Navigation – Plan du site

Jose Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogénèse d’un grand philosophe

Simon Desgouttes
En devenant Foucault
Jose Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogénèse d'un grand philosophe, Editions du Croquant, 2006.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Jose Luis Moreno Pestaña se présente comme une contribution à la sociologie des intellectuels. Comme le rappelle Gérard Mauger en introduction, la sociologie s’expose à toutes les critiques quand elle prend pour objet les positions dominantes de l’espace social. Et d’autant plus quand il s’agit comme dans cet ouvrage du champ intellectuel. Prendre pour objet le parcours scolaire du jeune Michel Foucault, c’est aussi se proposer de remettre en cause l’idée, socialement répandue, de génie. C’est avec minutie que Pestaña parvient à remplir ce contrat. Dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage, il reconstitue la trajectoire individuelle de Foucault étudiant. Dans les trois chapitres qui suivent, il développe une analyse des tous premiers textes de Foucault,  et tente d’y repérer à la fois les permanences et les ruptures par rapport aux grandes œuvres qui ont fait, ensuite, sa postérité. Et le pari est réussi.

2L’analyse s’ouvre, dans les deux premiers chapitres donc, par une étude sociologique de la trajectoire scolaire de Foucault. Comment un jeune héritier de la bourgeoisie de Poitiers arrive-t-il à l’ENS alors que tout le prédestinait à devenir médecin de province ? Malgré un père hostile à l’idée que son fils s’oriente dans les Humanités,Foucault, troublé par son homosexualité, met en œuvre toutes les stratégies possibles pour échapper à la reproduction familiale d’abord, et ensuite, une fois à l’ENS pour échapper au professorat en province. C’est une des raisons qui le poussent à se plonger dans la concurrence scolaire. Pour échapper à l’avenir qu’il redoute, il lui faut être le meilleur et ne pas se contenter de l’agrégation de philosophie. En outre l’auteur met en avant les expériences marquantes et décisives de Foucault à l’ENS, au rang desquelles la rencontre avec Althusser et l’adhésion au parti communiste, la lecture des phénoménologues et notamment de Husserl et Merleau-Ponty, l’expérience de la folie et sa tentative de suicide, enfin son homosexualité. C’est que, comme le rappelle un des sous-titres de l’ouvrage, « être génial » relève d’ « un dur apprentissage »…

3Dans les deux chapitres suivants, Pestaña propose une analyse approfondie des deux premiers textes de Foucault, l’introduction à Binswanger et Maladie mentale et personnalité. Un brin provocateur, Pestaña y soutient que ces textes sont des textes scolaires qui correspondent parfaitement au canons de l’ENS de l’époque, des textes mineurs sans cohérence théorique l’un vis-à-vis de l’autre. Néanmoins, on peut y relever des réflexes d’écritures qui relève d’un « style philosophique » commun. Et si ces deux textes semblent s’opposer d’un point de vue théorique sur de nombreux points, c’est parce que le champ philosophique change et que la position dans le champ du jeune philosophe d’alors ne lui permet aucunement d’imposer ses règles et de résister aux normes qui régissent le champ, et à leurs évolutions. C’est aussi parce que Foucault est, durant son séjour à l’ENS, à la « frontière » de deux disciplines, la philosophie et la psychologie : de ce fait, il peine à s’installer durablement dans une position académique claire. Dans Maladie mentale et personnalité, Foucault s’éloigne – dans ses références à Pavlov, au marxisme, à la sociologie durkheimienne – des préoccupations philosophiques de l’époque, signe de son indécision disciplinaire.

4C’est dans deux articles publiés par Foucault avant l’écriture de sa thèse que Pestaña repère les signes de « la stabilisation d’un habitus théorique », comme l’indique le titre du dernier chapitre. De plus, c’est avec ces deux articles que Foucault prend solidement position dans une carrière de philosophe en renonçant définitivement à devenir psychologue. Cependant ces deux textes restent emprunts d’un doute quant à la possibilité d’une science sociale critique et solidement assise épistémologiquement, doute qui caractérise l’œuvre future du grand philosophe en devenir.

5Pestaña est sociologue et professeur de philosophie, et cette double orientation disciplinaire sert largement l’étude qu’il propose dans cet ouvrage. C’est grâce à une connaissance solide de l’œuvre de Foucault, de ses détours et de ses inflexions, associée à un examen approfondi de la trajectoire de l’apprenti philosophe, située dans un champ académique méticuleusement cerné, que Pestaña parvient à comprendre la genèse du grand philosophe. D’autant que cette étude ouvre des perspectives intéressantes pour la sociologie des intellectuels. Dans la lignée du travail sociologique de Pierre Bourdieu, il tente de comprendre comment se constitue un habitus théorique, quelles sont les contraintes qui s’imposent à un nouvel arrivant dans le champ intellectuel, comment « l’espace des trajectoires possibles » est largement dépendant de l’état du champ intellectuel. Telles sont les questions d’ordre général auxquelles répond aussi cet ouvrage. Au final, l’analyse est claire et convainquante, elle met en relief des facettes méconnues du philosophe et fournit de précieuses clefs pour comprendre les questions que Foucault s’est posé par la suite, notamment celles qui sont à la base de ses recherches sur la folie et sur les soubassements épistémologiques des sciences humaines. En outre l’ouvrage contribue à la critique de la notion de génie, et plus généralement de l’idéologie du don. On ne naît pas intellectuel, on le devient, au croisement d’un héritage familial, d’un contexte social et intellectuel, et d’une trajectoire individuelle.

6La seule frustration qui suit la lecture d’En devenant Foucault, c’est de s’arrêter à l’orée de la carrière intellectuelle de Michel Foucault. En effet, à la fin de l’ouvrage Pestaña indique qu’il « ne prétend pas parler de la suite du trajet. » Certes, on la connaît, la suite : comment le nouvel arrivant dans le champ devient un dominant dans le champ, capable à son tour de peser sur le champ, d’y imposer ses règles, en bref, comment le doctorant remarqué, élève de Canguilhem, devient professeur au collège de France à la renommée internationale… Cela aussi, on aurait aimé le voir analysé selon les principes mis en œuvre dans l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Desgouttes, « Jose Luis Moreno Pestaña, En devenant Foucault. Sociogénèse d’un grand philosophe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 09 octobre 2006, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5059

Haut de page

Rédacteur

Simon Desgouttes

Etudiant en M2 de sociologie à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page