Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Marie-Carmen Garcia, Amours cland...

Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L’extraconjugalité durable à l’épreuve du genre

Natacha Guay
Amours clandestines : nouvelle enquête
Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L'extraconjugalité durable à l'épreuve du genre, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sexualités », 2021, 240 p., ISBN : 9782729712440.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans ses deux enquêtes, Marie-Carmen Garcia préfère le terme d’« extraconjugalité » à celui d’« inf (...)
  • 2 Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, Lyon, Presses u (...)

1Un des principaux constats faits par Marie-Carmen Garcia dans ses enquêtes sur les relations extraconjugales1 est l’absence de norme d’égalité des sexes dans ces relations (contrairement à ce qui est proclamé dans les discours des couples conjugaux). Ce nouveau volet d’Amours clandestines reprend et approfondit des résultats de la précédente enquête menée par Marie-Carmen Garcia2 (Garcia, 2016), tout en intégrant dans l’analyse de nouveaux paramètres tels que le rôle joué par les croyances religieuses ou la parentalité dans les trajectoires des personnes qui entretiennent des relations extraconjugales. Les deux enquêtes de Marie-Carmen Garcia montrent que la manière dont l’extraconjugalité est vécue (et organisée) par les amant·e·s dépendant étroitement de la socialisation genrée et des conceptions attachées à la sexualité et au couple. La manière dont ces conceptions prennent forme et s’appliquent est détaillée tout au long de l’ouvrage. Comme dans l’opus précédent, les relations extraconjugales étudiées sont hétérosexuelles, durables (instaurées depuis plusieurs mois) et fondées sur des rapports sexuels réguliers (ayant lieu toutes les semaines ou plusieurs fois par mois). Les personnes interrogées appartiennent aux classes moyennes et supérieures et, de fait, ont une bonne maîtrise de leur emploi du temps ainsi que des moyens financiers qui permettent les sorties.

  • 3 Ce concept datant des années 1970 est tombé en désuétude du fait que les catégories de « sexe » sur (...)

2Le premier chapitre expose le cadre d’analyse féministe dans lequel Marie-Carmen Garcia se place et les conditions de son enquête. Inspirée par les apports du féminisme matérialiste et le concept de « rapports sociaux de sexe »3 sur lesquels elle revient brièvement, la chercheuse explique son parti pris de « chausser les lunettes du genre » (p. 27). L’autrice explique également sa volonté de contextualiser les normes genrées qui définissent la manière dont les individus s’investissent dans les relations amoureuses en instant sur la façon dont ces normes ont été produites et réactualisées par des institutions. Les données relatives au terrain sont ensuite évoquées. L’enquête s’appuie sur des données récoltées par différents canaux entre 2009 et 2019. Les 23 récits de vie d’hommes et de femmes engagé·e·s dans une relation d’extraconjugalité durable, récoltés entre 2011 et 2015, ont été enrichis de correspondances écrites avec les enquêté·e·s, de témoignages lus sur des blogs consacrés à la question de l’infidélité et de nouvelles sollicitations provenant du lectorat du premier opus d’Amours conjugales. La temporalité longue de la recherche et la médiatisation des résultats de la première enquête menée par Marie-Carmen Garcia ont permis à une partie des enquêté·e·s de faire une proposition spontanée de participation à l’enquête et ont facilité l’établissement d’une relation de confiance, d’autant plus nécessaire que la pratique de l’extraconjugalité est stigmatisée et qu’il est délicat de parler de sujets intimes en situation d’entretien.

3Le chapitre 2 débute par un historique des notions de couple et d’adultère. Ce qui était nommé autrefois l’adultère (une faute par rapport au contrat conjugal inégalement punie selon le sexe de la personne qui en est à l’origine) est devenu l’infidélité. La construction sociale de l’infidélité est liée à une lecture biologisante du désir (induisant des erreurs de raisonnement soulignées par l’autrice) dans laquelle les hommes auraient par nature plus de besoins sexuels que les femmes. La sociologue insiste aussi sur la manière dont l’émergence d’une psychologie populaire des relations sociales a amené progressivement les individus à se considérer comme responsables de leurs émotions et donc de la réussite ou de l’échec de leurs relations amoureuses. Dans cette perspective, l’adultère constitue alors un comportement déviant pathologique, à soigner par les aides disponibles (psychothérapie, coaching et thérapies de couple notamment).

4Le troisième chapitre détaille les logiques de rationalisation de l’extraconjugalité chez les hommes et les femmes. Alors que la « crise de milieu de vie » est évoquée par des enquêté·e·s des deux sexes, qui s’estiment pris dans une vie routinière et contraignante qui s’oppose à leur désir d’authenticité envers eux-mêmes, il existe une dissymétrie genrée autour d’autres motifs liés aux croyances religieuses et aux représentations sociales du couple et de la famille. Les femmes ayant des croyances New Age se réfèrent au registre du destin (et donc de l’outrepassement de leur volonté) tandis que celles qui sont de confession catholique expriment la primauté de certaines valeurs chrétiennes (amour du prochain) sur le respect strict d’une règle intangible pour justifier une infidélité qui – dans les deux cas – n’était pas recherchée a priori, notamment lorsque les femmes concernées accordent une forte importance aux valeurs d’honnêteté et de transparence. En revanche, les hommes disent avoir cherché à créer un jardin secret permettant l’entretien d’une nouvelle relation, dans le but de se ressourcer ; ils avaient donc réfléchi à l’infidélité avant la rencontre extraconjugale. Ces mêmes hommes, continuent néanmoins à donner la priorité au maintien de leur foyer familial (élément valorisant dans leur masculinité) et ne se projettent pas dans une relation engageante avec leurs amantes, alors que celles-ci y participent dans l’espoir d’avoir un avenir meilleur et stable avec leur amant.

5Cette différence de conception joue un rôle fondamental dans la souffrance amoureuse des femmes (chapitre 4). Parce qu’il est attendu des femmes qu’elles prennent en charge la communication dans la relation (et parce que les mécanismes patriarcaux à l’origine l’asymétrie dans les relations extraconjugales hétérosexuelles ne sont pas pointés du doigt par les professionnels de santé), les amantes intériorisent la responsabilité de la souffrance provoquée par l’investissement asymétrique dans leur relations extraconjugales. Plusieurs éléments constitutifs d’une relation amoureuse, tels que le statut matrimonial de l’amant·e (et donc sa disponibilité), la représentation que l’on se fait de la vie sexuelle de l’amant·e hors de la relation extraconjugale (avec en miroir le statut donné à sa propre infidélité) et l’arrivée d’un enfant au sein d’un couple, font l’objet d’interprétations différenciées entre les hommes et les femmes. La disponibilité de l’amante (liée au célibat ou au veuvage) ne remet pas en question le statut conjugal des hommes mariés qui, souvent, restent mariés ou se remettent en couple (avec une femme qui n’est pas l’amante) alors que le célibat ou le veuvage de l’amant vient conforter, chez les femmes, le script d’une relation pérenne à créer avec lui, dont l’extraconjugalité serait une étape préliminaire. De fait, les amantes pensent avoir une relation sexuelle exclusive avec leur amoureux alors que les hommes mariés considèrent comme évidente la poursuite de rapports sexuels avec leur femme. L’arrivée d’un enfant au sein d’un couple (conjugal ou extraconjugal) constitue un révélateur de cette asymétrie de perception et un bouleversement pour les femmes (mais pas pour les hommes). L’arrivée d’un enfant issu de l’union conjugale d’un homme marié ayant une amante semble ordinaire et atteste de la volonté des hommes mariés de ne pas s’engager avec leur amante. À l’inverse, les femmes mariées enceintes d’un amant ou les amantes enceintes d’un homme marié apparaissent comme transgressives. L’arrivée d’un enfant est associée à un couple solide et est interprété comme étant un marqueur fort de conjugalité.

6Le chapitre 5 aborde la question des logiques comptables dans le couple, au sens propre (les dépenses du couple liées à l’hébergement, aux déplacements et aux cadeaux) et au sens figuré du terme (asymétrie des comportements et des attentes et dettes relationnelles qui en découlent). L’idée de dette relationnelle entre les amants permet de faire la transition avec l’analyse de la fin des relations extraconjugales qui suit. Souvent, les fins de couples extraconjugaux sont liées à un épuisement lié à l’asymétrie des attentes entre hommes et femmes ou à un changement de statut de la relation. Le changement de statut de la relation (passer du statut de maîtresse, lié à une relation clandestine, à celui de compagne, associé à une relation officielle) amène à percevoir les défauts du partenaire avec davantage d’acuité, ce qui modifie la perception que les amants avaient l’un de l’autre (et donc l’équilibre de la relation). Cela met en exergue la non-équivalence et la non-transposabilité entre les relations conjugales et les relations extraconjugales.

7Comme dans l’ouvrage précédent, Marie-Carmen Garcia insiste sur le rôle joué par les injonctions contradictoires qui caractérisent les représentations sociales de l’amour sur l’établissement et le maintien de relations extraconjugales. L’amour romantique étant caractérisé à la fois par un contexte (la construction et l’entretien d’une relation de couple durable, conjugal malgré un amour difficile à entretenir) et par une passion dont l’érotisation forte du ou de la partenaire semble être le révélateur. L’extraconjugalité apparaît alors comme une solution pour répondre à ces deux injonctions simultanément. L’analyse menée par Marie-Carmen Garcia montre à la fois comment sont construites les représentations sociales liées à l’amour des femmes (s’investir totalement dans une relation amoureuse) et des hommes (fonder la masculinité sur le mariage et l’entretien de la famille), comment elles sont complémentaires et comment cette complémentarité des représentations sociales et comportements permet aux couples extraconjugaux d’exister et de durer malgré les contraintes matérielles et temporelles contraignantes dans lesquels ils existent.

Haut de page

Notes

1 Dans ses deux enquêtes, Marie-Carmen Garcia préfère le terme d’« extraconjugalité » à celui d’« infidélité », le second étant porteur d’une forte connotation morale que le premier n’a pas. Je reprends donc le terme utilisé par l’autrice.

2 Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sexualités », 2016 ; compte rendu de Cécile Thomé pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.21432.

3 Ce concept datant des années 1970 est tombé en désuétude du fait que les catégories de « sexe » sur lesquelles il se base pour déconstruire les rapports entre hommes et femmes sont elles-mêmes socialement construites. Il est aujourd’hui réactualisé sous le terme de « genre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Guay, « Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L’extraconjugalité durable à l’épreuve du genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 juillet 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50423

Haut de page

Rédacteur

Natacha Guay

Doctorante en sociologie à l’Université Toulouse Jean-Jaurès (LISST-CERS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search