Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Bounthavy Suvilay, Dragon Ball, u...

Bounthavy Suvilay, Dragon Ball, une histoire française

Mathieu Sadourny
Dragon Ball
Bounthavy Suvilay, Dragon Ball. Une histoire française, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « ACME », 2021, 359 p., ISBN : 978-2-87562-276-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le mois de mai 2021 a été marqué par le décès de Kentarō Miura, artiste japonais notamment connu pour Berserk, un manga de dark fantasy parmi les plus célèbres et célébrés au monde. Cette disparition a suscité de multiples témoignages sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, YouTube…) et a été évoquée par plusieurs médias (Le Monde1, Le Figaro2, Libération3, francetvinfo4, France Inter…). Cette mise en lumière d’un mangaka et de son œuvre tranche relativement à la marginalisation qu’a connue la bande dessinée japonaise quelques décennies auparavant en France. Parmi les titres qui ont œuvré à tirer le manga de cette situation se trouve Dragon Ball, objet de l’ouvrage de Bounthavy Suvilay.

  • 5 Des avis du Conseil supérieur de l’audiovisuel concernant la violence de certains épisodes de l’ani (...)
  • 6 Cicchelli Vincenzo et Octobre Sylvie, « La globalisation de la culture à l’aune de la circulation d (...)

2L’autrice part de ce manga Dragon Ball, réalisé par Akira Toriyama, qui a connu et connaît encore une réception mouvementée en France5,pour analyser les « conditions concrètes de la diffusion et de la circulation des textes afin de montrer comment les réseaux de distribution modifient les réceptions successives au niveau global et local » (p. 353). L’ouvrage s’intéresse ainsi à la globalisation de la culture6 pour mieux « historiciser les dynamiques entre les secteurs médiatiques, les territoires et les publics » et ainsi « rendre compte des circulations transnationales des objets culturels et de leur impact sur les publics » (p. 16).

  • 7 Suvilay Bounthavy, Réceptions et recréations de Dragon Ball en France : manga, anime, jeux vidéo. P (...)
  • 8 Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

3L’ouvrage est tiré de la thèse de doctorat de l’autrice7. Du point de vue méthodologique, il s’appuie sur les outils littéraires présentés par Jauss dans Pour une esthétique de la réception8 et sur ceux des sciences de l’information et de la communication. Il est organisé en quatre parties. La première partie nous conduit au Japon afin de resituer Dragon Ball dans son contexte initial de production, de communication et de réception. Elle montre comment l’œuvre s’est développée sur différents supports (magazine de prépublication, parution en tomes reliés, séries et films animés, figurines, cartes à jouer, jeux vidéo pour consoles et smartphones…), en lien avec différentes phases d’exploitation de Dragon Ball (p. 44). Ces différentes phases illustrent le déclin du support imprimé de l’œuvre initiale et l’expansion de Dragon Ball sur les différents supports disponibles (manga, anime, jeu vidéo…). Cette situation donne lieu à une hiérarchie complexe entre les divers ayants droit attachés à l’œuvre, ainsi que l’illustre la figure 4, page 48.

  • 9 Ces trois parties ont été récemment synthétisées dans Suvilay Bounthavy, « Le “Cool Japan” made in (...)
  • 10 https://www.glenat.com/recherche?search=dragon+ball
  • 11 Des exemples emblématiques de cette période concernent notamment l’anime, à travers la traduction d (...)
  • 12 Peterson Richard A., « La fabrication de l’authenticité », Actes de la recherche en sciences social (...)
  • 13 Terme créé par la concaténation de « scanner » et « traduction », le scantrad est le fait de numéri (...)
  • 14 Pour un aperçu de la situation, voir cet article de Arthur Bayon : https://www.lefigaro.fr/bd/enque (...)

4Les trois parties suivantes9 retracent le parcours français de Dragon Ball. L’œuvre d’Akira Toriyama s’est en effet exportée au-delà de l’archipel japonais et notamment dans l’Hexagone où le manga est édité chez Glénat10. Le rôle de différents intermédiaires qui ont acheté, transformé et distribué des produits culturels japonais à destination des publics européens (notamment français) est mis en lumière. L’ouvrage met notamment l’accent sur les stratégies de traduction et de commercialisation, pour montrer à la fois les adaptations du manga au marché français – et aux critiques des fans – et comment ces stratégies s’insèrent dans des processus plus généraux, touchant le marché du manga et de l’anime ainsi que le monde de l’édition. Les trois parties sont organisées sur une base chronologique. La seconde traite de la période de « domestication opportuniste », lorsque les entreprises françaises exploitant des licences japonaises adaptent ces produits au marché hexagonal. La traduction vise ainsi à gommer les termes et références spécifiquement japonaises afin de favoriser une meilleure réception. La fidélité à l’œuvre d’origine n’est pas une priorité11. La troisième partie traite de la période suivante, cette fois tournée vers l’« exotisation » des mangas et anime afin de rendre les produits japonais authentiques12 et donc de marquer l’écart culturel entre le Japon et la France, qui sert à la fois d’argument commercial et à valoriser symboliquement les œuvres en question. La « domestication raisonnée » est au cœur de la dernière partie. À ce stade, la traduction des œuvres doit permettre de toucher un large public. La période est aussi marquée par l’intervention plus directe des ayants-droit japonais, afin de reprendre le contrôle sur la diffusion internationale et trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits culturels, en même temps que le succès des mangas participe au développement des pratiques de scantrad13 qui illustrent le sous-développement de l’offre numérique en la matière14.

  • 15 Becker Howard S., Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988.

5Le travail proposé se présente ainsi comme une contribution à l’histoire littéraire qui vise à « comprendre l’évolution de la fiction en régime transmédiatique » (p. 8). L’étude de la réception française de Dragon Ball sous ses différentes formes (bandes dessinées, figurines, films, jeux vidéo…) permet ainsi de mettre en évidence les transformations opérées par les intermédiaires sur l’œuvre originale, les diverses interprétations dont l’œuvre peut faire l’objet, qui tranchent avec celles présentes dans le pays d’origine. Ces modifications, outre qu’elles jouent sur les mondes de l’art et leurs conventions15,interagissent en retour sur le contexte de création original, ce qui conduit à une renégociation plus ou moins permanente de la valeur de l’objet culturel en question.

  • 16 Dans le cadre de sa thèse, Bounthavy Suvilay a en effet conduit une quinzaine d’entretiens semi-dir (...)
  • 17 On peut retrouver ces différentes publications sur la page Research Gate de l’autrice : https://www (...)

6Au terme de cette lecture stimulante, il nous semble que quatre remarques conclusives peuvent être faites. La première concerne la présence ponctuelle de coquilles et de fautes de syntaxe qui seront sans doute corrigées lors d’une possible réédition. La seconde tient au fait que les chiffres donnés et les propos cités ne sont pas systématiquement associés à une source. On ne sait ainsi pas toujours si les citations proviennent ou non des entretiens réalisés par Bounthavy Suvilay16. La troisième remarque concerne le fait que l’ouvrage élargit ponctuellement son propos pour traiter de Goldorak, du marché de la VHS pour les animés, des transformations chez les éditeurs de mangas… Ces éléments servent à mettre en contexte et à expliquer dans quel environnement Dragon Ball prend place mais les liens avec l’œuvre d’Akira Toriyama ne sont pas toujours immédiats et il faut parfois attendre la conclusion de partie pour les comprendre. La quatrième remarque porte sur le fait que, si les recherches réalisées et rassemblées pour la thèse ont donné lieu à la publication de différents articles17, aucun de ces travaux n’est mentionné dans le texte ou en bibliographie.

Haut de page

Notes

1 https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/05/20/mangas-kentaro-miura-le-createur-de-berserk-est-mort-a-54-ans_6080849_4408996.html.

2 https://www.lefigaro.fr/culture/mort-du-mangaka-japonais-kentaro-miura-auteur-de-berserk-20210520.

3 https://www.liberation.fr/culture/bd/mort-du-mangaka-kentaro-miura-bijou-de-fantasy-20210520_23H4PA4JGRD37GLKK6YWJDMYRI/.

4 https://www.francetvinfo.fr/culture/bd/mangas/kentar-miura-l-auteur-du-celebre-manga-berserk-est-mort-a-54-ans_4630945.html.

5 Des avis du Conseil supérieur de l’audiovisuel concernant la violence de certains épisodes de l’anime diffusé par le Club Dorothée aux frictions rencontrées au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, différents événements sont évoqués au cours du texte.

6 Cicchelli Vincenzo et Octobre Sylvie, « La globalisation de la culture à l’aune de la circulation des produits culturels », Réseaux, n° 226-227, 2021, p. 9-15.

7 Suvilay Bounthavy, Réceptions et recréations de Dragon Ball en France : manga, anime, jeux vidéo. Pour une histoire matérielle de la fiction (1988-2018), thèse de littérature française comparée, soutenue le 8 novembre 2019, sous la direction de Matthieu Letourneux et Marie-Eve Thérenty, Université Paul-Valéry Montpellier 3 : https://ufr1.www.univ-montp3.fr/fr/evenements/soutenance-de-thèse-35

8 Jauss Hans Robert, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

9 Ces trois parties ont été récemment synthétisées dans Suvilay Bounthavy, « Le “Cool Japan” made in France. Réappropriation du manga et de l’animation japonaise (1978-2018) », Ebisu, n° 56, 2019, p. 71-100.

10 https://www.glenat.com/recherche?search=dragon+ball

11 Des exemples emblématiques de cette période concernent notamment l’anime, à travers la traduction des titres comme des doublages, réalisés par exemple pour Goldorak, Ken le survivant ou Nicky Larson.

12 Peterson Richard A., « La fabrication de l’authenticité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 93, 1992, p. 3-20.

13 Terme créé par la concaténation de « scanner » et « traduction », le scantrad est le fait de numériser, de traduire et d’éditer une bande dessinée dans une autre langue, le plus souvent sans l’accord de l’auteur ou des ayants-droit.

14 Pour un aperçu de la situation, voir cet article de Arthur Bayon : https://www.lefigaro.fr/bd/enquete-sur-le-scantrad-le-piratage-des-mangas-a-l-echelle-industrielle-20200717.

15 Becker Howard S., Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988.

16 Dans le cadre de sa thèse, Bounthavy Suvilay a en effet conduit une quinzaine d’entretiens semi-directifs entre 2015 et 2019 (voir note 6, p. 9-10).

17 On peut retrouver ces différentes publications sur la page Research Gate de l’autrice : https://www.researchgate.net/profile/Bounthavy-Suvilay.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Bounthavy Suvilay, Dragon Ball, une histoire française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 juillet 2021, consulté le 26 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50388

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search