Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Erika Lorraine Milam, Creatures o...

Erika Lorraine Milam, Creatures of Cain. The hunt for human nature in Cold War America

Sébastien Lemerle
Creatures of Cain
Erika Lorraine Milam, Creatures of Cain. The Hunt for Human Nature in Cold War America, Woodstock, Princeton University Press, 2019, 408 p., ISBN : 9780691181882.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Professeure d’histoire à l’université de Princeton.

1Dans les premières scènes de 2001 : l’Odyssée de l’espace, la découverte par nos ancêtres hominidés de l’usage d’un fémur comme d’une arme contondante se conclut par l’une des ellipses les plus célèbres de l’histoire du cinéma : à l’os lancé en l’air succède un ballet vertigineux de vaisseaux et de stations spatiales. Devant ce tour de force, on pense moins souvent au sous-texte de la séquence : pour Stanley Kubrick, il existe un lien entre l’invention primitive d’un outil mortifère et les plus hauts accomplissements technologiques de la civilisation humaine : l’agressivité principielle de l’espèce et sa volonté de conquête (hier d’un point d’eau, demain de l’espace). Si cet aspect frappe moins, c’est vraisemblablement parce qu’un certain nombre de discours sur le penchant des humains à l’agression et à la prédation ont accédé depuis plusieurs décennies à une large légitimité. L’ouvrage d’Erika Lorraine Milam1 en retrace les racines états-uniennes.

2De l’après-guerre au début des années 1960, les scientifiques nord-américains ont majoritairement cru à l’existence d’un instinct de coopération au sein de l’espèce humaine. Des théoriciens tels que Loren Eiseley et Theodosius Dobzhansky attribuaient la tendance des hommes au meurtre de leurs congénères à une déviance psychologique ou culturelle. Pendant cette période, ils n’ont eu de de cesse de mettre l’accent sur l’universalisme des normes morales et sur une approche relativiste des cultures, au travers de projets tels que le programme « Man : a Course of Study » (MACOS) qui, sous l’égide du psychologue Jerome Bruner et de l’anthropologue Douglas Oliver, a touché plus de 400 000 élèves, à travers 1 700 écoles dans 47 états.

  • 2 Tous ces livres ont été traduits en français à l’époque de leur première publication, rencontrant u (...)
  • 3 Notamment au travers de la théorie de la pulsion de mort de Freud et dont Erika Milam retrouve l’in (...)

3Dans les années 1960, d’autres thèses soulignant les dimensions agressives et animales de la nature humaine commencent néanmoins à circuler au sein d’une littérature de « science populaire » (colloquial science). Au sein de cette nébuleuse, l’autrice distingue particulièrement trois auteurs à succès : le journaliste et écrivain américain Robert Ardrey, l’éthologue allemand Konrad Lorenz et l’écrivain scientifique britannique Desmond Morris, dont les essais les plus connus sont, respectivement, The Territorial Imperative (1966), On Agression (trad. 1966) et The Naked Ape (1967)2. Ces livres ont fortement contribué à l’émergence d’une nouvelle conception de l’évolution, présentant la tendance masculine à l’agression non seulement comme naturelle mais aussi comme caractéristique de la masculinité et de l’humanité en général, et encore comme l’une des conditions essentielles du développement des sociétés humaines. Autre trait commun, leurs propos, parfois résumés par les expressions imagées de « théorie du singe tueur » (killer ape theory) ou d’« enfants de Caïn » (Cain’s children), se fondent sur des arguments tirés de l’éthologie, de la psychobiologie et de la psychanalyse3. Leur parution quasi simultanée a aussi participé à la légitimation de l’idée selon laquelle l’étude comparative des comportements animaux, en particulier des primates, était fondamentale pour la compréhension de la nature humaine.

4Une autre caractéristique partagée par ces trois essais est qu’ils n’ont bénéficié d’aucune reconnaissance académique. En revanche, ils ont touché un vaste public du fait de l’expansion dans les années 1960 du marché des livres de « science populaire » ainsi que de leurs thématiques « intemporelles » (le Mal, la méchanceté, etc.), mieux taillées pour intéresser le journalisme à sensation que les cénacles savants. Leur influence est mesurable au nombre de débats suscités dans les années suivantes dans le champ intellectuel et à la multiplication d’essais se nourrissant de leur prestige « scientifique » pour traiter du fonctionnement d’univers ultra-compétitifs comme l’entreprise ou l’université.

5Erika Lorraine Milam restitue le contexte de parution de ces livres en explorant les débats autour de la race, du genre et de la situation politique aux États-Unis, entre 1955 et 1975. La question de la violence est bien sûr apparue bien avant la théorie du « singe tueur », mais jusqu’à la fin des années 1950 les explications les plus communes évoquent des facteurs socioéconomiques, politiques et culturels. L’argument du « singe tueur » tend ensuite à supplanter les explications précédentes dans la mesure où il apporte une réponse commode à des commentateurs (la plupart du temps conservateurs) persuadés que les violences sociales et politiques ont des causes situées au-delà des explications « habituelles ». Ainsi, durant les années 1960 et 1970, dans un contexte de grandes agitations et mobilisations politiques, les deux types d’arguments, sociologique et biologique, s’affrontent dans l’espace public ; l’un des canaux de diffusion les plus efficaces des thèses biologisantes est le cinéma. L’augmentation de la violence à l’écran, caractéristique de la production du tournant des années 1960-1970, semble ainsi liée à la diffusion de ce type de conceptions, en particulier dans les œuvres de cinéastes de renom tels que Sam Peckinpah et Stanley Kubrick, ou des films à grand succès comme Planet of the Apes (La Planète des singes, 1968).

6Les thèses d’Ardrey, Lorenz, Morris et de leurs épigones ont fait très vite l’objet de multiples critiques. Les critiques de gauche remettent en question leur réductionnisme, selon lequel tout combat contre les discriminations de genre ou de race serait condamné à l’échec, du fait des « lois » biologiques dont se réclament ces ouvrages ; elles soulignent également leur manque d’intérêt pour les discriminations à la source de nombre de violences dans la société américaine. D’autres critiques proviennent des conservateurs catholiques et évangéliques, pour qui la violence à l’œuvre dans la société américaine est une conséquence de l’humanisme séculier, à leurs yeux dominant, et dont les théories évolutionnistes constituent le fer de lance. Ces critiques de la droite religieuse sont soutenues par des personnalités de premier plan comme l’ancien gouverneur de Californie et futur président des États-Unis Ronald Reagan.

7La popularité des idées des trois auteurs étudiés par Erika Lorraine Millan connaît un irrésistible déclin à partir du milieu des années 1970, du fait de nombreuses critiques émanant du monde académique. Les anthropologues féministes, en particulier Elaine Morgan dans The Descent of Woman (1972), contestent leur vision androcentrée. Parallèlement, les progrès de la primatologie contribuent à rendre obsolète le portrait de l’homme en « singe tueur », grâce notamment aux travaux de Jane Goodall et David Hamburg. Enfin, le modèle évolutionniste de l’agressivité humaine est contesté par une nouvelle approche. La publication en 1975 de Sociobiology d’Edward O. Wilson, entomologiste de Harvard réputé pour ses travaux sur les insectes sociaux, porte en effet le coup de grâce aux théories en vogue de la décennie précédente. Les sociobiologistes dénoncent notamment les insuffisances des écrivains de « science populaire », dont ils veulent se démarquer pour asseoir leur propre légitimité scientifique. Mais le paradoxe est que la sociobiologie s’impose dans la mesure où ces approches antérieures avaient déjà rencontré un grand succès et préparé en quelque sorte le terrain à sa réception. Les années 1980 seront celles de la controverse autour de la sociobiologie et de ses suites, ainsi que de la montée en puissance d’approches de plus en plus inspirées par les neurosciences et la psychologie évolutionniste. Une période dominée par l’influence de théories reposant sur des modèles animaux, singulièrement des animaux mâles, s’achève.

8Creatures of Cain apporte un éclairage précieux et documenté sur cette période dont tous les spécialistes de la question savent qu’elle a été essentielle dans l’ascension des pensées biologisantes, non seulement en Amérique du Nord mais aussi en Europe. Toutefois, l’objectif d’Erika Lorraine Millam n’est pas de trancher les débats qu’elle relate, même si l’on devine à l’occasion les préférences de l’autrice pour des modèles « coopératifs » de l’évolution humaine et ses désaccords avec les approches androcentrées des auteurs dont elle traite. L’un des mérites de son ouvrage est nous amener à réfléchir non seulement à la présence des sciences du vivant dans la vie intellectuelle et la culture, mais plus précisément encore aux modalités par lesquelles les premières irriguent la seconde. L’autrice en montre les multiples ramifications, des publications pour le grand public aux fondations philanthropiques, des programmes éducatifs au mouvement des droits civiques, des mouvances féministes à Hollywood. On perçoit aussi que la diffusion des thèses du « singe tueur » a profité d’une certaine confusion des genres, entretenue par le marché (les éditeurs, la presse) de la « science populaire », encourageant à la production et à la diffusion de discours autour de thématiques à la fois rebattues et spectaculaires. Les essais étudiés par l’autrice ont en effet été écrits par des écrivains poursuivant des agendas idéologiques ou des projets très personnels (Ardrey, Morris) ou par des chercheurs qui ont profité de leur légitimité de « savant » pour se livrer des extrapolations en les faisant passer pour des résultats scientifiques (Lorenz, Wilson). Enfin, le livre montre comment des auteurs comme Ardrey ont été soutenus financièrement par des entrepreneurs de morale tels le philanthrope Harry Frank Guggenheim, dont l’approche des idées scientifiques, surtout sensible au charisme d’auteurs par ailleurs peu rigoureux, entre en consonance avec celle de « nombreux consommateurs de science à l’âge de la contre-culture » (p. 82). Autant de leçons à méditer pour qui désirerait étudier la période actuelle.

Inicio de página

Notas

1 Professeure d’histoire à l’université de Princeton.

2 Tous ces livres ont été traduits en français à l’époque de leur première publication, rencontrant un succès plus (Morris) ou moins (Ardrey) important. – voir Sébastien Lemerle, Le Singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, Puf, 2014.

3 Notamment au travers de la théorie de la pulsion de mort de Freud et dont Erika Milam retrouve l’influence dans les trois essais (p. 106).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sébastien Lemerle, « Erika Lorraine Milam, Creatures of Cain. The hunt for human nature in Cold War America », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 08 julio 2021, consultado el 20 septiembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50430

Inicio de página

Redactor

Sébastien Lemerle

Maître de conférences, Université de Paris Nanterre / Cresppa.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search