Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Anne Augereau, Femmes néolithique...

Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles

Grégory Gandon
Femmes néolithiques
Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles, Paris, CNRS, coll. « Le passé recomposé », 2021, 302 p., ISBN : 978-2-271-13727-2.
Haut de page

Texte intégral

1Dès la première phrase de l’introduction, l’auteure fait le constat d’une domination masculine quasi universelle. Elle s’interroge alors sur le fondement de cette situation et fait l’hypothèse qu’elle trouve son origine dans la sédentarisation, quand les humains passent d’un statut de chasseurs-cueilleurs à celui d’agriculteurs sédentaires. Pour vérifier cette hypothèse, elle propose de réaliser une étude de genre, à l’image des gender studies anglo-saxonnes, sur le Rubané, première culture agricole d’Europe centrale et de l’Ouest. C’est par l’analyse détaillée des traces matérielles disponibles que les conditions des femmes et des hommes peuvent être reconstituées, pour démontrer ainsi que le genre existe en archéologie. L’auteure précise néanmoins qu’il est difficile de totalement objectiver cette approche ; il convient donc de rester prudent sur les conclusions apportées à l’issue de cette étude.

2Dans la première partie, Anne Augereau dresse un état des lieux des concepts de genre et de l’archéologie du genre. Le genre est étudié à travers les prismes sociologique, ethnologique, anthropologique et biologique. Malgré cette complexité, les gender studies montrent qu’il peut être investigué grâce à l’archéologie. En effet, les traces matérielles mises au jour permettent de reconstituer l’organisation sociale et ainsi de mettre en évidence le traitement réservé aux différents genres. Par exemple, le mobilier funéraire est un bon indicateur de l’identité de genre. L’organisation du travail dévoile les rôles réservés à chaque genre. Les activités d’apprentissage reflètent l’acquisition du genre durant l’enfance. Enfin, l’organisation de l’espace, la santé, l’alimentation ou les pratiques funéraires peuvent montrer une différence de traitement et une inégalité de genre. Certains travaux sur la préhistoire européenne font déjà référence aux femmes et aux hommes, voire aux genres. Toutefois, seul un traitement conjoint des conditions féminines et masculines permet une approche plus globale et une réelle étude de genre.

3La seconde partie présente le Rubané. Cette culture, formée vers 5600 avant notre ère dans le bassin des Carpates, se répand progressivement vers l’Ouest jusqu’au Bassin parisien en embrassant une large partie de l’Europe centrale. Elle est assez homogène, aussi bien dans l’habitat que dans l’économie basée sur la culture (céréales et légumineuses) et l’élevage (bovins, caprins et porcins). Le mobilier (céramiques, outils en pierre taillées, parures…) est lui aussi assez uniforme, montrant des échanges de savoir-faire et de matières premières. Les pratiques funéraires sont enfin proches, même si des variations locales existent. Ainsi, la multiplicité des sites fouillés et des éléments matériels relativement similaires qui y ont été découverts permet d’obtenir des points de comparaison conséquents, propices à une étude de genre. Ceci est conforté par l’existence de nombreuses données, dont certaines récentes: la détermination du sexe et de l’âge des individus à partir de l’anatomie du squelette, l’inventaire détaillé du mobilier funéraire, l’état de conservation des sépultures, les traces de pathologies sur le squelette et l’origine de l’alimentation reconstituée grâce à l’analyse chimique des isotopes stables.

4Dans la troisième partie, l’auteure développe son étude de genre du Rubané, à travers une démarche scientifique toujours basée sur les données issues de fouilles. Elle démontre que les identités féminine et masculine sont dissymétriques. Ceci est nettement perceptible au regard du contenu des tombes les plus richement dotées. Un mobilier funéraire spécifique est attribué aux hommes, notamment des herminettes polies, des pointes de flèches, des andouillers en bois de cerf et des briquets à percussion. Ce mobilier ne se retrouve pas dans les tombes occupées par des femmes, où on peut, en revanche, trouver des parures en coquillages, dont certaines montrent un grand apparat. De plus, l’organisation des nécropoles traduit une place privilégiée des hommes. En effet, les tombes les plus centrales, autour desquelles les nécropoles semblent s’organiser, sont occupées par des hommes. Les femmes les plus richement dotées se répartissent plutôt dans un deuxième cercle. La dissymétrie de traitement en fonction du genre semble s’acquérir très tôt durant l’enfance car le mobilier des tombes occupées par des individus immatures est similaire à celui trouvé chez les adultes. L’asymétrie entre homme et femme se révèle aussi dans le rôle donné à chaque genre. Le mobilier funéraire, ainsi que des blessures faites par des armes, dévoilent la participation spécifique des hommes à la chasse ou la guerre. À l’inverse, dans les tombes féminines, on trouve du matériel en lien avec les tâches domestiques. La présence de meules et la robustesse des bras féminins, marqueur d’une activité physique spécifique et répétitive, témoignent, par exemple, de la participation des femmes à la mouture des céréales cultivées. De même, des stries sur leurs dents prouvent l’implication des femmes dans le tissage. Pour autant, ces rôles domestiques ne semblent pas être strictement réservés aux femmes, comme en témoignent certaines meules retrouvées dans des tombes masculines moins richement dotées. Les rôles privilégiés que mettent en évidence le mobilier funéraire amènent l’hypothèse d’une subordination des femmes. En effet, elles semblent ne pas participer à certaines activités, comme la chasse. De plus, les analyses isotopiques témoignent d’une plus grande circulation des femmes, qui sont plus nombreuses à être enterrées loin de leur lieu de naissance Certaines mobilité ne semblent d’ailleurs pas toujours être volontaires. Des hypothèses de rapts peuvent être avancées avec la découverte de massacres où les jeunes femmes sont absentes. On peut alors envisager qu’elles aient été emmenées vivantes après le massacre du reste de la population. De même, la fabrication des objets les plus techniques ou l’utilisation des meilleurs matériaux sont réservées aux seuls hommes. Certaines femmes semblent toutefois jouir d’un statut privilégié, comme en témoignent les parures de grand apparat qui ont été mises au jour. L’ensemble de ces éléments dévoile une société très inégalitaire. Certains objets, réalisés dans des matériaux rares, marquent une élite. À l’inverse, certaines tombes, plus à l’écart, où insérées dans la zone d’habitat, sont pauvrement dotées. Si la santé est globalement mauvaise, comme le prouvent les pathologies du squelette, les élites sont statistiquement moins touchées. De même, pour l’alimentation, les analyses isotopiques révèlent une diète parfois différente. Les élites masculines ont davantage accès à la viande. Les femmes ont une alimentation plus diversifiée, où le végétal prend une place plus importante, comme en témoignent les caries plus courantes. Le stress alimentaire est plus fréquent chez les femmes. Enfin, l’auteure signale que le Rubané s’ancre dans le passé. Lors de la colonisation du territoire européen, les contacts avec les populations locales mésolithiques ont été habituels. Ceci explique peut-être la place singulière de certains individus, enterrés en périphérie des nécropoles avec des pointes de flèches. Or, la dissymétrie des genres est déjà supposée dans les sociétés mésolithiques, notamment en comparant les diètes.

5En conclusion, après avoir résumé les principaux points mis en évidence par l’étude de genre du Rubané, l’auteure retrace une évolution possible de cette société. Au départ, les relations auraient été plutôt égalitaires, permettant la colonisation de nouveaux territoires. Ceci aurait aussi favorisé les contacts avec les groupes de chasseurs mésolithiques déjà implantés et la transmission des pratiques, notamment cynégétiques. Puis, au fur et à mesure de la diffusion du Rubané vers l’Ouest, la territorialité aurait pris une place importante. La population aurait augmenté, ce qui aurait créé une tension sur les ressources. Certains hommes, les porteurs d’herminettes polies, seraient devenus les garants de l’occupation du territoire. La concurrence avec les populations locales de chasseurs mésolithiques pour l’accès au gibier aurait renforcé la place privilégiée des hommes, qui seuls pratiquaient la chasse. L’asymétrie des genres serait alors devenue importante et les inégalités se seraient creusées. La société serait progressivement devenue patriarcale. Toutefois, le Rubané tardif du Bassin parisien, à partir de 5000 ans avant notre ère, se distingue avec la disparition des herminettes polies dans les tombes masculines. Les tensions pour les ressources y auraient été plus faibles. Ceci aurait favorisé soit la transition vers une société de castes, dans laquelle les inégalités sont alors moins liées au genre, soit une plus grande égalité, les femmes accédant à certains symboles masculins. Toutefois l’auteure note à de nombreuses reprises que ses hypothèses sont à confirmer par des investigations complémentaires. Il convient donc de rester prudent sur les interprétations des traces matérielles. De nouvelles études seront donc nécessaires pour permettre une meilleure compréhension des sociétés néolithiques et la place des genres.

6En conclusion, ce livre d’Anne Augereau fait une très belle démonstration de l’utilité des gender studies dans la compréhension des cultures anciennes. Le Rubané y est soigneusement décrit grâce à la richesse des fouilles répertoriées. Ces nombreuses références permettent de comprendre, pas à pas, l’élaboration des arguments de l’auteure. Toujours prudente dans ses conclusions, Anne Augereau ouvre aussi la voie vers de nouvelles recherches qui permettront d’étayer cette démarche. Le livre se termine par une volumineuse bibliographie qui permet la poursuite des réflexions aussi bien en sociologie qu’en préhistoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Gandon, « Anne Augereau, Femmes néolithiques. Le genre dans les premières sociétés agricoles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 septembre 2021, consulté le 29 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50925 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50925

Haut de page

Rédacteur

Grégory Gandon

Professeur agrégé des sciences de la vie, de la terre et de l’univers.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search