Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Elsa de Lavergne, La naissance du...

Elsa de Lavergne, La naissance du roman policier français

Benoît Peuch
La naissance du roman policier français
Elsa de Lavergne, La naissance du roman policier français. Du Second Empire à la Première Guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, col. « Classiques jaunes », 2020, 416 p., ISBN : 978-2-406-09964-2.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Par exemple l’article de S. S. Van Dine, « Twenty rules for writing detective novels », American Ma (...)
  • 2 Par exemple : Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, coll.  « Que (...)

1Quand on pense au roman policier, on se réfère le plus souvent à la forme qu’il a pris en Grande-Bretagne : celle d’un récit construit comme un puzzle, mettant en scène la résolution méthodique d’une énigme et laissant de côté toutes considérations ne contribuant pas directement à l’effort d’identification du coupable. Les aventures de Sherlock Holmes ou les romans d’Agatha Christie en sont des exemples emblématiques. C’est à la lumière de cette définition que les historiens ont pu considérer que la littérature criminelle, qui voit le jour en France entre 1860 et 1915, n’entre pas vraiment dans la catégorie du roman policier. Au regard des canons anglo-saxons formalisés dans les années 19301, les aventures de l’inspecteur Lecocq, d’Arsène Lupin ou de Rouletabille apparaissent comme des œuvres archaïques, relevant au mieux de la préhistoire du genre. Pour certains critiques2, ces récits s’inscrivent plutôt dans le registre du roman-feuilleton criminel popularisé dans les années 1840 avec Les mystères de Paris d’Eugène Sue. Mais, pour Elsa de Lavergne, une lecture attentive de ces œuvres permet de rendre compte que, si elles restent effectivement apparentées au roman-feuilleton, elles s’en démarquent notamment par une structure narrative originale inspirée à la fois par les nouvelles d’Edgar Poe et par les reportages de fait divers. Comment, dès lors, penser la spécificité de cette littérature criminelle ? Lavergne propose une réponse originale à cette question : en partant d’une définition plus ouverte du récit policier, il devient possible considérer la littérature criminelle de la Belle Époque comme le berceau d’un roman policier à la française qui, sans se confondre avec sa forme anglo-saxonne, ne mérite pas moins d’être reconnu comme une forme pleine et authentique du genre.

  • 3 Régis Messac, Le « Detective Novel » et l’influence de la pensée scientifique (1929), Encrage, 2011

2La définition du roman policier retenue ici est celle que proposait Régis Messac dans son grand livre sur le detective novel3 : le récit policier est « un récit consacré avant tout à la découverte méthodique et graduelle, par des moyens rationnels, des circonstances exactes d’un événement mystérieux » (cité p. 57). Le premier constat de Lavergne est que le roman-feuilleton criminel fleurissant en France dans les années 1840-1860 – on pense, par exemple aux Habits noirs de Paul Féval ou au Rocambole de Ponson du Terrail – est fondamentalement incompatible avec cette définition du roman policier. Loin d’être focalisé sur la résolution d’une énigme unique, il prend plutôt la forme d’un récit à tiroir où se multiplient et se croisent des intrigues toujours plus spectaculaires. Défini par ses auteurs comme un roman de mœurs, c’est autour de l’analyse psychologique et sociale de ses personnages qu’il se structure, dépeignant, par exemple, le destin d’une victime d’erreur judiciaire (comme dans Roger-la-Honte de Jules Mary), où d’un criminel rongé par les remords (comme dans L’assassinat du Pont-Rouge de Charles Barbara).

3En 1866, commence la publication de L’affaire Lerouge d’Émile Gaboriau, première aventure de l’inspecteur Lecoq. Ce roman marque l’acte de naissance d’un nouveau genre dans le paysage de la littérature populaire française. On le désigne alors sous le terme de « roman judiciaire ». Il sera perpétué par des auteurs comme Fortuné du Boisgobey, Adolphe Belot ou Constant Guéroult. L’originalité de cette forme romanesque réside principalement dans sa façon de se focaliser sur le personnage d’un enquêteur en prenant pour fil directeur la résolution progressive d’une énigme. Pour Lavergne, ces caractéristiques, qui permettent de situer le roman judiciaire dans le champ du roman policier, dépendent largement de la réception en France des nouvelles d’Edgar Poe.

  • 4 Extrait de L’oncle de Monsieur de Madame (1880) d’Eugène Chavette.

4Cette nouvelle structure narrative n’empêche cependant pas la réappropriation de certains des mécanismes narratifs bien rodés du roman-feuilleton. Mais Lavergne insiste : il ne s’agit pas de reprendre ces procédés tels quels, mais plutôt de les « affiner » en les adaptant au récit d’enquête. On se contentera ici d’un exemple. Un des effets du roman-feuilleton consistait à dramatiser une situation en accablant son lecteur de questions : « Dans quel but avait-on volé les lettres de M. de Saurin ? Que contenaient ces lettres ? Qui les avait écrites ? »4 (p. 71). Dans le roman-feuilleton, on répond généralement immédiatement à ces questions. Dans le roman policier français, on préfère en différer la réponse et profiter de ces interrogations pour épaissir le mystère qui conduit la marche du récit.

5Après les nouvelles de Poe et le roman-feuilleton, Lavergne met au jour une troisième influence non moins déterminante pour comprendre l’originalité du roman policier français : le reportage de fait divers. Le XIXe siècle est celui des premières grandes affaires médiatiques. De plus en plus de journaux rencontrent le succès en proposant à leurs lecteurs une presse bon marché essentiellement constituée de feuilletons et de faits divers. Pierre-François Lacenaire, Marie Lafarge, Jean-Baptiste Troppmann sont des exemples de criminels ayant défrayé la chronique. Plusieurs auteurs de romans policiers français ont d’abord fait leurs armes en tant que journalistes – c’est par exemple le cas de Jules Lermina ou de Gaston Leroux. Ces conditions favorisent l’émergence d’un nouveau type de héros : le reporter. Mais l’impact du reportage sur la fiction policière est beaucoup plus profond : dans leurs œuvres, les auteurs cherchent à émuler l’écriture journalistique pour donner à leur récit une apparence aussi vraisemblable que possible – n’hésitant pas à mêler à leurs histoires des références à des faits divers réels ou à enrichir leurs récits de documents ayant la matérialité d’une preuve juridique (plan, croquis, reproduction de documents administratifs, etc.).

  • 5 Ce passage est extrait de Le mystère de la chambre jaune (1907) de Gaston Leroux.

6Ancré dans la réalité contemporaine, le roman policier enregistre dans ses récits les évolutions de la médecine légale (autopsies, analyses toxicologiques) et de la police scientifique (en particulier, l’usage de la photographie). L’entrée en scène de la science dans la littérature policière conduit à mettre concurrence deux façons de mener (et résoudre) une enquête : d’abord la méthode « logique et psychologique » (p. 263) où c’est en s’imprégnant des lieux et des personnes impliquées dans le drame que l’on arrive à découvrir la vérité ; ensuite la méthode de « l’indice matériel » que le détective établit grâce à ses capacités exceptionnelles d’observation et de raisonnement. Dans le roman policier français, c’est généralement la première approche qui a la préférence : on se méfie des méthodes scientifiques qui permettent sans doute d’établir de façon sûre la méthode du crime, mais qui amènent aussi parfois à désigner de faux coupables. Ce scepticisme vis-à-vis du « scientifisme » (p. 279) semble être un trait qui oppose l’enquêteur français à son homologue anglo-saxon : chez Gaston Leroux ou Maurice Leblanc, le détective est parfois valorisé par une mise en contraste avec une version ridiculisée d’un Sherlock Holmes incapable de réfléchir au-delà des apparences (p. 273) : « Tu as trop lu Conan Doyle, mon vieux ! … Sherlock Holmes te fera faire des bêtises, des bêtises de raisonnements plus énormes que celles qu’on lit dans les livres… Elles te feront arrêter un innocent... »5.Relevant cette opposition, Lavergne met au jour un point de vue qui permet de retourner le jugement commun faisant de Rouletabille et d’Arsène Lupin des héros moins aboutis que Sherlock Holmes : face à l’intelligence psychologique d’un Lupin, Herlock Shomlès ne peut que botter en touche.

  • 6 Edgar Poe, Genèse d’un poème, 1846.

7On retiendra de cet ouvrage que les règles formelles du roman policier ne peuvent, à elles seules, rendre compte de la manière dont elles sont appliquées. Ce n’est qu’en resituant ces règles par rapport au contexte sociohistorique dans lequel on les utilise que l’on peut comprendre comment les auteurs se les ont appropriées. Dans le cas du roman policier français, l’idée de Poe de construire un récit « à l’envers »6 (p. 59) devient un moyen d’enrichir un imaginaire social déjà marqué par les reportages de faits divers, mais aussi par les procédés spectaculaires du roman-feuilleton. Approchées ainsi, les récits de Gaboriau, de Boisgobey ou de Lermina peuvent être considérés comme des œuvres instituant une formule originale du roman policier dont on pourrait bien, nous dit-on en conclusion, retrouver la trace dans les productions ultérieures d’auteurs comme Léo Malet, Pierre Véry ou même Jean-François Parot et Claude Izner (p. 307).

Inicio de página

Notas

1 Par exemple l’article de S. S. Van Dine, « Twenty rules for writing detective novels », American Magazine, n° 106, 1928. Signalons qu'une version française accessible en ligne est proposée par la revue Québec français : https://id.erudit.org/iderudit/50235ac [consulté le 27 juin 2021].

2 Par exemple : Lise Queffélec, Le Roman-feuilleton français au XIXe siècle, Paris, PUF, coll.  « Que sais-je ? », 1989.

3 Régis Messac, Le « Detective Novel » et l’influence de la pensée scientifique (1929), Encrage, 2011.

4 Extrait de L’oncle de Monsieur de Madame (1880) d’Eugène Chavette.

5 Ce passage est extrait de Le mystère de la chambre jaune (1907) de Gaston Leroux.

6 Edgar Poe, Genèse d’un poème, 1846.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Benoît Peuch, « Elsa de Lavergne, La naissance du roman policier français », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 07 julio 2021, consultado el 24 septiembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50428

Inicio de página

Redactor

Benoît Peuch

Doctorant en philosophie et sciences sociales (EHESS, LIER-FYT).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search