Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Frédéric Thomas (dir.), « Soulève...

Frédéric Thomas (dir.), « Soulèvements populaires. Points de vue du Sud », Alternatives Sud, vol. 27, n° 4, 2020

Charlotte Gaudreau
Soulèvements populaires
Frédéric Thomas (dir.), « Soulèvements populaires. Points de vue du Sud », Alternatives sud, vol. 27, n° 4, novembre 2020, 177 p., Louvain-la-Neuve, Centre Tricontinental, Éditions Syllepse, ISBN : 978-2-84950-894-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif explore plusieurs des révoltes populaires qui se sont développées dans les États du Sud durant la période 2018-2020. Les chapitres, organisés par continent, sont constitués de traductions de textes publiés précédemment, de contributions originales ou d’entrevues. Tous exposent les éléments clefs pour analyser ces soulèvements : leur historicité, les griefs, revendications et contraintes qui les motivent, leurs protagonistes ainsi que leurs dynamiques et répertoires d’actions. Ils fournissent ainsi un riche matériel pour envisager les similarités et différences entre ces événements, tout en pensant l’importance des contextes politiques, économiques et culturels locaux.

2C’est d’ailleurs le propos central de l’excellent éditorial de Frédéric Thomas. Ce dernier affirme que si la simultanéité des manifestations de 2019, dont les révoltes d’octobre du Liban, de l’Irak, de l’Équateur et du Chili, est notoire et qu’elles sont toutes internationalisées par la mondialisation et les jeux géopolitiques, il ne faut pas négliger que les configurations nationales demeurent déterminantes (p. 8). Malgré leur spontanéité, toutes ont comme base un héritage militant local. L’introduction s’attarde alors à fournir des pistes de réflexions théoriques mettant en lumière la complexité de l’analyse des mouvements sociaux, particulièrement au Sud, et permettant de penser l’articulation entre les cas épars traités dans cette publication.

3Les premiers cas à l’étude se situent en Asie. Le texte de Shuddhabrata Sengupta décrit la mobilisation de Shaheen Bagh, un district populaire de Delhi. Ce soulèvement contre la discriminante nouvelle loi sur la citoyenneté débute par un sit-in le 15 décembre 2019. Sans leaders ou demandes centralisées, le mouvement composé des femmes musulmanes du quartier et supporté par des mobilisations étudiantes met en avant des principes d’éducation populaire et d’autogestion, amenant à repenser les pratiques démocratiques citoyennes. Le chapitre suivant traite de l’Indonésie, où d’importantes mobilisations eurent lieu en réaction aux projets de loi sur l’éradication de la corruption et sur la révision du Code pénal. Yatun Sastramidjaja décrit ses acteurs comme en rupture avec le passé. En effet, le mouvement est caractérisé par de nouveaux réseaux de jeunes des milieux étudiants et de la société civile, et il est marqué par une utilisation majeure de la culture populaire et de l’Internet, qui a perduré après le déclenchement de la pandémie Covid-19.

4Les deux prochains segments traitent des insurrections qui émergent au Liban et en Irak en octobre 2019. Ces dernières sont similaires, car elles sont motivées par la situation délétère de l’économie et portent des revendications larges contre leur système politique à quotas confessionnels. Le premier article, par Hajar Alem et Nicolas Dot-Pouillard discutent d’abord des luttes sociales libanaises antérieures, pour ensuite exposer les principales contraintes internes et externes au mouvement : division idéologique et manque de structuration, résilience des structures politico-économiques du confessionnalisme et internationalisation de la crise. Le second se compose d’un cours texte et entrevue de Zahra Ali. Outre la description du mouvement et de son historicité, la réappropriation de l’espace public et le développement de formes inédites d’organisation et de médias sont soulignés. L’auteure présente aussi des outils théoriques pour faire sens de ces événements, tels que le concept de « nouvelle société civile » et celui avancé par Asef Bayat de « refolution ». Enfin, un chapitre sur l’Iran clôt la section sur le Moyen-Orient. Les manifestations de 2017 contre la vie chère et la corruption y ont précédé les rassemblements et émeutes de novembre 2019. Cependant, la grave répression subie lors du Mouvement vert de 2009 affecte toujours la capacité de mobilisation et, malgré une large base militante réunie contre la tarification de l’essence, le mouvement ne parvient pas à dépasser les clivages traditionnels, le contre-narratif d’infiltration étrangère invoqué par le régime, ou à rejoindre les luttes des groupes ethniques minoritaires.

5Du côté de l’Afrique, l’Algérie et le Soudan sont présentés, mais il faut noter l’absence de texte sur l’Afrique subsaharienne, une région qui aurait pu fournir une intéressante matière au livre. Les cas à l’étude démontrent les difficultés rencontrées dans un contexte ou les changements de régime ont mené à la prise du pouvoir par les militaires. Le mouvement algérien contre le cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika, qui prend essor en février 2019, est particulier car organisé sous forme de manifestations bihebdomadaires dont le cadrage majeur est celui du pacifisme. De plus, il s’inscrit dans un registre uniquement politique, puisque les revendications socio-économiques y sont absentes. En dépit d’une continuité des rassemblements, un leadership prometteur d’avenue pour le futur tarde toujours à y apparaître. Dans cette lignée, la transition d’avril 2019 au Soudan illustre les complexités de l’après-révolte. Au travers la destinée du quartier pauvre de Kalakla, Magdi El Gizouli expose la façon dont les comités de quartiers servant à mobiliser et à rassembler différents secteurs de la population (dont les « parias ») durant le soulèvement se formalisent et se transforment en microautorités, rappelant les comités populaires de l’ère Bashir. En ce sens, le texte nous rappelle que les enjeux de la cooptation des structures des mouvements sociaux et des rapports de pouvoirs informels en leur sein mériteront aussi une attention académique soutenue.

6La dernière section de ce numéro se tourne vers l’Amérique latine. D’abord, Sabine Manigat situe les bouleversements en Haïti dans la continuité avec le renouveau associatif et syndical des années 1970. Si les demandes récentes pour des services de base et contre la corruption sont parvenues à fédérer une variété d’acteurs, les divisions entre « minimalistes » et « maximaliste », d’ailleurs communes à la plupart des cas étudiés dans cette publication, mettent en péril l’unité du mouvement qui confronte aussi violence étatique et impasse politique. Puis, Thielemann Hernandez nous fait voyager au Chili où la protestation d’octobre 2019, déclenchée par l’augmentation du prix du transport collectif, s’est rapidement mutée en insurrection. Le texte fait surtout état de l’évolution des réseaux de mobilisation suite aux révoltes estudiantines de 2012. Il témoigne de la façon dont une microcohorte militante impose parfois une empreinte profonde sur les cycles de contestations. Pour conclure, Raúl Zibechi effectue un très intéressant survol des formes d’action collective sud-américaines récentes en décrivant brièvement les luttes indigènes de 2019, tout en rendant compte de l’expansion des mouvements féminismes et celle, préoccupante, d’une nouvelle droite populiste. Les cas du Chili et du mouvement indigène en Équateur sont de plus analysés en détail, car ils sont, selon l’auteur, représentatifs du rôle grandissant des femmes ainsi que des peuples autochtones et noirs dans l’arène contestataire.

  • 1 Della Porta Donatella, Social movements in times of austerity. Bringing capitalism back into protes (...)

7En somme, comme mentionné dans l’éditorial, il y a de nombreux points de convergence entre ces soulèvements : « Il s’agit de mobilisations essentiellement urbaines, au sein desquelles les jeunes et les femmes semblent jouer un rôle important, et dont le large spectre social est le résultat de la participation de divers secteurs, ainsi que d’un phénomène de déclassement » (p. 16). Cette question de déclassement rappelle d’ailleurs le concept de « précariat » déployé par Della Porta1 pour analyser les mouvements européens anti-austérité et ceux des printemps arabes. De surcroît, l’autonomie, les modalités d’action comprenant l’occupation des places publiques ainsi que le rejet de l’institutionnalisation et de la représentation politique étatique sont au cœur de ces mouvements. Ainsi, bien que ce numéro d’Alternatives Sud mette clairement en garde contre le risque d’évacuer les particularismes de chaque cas, il invite les chercheur·es intéressé·es par ce sujet à examiner plus en détail leurs interrelations.

  • 2 Bayat Asef, Life as politics. How ordinary people change the Middle East, Stanford, CA, Stanford Un (...)

8Loin d’être rendu caduc par les développements récents dans ces régions, le dossier constitue une source importante de réflexion pour l’étude des mouvements sociaux. D’abord, il permet de penser les obstacles spécifiques aux mobilisations du Sud, tels que l’ingérence internationale. Il met également en évidence que l’exceptionnalité des soulèvements, évaluée à l’aune des protestations de rue massives, devrait aussi être accompagnée par l’étude des « non-mouvements »2. Dans celle lignée, Raúl Zibechi rappelle que la manifestation n’est « pas l’instrument principal de l’action collective » et qu’elle devient souvent spectacle pour des médias avides d’images sensationnalistes, oblitérant ainsi l’aspect politique de la contestation (p. 164-165). Conséquemment, il invite à réviser les approches conceptuelles et méthodologiques par lesquelles nous analysons les mobilisations hors Occident. Finalement, si l’irruption de la pandémie semble avoir mis en suspens les mobilisations, « donnant un répit au gouvernement en place » (p. 12), la reconfiguration des dynamiques de militantes (pensons entre autres au rôle de l’Internet qui peut permettre une participation plus grande des diasporas), mais aussi les mesures d’exception répressives adoptées par de nombreux régimes devront être investiguées dans les futures recherches portant sur les soulèvements populaires du Sud.

Haut de page

Notes

1 Della Porta Donatella, Social movements in times of austerity. Bringing capitalism back into protest analysis, Cambridge, Polity Press, 2015.

2 Bayat Asef, Life as politics. How ordinary people change the Middle East, Stanford, CA, Stanford University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Gaudreau, « Frédéric Thomas (dir.), « Soulèvements populaires. Points de vue du Sud », Alternatives Sud, vol. 27, n° 4, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 août 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50689

Haut de page

Lieu

Inde

Indonésie

Liban

Irak

Iran

Algérie

Soudan

Maghreb

Amérique latine

Haïti

Chili

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Gaudreau

Étudiante au doctorat en sociologie, université McGill.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search