Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Solenne Carof, Grossophobie. Soci...

Solenne Carof, Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible

Vincent Schlegel
Grossophobie
Solenne Carof, Grossophobie. Sociologie d'une discrimination invisible, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2021, 240 p., ISBN : 9782735127467.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure évoque ici l’ouvrage récent de Gabrielle Deydier, qui a largement été discuté dans les mé (...)

1Tiré d’une thèse de sociologie soutenue en 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’ouvrage de Solenne Carof restitue les résultats d’une enquête autour de la « grossophobie ». Dans l’étude, ce terme ne désigne pas une forme de dégoût individuel à l’endroit des personnes corpulentes, auxquelles seraient attribués certains comportements socialement dévalorisés, comme le manque de volonté, la paresse ou encore l’oisiveté. L’auteure propose plutôt de revenir au sens premier du concept, à savoir la peur de la grosseur, de manière à saisir, dans une perspective sociologique, les mécanismes sociaux et politiques qui conduisent à stigmatiser les corps gros. De plus, mobiliser le terme de « grossophobie » permet aussi d’établir des parallèles avec d’autres formes de discriminations, telles que l’homophobie ou l’islamophobie. En prenant pour objet les stigmatisations que subissent les individus en raison de leur poids, l’auteure entend résoudre un paradoxe indiqué dès le sous-titre de l’ouvrage : alors que les personnes considérées en surpoids ou obèses font quotidiennement l’objet de discriminations en raison de leur apparence corporelle, ces discriminations demeurent largement « invisibles » d’un point de vue politique, juridique ou encore social. En effet, malgré des mobilisations associatives visant à mettre au jour les stigmatisations subies par les personnes corpulentes, et malgré des témoignages destinés au grand public donnant à voir leur expérience du surpoids1 ou encore l’apparition de modèles grande taille dans l’industrie de la mode, force est de constater que les discriminations liées au surpoids perdurent, sans être nécessairement reconnues comme telles.

2Caractériser socialement les stigmatisations liées au poids suppose d’abord de définir ce que cela signifie d’être « gros ou grosse » en France. Pour ce faire, il peut être tentant de s’appuyer exclusivement sur des catégories issues de la sphère médicale, telles que le « surpoids » ou l’« obésité » définis à partir de l’indice de masse corporel (IMC). Ce dernier conduit à établir un continuum allant de l’anorexie à l’obésité morbide, différents seuils venant distinguer le normal du pathologique. Calculé à partir du poids et de la taille, l’IMC apparaît réducteur à double titre. D’un point de vue strictement médical, d’abord, il ignore la répartition des graisses ou encore de la masse musculaire. D’un point de vue social, ensuite, l’IMC produit des catégories dans lesquelles les personnes concernées ne se reconnaissent pas nécessairement, notamment lorsqu’elles se situent à proximité des seuils prédéfinis. En considérant uniquement l’IMC, de nombreux sportifs de haut niveau sont ainsi considérés comme « obèses ». Quant aux personnes corpulentes, si elles s’appuient elles-mêmes sur ces catégories médicales pour se décrire, elles se définissent aussi fréquemment comme « rondes » ou encore « grosses », parfois dans une perspective militante afin de contribuer à la normalisation de leur corps. Solenne Carof décide quant à elle de s’appuyer sur les catégories mobilisées par les personnes auprès desquelles elle a enquêté tout au long de la restitution de ses résultats, sans opérer un choix a priori concernant le terme le plus adapté.

3La démonstration s’appuie un vaste panorama des études internationales menées sur le sujet, mais aussi plus généralement sur les pratiques alimentaires, les inégalités sociales ou encore les politiques de santé publique, sans jamais se limiter aux seules contributions sociologiques. Au-delà de cette littérature prolixe mobilisée au fil des chapitres, l’ouvrage s’appuie surtout sur une enquête originale et particulièrement dense. L’auteure a ainsi réalisé un grand nombre d’entretiens, principalement auprès de personnes corpulentes, en France, en Allemagne et en Angleterre, et avec des professionnels de santé prenant en charge l’obésité.

4Une des richesses de l’ouvrage réside dans l’attention portée au caractère historiquement et socialement construit des normes pondérales. Le premier chapitre offre ainsi une mise en perspective historique particulièrement intéressante pour saisir la façon dont la corpulence a été perçue à travers les siècles. Sans entrer dans les détails, soulignons que l’histoire des normes pondérales est étroitement liée à celle des mesures du corps : poids, tour de taille, IMC, etc. Ce dernier indicateur s’est imposé comme la référence pour définir la corpulence, contribuant largement à la médicalisation contemporaine de l’obésité. Dans une perspective épidémiologique, l’IMC a notamment permis de définir des seuils auxquels correspond un risque de développer certaines pathologies, telles que les maladies cardio-vasculaires ou le diabète de type 2. En pratique, la mainmise de l’institution médicale sur la définition de l’obésité ouvre la porte à une intervention directe sur les corps par le biais de la chirurgie bariatrique. Pourtant, Solenne Carof rappelle de manière convaincante les controverses qui entourent les enjeux à proprement parler sanitaires de la corpulence (chapitre « Santé et grossophobie »), en confrontant les études épidémiologiques. Contrairement à une idée largement répandue, les risques de comorbidité liés au surpoids et à l’obésité font l’objet de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. De ce fait, l’injonction à perdre du poids, notamment à travers la mise en place de régimes ponctuels, pourrait entraîner des conséquences bien plus graves sur la santé que le surpoids en tant que tel.

  • 2 Faustine Régnier, Anne Masullo, « Obésité, goûts et consommations. Intégration des normes alimentat (...)

5Les représentations négatives associées à la corpulence tendent à établir le surpoids et l’obésité comme des problèmes exclusivement individuels, qui seraient explicables par des facteurs psychologiques. En construisant les individus comme les principaux acteurs de leur santé, notamment dans le cadre des Programmes nationaux nutrition santé (PNNS), les politiques de santé publique renforcent, paradoxalement, la stigmatisation des individus en surpoids ou obèses, dans la mesure où elles laissent penser que les personnes corpulentes seraient responsables de leur situation en raison de leur manque de connaissances diététiques. La construction de l’obésité et du surpoids comme des problèmes de santé publique a par ailleurs renforcé le lien opéré entre santé et minceur. L’accent mis sur la responsabilité individuelle occulte toutefois l’inégale distribution du poids des personnes selon leur appartenance de classe et la différenciation sociale des pratiques alimentaires, qui en est bien souvent à l’origine. En effet, l’obésité et le surpoids sont des diagnostics bien plus fréquents parmi les classes populaires2, rappelant le processus d’incorporation des inégalités sociales. Posséder un corps mince apparaît dès lors comme un moyen de se distinguer d’un autre socialement situé.

6Comme le rapportent les personnes qui en sont les victimes, la grossophobie s’exerce dans toutes les sphères de la vie sociale, de la famille à l’école en passant par le travail et les loisirs. En pratique, elle se traduit par un ensemble de discriminations envers les personnes corpulentes, conduisant à des situations où elles ne bénéficient pas des mêmes droits ou du même traitement que d’autres personnes, précisément en raison de leur apparence corporelle. L’un des mérites de l’ouvrage est de s’appuyer sur de nombreux exemples tirés de l’expérience des personnes interrogées. C’est notamment sur le marché de l’emploi que la grossophobie produit le plus d’effets en limitant l’accès à certaines professions ou en freinant les carrières ascendantes, en raison des stéréotypes fréquemment associées aux personnes rondes. En suivant la voie tracée par les disability studies, il est aussi possible de voir notre environnement matériel comme grossophobe. Un certain nombre de lieux ne sont ainsi pas adaptés aux personnes corpulentes, tels que les avions, les trains ou les cinémas. De façon similaire, l’industrie textile, qui contribue déjà à la grossophobie généralisée en faisant la promotion d’un corps mince par le biais de ses campagnes publicitaires, contraint aussi largement les choix vestimentaires des personnes corpulentes en termes de coupe, de style et de taille. Des évolutions notables ont toutefois affecté le secteur du prêt-à-porter au cours des dernières années. Par exemple, des collections « grandes tailles » ont vu le jour du côté de grands groupes textiles soucieux d’accroître leurs parts de marché. Différents éléments limitent toutefois leur accès au plus grand nombre, tels que leur coût, leur manque de visibilité au sein des magasins, voire leur disponibilité exclusivement en ligne.

7Au long de son ouvrage, l’auteure s’attache systématiquement à montrer comment les normes ayant trait à la corpulence ne s’appliquent pas de la même façon à tous les individus, qui les reçoivent selon leur genre, leur classe sociale ou encore leur race, en essayant d’articuler ces différents rapports sociaux. Ainsi, si une forme de dévalorisation des corps gros apparaît très tôt dans l’histoire, les hommes et les femmes n’ont jamais été logés à la même enseigne. Tandis que la minceur a longtemps été associée à une forme de fragilité féminine, une certaine corpulence a parfois été valorisée chez les hommes, tant qu’elle ne compromettait pas certaines activités sociales. À l’inverse, le corps des femmes a été contraint de façon précoce, notamment par le port de corsets. Aujourd’hui, la norme de minceur concerne non seulement les femmes mais aussi les hommes, de plus en plus encouragés à contrôler leurs poids. Toutefois, les variations pondérales tolérées apparaissent bien moins strictes pour les hommes, ce qui souligne que les femmes sont les premières victimes de la grossophobie généralisée. Quant aux hommes en léger surpoids, ils ne sont pas systématiquement stigmatisés, dans la mesure où ils peuvent faire passer leur corpulence comme un signe de force physique et donc de virilité. Par ailleurs, l’appartenance de classe façonne aussi largement le vécu du surpoids. La pression à posséder le « corps idéal » s’exerce d’autant plus qu’on s’élève dans la hiérarchie sociale. C’est donc aussi dans les milieux les plus favorisés que s’exerce la grossophobie. Si la possession de ressources économiques ou culturelles permet parfois de contourner le stigmate, par exemple en portant des vêtements mieux taillés et de meilleure qualité, c’est surtout vrai pour les hommes plus que pour les femmes. Solenne Carof pointe ainsi la façon dont les normes corporelles s’appliquent de façon différenciée selon le genre et la classe sociale.

  • 3 D’un point de vue, les personnes corpulentes peuvent faire reconnaître les discriminations qu’elles (...)

8Alors, que faire face à la grossophobie ? Dans le dernier chapitre, l’auteure revient sur les mobilisations collectives qui organisent la lutte contre la grossophobie (fat activisim). Ce front associatif est loin d’être homogène puisqu’il est traversé par de nombreuses tensions : si les différents mouvements s’accordent pour combattre les discriminations liées au poids, la corpulence est tantôt normalisée au nom d’une redéfinition des normes corporelles, tantôt perçue comme le symptôme de troubles du comportement alimentaire, tantôt appréhendée comme une maladie à part entière. Ces conceptions ne sont pas neutres car elles soutiennent des prises de position parfois radicalement opposées et conditionnent un certain rapport à l’institution médicale. Par exemple, normaliser les corps gros revient à rejeter de façon plus ou moins radicale les opérations chirurgicales. Dans ce cadre, la perte de poids n’est plus considérée comme un objectif en soi. En guise de conclusion, Solenne Carof propose de façon originale des mesures pour lutter contre la grossophobie, allant de la reconnaissance de la corpulence comme un critère de discrimination spécifique dans la loi française3, ce qui donnerait aux personnes qui en sont les victimes des moyens d’agir, notamment d’un point de vue judiciaire, à une meilleure représentation de la diversité corporelle dans les médias, en passant par une meilleure prise en charge médicale. Finalement, l’ouvrage rappelle le caractère heuristique du point de vue sociologique sur le corps : celui-ci apparaît comme un révélateur des rapports sociaux inégalitaires.

  • 4 Carof Solenne, « Des femmes corpulentes sous contrainte : acquisition et négociation des normes nut (...)

9Finalement, les arguments présentés dans cet ouvrage s’avèrent particulièrement convaincants. Au regard de la richesse des analyses déployées, il est dommage que certains matériaux recueillis dans le cadre de l’enquête soient peu utilisés. C’est le cas notamment des entretiens réalisés auprès des professionnels de santé prenant en charge le surpoids. Par ailleurs, d’un point de vue analytique, si l’auteure s’appuie fréquemment sur la situation internationale pour faire ressortir, par contraste, les spécificités de la configuration française, on peut toutefois regretter que les entretiens ne soient pas davantage mobilisés dans une perspective comparative, afin de caractériser la façon dont la grossophobie s’exprime selon les contextes nationaux. Au risque d’homogénéiser les rapports au corps ou à l’alimentation, on peut imaginer qu’il existe des différences objectivables selon le pays de résidence et la nationalité. Sans doute que l’absence de développements à ce sujet résulte d’un choix éditorial, car l’auteure a déjà proposé une analyse de ce type ailleurs4. Les résultats présentés permettent toutefois de constater à quel point l’apparence corporelle et plus spécifiquement à la corpulence sont utilisés comme des outils de classement selon des logiques proches dans ces trois pays.

Haut de page

Notes

1 L’auteure évoque ici l’ouvrage récent de Gabrielle Deydier, qui a largement été discuté dans les médias au moment de sa sortie. Voir : Deydier Gabrielle, On ne naît pas grosse, Paris, Éditions Goutte d’Or, 2017.

2 Faustine Régnier, Anne Masullo, « Obésité, goûts et consommations. Intégration des normes alimentation et appartenance sociale », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 4, 2009, p. 747-773 ; Philippe Cardon, Thomas Depecker, Marie Plessz, Sociologie de l'alimentation, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2019.

3 D’un point de vue, les personnes corpulentes peuvent faire reconnaître les discriminations qu’elles subissent en s’appuyant sur les critères existant, notamment l’« apparence physique » ou la « santé ». Néanmoins, cela occulte certaines spécificités ayant trait à la grossophobie, d’où l’intérêt d’établir la corpulence comme un critère de discrimination spécifique.

4 Carof Solenne, « Des femmes corpulentes sous contrainte : acquisition et négociation des normes nutritionnelles », L’Année Sociologique, vol. 67, n° 1, p. 107-130.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Schlegel, « Solenne Carof, Grossophobie. Sociologie d’une discrimination invisible », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 26 août 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50839

Haut de page

Rédacteur

Vincent Schlegel

Docteur en sociologie de l’EHESS, post-doctorant au sein de l’Institut de recherche et de documentation en économie de la santé.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search