Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Dario Rodighiero, Cartographie de...

Dario Rodighiero, Cartographie des affinités. Démocratiser la visualisation des données

Eric Briys
Cartographie des affinités
Dario Rodighiero, Cartographie des affinités. Démocratiser la visualisation des données, Genève, Métis Presses, 2021, 160 p., ISBN : 9782940563913.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacob Christian, Des mondes lettrés aux lieux de savoir, Paris Les Belles Lettres, 2018, p. 139.
  • 2 Ibid.

1Que savent les lieux de savoir (universités, grandes écoles, laboratoires de recherche) sur eux-mêmes ? À cette interrogation, les lieux de savoir répondent aujourd’hui en produisant nombre d’indicateurs scientométriques et bibliométriques (indice de citation scientifique, indice h, facteur d’impact, etc.) censés, entre autres choses, positionner leurs publications dans le flux continu des parutions scientifiques et évaluer ceux qui la produisent. La recherche n’est toutefois qu’une dimension d’un lieu de savoir et, hélas, au grand jeu des métriques, son balisage scientifique est bien souvent le résultat d’hubris et de tactiques académiques opportunistes. La question demeure donc. Christian Jacob (2018) la précise : « comment les savoirs en viennent-ils à faire corps et à “faire lieu”, à être partagés dans des collectifs, à organiser des territoires, à circuler dans des réseaux ? »1. Il ajoute : « Dans la géographie des savoirs, tous les lieux ne sont pas équivalents. Certains sont des pôles d’attraction, d’autres ne sont que des sites périphériques, et les acteurs doivent construire leurs réseaux et leur sphère de circulation entre les uns et les autres »2. Qui dit géographie, dit alors cartographie.

  • 3 Les affinités potentielles sont travaillées avec un algorithme de fouille de texte qui extrait une (...)

2C’est toute l’ambition de l’ouvrage de Dario Rodighiero, dans lequel il raconte par le menu (fort détaillé) pourquoi et comment dresser une cartographie académique originale, en l’occurrence celle de l’Enac (faculté de l’Environnement naturel, architectural et construit) à Lausanne. Ce travail de cartographie est réellement une première : en s’appuyant sur l’analyse quantitative des réseaux sociaux et sur les techniques de visualisation des données, Dario Rodighiero renouvelle la notion de réseau académique. En effet, sa carte-réseau n’est pas bâtie comme à l’habitude sur l’influence et sur l’exploitation des métriques de publication et de classements des revues. Elle repose sur la mise en œuvre de ce qu’il appelle des affinités académiques. Ces affinités sont réelles (publications communes, enseignements communs) et potentielles. Les secondes ne sont pas données. Elles doivent être obtenues3, et ce sont elles qui donnent tout son sel au travail du cartographe Rodighiero, à sa carte inédite d’un territoire académique en permanent mouvement et à sa visualisation in situ. Cette carte est destinée aux yeux des chercheurs afin de leur permettre d’identifier des collaborations possibles entre laboratoires, aux yeux de la gouvernance de l’Enac afin de mieux saisir son territoire et enfin aux yeux du grand public afin de mieux comprendre ces tours d’ivoire académiques qui composent l’Enac.

  • 4 Monmonier Mark, Comment faire mentir les cartes, Paris Éditions Autrement, 2019, p. 15.
  • 5 Les distances entre les stations de métro figurant sur la carte ne reflètent évidemment pas les dis (...)
  • 6 On peut compléter la lecture par celle de l’article suivant : Rodighiero Dario, Kaplan Frédéric, Be (...)
  • 7 Le disque contient tout segment reliant deux de ses points. Il est en quelque sorte autarcique.
  • 8 Ferguson Niall, The square and the tower, Networks, hierarchies and the struggle for global power, (...)

3Pour être viable, toute carte doit reposer sur un ou plusieurs mensonges. Pour Mark Monmonier, « le mensonge est non seulement facile avec les cartes, mais il est même essentiel »4. Dario Rodighiero ne cache pas son admiration pour Harry Beck, le cartographe du métro londonien, dont la carte « menteuse »5 rend toujours autant service aux habitants de Londres et aux touristes. La carte n’est en effet jamais le territoire, et c’est à dess(e)in. Du point de vue du mensonge cartographique fondateur, l’ouvrage de Dario Rodighiero est d’une honnêteté irréprochable ! Rien n’est caché au lecteur, qui a l’impression de participer in situ au « making of » de la carte et aux choix de visualisation du réseau Enac (p. 130, par exemple). J’ai particulièrement apprécié la franchise avec laquelle le lancinant problème des données, de leur collecte et de leur traitement est abordé. Le lecteur plonge les mains dans ce cambouis incontournable, prélude à la carte, et à cet égard le livre est très réussi6. Les choix retenus pour la visualisation des laboratoires de l’Enac ne sont pas anodins. Les différents laboratoires sont visualisés au moyen de disques concentriques. Le disque agit comme une enveloppe convexe au sein de laquelle se trouvent regroupés les membres du laboratoire. Ces disques ne sont pas sans rappeler les cartes TO (Terrarum Orbis), elles-mêmes inspirées de celles de Thalès de Milet et d’Anaximandre. Le choix d’une figure convexe7 n’est « mathématiquement » pas innocent. Mais c’est bien la carte vue dans sa totalité qui donne à percevoir toutes les porosités affinitaires (réelles et potentielles) reliant les différents convexes que sont les laboratoires. La convexité est à cet égard fort utile lorsque le lecteur souhaite « dé-zoomer », c’est-à-dire passer du focus convexe (chaque disque concentrique) à la carte (hexagonale) reliant tous les disques. Sur un plan plus métaphorique, le choix du disque est une forme de clin d’œil à la tour d’ivoire académique. Le disque, c’est la tour vue du dessus. En contemplant la carte, je n’ai pu m’empêcher de penser au livre de Niall Ferguson, The Square and the Tower8. Ferguson explique dans sa postface que le titre de son livre lui est venu à Sienne, face à la Torre del Mangia et à la Piazza del Campo. Le campanile (par extension, la tour d’ivoire) symbolise la verticalité. La Piazza où les passants déambulent et bavardent est le lieu de l’horizontalité. À l’aune de cette verticalité et de cette horizontalité, j’aime à penser que Rodighiero est un cartographe pythagoricien qui tente de situer sa carte sur cette hypoténuse qui relie les « campaniles d’ivoire » verticaux à la piazza académique horizontale, ce territoire invisible que la carte contribue à rendre visible. Tout l’art et les mensonges (dûment avoués) du cartographe consistent à « placer » la carte au plus bas de l’hypoténuse, c’est-à-dire au plus proche de la piazza.

  • 9 Je regrette que les nombreuses illustrations et photos figurant dans la thèse de doctorat de Dario (...)

4Que pensent les tours d’ivoire académiques de l’Enac de la cartographie que lui propose Dario Rodighiero ? Il faut ici préciser que la carte est déclinée via trois supports9 : l’écran d’ordinateur, l’affiche murale et le tapis. Je laisse aux lecteurs du livre le soin de découvrir les nombreux retours d’expérience des membres de l’Enac, qui ne manquent pas d’intérêt. Je me bornerai à deux observations. Tout d’abord, je remarque que verticalité (murale) et horizontalité (du tapis ou de la table) offrent deux façons de se « mesurer » à la carte. Ce n’est pas sans rappeler l’usage militaire des cartes. Les officiers en campagne, selon le besoin, se tiennent face à la carte murale ou bien tournent autour de la carte posée sur une table. Ensuite, que l’interaction soit verticale ou horizontale, la grande question reste bien celle de l’interprétation de la visualisation obtenue.

  • 10 D’Ormesson Jean, Comme un chant d’espérance, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2014.

5Dario Rodighiero insiste sur le fait qu’« il y a donc plusieurs interprétations possibles d’une visualisation de données et [qu’]il n’y a pas une bonne ou une mauvaise façon de la lire » (p. 107). Pour avoir pratiqué la visualisation en contexte bibliothécaire, j’adhère à ce point de vue qui a le mérite de distinguer le comment du pourquoi. Dans son livre Comme un chant d’espérance10, Jean d’Ormesson observe, non sans sa malice habituelle, que le « comment » relève de la science : les algorithmes empreints de science nous montrent comment les campaniles académiques font réseau. Ils dressent la carte d’un territoire invisible à nos yeux. Le pourquoi, écrit Jean d’Ormesson, appartient au roman. La carte obtenue ne nous explique pas pourquoi la Piazza apparaît à nos yeux sous cette forme visuelle. À nous de le deviner, de le raconter, de ressentir ce que nous voyons. L’observateur a tout à gagner, peu à perdre, sauf s’il reste dans une posture d’auto-confirmation, comme semble l’avoir observé Dario Rodighiero chez certains de ses collègues de l’Enac. Ils se cherchent, se trouvent et sont heureux de confirmer qu’ils sont bien là où ils pensaient se trouver. L’intérêt de la visualisation des affinités potentielles est pourtant de provoquer les observateurs-acteurs en les sortant de leur périmètre habituel et en les incitant à engager des conversations inattendues, peut-être porteuses de dividendes tout aussi inattendus. La charge de la preuve est autant du côté de la carte que de ceux qui l’interrogent.

6La visualisation est bien in fine ce qui permet aux données collectées par la cartographe de vivre au-dessus de leurs moyens. En écrivant cette phrase, je pense au fameux paradoxe du barbier de Bertrand Russel, qui prend ici la forme suivante : Un cartographe se propose de cartographier tous les chercheurs qui ne se cartographient pas eux-mêmes, et seulement ceux-là. Le cartographe doit-il se cartographier lui-même ? Fort heureusement, et contrairement au barbier, le cartographe Rodighiero existe bien. Il est passé outre le paradoxe pour nous donner un livre « archipélagique » que je recommande en particulier à tous ceux qui se demandent encore si arts et sciences peuvent faire bon ménage.

Haut de page

Notes

1 Jacob Christian, Des mondes lettrés aux lieux de savoir, Paris Les Belles Lettres, 2018, p. 139.

2 Ibid.

3 Les affinités potentielles sont travaillées avec un algorithme de fouille de texte qui extrait une liste de mots-clés à partir des abstracts d'articles stockés dans Infoscience. Les similarités de mots-clés entre laboratoires permettent de construire ensuite les affinités potentielles entre eux.

4 Monmonier Mark, Comment faire mentir les cartes, Paris Éditions Autrement, 2019, p. 15.

5 Les distances entre les stations de métro figurant sur la carte ne reflètent évidemment pas les distances réelles. Ce n’est pas un problème : l’usager veut avant tout savoir s’il peut se rendre d’une station à une autre sans correspondance.

6 On peut compléter la lecture par celle de l’article suivant : Rodighiero Dario, Kaplan Frédéric, Beaude Boris, « Mapping affinities in academic organizations », Frontiers in Research Metrics and Analytics, vol.  3, n° 4, 2018, p. 1-19.

7 Le disque contient tout segment reliant deux de ses points. Il est en quelque sorte autarcique.

8 Ferguson Niall, The square and the tower, Networks, hierarchies and the struggle for global power, Penguin Random House UK, 2017.

9 Je regrette que les nombreuses illustrations et photos figurant dans la thèse de doctorat de Dario Rodighiero n’aient pas été reproduites dans le livre, ce qui semble paradoxal pour un ouvrage plaidant pour un plus grand recours à la visualisation. Voir Rodighiero Dario, Mapping affinities: visualizing academic practice through collaboration, thèse n° 8242, École polytechnique fédérale de Lausanne, 2018.

10 D’Ormesson Jean, Comme un chant d’espérance, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Briys, « Dario Rodighiero, Cartographie des affinités. Démocratiser la visualisation des données », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 août 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50878

Haut de page

Rédacteur

Eric Briys

Co-fondateur de www.cyberlibris.com.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search