Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Guillaume Tiffon, Le travail disl...

Guillaume Tiffon, Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail

Sébastien Bauvet
Le travail disloqué
Guillaume Tiffon, Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2021, 236 p., ISBN : 9782356877758.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage du directeur du Centre Pierre Naville (Université d’Évry) s’appuie sur les résultats d’une enquête collective, qualitative et quantitative, menée entre 2012 et 2017 au sein de trois sites « Recherche & Développement » d’un grand groupe industriel fournisseur et distributeur d’énergie. Il appréhende, à partir de la catégorie des chercheur·e·s, pourtant plutôt favorisée en termes d’origines sociales et de conditions de travail, les nouvelles formes d’organisation liées à la phase post-fordienne du capitalisme ainsi que leurs effets négatifs dans l’activité et en termes de troubles de la santé.

  • 1 Pour une présentation classique de la notion de concourance en gestion, voir : Gilles Garel, Christ (...)

2Un premier chapitre présente les caractéristiques des organisations par projet, consacrant le modèle de « concourance », où « les différents contributeurs du projet anticipent et commencent à travailler avant même que leurs prédécesseurs, en amont, n’aient achevé leur travail » (p. 19)1. Les organisations par projet, s’appuyant sur le management par objectifs et par compétences, conduit à des formes de concurrence internes et à l’intériorisations de nouvelles normes pesantes. La plus forte mobilité, le raccourcissement des projets de recherche, le caractère de plus en plus distant, instrumental et fonctionnel des relations (p. 43-47) participent de la fragilisation des collectifs de travail, déjà bien renseignée dans la littérature.

3Le deuxième chapitre aborde la « dislocation subjective », entendue comme un « écart croissant, structurel et de plus en plus répandu entre espoirs de réalisation de soi par le travail et réalités observées » (p. 93). Il détaille les rapports au travail et à l’emploi des chercheur·e·s et présente une « typologie des engagements dans le travail […] vécus dans la surcharge » (p. 63) composée de quatre groupes : les « élus », qui entretiennent un rapport positive à la surcharge grâce à leurs ambitions de carrières ; les « déçus », initialement compétiteurs comme les « élus » mais qui ont fait l’objet de déconvenues liées aux stratégies de la structure, sapant leur énergie au travail ; les « passionnés », dont le rapport positif à la surcharge renvoie plutôt à la passion de l’activité ; les « contrariés », pour qui les déceptions sont directement liées à la disqualification de leurs projets. Les « déçus » et les « contrariés » se recentrent parfois sur le hors-travail pour compenser ces difficultés professionnelles.

4Le troisième chapitre s’ouvre sur la contradiction entre les discours publics d’assouplissement de l’organisation par les effets du marché et les discours des salarié·e·s qui regrettent l’accroissement des « tâches périphériques » (p. 97) enserrant le cœur de métier (ici la production scientifique). Celles-ci prennent quatre formes ; la préparation, la valorisation marchande, la coordination et l’administration. À l’exception de la dernière catégorie, ces activités sont plutôt jugées intéressantes par les enquêté·e·s, qui se plaignent surtout de leur ampleur, conduisant à des stratégies compensatoires en matière d’organisation personnelle, et notamment un « surtravail déplacé à domicile », ce qui permet ici de parler de « dislocation temporelle ».

  • 2 Caroline Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011, 192 p.

5Inspiré par les travaux de Caroline Datchary2, le quatrième chapitre s’attarde sur les « situations dispersives » rencontrées dans le quotidien. Si l’organisation par projet permet de réduire les délais de conception, de décloisonner les problématiques métiers, de faciliter l’anticipation et la détection précoce de problèmes potentiels, les individus impliqués doivent en échange supporter d’importants coûts de coordination. L’auteur en déduit une « dislocation cognitive » (p. 136) liée à des interruptions fréquentes, « malheureuses, […] dont l’hétérogénéité augmente les “coûts de switch” » (p. 142), et plus généralement la charge mentale. Guillaume Tiffon oppose à une approche pragmatiste, ouverte aux gratifications et aux nouvelles compétences possibles liées aux situations dispersives, le risque de disqualification des personnes n’arrivant pas à y faire face alors que ce n’est pas leur cœur de métier et que les enquêté·e·s ne revendiquent pas la reconnaissance de ces compétences. Il est possible que ces différences de « retours » de terrains restent liées à des différences entre les métiers concernés et leur éthos – Caroline Datachary ayant étudié des conducteurs de travaux, des traders, des managers et des salarié·e·s d’agence d’événementiel.

6Le cinquième et dernier chapitre aborde les conséquences sur la santé des trois sortes de dislocation et propose une nouvelle typologie : les « surmenés » (p. 171), qui compensent la surcharge de travail par les heures supplémentaires, sont plus souvent des femmes à temps partiel et des chefs de groupe qui taisent leurs difficultés ; les « désorientés » (p. 175), quant à eux, souffrent d’un manque de repères et de retours sur un travail en proie au doute et à l’invisibilité ; les « contrariés » (p. 178) – à ne pas confondre avec ceux de la typologie liée au travail et à l’emploi dans le chapitre 2 – sont ceux dont les activités sont respectées mais qui souffrent d’un manque de reconnaissance dans les orientations stratégiques de la direction ; les « inutiles » (p. 182) sont jugés compétents, mais dans des domaines qui ne sont plus utiles ou porteurs pour l’entreprise ; les « disqualifiés » (p. 184) voient leur travail remis en cause au sein de projets demeurant utiles pour la direction, et sont donc personnellement moins sollicités ; enfin, les « placardisés » (p. 186) n’apparaissent plus que formellement dans les organisations de projets.

  • 3 Voir « Vivre dans un monde moderne liquide » in Zygmunt Bauman, La vie liquide, Paris, Fayard/Pluri (...)

7En conclusion, l’auteur revient sur le concept de liquidité emprunté à Zygmunt Bauman3. Cette notion apparaît utile pour montrer la correspondance des fluidifications affaiblissantes aux niveaux économique, social et organisationnel, mais limité pour aborder la pénibilité du travail. Le concept de « travail disloqué » permettrait alors de « souligner combien le travail concret, tel qu’il se réalise, s’expérimente et s’éprouve, relève d’une réalité, physique et sociale, fondamentalement différence de celle […] d’une production, d’une consommation et même d’une vie sociale, toujours plus liquides et, par là, conformes, ou si l’on préfère, asservies, à l’impérieuse nécessité de nourrir, coûte que coûte, le procès d’accumulation du capital sur lequel se fondent nos sociétés contemporaines » (p. 199). Cette approche peut s’inscrire dans les théories marxiennes de la dépossession du travail à trois niveaux : la réalisation de soi dans le travail, le sens du travail et les moyens du travail. Guillaume Tiffon achève son ouvrage par une dernière discussion critique des thèses d’Yves Clot : l’analyse de l’activité – y compris à des fins de réappropriation émancipatrice, comme souvent dans les démarches interventionnistes –, et donc le retour à la « qualité du travail », ne peuvent faire l’économie d’une transformation du système productif, sachant que les organisations (entreprises, directions, administrations, etc.) ne sont jamais indépendantes du modèle général d’accumulation du capital.

8Guillaume Tiffon présente un travail théorique intéressant, didactique et convaincant à travers les typologies et les schématisations proposées au fil des chapitres, et laisse la part belle aux matériaux d’enquête, en particulier aux témoignages des chercheur·e·s qui, partageant leurs tactiques d’adaptation, leurs analyses réflexives et leurs souffrances, illustrent des processus fins d’extension et d’intensification de la charge de travail ainsi que des mécanismes qui les accompagnent et les justifient – y compris ceux au cœur de l’éthique professionnelle ou dans les espaces complexes entre le travail et le hors-travail. Par son positionnement critique vis-à-vis des approches par compétences et des « tâches secondaires » qu’elles investissent, cet ouvrage constitue un point de repère solide pour une analyse sociopolitique du travail qui porterait des fonctions au sein du système productif jusqu’aux implications multiples dans l’activité, invitant à interroger davantage les contradictions qui s’y camouflent.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation classique de la notion de concourance en gestion, voir : Gilles Garel, Christophe Midler, « Conception et transversalité : concourance, processus cognitifs et régulation économique », Revue française de gestion, n° 104, 1995, p. 86-101.

2 Caroline Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011, 192 p.

3 Voir « Vivre dans un monde moderne liquide » in Zygmunt Bauman, La vie liquide, Paris, Fayard/Pluriel, 2013, p. 7-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bauvet, « Guillaume Tiffon, Le travail disloqué. Organisations liquides et pénibilité mentale du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 août 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50688

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search