Skip to navigation – Site map

HomeContentsLes comptes rendus2021Matteo Vincenzo d’Alfonso, Pierre...

Matteo Vincenzo d’Alfonso, Pierre-François Moreau (dir.), Phénoménologie et marxisme

Tanguy Grannis
Phénoménologie et marxisme
Pierre-François Moreau, Matteo Vincenzo d’Alfonso (dir.), Phénoménologie et marxisme. Perspectives historiques et legs théoriques, Lyon, ENS Éditions, series: « La croisée des chemins », 2021, 264 p., ISBN : 9791036202889.
Top of page

Full text

  • 1 Desanti Jean-Toussaint, Une pensée captive, Paris, PUF, 2008, p. 94 (souligné par l’auteur).
  • 2 Au sens où les idées priment sur le réel.
  • 3 Le terme est attaché à Michel Espagne, qui écrit : « le terme de transfert culturel marque un souci (...)

1Le philosophe Jean-Toussaint Desanti tenait pour une thèse fondamentale du marxisme qu’« aucun compromis n’est possible entre l’idéalisme et le matérialisme et quiconque le prétend est un idéaliste honteux et menteur »1. Les mots sont forts et la critique sévère. Par cette formule, Desanti prenait pour cible la phénoménologie de Merleau-Ponty, accusée par le philosophe marxiste d’être un idéalisme2 et un irrationalisme inavoués. La convergence de la phénoménologie et du marxisme paraît ainsi n’avoir à première vue rien d’évident, et justifie que l’on se demande « comment un lien si étroit a pu naître entre des objets si différents » (p. 14). Les réponses à cette question constituent l’objet de cet ouvrage collectif, qui vient synthétiser un moment de l’histoire intellectuelle et philosophique européenne rarement mis en lumière. La perspective adoptée y est le plus souvent transnationale, et peut se comprendre en termes de transfert culturel3 : si la première partie du volume offre un panorama intellectuel de la conjonction entre marxisme et phénoménologie en France, la seconde partie, qui ne constitue en réalité que le tiers du volume, élargit la question à l’Europe.

  • 4 Je reprends de manière volontaire le titre de l’ouvrage de Thomas-Fogiel Isabelle, Le Lieu de l’uni (...)
  • 5 L’approche décoloniale, apparue dans les années 1990 en Amérique du Sud par distinction des théorie (...)

2Les contributions, issues de journées d’étude organisées à l’ENS de Lyon en 2015, viennent en effet apporter un éclairage sur certaines questions d’actualité liées à la crise écologique et à l’aliénation de l’homme par la rationalité technique. L’horizon dans lequel s’inscrit cet ouvrage est celui de La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale de Husserl, qui traverse comme un véritable fil rouge la plupart des contributions. La Krisis de Husserl pose en effet le problème du sens de l’histoire européenne, et la crise de la raison qui en serait l’aboutissement. Chez Husserl, le motif de la crise se rapporte de manière générale à l’humanité européenne et soulève la question de savoir si la civilisation occidentale n’est qu’un moment anecdotique de l’histoire universelle ou si elle constitue le lieu de l’universel4. Dans ce contexte, des perspectives marxistes-phénoménologiques comme celles de Merleau-Ponty, du philosophe vietnamien Trần Đức Thảo, ou encore de Frantz Fanon, ici étudiées, se donnent comme autant de tentatives pour répondre aux crises qui nous concernent – comme par exemple les luttes anticoloniales (années 1940-1950), puis décoloniales5.

3La contribution de Manlio Iofrida, dans sa tentative de synthétiser les rapports entre phénoménologie, existentialisme et marxisme dans la France d’après-guerre, s’engage explicitement dans le parti-pris de l’actualité. Ce parti-pris amène alors le contributeur à exclure Jean-Paul Sartre de son étude, car selon lui « il n’y a pas […] de philosophie moins écologique que celle de Sartre » (p. 14). Ce serait bien plutôt en allant regarder du côté du concept de la Lebenswelt (le monde de la vie) chez Husserl, ou encore du côté du thème de l’aliénation chez Marx, que l’on pourrait trouver des analyses intéressantes pour nous aujourd’hui. Ainsi, les élaborations marxistes-phénoménologiques de Merleau-Ponty et de Trần Đức Thảo conserveraient une certaine actualité.

4Pour Iofrida, la Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty offre en particulier un renouvellement phénoménologique du marxisme. Le concept de classe, central dans ce que l’auteur qualifie de « moment de révolution » (p. 18, souligné dans le texte), est pensé par Merleau-Ponty conjointement avec les concepts de Lebenswelt et de Stiftung husserliens. La classe s’enracine en effet, selon Merleau-Ponty, dans le monde de la vie, mais sans se réduire à un déterminisme mécanique – ce qui permet de penser, toujours selon Merleau-Ponty, le fait que chaque classe a ses traîtres. Cette conceptualisation merleau-pontyenne permettrait aujourd’hui de penser la situation des individus, qui inscrit objectivement leur appartenance à une classe, tout en leur garantissant subjectivement une certaine marge de liberté. Malgré tout, convoquant de manière expéditive Mauss et Polanyi, l’auteur de cette contribution passe un peu rapidement sur l’actualité de la reprise marxiste-phénoménologique de la notion de Stiftung – qui permettrait selon lui de concevoir, avec l’aide de Merleau-Ponty, une « alternative à la pensée économique néolibérale » (p. 23).

  • 6 Cette fois-ci, je reprends l’expression de l’ouvrage francophone de référence sur Trần Đức Thảo : B (...)

5Le traitement de la figure centrale de Trần Đức Thảo, par Matthieu Renault et Alexandre Feron, met l’accent sur une lecture occidentale de Marx qui ne va pas sans altération de la lettre du théoricien allemand, voire procède d’un révisionnisme. Les contributeurs prêtent au philosophe vietnamien un rôle de passeur entre le premier moment – révolutionnaire, centré sur le sujet – de la réappropriation phénoménologique du marxisme, et le second moment – épistémologique ou conceptuel. Ce point de bascule que représente l’itinéraire de Trần Đức Thảo6 est en ce sens exemplaire du travail de redéfinition de la convergence phénoménologie-marxisme. Avec son opus magnum intitulé Phénoménologie et matérialisme dialectique, le philosophe vietnamien contribue de manière profonde et décisive à introduire les textes de Husserl en France, et à les articuler à une lecture dialectique. Dans son texte, Alexandre Feron montre en effet que la naturalisation de la phénoménologie à laquelle s’adonne Thảo s’appuie sur une dialectique de la nature (au sens subjectif du génitif) qui permet de penser le processus d’hominisation sur une base naturaliste, ainsi que le rôle de la praxis dans la culture. Alexandre Feron analyse minutieusement la critique immanente de la phénoménologie à laquelle procède Thảo, s’inscrivant alors, pour reprendre une expression de Sartre, dans la perspective d’un « marxisme ouvert » (p. 74) qui se traduit par l’acte de se placer sur le terrain même de l’adversaire pour le critiquer.

  • 7 Ainsi Fanon se fait-il critique de la négritude, car, pour lui, ce qui importe est l’immédiateté de (...)

6Si Phénoménologie et matérialisme dialectique a eu une influence indiscutable sur une génération de philosophes tels que Derrida, Lyotard, Althusser, et même Foucault, Thảo a aussi probablement joué un rôle dans l’élaboration de la pensée anticolonialiste de Frantz Fanon. Matthieu Renault suggère ainsi que Fanon aurait puisé dans les écrits de Thảo sur le colonialisme en Indochine, et partagerait avec le philosophe vietnamien une perspective phénoménologique de l’anticolonialisme, radicalement révolutionnaire et critique de la nostalgie d’un retour à une identité perdue7.

  • 8 Le problème de l’articulation entre conscience et praxis, entre la description de l’expérience vécu (...)

7Ceci étant, avec le tournant épistémologique évoqué plus haut, la référence à la classe ou à la révolution s’efface pour laisser place à un renouvellement du marxisme, qui devient, comme chez Louis Althusser, plus universitaire, moins porté sur la praxis que sur la théorie. Pierre-François Moreau propose ainsi de lire Phénoménologie et praxis de Jean-Toussaint Desanti comme le lieu d’une position de problèmes – phénoménologiques, tirés de l’expérience – dont les réponses ne peuvent être que marxistes. En particulier, selon Moreau, Desanti estime pertinente la méthode descriptive de la phénoménologie, mais réfute la référence à l’Ego transcendantal, de telle sorte que l’on peut se demander avec Moreau si le résultat d’un tel tri peut encore porter le nom de phénoménologie8. Pour Desanti, phénoménologie et marxisme sont en effet les deux noms d’une relation impossible. Et Adorno le rejoindrait en un sens sur ce point, comme l’explique Timothée Haug dans sa contribution. Selon lui, la critique adornienne du primat phénoménologique du « donné » est en réalité un détour pour critiquer l’interprétation idéaliste du matérialisme opérée par Lukács.

  • 9 Chef de file de la revue milanaise Aut Aut, encore peu connu en France. Vient de paraître : Paci En (...)

8À l’inverse, le texte de Matteo Vincenzo d’Alfonso montre qu’Enzo Paci9 propose à peu près au même moment, dans les années 1970, de refonder le marxisme dans la phénoménologie. Chez Paci, l’appariement de la Lebenswelt et du telos husserliens d’un côté avec les notions, tirant vers Marx, de besoin et de socialisme de l’autre, permet de faire déborder l’analyse de la convergence phénoménologie-marxisme vers les notions de travail et de temps, que développent plus longuement les contributions portant sur Gérard Granel – par Alessandro Trevini Bellini – ou encore sur le trio Levinas, Bloch et Kosík – dont Ian Bierhanzl se charge d’expliciter les relations. Avec clarté, les contributions montrent également l’importance des relais philosophiques qui médiatisent la relation problématique entre phénoménologie et marxisme. En premier lieu, la figure centrale de Hegel, mais aussi Heidegger, décisif notamment pour un Derrida, comme le montre Maurizio Ferraris dans son article ; bref, des philosophes chez qui le mot de « phénoménologie » recouvre un sens distinct de sa thématisation husserlienne.

9Pour conclure, le croisement que nous offre ce volume entre deux des traditions philosophiques les plus importantes du XXe siècle est riche d’enseignements, non pas tant pour faire l’inventaire des succès ou des échecs respectifs de chacune de ces pensées, mais pour leur étude sous l’angle des transferts culturels. Les articles issus de ce volume retracent la genèse d’un métissage théorique et critique dont ces pensées constituent le terrain, si ce n’est le territoire, pour insister sur l’importance de la géographie politique de ces théorisations. On peut cependant parfois avoir le sentiment, au fil de la lecture des chapitres, d’une certaine étanchéité entre les contributions. Ici n’est pas en cause la qualité intrinsèque des contributions, mais les significations très larges auxquelles des appellations comme phénoménologie ou marxisme peuvent se prêter, ce qui peut rendre chez le lecteur plus difficile le travail de repérage cartographique des théorisations philosophiques. Par ricochet, les enjeux relatifs à l’actualité, que certaines contributions se donnaient pour ambition de rendre sensibles, peuvent parfois donner l’impression d’en rester au stade de l’ébauche. Là encore, c’est au lecteur que reviendrait la tâche d’actualiser la multiplicité des possibles théoriques que charrient les noms de phénoménologie et de marxisme.

Top of page

Notes

1 Desanti Jean-Toussaint, Une pensée captive, Paris, PUF, 2008, p. 94 (souligné par l’auteur).

2 Au sens où les idées priment sur le réel.

3 Le terme est attaché à Michel Espagne, qui écrit : « le terme de transfert culturel marque un souci de parler simultanément de plusieurs espaces nationaux, de leurs éléments communs, sans pour autant juxtaposer les considérations sur l’un et l’autre pour les confronter, les comparer ou simplement les cumuler. Il signale le désir de mettre en évidence des formes de métissage souvent négligées au profit de la recherche d’identités, d’une recherche qui vise naturellement à occulter ces métissages, même lorsque les identités en résultent » (Espagne Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999).

4 Je reprends de manière volontaire le titre de l’ouvrage de Thomas-Fogiel Isabelle, Le Lieu de l’universel. Impasses du réalisme dans la philosophie contemporaine, Paris, Seuil, 2017, que l’on peut regarder comme une autre tentative de synthèse critique sur la phénoménologie et le réalisme philosophique.

5 L’approche décoloniale, apparue dans les années 1990 en Amérique du Sud par distinction des théories postcoloniales, se montre davantage attentive que ces dernières à la matérialité concrète de l’idéologie coloniale et à ses effets sur les corps et le psychisme des individus, au-delà même des mouvements historiques de décolonisation. Cette approche se montre en outre critique d’un universalisme eurocentré et de la production des savoirs par le Nord. Pour une perspective intersectionnelle sur cette question, voir Vergès Françoise, Un féminisme décolonial, Paris, La fabrique, 2019.

6 Cette fois-ci, je reprends l’expression de l’ouvrage francophone de référence sur Trần Đức Thảo : Benoist Jocelyn et Espagne Michel (dir.), L’itinéraire de Tran Duc Thao. Phénoménologie et transferts culturels, Paris, Armand Colin, 2013.

7 Ainsi Fanon se fait-il critique de la négritude, car, pour lui, ce qui importe est l’immédiateté de la révolte. Il s’oppose alors à Sartre, qui réinvestit le mythe d’Orphée pour accéder dialectiquement à la conscience de la Négritude.

8 Le problème de l’articulation entre conscience et praxis, entre la description de l’expérience vécue et sa requalification politique, peut se poser dans les mêmes termes lorsque l’on se penche sur la question des apports mutuels entre phénoménologie et féminisme. Voir les derniers mots de Chaffardon Clara, « Qu’est-ce que le féminisme fait à la méthode phénoménologique ? De l’inventaire descriptif à la pratique normative », in Anaïs Choulet-Vallet, Paulin Clochec, Delphine Frasch, Margot Giacinti et Léa védie (dir.), Théoriser en féministe, Paris, Hermann, 2021 : « Cependant, en me demandant comment faire de la phénoménologie en féministe, j’ai dans cet article défait puis reconstruit ses méthodes au point de substituer à l’invitation à décrire les expériences une forme de pratique politique, à tel point que l’on peut finalement se poser la question suivante : une phénoménologie féministe, est-ce toujours de la phénoménologie ? ».

9 Chef de file de la revue milanaise Aut Aut, encore peu connu en France. Vient de paraître : Paci Enzo, Journal phénoménologique, Trocy-en-Multien, éditions Conférence, 2021.

Top of page

References

Electronic reference

Tanguy Grannis, « Matteo Vincenzo d’Alfonso, Pierre-François Moreau (dir.), Phénoménologie et marxisme », Lectures [Online], Reviews, Online since 30 August 2021, connection on 06 December 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50874 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50874

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search