet ses apports théoriques, dès le premier chapitre, tout en mettant constamment en évidence son rôle de passeur entre différents courants politiques, parfois même au-delà de l’extrême-droite. Le huitième chapitre est consacré à Guillaume Faye, autre figure importante de la mouvance néodroitière. Stéphane François distingue deux périodes chez ce dernier : d’abord théoricien de la Nouvelle Droite dans les années 1970 et 1980, il s’est transformé en militant identitaire violent dans les années 1990. Entre les deux, il s’est concentré sur son activité médiatique, devenant notamment animateur sur la radio Skyrock, sous le nom de Skyman. Tant par son parcours que par ses influences théoriques, Guillaume Faye apparaît selon Stéphane François comme un personnage « inclassable ». Le treizième chapitre est consacré à l’historien et politiste Alexandre Douguine, « principal idéologue de la Nouvelle Droite russe » (p. 185) et théoricien du « néo-eurasisme ». Mêlant lui aussi ésotérisme et pensée politique, celui-ci a synthétisé les thèses de différents courants néo-droitiers, tel le nordicisme, dont il apparaît très proche idéologiquement. Stéphane François identifie une dimension « stratégique » chez Douguine, d’une part parce celui-ci, « issu de l’extrême-droite contre-culturelle et nationaliste, a fait le choix de la respectabilité publique » (p. 198) pour faire avancer ses idées, et d’autre part parce que ses stratégies sont fédératrices pour diverses tendances d’extrême-droite. C’est le cas pour les méthodes « gramcistes » d’installation d’un imaginaire culturel dans l’ensemble de la société, dont s’inspire aujourd’hui, selon l’auteur, le mouvement identitaire européen.

  • 3 L’ouvrage passe directement du chapitre 11 au chapitre 13, laissant présumer un trop court travail (...)

9L’ouvrage se distingue par son érudition : Stéphane François analyse de très nombreux documents liés à la Nouvelle Droite, pour essayer de comprendre cette mouvance dans les moindres détails. Il cite de nombreux passages d’ouvrages théoriques, mais parfois de textes plus confidentiels (préfaces, échanges épistolaires), dans lesquels il repère une influence idéologique sur le reste de la mouvance. Cette densité peut toutefois perdre le lecteur, avec de nombreuses répétitions d’un chapitre à l’autre, présentant les mêmes idées sous des angles relativement différents et rendant difficile leur claire compréhension. Même si l’harmonisation entre les différents textes de cette anthologie n’est pas parfaite3, l’objectif de Stéphane François est rempli : la lecture de cet ouvrage permet de comprendre la cohérence de la Nouvelle Droite, afin de prendre la mesure des dangers qu’elle représente pour l’ensemble de la société.

Haut de page

Notes

1 Comme l’a bien montré Stéphane François par ailleurs, la Nouvelle Droite s’est intéressée à l’écologie profonde et à son premier théoricien à plusieurs reprises à travers divers ouvrages et revues. Voir Stéphane François, « La Nouvelle Droite et l'écologie : une écologie néopaïenne ? », Parlement[s], Revue d'histoire politique, vol. 12, n° 2, 2009, p. 132-143. Toutefois, il semble hâtif d’y réduire l’écologie néo-droitière tant les sources de celle-ci semblent diversifiées. Dans son livre, Stéphane François montre par exemple la relative proximité entre des représentants de la Nouvelle Droite et des groupes écologistes classés à gauche, comme le M.A.U.S.S. créé par Alain Caillé.

2 Le qualificatif indo-européen était à l'origine purement linguistique, mais à partir des années 1970, des universitaires d’extrême-droite, comme le linguiste Jean Haudry, l’ont extrapolé pour en faire un concept ethnique, racial, supposément ancré dans l’archéologie.

3 L’ouvrage passe directement du chapitre 11 au chapitre 13, laissant présumer un trop court travail éditorial pour l’harmonisation des différents textes de cette anthologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Dubiau, « Stéphane François, La Nouvelle Droite et ses dissidences. Identité, écologie et paganisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 juin 2021, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50284

Haut de page

Rédacteur

Antoine Dubiau

Étudiant en master 2 de sociologie, parcours Villes, environnement, sociétés, à l’Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search