Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Alain Montandon, Françoise Le Bor...

Alain Montandon, Françoise Le Borgne (dir.), Le souper

Tassanee Alleau
Le souper
Françoise Le Borgne, Alain Montandon (dir.), Le souper, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Littératures », 2020, 440 p., ISBN : 978-2-84516-919-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Se référer pour la culture alimentaire aux ouvrages de Florent Quellier, Festins, ripailles et bonn (...)

1Le souper est un livre qui réunit plusieurs contributions sous la direction de Françoise Le Borgne et d’Alain Montandon, publié dans la collection « Littératures » du laboratoire Celis (Centre de recherches sur les littératures et la sociopoétique) des Presses universitaires Blaise Pascal. Les études de ce recueil se complètent pour offrir des regards pluriels et interdisciplinaires croisant histoire, études littéraires et ne négligeant aucune représentation, qu’il s’agisse de lettres, de poèmes ou d’œuvres picturales. C’est l’occasion pour les contributeurs d’investir les champs de l’histoire des sociabilités, des civilités, des sensibilités et du goût. Car le souper est un phénomène socio-historique qu’il faut envisager telle une représentation du monde dans ses bouleversements sociaux. Il est un lieu fertile et riche de discours et d’écritures de l’intimité, quelquefois plus politiques. Des spécialistes en littérature se proposent ainsi de disséquer le souper, laissant de côté la thématique de la culture purement alimentaire1 pour se concentrer sur le statut, la fonction et la valeur de ce repas du soir. L’incertitude au sujet de l’heure exacte du souper pousse les chercheurs à s’interroger sur la notion de temps et d’occupation de l’espace. Divisé en cinq parties, Le souper commence par évoquer les origines de ce repas avec deux études sur les modèles antiques. Toujours dans une perspective historique, la partie suivante est consacrée au souper à la cour du roi Louis XIV et au souper du Second Empire. Enfin, les dernières parties se penchent sur des domaines littéraires variés, se saisissant de l’histoire du goût et des sensibilités chez les libertins, des représentations théâtrales et des sujets tels que l’outrance, la décadence et la nostalgie romantique des soupers des XIXe et XXe siècles. Il faut donc souligner les liens qui unissent les chapitres entre eux.

2Tout d’abord, le croisement interculturel de certaines études élargit le territoire géographique des soupers, cherchant à débusquer le fantasme ou le mythe du souper érigé en repas typiquement français. Les modèles anciens de Christine Kossaifi nous emmènent dans la Grèce antique de Platon à la Rome de Trimalcion, qui inspireront les tables des siècles à venir. Le souper dans l’opérette viennois au XXe siècle, étudié par Fanny Platelle, nous plonge dans la Vienne copiant les fastes de la cour impériale et influencée par la culture française. Puis, sur le « dernier souper », Alain Montandon nous fait découvrir d’autres cultures à travers les romans et films européens, japonais ou américains.

  • 2 Désigne l’ensemble du personnel au service du roi lors des repas.

3Le chapitre sur la « nouvelle cuisine », ou souper fin, écrit par Jean-Claude Bonnet, nous laisse penser qu’une histoire du goût est impossible sans considérer les évolutions sociétales. Marie-Claire Grassi dépoussière les registres de la Bouche du roi Louis XIV2 lors d’un souper « gras » et indique que « la table française n’innove pas dans ce domaine mais perpétue, affine, et porte à son apogée, le fait de manger selon son goût » (p. 163), retraçant les origines de la diététique « à la française ». Danielle Perrot-Corpet raconte l’époque des soupers de Casanova dans Histoire de ma vie, expliquant que le plaisir et le bon goût élèvent la gastronomie au rang d’art noble (p. 257). Cependant, la faute de goût n’est jamais loin, comme le montre le chapitre sur Trimalcion, « qui manque assurément de raffinement et de distinction » (p. 103). Les repas orgiaques et excessifs des libertins ou des romantiques sont parfois dégoûtants et la frontière disparaît entre la nourriture et le corps comme nourriture, selon Jean-Pierre Dubost (p. 246-247). L’antiquité et la figure de Trimalcion sont d’ailleurs des sujets qui reviennent à travers l’examen par Françoise Court-Pérez du souper décadent dans À Rebours de Huysmans, ou dans des romans tels Salammbô de Flaubert et Le Roman de la Momie de Théophile Gautier. Ils révèlent l’ennui, voire la lourdeur et l’opulence, du souper de cette antiquité revisitée, qui met en exergue l’orientalisme et l’exotisme des repas ainsi que la « barbarie dans le raffinement » (p. 397). La dénonciation de la grossièreté des repas chez Pétrone n’est pas très éloignée de la « débauche scripturale de soupers orgiaques » (p. 339). L’extravagance du symposion homérique (p. 41) rappelle les soupers à outrance des romantiques qui, selon Bérangère Chaumont, se rapportent à des scènes comiques, frivoles et libres restituées par Balzac dans La Peau de chagrin.

  • 3 Souper à la Maison Dorée de 1855.

4L’ouvrage met en lumière la ritualisation du souper depuis l’Antiquité, illustrant un cérémonial qui change avec le temps. Ceux et celles qui assistent au souper du roi Louis XIV se plient à une étiquette « stricte et rigide » (p. 136) avec le souverain au centre de l’attention, à la manière du banquet grec dont les codes sont semblables : « suprématie d’une classe sociale, celle des aristocrates, libres et riches, […] et mis en scène dans leur unité élitiste » (p. 46). Scénographies du pouvoir et représentations de bons vivants sont autant de figurations picturales observées pour comprendre le souper. Marine Ganofsky étudie la sensualité et la volupté des tableaux libertins, ainsi que l’iconographie révolutionnaire caricaturant les petits soupers aristocratiques. De son côté, Christine Kossaifi examine la vaisselle et les fresques antiques pour appréhender les plaisirs du symposion. Les motifs des coupes rendent compte de l’ambiance symposiacale et « l’image se fait langage en établissant avec le buveur une communication directe » (p. 62), nous dit-elle. L’imaginaire pictural vient confirmer ce que les romans racontent. Bérangère Chaumont trouve un argument supplémentaire à la description orgiaque du souper par les romantiques dans une toile de Thomas Couture3, un exemple de « souper à outrance » (p. 367).

  • 4 Tel celui de Brillat-Savarin, La Physiologie du goût, Sautelet, 1825.

5Autre lien entre les études, l’heure du souper interroge le temps ou les temps de la prise du repas. Bérangère Chaumont reprend les définitions des grands dictionnaires ou d’ouvrages de savoir-vivre4 (p. 347). Sylvain Ledda nous dit que le souper romantique est le dernier repas de la journée, « pris à une heure avancée de la nuit » ; devenu « de plus en plus nocturne depuis la fin du règne de Louis XIV », il se prend après minuit (p. 371-372). Marine Ganosfky nous parle de l’heure du « petit souper » du temps des libertins, qui « invite elle aussi à davantage de liberté entre les convives ». Le petit souper est par conséquent un moment, tard le soir, « qui sert de seuil entre la publicité du jour et l’intimité de la nuit » (p. 194-195). La chercheuse ajoute qu’on « petit-soupe » aux alentours de minuit ou avant un rendez-vous nocturne, ce qui démontre la « conquête de la nuit » par les contemporains des Lumières. Cette dernière devient un temps de divertissement et de loisir et n’est donc plus l’espace privilégié des peurs et des créatures nocturnes.

6Motif symbolique et lieu commun largement utilisé par le théâtre, le souper est devenu un topos courant. L’exemplarité du repas du soir fait écho au repas des dieux anciens, à la Cène ou aux agapes chrétiennes. Les dimensions spectaculaires et exemplaires du théâtre, dramatique ou comique, se retrouvent appliquées dans la vie de cour ou diplomatique, de l’Ancien Régime au XIXe siècle. Les dimensions orales, poétiques et rhétoriques du symposion antique ne sont pas sans rappeler le souper du romantique chez Musset ou Proust, lors duquel ce dernier « se confond bien souvent avec une causerie enjouée, spirituelle, ou chacun rivalise pour faire des bons mots et animer la conversation ». Ce genre de repas laisse apparaître le souper comme une tradition intellectuelle nationale (p. 382) et sert à flatter l’hôte pour lui donner une image d’homme très cultivé mais humble. Tandis qu’à la cour du Roi Soleil, c’est la nourriture du dîner qui devient elle-même le spectacle, disposée sur des gradins en pyramides à la vue de tous et de toutes. Lors des repas d’apparat de Louis-Napoléon Bonaparte, « la nécessité du faste » se réactualise pour montrer le rayonnement de la France au reste du monde (p. 175).

7À l’inverse, le souper peut devenir le lieu de transgressions subversives et de l’inversion des rôles et des classes sociales. « Le souper permet ainsi d’opposer sur un plan moral une société fortunée […] aux valeurs Biedermeier de simplicité et de contentement, incarnées par la petite bourgeoisie », selon Fanny Platelle (p. 322). L’accentuation de problématiques sociales et la critique des inégalités sont très présentes dans plusieurs chapitres au sujet des soupers populaires. Le souper napoléonien décrit par Xavier Mauduit se décline dans « toutes les strates de la population » et, comme le montre Les Misérables, il « n’est pas réservé aux dominants et aux élites » (p. 172). Sophie Mentzel conclut que le souper royal dans le théâtre romantique ne mène qu’à l’inexorable chute de la figure royale, retirant au monarque « son assise politique pour en faire un être théâtralement grotesque » (p. 314). Alain Montandon se remémore le souper dans le mythe de Don Juan où « le valet mange avec son maître contre toutes les lois de la bienséance, […] à la fois provocation et excès de civilité » (p. 276). Finalement, Françoise Le Borgne interroge les récupérations politiques du souper sous l’Ancien Régime et la Révolution : soit l’on se moque du souper et de son luxe ostentatoire, soit l’on moralise ce dernier pour en faire un grand moment de communion populaire. De fait, le sentiment général que l’on tire de ce livre et de ses résultats est que l’imaginaire du souper ne cesse jamais de se régénérer au gré des changements sociétaux, des transformations des mœurs et des goûts.

Haut de page

Notes

1 Se référer pour la culture alimentaire aux ouvrages de Florent Quellier, Festins, ripailles et bonne chère au Grand Siècle, éditions Belin, 2015, ou La table des Français, Presses Universitaires de Rennes, 2013.

2 Désigne l’ensemble du personnel au service du roi lors des repas.

3 Souper à la Maison Dorée de 1855.

4 Tel celui de Brillat-Savarin, La Physiologie du goût, Sautelet, 1825.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tassanee Alleau, « Alain Montandon, Françoise Le Borgne (dir.), Le souper », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 24 août 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50759

Haut de page

Rédacteur

Tassanee Alleau

Doctorante contractuelle en histoire au Centre d’études supérieures de la Renaissance (UMR 7323), sa thèse interroge la place du végétal dans la société de l'époque moderne, à travers les symboles, gestes et pratiques et selon des approches culturelles, matérielles et scientifiques. Elle est diplômée de l’École d’Art et de Design de Tours, après des recherches sur les origines biologiques, la fragilité et le déracinement du corps.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search