Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Miwao Matsumoto, The Sociology of...

Miwao Matsumoto, The Sociology of Structural Disaster. Beyond Fukushima

Benoit Giry
The Sociology of Structural Disaster
Miwao Matsumoto, The Sociology of Structural Disaster. Beyond Fukushima, New York, Routledge, coll. « Routledge Studies in Science, Technology and Society », 2021, 292 p., ISBN : 9781138230347.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le seul précédent de cette ampleur, l’accident de Tchernobyl, était venu illustrer l’année de leur (...)
  • 2 Depuis les travaux de Phil O’Keefe, Ken Westgate et Ben Wisner (O’Keefe P., Westgate K., Wisner B., (...)
  • 3 Aldrich Daniel P., Black Wave. How Networks and Governance Shaped Japan’s 3/11 Disasters, Chicago, (...)

1La casuistique sociologique des catastrophes accorde à l’accident survenu en 2011 à la centrale nucléaire de Fukushima une place singulière. Peut-être en raison des dimensions de l’évènement1 ; peut-être parce qu’il s’y joue, sous une forme renouvelée, la rhapsodie mêlée des déterminants sociaux et naturels dont la littérature sur les catastrophes montre le caractère indissociable2 ; peut-être enfin parce que la catastrophe a fait de Fukushima un lieu d’expérience du projet politique que certains nomment « résilience3 ». Peut-être.

2À rebours de cette tendance, pourtant, le professeur émérite de l’Université de Tokyo, Miwao Matsumoto, ne cherche pas à faire ressortir les spécificités de l’accident de Fukushima comme évènement, avec son lot de contingences et d’idiosyncrasies. Il cherche au contraire à le replacer dans une série historique en le subsumant sous une espèce plus large : pour lui, l’accident de Fukushima peut être vu comme la manifestation d’un phénomène conceptualisé il y a près de vingt ans sous le nom de catastrophe structurelle (« structural disaster »).

  • 4 Miwao Matsumoto distingue six niveaux d’analyse : les agents individuels, leurs actions, leurs rela (...)
  • 5 Notre traduction, pour toutes les citations fournies dans ce compte rendu.

3Une catastrophe peut être qualifiée de « structurelle » lorsque son occurrence est précipitée par le fonctionnement normal d’une certaine configuration des relations entre les acteurs (académiques, industriels et gouvernementaux) se déployant aux différents niveaux4 de l’interface science-technologie-société. Affectée par le secret, l’adhésion à des prémices erronées, une certaine complexité des systèmes impliqués, des normes tacites vidant les normes formelles de leur substance ou une préférence pour le « rafistolage » (quick fix) plutôt que pour des réformes d’ampleur, cette « structure relationnelle » aménage les conditions nécessaires à la transformation d’un évènement en catastrophe. Sous ces conditions, « de l’action collective institutionnellement légitimée peut générer et/ou amplifier des résultats dévastateurs »5 (p. 15) par le truchement d’une série de mécanismes (comme « l’inaction institutionnalisée ») dont les principes sont pourtant considérés comme socialement légitimes, voire rationnels. Dans un tel contexte, les institutions qui permettent des séries de succès techniques peuvent aussi produire des résultats désastreux lorsqu’elles sont exposées à de nouvelles conditions et cette « catastrophe structurelle » a cette propriété que les souffrances qu’elle charrie « ne sont pas le produit d’une transgression des règles mais d’une conformation rigide à une configuration institutionnelle » (p. 53).

4Au Japon, cette configuration institutionnelle est le produit d’une histoire qui court tout au long du 20e siècle. À cet égard, contre les récits discontinuistes insistant sur la rupture civilisationnelle introduite par la seconde guerre mondiale, Miwao Matsumoto fait ressortir la remarquable continuité des causes structurelles de catastrophes qui scandent l’histoire japonaise. Des évènements aussi différents que le grand séisme du Kantō en1923, la débâcle navale japonaise pendant la seconde guerre mondiale ou l’accident de Fukushima en 2011 manifestent tous, à leur manière, la permanence d’une structure sociale favorable aux catastrophes structurelles. Avant, pendant et après la catastrophe, des mécanismes identiques contribuent à aménager les conditions favorables à leur production.

5Avant la catastrophe, des relations entre les acteurs des sphères scientifiques, technologiques et civiques se mettent en place dans un secteur donné et produisent des résultats satisfaisants. Adaptant le concept de dépendance de sentier (path dependency), Miwao Matsumoto montre comment ces relations se « structurent », à la faveur de statuts, de routines et de procédures se cristallisant jusqu’à atteindre une situation de verrouillage. Initialement productive, cette structure est progressivement rendue dysfonctionnelle par de multiples facteurs sociaux, comme la défiance réciproque entre le public et les experts, les restrictions budgétaires, l’organisation d’une certaine irresponsabilité des décideurs, la nécessité de préserver des secrets industriels ou stratégiques, etc. Des signes avant-coureurs indiquent alors que les conditions de la catastrophe structurelle sont en place. Ainsi de l’accident de Rinkichō (l’avarie atypique d’une pale de turbine Kanpon motorisant la flotte impériale en 1937), annonciateur de la débâcle de la marine japonaise pendant la guerre du Pacifique. Abordant Fukushima, Miwao Matsumoto fait le récit du développement du village nucléaire, ce réseau d’acteurs impliqués dans le développement du nucléaire civil. Il montre comment la structuration de leurs relations a été partiellement importée d’un secteur à un autre lors du redéploiement des anciens acteurs des industries d’avant-guerre, à la faveur de la conversion de l’économie japonaise après 1945.

6Pendant la catastrophe, après la survenue d’un évènement exposant la structure à de nouvelles conditions, les mécanismes impliqués dans la structure se déclenchent et agissent comme un catalyseur. À propos de l’accident de Fukushima, Miwao Matsumoto montre par exemple comment le fonctionnement du dispositif Speedi (« System for Prediction of Environment Emergency Dose Information »), en charge de la mesure des radiations et de la protection des populations, après un temps de déni des informations transmises, a conduit à déplacer les populations se situant à proximité de la centrale vers le nord-ouest de la région, alors même que les informations indiquaient qu’il s’agissait de la zone la plus contaminée. Il montre que l’inertie et les contradictions observées dans l’exécution du programme d’évacuation n’étaient pas le produit de la complexité intrinsèque de l’interface nature-artefacts-société, générant des incertitudes épistémiques insurmontables ; elles étaient le produit du fonctionnement induit par la structuration du réseau Speedi dont l’organisation permettait de facto des situations d’évacuation susceptibles d’alourdir le bilan humain.

  • 6 Ministry of External Trade and Industry.

7Après la catastrophe, pourtant, les mêmes mécanismes prévalent, contribuant à la reproduction des conditions structurelles ayant mené à la catastrophe. Matsumoto montre par exemple comment la structure de la commission d’enquête gouvernementale sur l’accident de Fukushima était de nature à diluer les responsabilités des parties prenantes du village nucléaire, décourageant toute réforme structurelle. Il fait ressortir le caractère obstinément obsolète des protocoles nationaux de gestion des risques majeurs élaborés à la fin du 20e siècle qui, alors même qu’ils considéraient que « la probabilité d’un accident grave [était] si basse qu’elle en [était] impensable » (METI6, 1992, cité p. 58), continuèrent, au mépris de l’évidence, à prévaloir après l’accident pour évaluer la capacité de fonctionnement des réacteurs 3 et 4 de la centrale d’Ōi en 2012. Il montre enfin comment ces mêmes principes président à la catastrophe en cours, produite par la gestion des déchets nucléaires. Ainsi, par un tour de force social remarquable, les tenants de l’état antérieur de la configuration de l’interface science-technologie-société se maintiennent et peuvent même tirer avantage de la catastrophe, selon le principe que les Japonais nomment yakebutori (littéralement « prospérer après l’incendie »), renforçant le statu quo. La « structure » a ainsi de beaux jours devant elle : elle structurait l’industrie nucléaire ; elle structure encore l’industrie des « énergies renouvelables ».

8Les mêmes causes produisant les mêmes effets, Miwao Matsumoto soutient d’ailleurs – à l’occasion de deux études, l’une sur le développement d’une technologie exploitant l’énergie thermique des mers, l’autre sur l’implantation d’éoliennes – qu’il n’est pas improbable qu’une catastrophe structurelle advienne dans ce secteur. La technologie maréthermique, par exemple, implique d’implanter des usines utilisant des chlorofluorocarbures dans des zones océaniques chaudes. Ces gaz étant fortement destructeurs de la couche d’ozone, leur rejet dans l’atmosphère à l’occasion d’avaries (rendues plus probables par l’implantation des usines dans une zone plus soumises aux intempéries tropicales) aurait un effet largement contreproductif en matière de protection environnementale. Par ailleurs, les rejets d’eaux à des températures variables seraient susceptibles d’affecter les écosystèmes marins. Ces savoirs sont produits dès les années 1970, au début de l’élaboration du programme étudié par Matsumoto. Ils ne produiront pourtant jamais d’effets susceptibles de faire abandonner ni même d’amender significativement le développement du projet d’exploitation. C’est son faible rendement économique qui a, jusqu’à présent, eu raison de cette technologie. De ce point de vue, il n’existe pas de différence sociologiquement significative entre la configuration structurant le village nucléaire et celle structurant le « pouvoir maréthermique » ou le « pouvoir éolien ».

  • 7 À Ulrich Beck, Miwao Matsumoto reproche deux choses. La première est l’appareillage conceptuel de l (...)
  • 8 Le concept de « normal accident » de Charles Perrow fait fond sur les vulnérabilités induites par l (...)

9Ceci n’est donc pas un livre sur Fukushima. Il s’agit bien plutôt d’un livre sur un mécanisme sociologique générateur de catastrophes d’un genre particulier dont Fukushima n’est qu’un avatar spectaculaire. Par son écriture clinique, sans fard et sans pathos, Miwao Matsumoto manifeste un souci de rigueur et de clarté analytique notable. Il tente de replacer son concept de « catastrophe structurelle » dans son univers analytique d’appartenance en explicitant ses conditions de production, en critiquant de façon synthétique les thèses d’Ulrich Beck7 ou en proposant de compléter celles de Charles Perrow8. C’est aussi un livre de méthode, sur les bonnes manières d’analyser ce type de catastrophes. C’est enfin un livre cherchant à rendre l’analyse sociologique utile, en l’impliquant dans la construction de relations plus favorables entre les trois pôles que constituent les sciences, les technologies et la société.

10Le lecteur sera séduit par la thèse ; il le sera peut-être moins par le mode d’exposition et l’administration de la preuve. C’est sans doute le propre d’un tel exercice, synthétisant vingt ans de travaux. Les lecteurs non familiers des évènements relatés regretteront le caractère parfois allusif du propos. Un matériau d’enquête – majoritairement composé d’archives, de rapport et d’une documentation diverse – plus valorisé aurait aussi rendu l’argumentaire plus probant. Mais reste cette thèse : au Japon, la structure des relations entre les acteurs de l’académie, de l’industrie et du gouvernement produit régulièrement des catastrophes structurelles. À rebours du constat du professeur Valeri Legassov, campé par Jared Harris dans la série télévisée Chernobyl (2019) de la chaîne HBO, selon lequel « il n’y avait vraiment rien de normal à Tchernobyl », Miwao Matsumoto montre qu’il n’y avait vraiment rien de sociologiquement anormal à Fukushima.

Haut de page

Notes

1 Le seul précédent de cette ampleur, l’accident de Tchernobyl, était venu illustrer l’année de leur parution – hasard de l’éphéméride – les thèses de La société du risque d’Ulrich Beck.

2 Depuis les travaux de Phil O’Keefe, Ken Westgate et Ben Wisner (O’Keefe P., Westgate K., Wisner B., « Taking the naturalness out of natural disaster », Nature, n° 260, 1976, p. 566-567), les sociologues n’ont eu de cesse, par le biais du concept de « vulnérabilité » notamment, de faire ressortir les facteurs sociaux des catastrophes dites « naturelles ». Pour Fukushima : Funabashi H., « Why the Fukushima Nuclear Disaster is a Man-made Calimity », International Journal of Japanese Sociology, vol. 21, n°1, 2012, p. 65-75.

3 Aldrich Daniel P., Black Wave. How Networks and Governance Shaped Japan’s 3/11 Disasters, Chicago, University of Chicago Press, 2019. Pour un point de vue critique : Ribault Thierry, Contre la résilience : à Fukushima et ailleurs, Paris, L’échappée, 2021.

4 Miwao Matsumoto distingue six niveaux d’analyse : les agents individuels, leurs actions, leurs relations sociales, les groupes, l’organisation et le système social. L’auteur raisonne par « secteurs », les secteurs étant un niveau intermédiaire entre l’organisation et le système social composé d’organisations impliquées dans un même domaine, occupées à une même activité.

5 Notre traduction, pour toutes les citations fournies dans ce compte rendu.

6 Ministry of External Trade and Industry.

7 À Ulrich Beck, Miwao Matsumoto reproche deux choses. La première est l’appareillage conceptuel de la « société du risque », parce qu’il postule que celle-ci est organisée autour de l’impossibilité de savoir et ne permet pas d’identifier les causes sociologiques de la catastrophe de Fukushima ni de détecter les signes avant-coureurs de futures catastrophes. Deuxièmement, cette impossibilité, inscrite dans l’ordre naturel de la société du risque, conduit, au mieux, à des conclusions tautologiques, comme le simple constat que les acteurs sociaux ne savaient pas parce qu’ils ne pouvaient pas savoir. En retour, le fait qu’ils ne savaient pas semble confirmer le postulat d’impossibilité de savoir.

8 Le concept de « normal accident » de Charles Perrow fait fond sur les vulnérabilités induites par la complexité des systèmes et les interactions de leurs éléments. Mais Miwao Matsumoto lui reproche de ne pas accorder suffisamment d’attention aux relations inter-organisationnelles et à la prise en compte du système social dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Giry, « Miwao Matsumoto, The Sociology of Structural Disaster. Beyond Fukushima », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juillet 2021, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50408 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50408

Haut de page

Rédacteur

Benoit Giry

Maître de conférences en sociologie à Sciences Po Rennes, chercheur au laboratoire Arènes (CNRS UMR 6051).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search