Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Guy Burgel et Alexandre Grondeau,...

Guy Burgel et Alexandre Grondeau, Géographie urbaine

Marie-Aimée Romieux
Géographie urbaine
Guy Burgel, Alexandre Grondeau, Géographie urbaine, Vanves, Hachette, coll. « HU Géographie », 2020, 288 p., 1re éd. 2015, ISBN : 978-2-01-711722-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guy Burgel est professeur de géographie urbaine et d’urbanisme à l’Université Paris Nanterre et Ale (...)

1Géographie urbaine est un manuel destiné à un public large d’étudiants, de décideurs et de cadres de l’administration territoriale. Guy Burgel et Alexandre Grondeau1 proposent dans cette réédition, dont les données ont été actualisées, une synthèse concise des objets et les approches de la géographie urbaine et adoptent le parti pris d’un angle critique vis-à-vis des savoirs, des débats et de leurs évolutions ou contradictions. L’ensemble se divise en quatre parties : la ville dans ses échelles, la ville dans ses espaces et ses formes, la ville dans ses fonctions et la ville dans ses sociétés.

2Dans la première partie, les auteurs s’attachent à définir et expliquer les ressorts de l’évolution urbaine depuis la révolution néolithique au quatrième millénaire avant notre ère. Ils établissent quatre caractéristiques communes qui font de la ville un phénomène original : sa configuration spatiale, sa configuration sociale, sa configuration politique et sa configuration historique. Si les villes sont multiples, ces quatre invariants de leur définition permettent de dépasser les approches monographiques proposées jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale en France. La ville est en effet une entité institutionnelle reconnue par le pouvoir, définie également par un critère démographique et une certaine continuité spatiale dans le bâti. Dès le départ, la ville est également caractérisée par les activités et la résidence d’habitants qui ne sont pas liés directement à la production agricole. L’intérêt de ce chapitre est la part belle donnée à la critique des classifications proposées : des communes urbaines aux agglomérations, chaque terme est soigneusement expliqué et critiqué, donnant corps à une réflexion scientifique de fond sur la pertinence de la terminologie utilisée en géographie urbaine et plus largement en sciences sociales. Par exemple, l’institution des pôles urbains par l’INSEE en 1997 indique que les fonctionnalités économiques et les modes de vies sont favorisés, sans toutefois rejeter l’aspect démographique puisque ce terme désigne une concentration urbaine d’emplois attirant des migrants pendulaires de la couronne périurbaine. Les divergences dans les interprétations sont néanmoins soulignées comme « autant de lectures différentes des faits que de sensibilités inégales à la nature de la ville » (p. 19). On apprécie par ailleurs le commentaire du schéma de la ville proposé sur la page Wikipédia, qui donne un exemple des abus de langage et de leurs enjeux.

3La deuxième partie aborde la ville selon ses espaces et ses formes. Cette matérialité se comprend par la répartition et la hiérarchisation des villes, les plans et formes ainsi que les territoires. Il s’agit d’une approche critique de la cartographie et de la schématisation de la ville. De nouveau, les auteurs s’attachent à présenter de façon critique les différentes façons de schématiser ou de cartographier l’espace urbain à diverses échelles. C’est par le biais de lectures pluridisciplinaires que la construction des plans se fait : « Quand […] on passe à [la matérialité des villes], on change à la fois d’échelle d’analyse et de regard d’observation. Les paysages urbains sont composés d’une géométrie complexe, qui associe les surfaces, les lignes structurantes des voiries et les volumes des bâtiments. Dans cette perception en trois dimensions, le plan et les formes de la ville constituent les entrées les plus sensibles. Pour les citadins, elles structurent la réalité et l’image qu’ils se fonde leur cadre de vie […]. Pour les chercheurs, elles réclament la triple mesure de l’historien-géographe qui suit les traces au sol des étapes de l’urbanisation, de l’architecte, qui sait en construire et en lire les volumes, de l’ingénieur, qui maîtrise l’articulation de ses réseaux » (p. 78). On saisit ainsi la densité de la géographie comme discipline à la croisée de plusieurs sciences sociales.

4La troisième partie est consacrée aux fonctions de la ville qui forment la base du phénomène de l’urbanisation. Trois points structurent l’analyse : la mesure de l’activité urbaine, l’approche diachronique de la ville industrielle à la ville tertiaire et enfin les débats liés à l’économie de la ville. Dans cette partie, c’est l’utilisation des statistiques qui est placée au cœur du débat épistémologique par les typologies issues de ces statistiques et leurs interprétations. Cette réflexion méthodologique confirme que la fonction légitime la ville car elle différencie les paysages urbains et leur place dans l’économie des territoires. Les outils de l’analyse économique de la ville sont soigneusement comparés et illustrés par une série de tableaux statistiques puis replacés dans l’évolution sur un temps long. On apprécie tout particulièrement les interrogations soulevées par la crise Covid-19 qui remettent au cœur du débat politique les aménagements urbains et l’insertion des villes dans la mondialisation.

5La dernière partie s’intéresse aux sociétés et modes de vie urbains. Dans cette perspective, les outils et techniques plus que les objets sont primordiaux pour l’approche critique. Les auteurs soulignent de nouveau la nécessité pour le géographe d’emprunter des méthodes à des disciplines voisines afin de mettre en lumière l’articulation entre la diversité des approches et l’unité profonde des différentes facettes du phénomène urbain. Les dimensions spatiales du social sont présentées sous l’angle des constantes de l’espace résidentiel, reprenant les modèles urbains élaborés par l’École de Chicago puis les mobilités géographiques et sociales. L’ensemble conduit à un débat sur la mobilité et la ville : « Plus que jamais, le mouvement apparaît la pierre angulaire de la signification sociale de la ville, comme vecteur de progrès ou d’exclusion » (p. 178). Ainsi, la dernière partie dédiée à la dialectique entre inclusion et exclusion met en avant les fractures de la société avec les débats d’intellectuels et les actions publiques liées. Pour Guy Burgel et Alexandre Grondeau, les confusions dans l’interprétation de cette fracture de la société entraînent des solutions souvent biaisées : « Plus que jamais, les fractures urbaines sont révélatrices des contradictions de la ville d’aujourd’hui » (p. 179). Si certains points comme le gonflement des classes moyennes ou la féminisation de l’emploi constituent des forces d’intégration de la ville, d’autres comme l’enfermement architectural ou la déstructuration familiale interrogent sur la montée de l’exclusion. Dans le cas la déstructuration familiale, les auteurs insistent sur l’insuffisance du facteur économique comme seule cause : si les collectivités mettent au centre de leurs préoccupations l’égalité des chances individuelle individuelles, il n’en demeure pas moins que près de la moitié d’une cohorte qui entre dans l’enseignement supérieur en France n’obtient pas son premier grade universitaire. On confond ainsi la démocratisation avec la massification. On touche à nouveau ici à un enjeu de taille qui conduit la géographie urbaine à proposer de nouvelles lectures de la ville.

6Chaque partie est pourvue d’un encart de fin qui rassemble des documents de natures variées, l’ensemble étant précédé d’un commentaire général pour les points choisis et accompagné d’une bibliographie indicative. Par exemple, pour la quatrième partie intitulée « la ville dans ses sociétés », les documents sélectionnés abordent d’une part les gated communities, avec des cartes et photographies de la Villa Montmorency dans le XVIe arrondissement de Paris et deux cartes des résidences fermées à Buenos Aires, d’autre part les enjeux socio-urbains de la bidonvilisation des métropoles du Sud, avec des photographies et cartes des favelas de Rio et des slums à Bombay et enfin des textes et cartes sur la gentrification à Paris. Cette dernière est ainsi définie, retraçant l’évolution épistémologique à partir de la première utilisation de ce terme par la sociologue britannique Ruth Glass en 1963, puis expliquée de façon claire et concise. Les auteurs soulignent les deux axes de réflexion liés à ce phénomène : l’étude des flux de population et du changement de résidents d’un quartier ainsi que celle de la réhabilitation de l’urbain et de la transformation de l’offre résidentielle. Chaque document proposé est assorti d’un petit commentaire qui guide l’analyse. Pour le document 10, par exemple, deux cartes présentant l’évolution de l’habitat parisien entre 1982 et 1999, commentée de la façon suivante : « l’évolution du type d’habitat […] dans la ville de Paris est manifeste. L’habitat type des beaux quartiers n’a pas bougé alors que l’habitat ancien populaire et l’habitat ancien très inconfortable et très populaire ont fortement diminué au profit d’un habitat ancien pour les classes supérieures et d’un habitat récent pour les classes moyennes et classes supérieures. Cette mécanique illustre bien le processus de remplacement sociologique des classes populaires par les classes les mieux intégrées économiquement » (p. 215). De ce fait, la lecture et l’interprétation des documents est accompagnée sous un angle critique. Un glossaire fort utile et concis clôt l’ouvrage.

7On apprécie tout particulièrement la structure d’ensemble qui a pour objectif d’une part de faciliter la connaissance théorique et épistémologiques de la géographie urbaine et d’autre part d’avoir une approche critique des exemples canoniques. Une large place est donnée à l’approche diachronique dans chaque chapitre, ce qui facilite la compréhension sur un temps parfois très long mais oblige potentiellement l’étudiant de géographie à faire la part des choses lorsqu’il réutilisera les informations. L’ensemble de l’ouvrage est particulièrement dense et se prête plutôt à des lectures successives. Ce manuel apparaît donc comme une référence incontournable, ne serait-ce qu’en raison de son approche critique et citoyenne, indispensable pour comprendre les phénomènes liés à la ville.

Haut de page

Notes

1 Guy Burgel est professeur de géographie urbaine et d’urbanisme à l’Université Paris Nanterre et Alexandre Grondeau est maître de conférences en géographie, aménagement et urbanisme à l’Université d’Aix-Marseille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Guy Burgel et Alexandre Grondeau, Géographie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 août 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50418 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50418

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search