Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Gilles Favarel-Garrigues, Laurent...

Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer, Fiers de Punir. Le monde des justiciers hors-la-loi

Marine Bobin
Fiers de punir
Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer, Fiers de punir. Le monde des justiciers hors-la-loi, Paris, Seuil, 2021, 352 p., ISBN : 9782021424003.
Haut de page

Texte intégral

1Vigilantisme, lynchage, nettoyage social… Autant de pratiques d’auto-justice dans lesquelles nous plongent les politistes Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer. Dans ce livre foisonnant, les auteurs nous présentent différents contextes, à l’échelle internationale, dans lesquels ces justiciers auto-proclamés, des hommes le plus souvent, transgressent la loi pour se faire justice. Adoptant une approche comparative, les deux auteurs analysent finement la manière dont des individus, des groupes ou même des États justifient de transgresser des lois pour d’autres lois jugées supérieures. Le livre est construit en six chapitres à travers lesquels ce sont six cas, six modèles différents d’auto-justice qui nous sont présentés.

  • 1 Elsa Dorlin Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017.

2Le chapitre un est consacré au vigilantisme, cette pratique née aux États-Unis et qui consiste à « recourir à la force en vue de réparer des torts ou faire appliquer des normes (règles juridiques ou prescriptions morales), au nom d’une communauté de référence » (p. 26). Ce chapitre nous en brosse l’évolution, depuis l’époque du Far West jusqu’à aujourd’hui, dans ses déclinaisons plus contemporaines mais aussi dans d’autres contextes géographiques (comme en Afrique du Sud, au Nigeria ou encore en Inde). Une part importante du chapitre est par ailleurs consacrée au vigilantisme numérique (le digilantism), les réseaux sociaux permettant un essor de la délation citoyenne, et des pratiques comme le naming and shaming. Ces pratiques atteignent leur paroxysme avec la chasse au pédophile, certains vigilantes n’hésitant pas à piéger des délinquants sexuels, pour les filmer et diffuser les vidéos. S’ils livrent leurs victimes à la police, c’est non sans avoir d’abord infligé leur propre sanction comme la divulgation de leur identité (notamment dans le cas des pédophiles), des coups ou des humiliations variées, ayant ainsi vertu d’avertissement tout en participant d’un spectacle punitif. Les auteurs poursuivent ensuite leur exploration du vigilantisme pour dépasser le stéréotype de l’homme blanc, réactionnaire, et exposent d’autres pratiques assimilées au vigilantisme qui émanent de de groupes minoritaires (comme le Black Panther Party ou la Jewish Defense League). Au sein d’un ouvrage aux références pourtant foisonnantes, on pourrait noter l’absence d’Elsa Dorlin, tant on aurait aimé faire dialoguer ici l’auto-justice avec le concept d’autodéfense politique chère à la philosophe1. Ce chapitre se clôt, comme il s’est ouvert, avec l’exemple de Tesak, youtubeur néonazi russe (décédé en prison en 2020), qui s’était fait une spécialité de traquer, puis torturer, devant les caméras, ses victimes. Véritable vigilante 2.0, Tesak n’agissait pas dans l’ombre mais jouait au contraire de sa médiatisation, entre campagne de crowfunding et vente de produits dérivés.

3Le deuxième chapitre traite d’une autre pratique originaire des États-Unis, le lynchage. Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer distinguent le vigilantisme du lynchage sur trois points : premièrement, le second serait le fruit d’une foule éruptive et non de patrouilles de volontaires. Deuxièmement, dans le lynchage « le droit de punir tend à se confondre avec le droit de tuer » (p. 72), enfin il est indissociable d’un spectacle punitif qui vise à restaurer le corps social. En analysant différents cas de lynchages (toujours dans une visée comparative), ce chapitre déconstruit parfaitement l’idée courante du lynchage comme une action spontanée émanant d’une foule pour montrer, au contraire, le caractère organisé et codifié de ces pratiques et l’importance des liens interpersonnels qui les régissent. Le grand apport de ce chapitre est de montrer que le lynchage est indissociable d’un spectacle punitif, déjà présent au début du siècle dernier aux États-Unis avec la mode glaçante des cartes postales d’images de lynchage ou aujourd’hui, en Inde, avec les WhatsApp lynching, l’essor de ce service de messagerie permettant désormais à la fois de diffuser des « rumeurs à l’origine de l’acte punitif et le spectacle de l’auto-justice » (p. 101).

4Les trois chapitres suivants continuent l’exploration de ces phénomènes en montrant bien comment la globalisation de l’auto-justice dans ces formes contemporaines s’inscrit dans un moment particulier de reconfiguration du rapport au droit, et de remise en question de la justice et plus largement de l’État. Le chapitre trois s’intéresse ainsi aux « Partisans du Primorié », un groupe de jeune ultranationalistes russes qui vont, à la fin des années 2000, assassiner des policiers en les accusant d’être corrompus et responsables de la décadence de leur pays. La deuxième partie du chapitre élargit la focale pour s’intéresser aux attaques récentes contre les forces de l’ordre dans d’autres pays. Pour les deux auteurs, au-delà de l’institution policière, c’est l’État qui est visé dans ces attaques.

5Le quatrième chapitre explore quant à lui les formes de justice populaire et révolutionnaire. Ainsi, alors que les exemples cités précédemment émanaient jusque-là d’individus ou de groupes aux idéaux plutôt réactionnaires, ce chapitre analyse les différentes tentatives, particulièrement dans les années 1970 au sein des mouvements maoïstes, d’instaurer une justice populaire au nom d’idéaux progressistes. Le cinquième chapitre s’intéresse aux pratiques de nettoyage social mises en place par les paramilitaires d’extrême droite en Amérique latine, qui assassinent toutes les personnes qu’ils jugent inutiles ou nuisibles à la société (toxicomanes, prostitués, syndicalistes). Les auteurs établissent une généalogie de ces pratiques de nettoyage social, qui trouvent leur source dans les mouvements hygiénistes au Brésil avant de se développer également par la suite en Colombie. Ils montrent ainsi comment « dans ces deux États, la question sociale a longtemps été traitée par des institutions en charge de l’hygiène et de la salubrité publique, renforçant l’idée selon laquelle la pauvreté procèderait moins d’un échec collectif que des failles morales de certaines couches de la société, aiguisées par l’air vicié des villes » (p. 187). Enfin, en mettant au jour les liens flous qu’entretiennent les groupes de limpezia social avec différents acteurs de la sphère économique, du maintien de l’ordre ou même avec l’État, les auteurs montrent le glissement qui peut s’opérer vers un « véritable État justicier » (p. 217). En effet, ces configurations justicières, que l’on retrouve aussi au Brésil, en Turquie et surtout aux Philippines, constitueraient ce que Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer appellent un État justicier, modèle qui réaffirme le « droit de punir y compris hors du cadre légal » (p. 263).

6Ainsi, le dernier chapitre intitulé « justiciers en uniforme », est consacré à « l’auto-justice policière ». Si certains auteurs parlent de « vigilantisme policier », Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer préfèrent le terme de « travail policier punitif ». Emprunté au journaliste états-unien Ernest J. Hopkins, cette expression permet, selon eux, de dépasser la bavure individuelle pour réinsérer ces pratiques « dans l’ordinaire d’une institution » (p. 226). Ce chapitre s’arrête particulièrement sur la figure de l’encounter specialist, présente en Inde et au Pakistan et qui désigne des policiers spécialisés dans les exécutions sommaires de criminels présumés.

7Ce tour du monde des justiciers hors-la-loi se termine par un épilogue centré sur ce qu’il en est de l’auto-justice en France. Si la mise en acte de pratiques de type vigilantisme n’existe que peu ou pas, les acteurs concernés s’en tenant à un registre discursif, le danger se trouve ailleurs pour les deux chercheurs, soit dans la défiance vis-à-vis de l’État de droit. Ils pointent l’apparition de ce qu’ils nomment des « prescripteurs d’auto-justice » (p. 272), des élites présentes dans différentes arènes (médiatique, universitaire, politique et judiciaire), critiques d’une justice trop laxiste et qui prônent l’idée de se faire justice soi-même.

8En effet, pour Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer, la menace de l’avènement d’un État justicier ne résiderait pas seulement dans l’arrivée au pouvoir de ces « prescripteurs d’auto-justice » mais dans la « consolidation d’un régime sécuritaire » par certaines dispositions exceptionnelles (on pense à l’État d’urgence) qui « pour rester contenu dans l’État de droit, ne le viderait pas moins de sa substance » (p. 280).

9Au final, cet ouvrage écrit dans un style clair et extrêmement vivant se révèle passionnant. Il paraît particulièrement important aussi bien pour sa richesse d’exemples ethnographiques que par les analyses proposées. Celles-ci portent un regard novateur sur les phénomènes d’auto-justice en partant des citoyens justiciers pour arriver jusqu’aux États justiciers. De plus, à la lecture de Fiers de Punir, on est frappé par la manière dont l’ouvrage résonne avec l’actualité de 2021. L’épilogue sur le cas français fait immédiatement écho à des événements récents, notamment les manifestations de policiers devant l’Assemblée nationale, signe que les thèmes et les analyses de l’ouvrage révèlent quelque chose de particulièrement prégnant sur le désir de punir dans les sociétés contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Elsa Dorlin Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Bobin, « Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer, Fiers de Punir. Le monde des justiciers hors-la-loi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50510 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50510

Haut de page

Rédacteur

Marine Bobin

Docteure en anthropologie, membre associée au Lisst-cas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search