Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Marie Benedetto-Meyer, Anca Boboc...

Marie Benedetto-Meyer, Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail

Claire Federspiel
Sociologie du numérique au travail
Marie Benedetto-Meyer, Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail, Malakoff, Armand Colin, 2021, 239 p., ISBN : 978-2-200-63009-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le numérique fait partie de notre quotidien, aujourd’hui, et semble s’être emparé du monde du travail : systèmes informatiques d’entreprises, réseaux sociaux, services de visioconférence et tant d’autres outils signalent sa présence dans les organisations. Certain·e·s parlent d’une « révolution », promesse d’un véritable progrès technologique pour les plus technophiles ou grande menace pour les emplois, pour les plus alarmistes. Si les avis courants divergent au sujet du numérique, ils ont néanmoins en commun de croire en ses effets inéluctables. Le numérique participerait à transformer le monde du travail au XXIe siècle, comme la mécanisation, l’automatisation, l’informatisation l’ont fait successivement au XIXe et au XXe siècles. C’est en partie pour déconstruire cette vision déterministe que les sociologues Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc ont rédigé cet ouvrage. Elles se donnent en effet pour objectif de « prendre du recul par rapport aux discours prophétiques » (p. 6) et de « souligner, au contraire, les multiples dynamiques à l’œuvre lorsqu’on évoque le numérique en entreprise » (p. 7).

2Cet ouvrage est ainsi conçu comme « un panorama des recherches récentes » (p. 15) et un état des savoirs sur les transformations des activités de travail avec le numérique. Il ne s’appuie pas sur une enquête spécifique menée par les autrices, mais offre avant tout une réflexion qui croise et confronte, au cours de sept chapitres, un ensemble varié de travaux de sociologie du numérique et de sociologie du travail et des organisations. Le chapitre 1 permet aux autrices d’introduire leur démarche. Les chapitres 2 à 5 amènent les lecteur·rices à penser les dynamiques d’évolution des organisations au regard du numérique. Les deux derniers chapitres s’attardent tout particulièrement sur les transformations des activités de ressources humaines (chapitre 6) et des activités de vente et de marketing (chapitre 7). Il est à noter que les autrices font le choix de limiter leur étude aux organisations marchandes et aux administrations (p. 206), conscientes de ne pas pouvoir couvrir toutes les situations de travail.

3L’ouvrage a l’avantage de cerner d’emblée son objet d’étude, de manière précise. Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc prennent soin dès l’introduction de définir ce qu’elles entendent par « numérique au travail » tant cette expression est noyée sous d’autres, aujourd’hui : « travail du futur », « transformation digitale », « digitalisation », « nouvelles technologies », et apparaît souvent comme une « boîte noire » dans la littérature (p. 11). Elles montrent que le numérique au travail renvoie à la diffusion d’un ensemble d’outils de communication (comme les applications de messagerie instantanée, les smartphones, les services de visioconférence), d’outils de gestion (comme les systèmes informatiques d’entreprise) et d’outils collaboratifs (plateformes, réseaux sociaux internes, espaces de travail partagés, par exemple). Il n’est pas un objet uniforme mais plus un ensemble d’outils avec lesquels les individus interagissent. Les autrices invitent donc les lecteur·rices à s’interroger, à plusieurs niveaux (individuel, collectif et organisationnel), sur les « usages » multiples du numérique au travail, autrement dit sur « les manières de faire » avec le numérique (p. 34), qu’elles se traduisent par des processus d’appropriation ou de contournement.

4Tout au long de l’ouvrage, il est alors donné aux lecteur·rices d’observer plusieurs évolutions du monde du travail relatives à la mise en place d’outils numériques. Les autrices signalent, par exemple, combien les rapports au travail, aussi bien dans l’espace que dans le temps, peuvent se transformer. Certain·e·s cadres subissent des pressions temporelles accrues avec le développement des smartphones, des services de messagerie électronique instantanée et d’une connexion continue. Certain·e·s salarié·e·s constatent aussi aujourd’hui un brouillage des frontières entre leur sphère professionnelle et leur sphère privée, avec la montée du télétravail. Les autrices montrent également que les contenus des activités de travail ont évolué avec le numérique. C’est le cas particulièrement dans les domaines du marketing et de la vente : la relation au client a changé, elle est désormais de plus en plus médiatisée par des écrans et entretenue par des algorithmes d’apprentissage. Enfin, les autrices font remarquer l’émergence de nouveaux métiers avec le numérique, comme celui de « community manager », chargé de l’organisation des réseaux d’influence sur le web et de l’animation des communautés de consommateurs.

5L’ouvrage met cependant régulièrement en garde les lecteur·rices, au fil des pages : le numérique ne s’impose pas aux individus, inexorablement, de manière exogène. Les autrices réussissent là à remplir leur objectif de départ, à savoir ne pas céder au déterminisme technologique. D’emblée, elles démontrent en effet que le numérique gagne à être appréhendé comme un construit social. Cela leur permet de prouver que les outils numériques sont avant tout des dispositifs ancrés dans des jeux d’acteurs et des contextes socio-organisationnels qui peuvent autant favoriser que freiner l’appropriation du numérique dans les activités de travail. L’exemple de la mise en place des progiciels de gestion intégrés en entreprise (ERP, Enterprise Resource Planning) que les autrices abordent est particulièrement parlant, à cet égard. Ces outils de gestion numériques reposent sur la mise en place d’une base de données centrale et servent à optimiser la gestion de l’ensemble des processus d’une entreprise. Ils ont connu un véritable essor, portés par un changement organisationnel favorable : le développement de nouveaux modes d’organisation du travail appelant à plus de flexibilité, de réactivité et de transversalité, des années 1980 à aujourd’hui. L’adoption de ces outils de gestion numériques a néanmoins été parfois contrainte par des contextes socio-organisationnels défavorables. En témoigne le cas d’entités locales refusant l’introduction de logiciels de gestion centralisés afin de ne pas perdre leur exclusivité – et leur pouvoir donc – sur certaines informations concernant leurs clients, leurs stocks ou encore leurs produits. Ainsi les autrices rappellent-elles tout au long de l’ouvrage, par de multiples exemples, que le sens, la valeur et l’appropriation des outils numériques sont constamment co-construits collectivement au sein des organisations. Il est donc nécessaire de veiller à l’articulation entre changement technologique et changement organisationnel, pour mieux saisir les manières avec lesquelles le monde du travail évolue au regard du numérique.

6Enfin, un enseignement fort de l’ouvrage est que les transformations du monde du travail en lien avec la diffusion du numérique ne se font pas sans inégalités. Les autrices déconstruisent les discours courants selon lesquels l’usage du numérique n’est qu’une question d’appétence individuelle, de culture ou encore exclusivement d’équipement. Pour l’État ou pour certain·e·s managers, il suffirait de réduire la fracture numérique, de lutter contre la « résistance au changement » des Français et de mettre en place des politiques de sensibilisation et d’accompagnement à la transformation digitale, pour faire en sorte que tous s’approprient les outils numériques au travail. Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc ne sont pas certaines que ces mesures suffisent. Elles démontrent, dans les différents chapitres qui constituent cet ouvrage, que les inégalités d’accès au numérique dépendent surtout des inégalités sociales, en amont, qui s’accumulent. Les compétences en matière de numérique se construisent, en effet, souvent au cours des parcours de socialisation des individus, avancent les autrices. Ainsi, maîtriser l’usage des réseaux professionnels en ligne suppose l’existence d’un capital relationnel et d’une bonne connaissance des normes en vigueur au sein de son groupe professionnel et sur les réseaux sociaux publics. Les inégalités dans l’accès au numérique dépendent aussi des environnements dans lesquels les individus se situent. Par exemple, le télétravail durant les périodes de confinement récentes en France a révélé l’existence de fortes inégalités. Il n’est pas possible pour tous de travailler à distance. Il faut en effet que des conditions particulières propres à la sphère professionnelle et à la sphère privée soient réunies pour que le télétravail soit pertinent (être dans un secteur d’activité où la présence dans les locaux de l’employeur n’est pas toujours requise, ou encore disposer d’un domicile équipé et propice au télétravail). Pour analyser les inégalités liées au numérique, les autrices mobilisent régulièrement l’approche par les « capabilités » développée par le philosophe et économiste Amartya Sen. Celle-ci leur permet en effet de montrer qu’il ne suffit pas à un individu d’être doté de ressources pour faire, il lui faut aussi avoir des possibilités effectives de convertir ses ressources pour agir et choisir son mode de vie et ainsi être en mesure de faire.

7En conclusion, Marie Benedetto-Meyer et Anca Boboc proposent une véritable prise de recul sur le numérique au travail qui pourra être appréciée aussi bien par des étudiant·e·s, des sociologues, des économistes, des professionnels de l’entreprise que par tout·e lecteur·rice désireux·se de se défaire de toute l’agitation autour du numérique. L’ouvrage est dense. Il foisonne d’exemples et de références. Son panorama est large mais on ne s’y perd pas pour autant à la lecture. Les autrices consacrent en effet de nombreuses pages à expliquer leur démarche. Le texte est structuré en parties, sous-parties et présente des études de cas sous forme d’encadrés. La lecture est donc fluide et l’ouvrage accessible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Federspiel, « Marie Benedetto-Meyer, Anca Boboc, Sociologie du numérique au travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50314

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search