Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2021Delphine Peiretti-Courtis, Corps ...

Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial, XIXe-XXe siècles

Guillaume Linte
Corps noirs et médecins blancs
Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial, XIXe-XXe siècles, Paris, La Découverte, 2021, 354 p., ISBN : 9782348045011.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des (...)

1Delphine Peiretti-Courtis est historienne, ses recherches portent sur la construction des stéréotypes raciaux et sexuels sur les corps noirs au sein de la littérature médicale, entre la fin du XVIIIe et le milieu du XXe siècle. Son dernier ouvrage, se place dans la continuité de la thèse qu’elle a soutenue en 20141. Dans Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial (XIXe-XXe siècles), Delphine Peiretti-Courtis propose une histoire des idées et des représentations forgées par les médecins français vis-à-vis du corps, ainsi que de la sexualité et du mode de vie des populations africaines. Elle cherche à mettre en exergue la manière dont le discours médical a participé à la « fabrique » de stéréotypes racistes qui se sont largement répandus dans la société française à l’époque coloniale, et dont certains perdurent encore malheureusement de nos jours. Cet ouvrage se présente ainsi comme une nouvelle pierre à un édifice historiographie, déjà riche, traitant de la façon dont la médecine a construit et légitimé des stéréotypes infériorisants, notamment de race, de genre et de sexualité. Sans exhaustivité, et en se limitant à des exemples proches du sujet de l’ouvrage traité, citons notamment les travaux de Claude Blankaert, Elsa Dorlin, Stephen Jay Gould, Claude-Olivier Doron ou Andrew Curan.

2L’introduction de l’ouvrage est éclairante sur le projet de son auteure : il s’agit d’étudier l’histoire du racisme scientifique – et plus spécifiquement celui porté par la médecine – afin de s’interroger sur la manière dont il imprègne encore aujourd’hui nos sociétés. « L’ère du préjugé racial est-elle achevée ? » (p. 4). À cette question, Delphine Peiretti-Courtis répond par la négative. Si le concept de race a été déconstruit après 1945, c’est celui d’ethnie qui depuis contribue « à véhiculer, à une échelle plus fine, des réflexes taxinomiques anciens et des préjugés globalisants issus des théories sur la race noire » (p. 282). Cette conclusion est tirée d’une archéologie précise des représentations scientifiques relatives aux corps noirs en France et dans son empire colonial sur près de deux siècles.

  • 2 L’auteure remonte jusqu’à Marcello Malpighi (1665). D’autres anatomistes se sont aussi intéressés à (...)

3L’ouvrage suit une structure chronologique, couvrant une période allant de la fin du XVIIIe siècle à la fin de la colonisation française en Afrique (1960), et se divise en trois temps : 1780-1860, 1860-1910 et 1910-1960. Chacun de ces trois volets est le lieu d’une réflexion sur différents sujets mis en valeur par l’auteure, notamment : l’observation et l’interprétation des « corps noirs » par les « médecins blancs » ; la dépréciation scientifique des capacités intellectuelles des populations africaines ; les considérations raciales sur l’esthétique des corps, les questions liées au genre et à la sexualité ; ou encore l’évolution des représentations médicales sur les forces et fragilités des colonisé·es. La première partie explore des aspects qui reflètent la manière dont s’envisage la diversité humaine à cette époque. Dans un premier temps, ce sont avant tout des caractéristiques plus superficielles (d’un point de vue anatomique) que profondes qui intéressent les savants, notamment la couleur de la peau. L’enveloppe du corps fait en effet l’objet d’un intérêt croissant au cours du XVIIIe siècle. Les médecins et naturalistes ne se contentent pas de l’observer, mais l’étudient avec méthode et précision afin d’élaborer des théories sur l’origine des différentes pigmentations. Cet intérêt remonte au XVIIe siècle, comme la rappelle l’auteure2, mais au siècle suivant les hypothèses se multiplient et tendent à se détacher de l’explication humorale classique. C’est néanmoins au XIXe siècle, période où s’épanouissent des idées polygénistes, que « la science anthropologique, médicale et racialiste [confère] à cette pigmentation de peau des particularités physiques, morales et intellectuelles considérées comme innées et immuables » (p. 21). Une étape importante est également franchie avec le développement de la mesure des crânes et la description des visages, qui concluent à l’infériorité intellectuelle des populations africaines et tendent à leur conférer des caractéristiques animales, notamment simiesques (p. 42-58). Ce phénomène trouve son pendant dans la description des attributs sexuels, abordée notamment à partir du cas célèbre de Saartje Baartman, la « Vénus hottentote » (p. 83). Il faut toutefois remarquer que cette « rencontre avec l’altérité » ne rentre pas véritablement dans la chronologie choisie par l’auteure (1780-1860). On peut s’interroger sur ce choix car la « rencontre » entre Européens et Africains est bien plus ancienne et véhicule – notamment à travers la littérature de voyage et la cosmographie –, depuis le XVe siècle au moins, des stéréotypes qui se retrouvent dans le discours savant (dont celui des médecins) de la fin de l’époque moderne et du XIXe siècle.

4La deuxième partie de l’ouvrage nous fait rentrer de plain-pied dans une nouvelle ère du fait colonial en Afrique : celle de l’occupation effective de l’intérieur de terre, suite à la conférence de Berlin (1884-1885). Ainsi que le met en exergue Delphine Peiretti-Courtis, d’importants changements s’opèrent. D’une part, c’est le moment où les caractères anatomiques profonds, tels que les os, les organes ou les muscles, se voient étudiés comme d’autres lieux susceptibles de déceler des marqueurs propres à une prétendue « race noire ». Chaque dissection réalisée sur un individu noir à cette période, écrit l’auteure, « révèle la volonté sous-jacente de corroborer des principes généraux sur la race, l’évolutionnisme, le polygénisme ou le monogénisme » (p. 126). D’autre part, les objectifs de la colonisation encouragent l’émergence d’une réflexion médicale tournée vers des enjeux concrets : les capacités physiques, forces et faiblesses du corps noir ; les risques liés aux interactions entre colons et colonisés, en premier lieu le spectre du métissage ; la capacité des Africaines et Africains à « recevoir la civilisation ». Le corps devient « un outil politique » (p. 127), et sa résistance à l’effort et à la douleur, son immunisation face aux maladies tropicales deviennent des questions centrales pour l’exploitation des terres conquises. Le racisme scientifique s’ancre sur le terrain tant par les idées que par les hommes, les « médecins blancs » étant appelés à contribuer pleinement à l’œuvre coloniale.

5Le troisième volet de l’ouvrage commence par retracer l’histoire des champs nouveaux mobilisés dans le débat sur la race jusqu’à ce que soit invalidée cette notion, tels que l’étude des groupes sanguins (p. 227-228) ou la génétique. Cette dernière, « exploitée dans ses débuts pour redéfinir les frontières entre les races, est donc appelée, au milieu du siècle, à déconstruire ce qu’elle avait tenté d’entériner : la notion de race » (p. 230). Cependant, les croyances du passé en matière raciale perdurent bien au-delà des années 1950, notamment dans les ouvrages de vulgarisation, comme la Grande Encyclopédie Larousse de 1971 (p. 232). Dans cette première moitié de XXe siècle, c’est la peur du dépeuplement des colonies et, par conséquent, le risque de voir entravée leur mise en valeur qui mobilise. À ce titre, le médical occupe une place toujours plus importante dans le dispositif colonial. Il s’agit de « faire du Noir » en limitant la mortalité et en favorisant la maternité (p. 234-252), tandis que l’investissement dans la santé publique sert une propagande française vantant les mérites de son action prétendument civilisatrice.

6Corps noirs et médecins blancs se présente comme un ouvrage de synthèse sur l’histoire des idées et des représentations portées par le racisme scientifique en France aux XIXe et XXe siècles. S’y retrouvent des figures bien connues, telles que Paul Broca, mais aussi des médecins anonymes ayant officié dans l’Empire français, et dont les textes publiés fournissent la principale matière de cette investigation. La focalisation sur ce type de sources se justifie pleinement par le sujet de l’ouvrage, mais rend parfois moins compte des implications réelles du développement de ces idées à leur époque, en particulier pour les populations colonisées. Néanmoins, à travers ce livre bien construit et écrit dans un style agréable, Delphine Peiretti-Courtis offre un récit convaincant de la « fabrique du préjugé racial » en France. L’auteure éclaire ainsi un peu plus le rôle de la médecine et des médecins dans la construction de stéréotypes raciaux à l’époque coloniale et met à disposition de l’historien(ne) un outil permettant d’appréhender ce phénomène sur un temps long.

Inicio de página

Notas

1 Corps noirs et médecins blancs. Entre race, sexe et genre : savoirs et représentations du corps des Africain(e)s dans les sciences médicales françaises (1780-1950). Thèse de doctorat, sous la direction d’Anne Carol, Université Aix-Marseille, 2014 ; voir : https://www.theses.fr/2014AIXM3097.

2 L’auteure remonte jusqu’à Marcello Malpighi (1665). D’autres anatomistes se sont aussi intéressés à la couleur de la peau des Africains auparavant, Jean Riolan par exemple (1618).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Guillaume Linte, « Delphine Peiretti-Courtis, Corps noirs et médecins blancs. La fabrique du préjugé racial, XIXe-XXe siècles », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 23 agosto 2021, consultado el 01 diciembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50730 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50730

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search