Navigation – Plan du site

Emmanuelle Godeau, L'esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine

Emmanuelle Zolesio
L'esprit de corps
Emmanuelle Godeau, L'esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2007, EAN : 9782735111657.
Haut de page

Texte intégral

1Emmanuelle Godeau, à la double formation de médecin et d'anthropologue, offre dans cet ouvrage une riche ethnographie des traditions qui font le « folklore des carabins ». Il s'agit de compléter les analyses de ses prédécesseurs sur la culture professionnelle médicale et le « devenir médecin » (Becker et al., Merton, Fox) d'une étude sur « les marges du métier », ce qui s'y passe en coulisse et participe pleinement des apprentissages professionnels (non plus dans les registres scientifiques et techniques, mais dans celui de l'efficacité symbolique).

2Pour ce faire, l'auteur s'est principalement appuyée sur les témoignages d'une centaine d'enquêtés, issus d'internats, de générations et de spécialités variées, sur de la littérature indigène ainsi que sur des sources historiques concernant la pratique des dissection et la tradition de l'internat. Quelques observations ont pu être réalisées également : observation participante dans le cadre du cursus médical de l'auteur (pour le chapitre sur les dissections), observations plus ponctuelles en tant qu'invitée dans certains espaces « autorisés » des pratiques de l'internat (auxquelles elle n'a pas eu accès pendant ses études du fait d'une formation en médecine générale). L'iconographie dans le cahier central de l'ouvrage vient agrémenter la lecture d'exemples évocateurs des pratiques transgressives et scandaleuses qui jalonnent le parcours de l'étudiant en médecine. Rien ne manque dans ce riche matériau qualitatif accumulé minutieusement sur une dizaine d'années.

3C'est donc la « culture du carabin » en général, « ici et maintenant, ailleurs et autrefois » (p.23) qui est disséquée. Le comparatisme adopté permet de voir la forte cohérence symbolique de traditions qui transcendent les différences culturelles et linguistiques, à travers l'espace comme le temps. Ces pratiques coutumières en effet, loin d'être une exception française, trouvent leurs équivalents dans d'autres traditions nationales. Elles peuvent être rapprochées de la subversion carnavalesque ou encore être interprétées dans le cadre plus large des rites de passage ou d'initiation que l'on retrouve dans d'autres types de formations professionnelles (que l'on pense aux bizutages des grandes écoles par exemple).

4La structure de l'ouvrage suit le parcours chronologique de la formation de l'étudiant en médecine, retraçant les étapes successives qui font l'apprentissage coutumier du spécialiste. Ainsi le premier chapitre traite-t-il des dissections (étape du parcours partagée par tous les étudiants, futurs généralistes comme futurs spécialistes). C'est ensuite toute la période de l'internat qui est retracée depuis le bizutage initial de l'interne (appelé le « baptême ») à son bizutage de sortie du cursus, à la fin de l'internat ou du clinicat (« l'enterrement »), en passant par les « manières de salle de garde » et les tonus qui font le quotidien de la vie de l'internat. Enfin, un dernier chapitre aborde les « revues », spectacles satiriques destinés à mettre en cause la hiérarchie hospitalière et les modes de reproduction professionnels par la mise en scène des travers des patrons.

5Sont ainsi abondamment décrites les coutumes communes et les variations locales de chaque internat : divertissements potaches, chansons paillardes, plaisanteries grivoises, déguisements scabreux, mises en scène obscènes et décors outranciers typiques des cérémonies, humiliations corporelles et notamment sexuelles. Par la cohérence de ces rites, un nouveau rapport à la mort et au corps est ainsi progressivement transmis à l'impétrant, soumis à une véritable « contre-éducation » (p.143). Les processus de régression et de déculturation ainsi mis en œuvre prennent systématiquement à rebours l'ordre hospitalier et celui qui prévaut dans la société. « Cette débauche de corps béants, de sexes énormes, de prouesses sexuelles invraisemblables et de gros mots cesse d'apparaître comme une fin en soi, uniquement animée du désir de choquer, mais devient un moyen privilégié, voire paradigmatique pour [les] carabins de s'opposer à l'ordre du monde dominé par la pudeur et la décence (justement prônée par leur éthique professionnelle et prévalant à l'hôpital) » (p.187).

6Le plan choisi amène cependant à de nombreuses petites redites, certaines composantes de l'esprit carabin étant communes à tous les types de cérémonies (comme les paillardes, la présence de prostituées, le registre sexuel) et les logiques de ces pratiques leur étant transversales (matérialiser et redoubler symboliquement la frontière entre les professionnels et les profanes, entre les élus et les collés). Ainsi le principe « d'organisation concentrique » qui marque l'engagement différentiel des uns et des autres autour de la table de dissection (les garçons se positionnant tout près, les filles plus en retrait) se retrouve-t-il au moment du baptême autour de la traditionnelle scène du billard (paroxysme de l'humiliation sexuelle s'appliquant au major de promotion contraint de subir une fellation par une prostituée), les aînés étant aux premières loges et les plus jeunes plutôt en retrait voire absents du point culminant de la cérémonie de baptême.

7On pourra s'étonner de ce que l'auteur n'ait pas pris en compte ni mentionné systématiquement le rôle de la spécialité d'appartenance des enquêtés. Il nous semble que l'investissement différentiel des uns et des autres peut s'expliquer au moins en partie par le degré de proximité des internes à la salle de garde. En effet, tous les spécialistes ne font pas des gardes (les pédiatres ou les dermatologues sont moins concernés que les chirurgiens ou les urgentistes) et les usages qu'ils font de l'internat sont de fait très inégaux. En filigrane on semble pouvoir lire effectivement la plus forte implication des internes en chirurgie lorsque l'auteur écrit que « les plus acharnés à projeter [de la nourriture lors des "batailles de bouffe" rituelles] arrivent non pas en blouse mais en tenue de bloc » (p.156), lorsqu'elle rapporte le choix d'un enquêté ayant évité les stages de chirurgie associant la spécialité à l'hyper-sexualité ou encore lorsqu'elle évoque rapidement que Roger L., fervent pratiquant des chansons paillardes, les chante au bloc opératoire. De même, la seule description d'une « enterrée » (seuls les plus actifs dans la vie de l'internat ont le privilège d'être enterrés) s'impliquant à fond dans un sketch où elle doit se mettre en scène de façon particulièrement obscène concerne une enquêtée se destinant à la neurochirurgie. Ce sont aussi ces mêmes praticiens qui sont particulièrement rabroués (avec le thème récurrent du « chirurgien boucher ») dans les revues d'internat.

8Enfin, une belle façon de prolonger cet ouvrage, déjà très riche et répondant parfaitement à l'objectif qu'il s'est fixé, serait d'apporter des éléments sur la socialisation en amont du cursus médical (les enquêtés étaient-ils déjà confrontés à ce type d'humour dans leur environnement familial ?, ce que laisse entendre le témoignage d'un enquêté, fils de médecin) pour éclairer les conditions de possibilité (ou d'impossibilité) d'adhésion à cette culture de carabin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Zolesio, « Emmanuelle Godeau, L'esprit de corps. Sexe et mort dans la formation des internes en médecine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 24 décembre 2007, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/503

Haut de page

Rédacteur

Emmanuelle Zolesio

Docteure en sociologie, ATER à Lille 3, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page