Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Fabienne Berton, (dir.) Faire fam...

Fabienne Berton, (dir.) Faire famille aujourd’hui. Normes, résistances et inventions

Victoria Chantseva
Faire famille aujourd'hui
Fabienne Berton (dir.), Faire famille aujourd'hui. Normes, résistances et inventions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2021, 210 p., ISBN : 978-2-7535-8145-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’image publicitaire présente un couple blanc et hétérosexuel entouré de deux enfants.

1Cet ouvrage collectif est consacré à l’examen des catégories et des injonctions à travers lesquelles les familles sont appréhendées par les services de l’État et par les professionnels de la petite enfance, ainsi qu’aux façons dont les familles aux configurations spécifiques se positionnent par rapport aux normes de la « bonne parentalité ». Au centre de l’analyse, se trouvent les familles avec enfants et, plus précisément, celles qui s’écartent du modèle conventionnel français de la « famille Ricoré »1 : les familles monoparentales, recomposées, homoparentales, mais aussi les familles nombreuses, ethniquement mixtes et/ou d’origines étrangères (Maghreb et Afrique de l’Ouest). Parce que leur prise en charge des enfants ne correspond pas aux représentations dominantes, voire n’entre pas dans des cadres légaux, ces familles sont particulièrement vulnérables face aux critiques et jugements négatifs.

  • 2 Théry Irène, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 1993.
  • 3 De Singly François (dir.), Enfants, adultes. Vers une égalité de statuts ?, Paris, Encyclopædia Uni (...)
  • 4 Théry Irène et Leroyer Anne-Marie, Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles va (...)
  • 5 Déchaux Jean-Hughes, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009.
  • 6 Martin Claude, Être un bon parent, une injonction contemporaine, Rennes, Presses de l’EHESP, 2014 ; (...)

2Le modèle de la famille nucléaire, où les deux parents hétérosexuels s’adonnent à l’éducation de leur(s) enfant(s) biologique(s) ou officiellement adopté(s), selon la répartition complémentaire des rôles, sans participation des tiers et dans le respect à la fois de l’individualité de l’enfant et d’autorité d’adultes, s’avère inadéquat et inadapté pour un grand nombre de foyers. L’ouvrage pointe les limites, les faiblesses et les contradictions internes des attentes à l’aune desquels sont évaluées les familles, tant ceux-ci s’avèrent insensibles à l’instabilité conjugale, aux transformations de la vie professionnelle, à l’engagement éducatif des tiers, à l’existence des parents non biologiques et aux références culturelles minoritaires. Toutefois, il met en garde contre les diagnostics alarmistes de la « désinstitutionnalisation » de la famille et de la perte totale de repères. Les parents cherchent toujours à se conformer aux normes, ne serait-ce qu’en les réinventant, et restent encadrés par des grilles de lecture institutionnelles. Si certaines normes s’affaiblissent, d’autres les remplacent. À ce propos, sont fréquemment cités des travaux des sociologues de la famille, qui ont mis en évidence les transformations récentes de la vie conjugale et de la parentalité : le « démariage »2 et la démocratisation de la famille3 ; le primat des liens de filiation sur les liens conjugaux4 ; la « cacophonie » des normes5 ; l’individualisation et la psychologisation des relations éducatives6 ; etc. L’approche théorique revendiquée ici est celui d’une « conception pragmatiste des normes sociales » (p. 19), qui affirme l’interdépendance entre structures objectives et expériences subjectives : ce ne sont pas uniquement les premiers qui s’imposent aux secondes, mais aussi les secondes qui influent sur les premiers.

3L’ouvrage est découpé en cinq chapitres qui abordent successivement les différents aspects normatifs auxquels sont soumises les familles, allant des classifications administratives jusqu’aux représentations de la forme appropriée de l’engagement paternel. Les tensions et les incertitudes autour de ces normes sont souvent en relation directe les unes avec les autres : les « problèmes » de l’autorité parentale, par exemple, sont pensés, par certains acteurs, comme résultat de l’éclatement du couple. L’ouvrage se penche non seulement sur le « pluralisme » des configurations familles et l’appropriation socialement différenciée des normes, mais aussi sur les logiques internes du raisonnement des agents de l’État et autres professionnels en contact avec les familles. Des collisions complexes entre différents points de vue, du militantisme de certains groupes et des évolutions globales de la société, surgissent les nouvelles conceptions des droits et des devoirs des parents.

4Le premier chapitre étudie les transformations des catégories à travers lesquelles les familles sont désignées et quantifiées par les services de l’État. Prise dans le tourbillon des transformations profondes, la famille connaît une discordance entre les réalités de vie et ses cadrages juridiques. La nouvelle terminologie et les nouveaux dispositifs visent à pallier ses écarts. Émerge ainsi le concept de « parentalité » à travers lequel l’action publique entre dans la logique de la suppléance des fonctions parentales. Dans la mesure où l’exercice des tâches parentales est perçu comme fondamental, dans le discours institutionnel, le terme « parentalité » tend à remplacer celui de « famille ». Apparaissent parallèlement les nouvelles catégories de désignation des familles honorant la valeur primordiale des liens qui unissent les enfants et leurs parents. Toutefois, nombre de liens échappent à ces catégories, notamment les liens affectifs entre enfants et beaux-parents ou autres proches non géniteurs, surtout lorsque ces derniers ne partagent pas avec les enfants le même lieu de résidence.

  • 7 Le terme « réflexivité » s’inspire ici des travaux d’Antony Giddens et d’Ulirck Beck. Pour plus de (...)

5Le chapitre suivant s’intéresse à ce que les professionnels de la petite enfance sous-entendent par la « bonne manière » de prendre soin des enfants, ainsi qu’à la façon dont cette norme est adaptée ou contestée par les familles. Ce référentiel idéal est dénommé par le terme de « parentalité réflexive »7 : le parent est appelé à faire preuve de flexibilité et à développer une réflexion constante sur ce qui est à faire pour créer les meilleures conditions du développement de son enfant. Cette norme repose, d’une part, sur la conception de l’enfant en tant que sujet et dont l’épanouissement doit être soutenu et, d’autre part, sur le positionnement des professionnels comme collaborateurs actifs, aux avis desquels les parents se doivent d’être à l’écoute. Dans ce cas-ci, la « réflexivité parentale » se limite à la réceptivité au discours expert et aux normes véhiculées par les professionnels. En même temps, la « réflexivité » renvoie à l’exigence de professionnalisme chez ces derniers, car celles et ceux qui travaillent auprès des familles sont appelés à faire preuve de souplesse et à s’adapter à la diversité des profils des parents. L’ouvrage souligne le penchant des professionnels à mettre en avant la fragilité présumée des parents, leur « insécurité » et leur « manque de repères », ce qui conforte et justifie la prolifération des conseils et des actions de « soutien à la parentalité », alors que cette même prolifération est simultanément pointée du doigt en tant que source d’incertitude anxiogène.

6Le troisième chapitre est consacré à l’autorité parentale, qualifiée de « point névralgique dans le choc des normes » (p. 83). Du côté des professionnels de l’enfance et de la famille, l’exercice de l’autorité parentale est soumis à la double critique : on dénonce tantôt son excès (sévérité, corrections physiques), tantôt son manque (laxisme, avènement de « l’enfant-roi »). Ici, comme ailleurs, les familles aux configurations non conventionnelles sont des cibles faciles pour des jugements négatifs, qui ne font qu’alimenter leur sentiment de désarroi et de manque de légitimité. Tel est le cas des parents originaires du Maghreb et de l’Afrique de l’Ouest, pour lesquels la transmission du « respect des aînés » est traditionnellement associée au droit d’exercer des punitions physiques sur les enfants (p. 103-106), ou bien les parents séparés dont le rapport non autoritaire aux enfants est soupçonné d’émaner du sentiment de culpabilité d’avoir rompu le couple parental (p. 122).

7Les deux derniers chapitres explorent la diversification des figures de parent et la place chancelante du père. Si certaines nouvelles façons de s’occuper des enfants gagnent en visibilité, d’autres restent à la marge de la reconnaissance sociale. Les professionnels de l’enfance privilégient la place des parents biologiques ; les parents eux-mêmes peinent à s’émanciper de l’image du « duo parental » et de certaines attitudes naturalisantes. Les autrices mettent ainsi en évidence la difficulté d’inclure dans la représentation de la famille des « parents sociaux », à savoir des personnes qui prennent soin des enfants au lieu et/ou en complément des parents initialement identifiés comme tels. Malgré la modernisation de la famille, les discours et les normes restent donc marqués par le schéma classique du couple parental, composé d’un père et d’une mère qui se complètent. En même temps, la façon dont leurs places sont invoquées par les professionnels est toujours marquée par la contradiction : d’un côté, la « matrifocalité », renvoyant à la mère le rôle central dans la prise en charge de l’enfant, et de l’autre, la déploration routinière de « l’absence du père », érigée en cause principal des difficultés relationnelles avec enfants.

8Au final, ce livre développe peu ce que son titre laisse présager, car il traite plutôt de l’expérience du parent face aux services publics, des points de vue des professionnels sur la parentalité ou encore des difficultés d’attribuer la catégorie de parent à des tiers, en laissant inexplorés d’autres aspects de la vie familiale (vie de couple, organisation du ménage, loisir partagé, relations aux grands-parents et à la fratrie, etc.). Il n’est pas très clair, ensuite, sur quels principes repose le choix de s’intéresser exclusivement à ces cinq catégories de famille, ni ce qui justifie la mise sur le même plan d’atypicité des familles monoparentales, recomposées, nombreuses, homoparentales et des parents d’origines africaines. Enfin, du point de vue théorique, la thématique de « l’absence du père » est discutée de manière ambiguë : les autrices en parlent tantôt comme d’un fait réellement problématique et qui « préoccupe les sociologues » (p. 13, p. 112), tantôt comme d’un diagnostic professionnel inspiré du paradigme psychanalytique (p. 132). Il n’en reste pas moins que l’ouvrage fournit une contribution intéressante à la sociologie de la famille, éclairant les impensés et les paradoxes contemporains des conceptions institutionnelles de la parentalité.

Haut de page

Notes

1 L’image publicitaire présente un couple blanc et hétérosexuel entouré de deux enfants.

2 Théry Irène, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob, 1993.

3 De Singly François (dir.), Enfants, adultes. Vers une égalité de statuts ?, Paris, Encyclopædia Universalis France, 2004.

4 Théry Irène et Leroyer Anne-Marie, Filiation, origines, parentalité. Le droit face aux nouvelles valeurs de responsabilité générationnelle, Paris, Odile Jacob, 2014.

5 Déchaux Jean-Hughes, Sociologie de la famille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009.

6 Martin Claude, Être un bon parent, une injonction contemporaine, Rennes, Presses de l’EHESP, 2014 ; compte rendu de Cécile Brotons pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.17654 ; Neyrand Gérard, Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Toulouse, Érès, 2011.

7 Le terme « réflexivité » s’inspire ici des travaux d’Antony Giddens et d’Ulirck Beck. Pour plus de détails, voir Beck Ulrick, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Alto Aubier, 2001 ; Giddens Antony, Modernity and Self-identity. Self and Society in the Late Modern Age, Stanford, Stanford University Press, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoria Chantseva, « Fabienne Berton, (dir.) Faire famille aujourd’hui. Normes, résistances et inventions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 août 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50745 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50745

Haut de page

Rédacteur

Victoria Chantseva

Doctorante en sciences de l’éducation, Experice, Université Sorbonne Paris Nord.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search