Navigation – Plan du site

Yves Alpe, Alain Beitone, Lexique de sociologie

Muriel Epstein
Lexique de sociologie
Yves Alpe, Alain Beitone, Lexique de sociologie, Dalloz-Sirey, coll. « lexiques », 2007, 377 p., EAN : 9782247075362.
Haut de page

Texte intégral

1Autant vous prévenir, si vous avez l'usage d'un tel lexique, vous courez deux risques, qui peuvent advenir simultanément. Le premier, c'est de ne plus pouvoir quitter un outil très pratique puisqu'il est léger, qu'il tient dans un petit sac et qu'il permet d'avoir sous la main des définitions claires avec parfois des renvois bibliographiques ; le second, c'est de pester à longueur de temps sur les choix faits par les auteurs d'avoir mis un mot qui peut sembler complètement inutile et qu'il manque, précisément, celui dont vous aviez besoin... Tout dépend bien sûr de vos exigences.

2Ce lexique propose plus d'un millier d'entrées, certaines sont simplement des renvois vers une autre formulation jugée plus courante, certaines sont au contraire des définitions très travaillées s'étalant sur près de deux pages et quatre colonnes, et tout peut advenir entre les deux.

3A titre d'exemple, voici les définitions courtes que l'on peut trouver pour « contre-don » et « patriarcat », définitions dont on a conservé ici la mise en forme :

4Contre-don : chez Marcel Mauss, obligation de répondre au don en rendant au moins à l'équivalent.

5--> Fait social total, Kula, Potlach

6Patriarcat : forme d'organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l'autorité par les hommes

7--> Matriarcat

8Trois types de renvois sont présents dans ces définitions : les mots en italique, les noms propres et ceux indiqués en fin de définition. Les trois sont définis dans le lexique mais n'ont pas la même fonction. Pour le premier, il peut s'agir d'un concept à savoir avant de lire la définition proposée, ce que l'on appelle parfois, par référence aux nombres premiers en mathématiques, un « mot premier ». Les noms propres sont tous listés dans un index final qui remet, face à chaque nom, l'ensemble des concepts où ils sont cités. Cela permet d'avoir, d'un coup d'œil, les théories où ils ont été jugés importants par les auteurs et cela correspond fréquemment à une vue d'ensemble des champs sur lequel l'auteur a travaillé. Enfin les renvois de fins de définitions sont autant de pistes de recherche ou d'approfondissement pour mieux comprendre, mieux connaître ou compléter une théorie.

9Dans l'ensemble, les définitions sont claires et concises et les jeux de renvois sont astucieux. Lire ce lexique peut donner l'impression de circuler dans un livre du type des « jeux dont vous êtes le héro » ou, sur un « wikipedia » de papier, avec des liens hypertextes qui consisteraient, si simplement, à tourner les pages.

10Sur le choix des termes, on note l'importance donnée aux entrées statistiques (« analyse factorielle des correspondances », « analyse en composantes principales », « moyenne » etc.) qui, schéma à l'appui, font de ce lexique une forme de manuel de statistiques. Cela est probablement utile à ceux qui ont simplement besoin d'un rappel pour éviter la confusion entre deux termes mais parait parfois un peu étrange entre deux concepts sociologiques. Ainsi, les auteurs auraient peut-être pu systématiser l'ajout d'un positionnement sociologique des définitions statistiques, comme ils l'ont fait pour l'analyse en composantes principales en y mentionnant l'usage qu'en a fait Bourdieu. On aurait pu imaginer, pour la moyenne par exemple, d'avoir, au-delà de la définition mathématique fournie, un commentaire sur son origine historique (l'occasion d'un renvoi sur Quételet mentionné au terme « théorie de l'homme moyen » par exemple ?). Inversement, pour les sociologues disposant déjà d'un manuel de statistiques avec l'essentiel des techniques définies, tous ces mots sont superflus.

11Sur les termes relevant à proprement parler de l'anthropologie ou de la sociologie, je suis restée à plusieurs reprises perplexe ; soit parce que le lexique présentait des mots, certes très jolis, tels que « Mana » mais dont la fréquence en sociologie m'est apparue faible (il s'agit pour ceux qui, comme moi, ne l'avait jamais rencontré d'un « terme d'origine mélanésienne qui désigne une puissance surnaturelle et impersonnelle ») ; soit parce que la définition des mots apparaît incomplète. Ainsi, à propos du « tabou » aucune mention n'est faite du tabou au sens « tahitien » qui protège certains lieux, alors que semblent être mentionnés les différents champs d'applications de tabous (linguistiques, totémiques, claniques). La difficulté tient probablement à ce que les auteurs ont souhaité aller au-delà de la stricte définition du mot qu'ils ont défini comme renvoyant au « sacré et à l'idée d'interdiction » mais sans pouvoir explorer la totalité du concept de « tabou ».

12Enfin, notamment en sociologie de l'éducation, les effets « Rosenthal » ou « pygmalion » ne sont mentionnés nulle part, Jacobson non plus... Je ne vous cache pas que j'aurai volontiers remplacé les termes statistiques ou les « mana » et les « tabous » par des mots de ce champ de la sociologie.

13Bien sûr, les besoins de chacun sont différents et un anthropologue s'intéressant au mots d'origine mélanésienne, ayant besoin de rappels en statistiques sera certainement heureux d'avoir les compléments nécessaires tandis qu'un sociologue travaillant sur les effets performatifs ressentira peut être une légère frustration. Je mentionnerai, avec les louanges nécessaires, que sur un des champs sur lesquels je travaille, à savoir la délinquance juvénile, l'ensemble des définitions est cohérent, assez complet et les renvois aux auteurs permettent d'avoir les compléments bibliographiques adaptés. Ainsi, si certains domaines de la sociologie sont mieux traités que d'autres, les autres peuvent l'être remarquablement.

14Au final, l'outil est utile, simple, efficace, à mettre entre toutes les mains, particulièrement ceux des enseignants qui peuvent avoir besoin, au pied levé, d'une définition structurée, en quelques lignes, d'un mot qu'il n'avait pas préparé, ou ceux d'élèves ou d'étudiants encore perdus par les « paradigmes épistémologiques » des enseignants, cherchant à comprendre désespérément et discrètement, pour ne pas poser pour la dixième fois une question concernant un mot qu'ils sont censés connaître depuis un ou deux ans mais dont la définition leur échappe indéfiniment... Ce livre est peut-être l'occasion de l'attraper !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Yves Alpe, Alain Beitone, Lexique de sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 29 décembre 2007, consulté le 22 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/507

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page