Navigation – Plan du site

« Expérience et critique du monde psy », Politix, n° 73, mars 2006

Muriel Darmon
Expérience et critique du monde psy
« Expérience et critique du monde psy », Politix, n° 274, mars 2006.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1  A noter, en hors dossier, un article de Laure Bereni portant sur l’évolution des stratégies des fé (...)

1Saluons, avec la parution d’un numéro de la revue Politix intitulé « Expérience et critique du monde psy », la vigueur nouvelle d’une sociologie française de la psychiatrie et des mondes professionnels du psychisme1. Il y a ne serait-ce que cinq ou six ans, le lecteur désireux de trouver une sociologie de terrain de la psychiatrie contemporaine devait quasi-exclusivement se tourner vers des textes étrangers, notamment de langue anglaise. Le présent numéro, tout comme d’autres recherches, témoigne de cet essor.

2Il interroge de plus cet objet sous l’angle particulier qui est celui d’une « revue des sciences sociales du politique » : sans que tous les articles s’inscrivent nécessairement dans une sociologie politique du psychiatrique, c’est le croisement du « psy » et du politique (au sens large) qui demeure l’objet privilégié, que ce soit sous la figure des mouvements sociaux anti-psychiatriques, des associations de patients ou de parents, des diverses « politiques du patient » en psychiatrie, des questions de tutelles juridiques et d’autonomie, ou encore des circulations, usages et effets des catégories « psy » dans l’action publique, les mobilisations et les affrontements politiques.

3L’existence de ce dossier peut donc être célébrée en elle-même. Mais il vaut également par la posture qui est la sienne et l’élaboration d’une sociologie qui fasse objet du « monde psy » sans pour autant le dénoncer ou faire alliance avec l’une de ses composantes pour disqualifier les autres, en bref une sociologie qui ne soit pas elle-même une « critique du monde psy » et qui soit guidée par ce que le comité éditorial de la revue qualifie de « réalisme ». L’article de Nick Crossley (« Changement culturel et mobilisation des patients. Le champ de la contestation psychiatrique au Royaume-Uni, 1970-2000 ») met ainsi très visiblement en exergue ce principe de non-dénonciation, dans la mesure où il fait de la critique de la psychiatrie l’objet de son analyse. En examinant quatre organisations militantes de patients qui se sont succédées entre 1970 et 2000, l’auteur identifie les « cultures de la protestation » plus générales dont elles émanent : à une culture du conflit en résonance avec les luttes de classe des années 1970 succède ainsi dans les années 1980 une approche plus conciliatrice, davantage axée sur l’introspection et l’évocation des mémoires individuelles ou collectives, qui laisse place dans les années 1990 à une célébration des aspects excentriques et subversifs de la folie et à la revendication d’une « culture folle ».

4L’absence de dénonciation n’entraîne cependant pas l’absence de dévoilement, et l’intérêt du dossier tient enfin à la façon dont les articles qui le composent battent en brèche un certain nombre de fausses évidences ou de fausses oppositions, qu’elles soient en circulation dans le monde psy lui-même, les sciences sociales ou les représentations profanes.

5C’est tout d’abord une vision rapide de l’opposition entre « psychanalyse » et « psychiatrie » que deux des articles interrogent. Contre l’idée d’une approche psychanalytique qui serait forcément perçue par les patients ou leur famille comme plus humaine ou plus proche qu’une psychiatrie à orientation organique, Cécile Méadel (« Le spectre psy réordonné par des parents d’enfant autiste. L’étude d’un cercle de discussion électronique ») analyse, à partir de l’étude de forums de discussions sur Internet, le combat mené par un collectif de parents d’enfant autiste pour faire prévaloir, à l’intérieur même du champ médical, une définition de la psychiatrie débarrassée de ses références psychanalytiques et davantage ancrée dans des explications et des thérapeutiques comportementalistes - ce combat renforçant alors, par un « manichéisme stratégique », l’opposition entre les deux types d’approches.

6C’est précisément cette opposition - non plus son usage, mais ses dimensions pratiques - qui est l’objet de l’étude de Sandra Jacqueline (« Les politiques du patient en pratique. Psychanalyse et psychopharmacologie à l’hôpital »). En observant les pratiques psychiatriques à l’œuvre dans deux services d’orientations contrastées (psychopharmacologique et psychanalytique), elle montre que, contrairement à une vision qui circule tant dans les mondes profanes que savants, il ne faut pas réduire cette divergence à une opposition stricte entre médicaments d’un côté et travail sur la parole de l’autre. C’est bien plutôt l’agencement entre parole et médicament qui n’est pas le même selon l’orientation de la prise en charge hospitalière, qui engendre des « mondes de soins », et partant des politiques du patient et des constructions de son autonomie, différents.

7Le deuxième ensemble de « fausses évidences » auquel s’attaquent les trois derniers articles du dossier tient à la vision par trop unilatérale qui organise bien souvent les discours généraux sur l’existence d’un trend de « psychiatrisation » ou de « psychologisation » de la société, qui serait à la fois absolu et univoque.

8En étudiant d’une part les conceptions qui président aux dispositifs de protection des « incapables majeurs », et d’autre part les expériences et situations vécues par ces derniers, notamment les usages qu’ils peuvent faire des mises sous tutelles, Benoît Eyraud (« Quelle autonomie pour les « incapables » majeurs ? Déshospitalisation psychiatrique et mise sous tutelle ») livre une étude de cas d’une politique de déshospitalisation psychiatrique en pratique et montre en particulier que « tutelle » et « autonomie » sont loin de s’opposer autant qu’on pourrait le penser.

9C’est ensuite explicitement à une mise en lumière d’une double dynamique de psychiatrisation/dépsychiatrisation ou de psychologisation/dépsychologisation que se livre Didier Fassin (« Souffrir par le social, gouverner par l’écoute. Une configuration sémantique de l’action publique »). En examinant la « configuration compassionnelle » qui s’impose comme nouveau lexique des politiques sociales depuis les années 1990, il montre tout d’abord que l’avènement de la catégorie de « souffrance » comme nouvelle formulation de la question sociale (mais aussi comme instrument d’encadrement et de gestion des « classes dangereuses ») procède d’une rencontre entre certains courants ou réseaux des sciences sociales, de la haute administration et de la psychiatrie et ne se réduit donc pas à l’imposition par cette dernière d’une catégorie au reste de la société. De plus, si le fonctionnement des dispositifs de traitement de cette « souffrance » (par exemple un « point accueil jeunes » d’une ville de Seine-Saint-Denis) manifeste une psychiatrisation ou psychologisation du social et de la « gestion des pauvres », des dynamiques inverses n’en sont pas moins tout aussi notables, et pourtant moins souvent notées. L’auteur identifie ainsi un mouvement de dépsychiatrisation produit par la désaffection de psychiatres refusant de « faire du social » avec des publics les plus en difficulté, ainsi qu’un processus de dépsychologisation dans la mesure où les psychologues qui participent à ces dispositifs ne font véritablement de psychologie que sous une forme plus rhétorique que clinique.

10Le dernier article du dossier poursuit l’interrogation du schème de la « psychiatrisation de la société » en abordant tout particulièrement le lien traditionnellement établi entre « psychologisation » (ou psychiatrisation) et « dépolitisation » (Stéphane Latté, Richard Rechtman, « Enquête sur les usages sociaux du traumatisme. A la suite de l’accident de l’usine AZF à Toulouse »). En prenant pour objet la forte mobilisation autour du « risque psychotraumatique » qui a suivi l’accident chimique de l’usine AZF, et en ne considérant pas la diffusion de la catégorie de « syndrome traumatique » et son usage par l’ensemble des acteurs de la mobilisation (sinistrés, cliniciens, autorités politiques et administratives, ouvriers, syndicats, et experts) comme « un gadget » mais bien comme « un mode de légitimation de l’action et des revendications », les auteurs remettent en particulier en cause trois « prénotions » : les pratiques psychiatriques serviraient nécessairement le pouvoir en place et les autorités officielles, les catégories « psy » seraient obligatoirement contraignantes sans possibilité d’usages stratégiques, les registres psychologiques empêcheraient toute construction collective des plaintes.

11L’article liminaire des coordonnateurs du dossier permet de resituer les questions soulevées par ces différents articles dans les transformations qui ont affecté les « dispositifs emblématiques du monde psy » depuis les années 1980 au travers de leur confrontation avec divers « discours du social » (Nicolas Dodier, Vololona Rabeharisoa, « Les transformations croisées du monde « psy » et des discours du social »). Il s’agit pour les auteurs de reconstituer les influences réciproques et croisées du « monde psy » sur la vie sociale d’une part et des transformations de la société sur ses dispositifs d’autre part. Aux trois dispositifs emblématiques du « monde psy » jusqu’aux années 1980 (l’asile, la psychanalyse, le secteur) et aux visions du social qu’ils développent répondent ainsi trois « discours du social » ayant interrogé et influencé le monde psy : le « discours des forces », organisé autour de la dénonciation des rapports de domination y ayant cours, puis plus récemment le « discours des victimes » (et du « traumatisme psychique ») fondé sur l’identification de l’expérience partagée d’un dommage, et enfin le « discours de la précarité sociale » autour du couple exclusion-réinsertion et de la « souffrance psychique ». En outre, se superpose à ces transformations un mouvement qui prend davantage sa source dans le monde médical : la montée d’une « psychiatrie des preuves » (evidence-based medicine), s’articulant avec différents courants du monde psy (la psycho-pharmacologie, la génétique, les approches cognitivo-comportementales) et fondée, comme son nom l’indique, sur la recherche d’une objectivité obtenue « en soumettant l’évaluation des traitements à des méthodes statistiques standard ». Ce serait donc « l’éclatement » (entre asile, psychanalyse, secteur, dispositifs liés à la souffrance psychique ou au traumatisme psychique, psychiatrie des preuves, etc...) qui caractériserait aujourd’hui le monde psy.

12Ni l’article ni d’ailleurs le dossier n’ont « l’ambition de proposer une analyse définitive de cet éclatement du monde psy », mais il est tout à fait exact qu’ils convainquent le lecteur « de l’importance de cette topique ». Aux questions explicitement posées par le dossier sur ce point, on peut d’ailleurs en ajouter deux, qui y figurent davantage en filigrane. Serait-il tout d’abord possible, dans l’analyse de cet éclatement, d’envisager à terme de manière plus distincte les diverses composantes du pôle « organique », qui est habituellement traité comme un bloc, unifié notamment par son opposition (le fait qu’il s’oppose et le fait qu’il soit opposé) à la psychanalyse ? Trois courants au moins de ce pôle sont cités dans le dossier (psycho-pharmacologie, génétique, approches cognitivo-comportementales) et, au-delà de leur rattachement commun (mais peut-être diversifié) à une psychiatrie des preuves, ils ne partagent ni toutes leurs positions ni toutes leurs pratiques. Deuxièmement, si cet éclatement dérive en partie de la confrontation du « monde psy » à divers « discours du social », il est essentiel, comme le font les articles du dossier, de se demander de qui (de quels groupes, de quelles institutions, de quelles disciplines enfin) émanent ces discours, et il semble tout à fait important de se poser notamment la question de la place de la sociologie et de ses relations avec les différents courants du « monde psy ». Le dossier nous la montre ainsi, ponctuellement, partie prenante de la critique de la psychiatrie des Trente Glorieuses ou de la construction du registre de la souffrance dans les années 1990 : c’est juste assez pour qu’on se prenne à imaginer l’intérêt, mais aussi la difficulté, d’un traitement autonome de cette question.

Haut de page

Notes

1  A noter, en hors dossier, un article de Laure Bereni portant sur l’évolution des stratégies des féministes du Parti socialiste et de Daniel Sabbagh sur la « discrimination positive » dans l’enseignement supérieur en France et aux Etats-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Darmon, « « Expérience et critique du monde psy », Politix, n° 73, mars 2006 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 05 octobre 2006, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5064

Haut de page

Rédacteur

Muriel Darmon

Muriel Darmon est sociologue, chargée de recherches au CNRS, membre du Centre Max Weber (équipe "Dispositions Pouvoirs Cultures Socialisations").

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page