Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sidonie Verhaeghe, Vive Louise Mi...

Sidonie Verhaeghe, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste

Marie Cordenier
Vive Louise Michel !
Sidonie Verhaeghe, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste, Vulaines-sur-Seine, Editions du Croquant, coll. « Sociologie historique », 2021, 374 p., ISBN : 978-2-36512-294-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À la question : « faut-il commémorer Napoléon et la Commune ? », voici la réponse de l’historien Pi (...)

1La parution de cet ouvrage coïncide avec les 150 ans de la Commune de Paris. Entre dénégation, célébration et commémoration, la mémoire de cet événement révolutionnaire a suscité de nombreuses polémiques au sein de la classe politique et intellectuelle. Tandis que le calendrier commémoratif de 2021 est aussi marqué par le bicentenaire de la mort de Napoléon, ces deux anniversaires se sont trouvés en concurrence et c’est la question du roman national qui a fait débat. De quel héritage la République française se revendique-t-elle : de la Commune ou de l’Empire ?1 Les rapports de force révélés dans l’actualité récente s’inscrivent tout à fait dans le prolongement des phénomènes décrits par Sidonie Verhaeghe.

2Le propos s’amorce par cette interrogation : comment Louise Michel, une femme, anarchiste et reprise de justice, a-t-elle accédé à la notoriété, au point d’intégrer aujourd’hui la mémoire collective et le récit national ? Pour répondre à cette question, l’auteure s’attache à retracer « la carrière de la figure de Louise Michel », à travers l’analyse des processus de représentations et d’appropriation mémorielle qui ont accompagné la trajectoire de cette femme, de son vivant et dans la postérité.

  • 2 « À la presse écrite s’ajoute la consultation d’archives écrites, institutionnelles, associatives, (...)

3Dans le livre I, intitulé « Devenir célèbre », Sidonie Verhaeghe s’intéresse à la célébrité de Louise Michel depuis l’insurrection de la Commune de Paris en 1871 jusqu’à sa mort en 1905. L’auteure inscrit son sujet dans l’histoire ; dès lors, elle s’applique à donner des repères chronologiques, retraçant, par la documentation, des moments importants de la vie de Louise Michel. La démarche n’est pas biographique, il s’agit de mettre en évidence le parcours politique de Louise Michel et d’accéder à ses idées et à ses actions, en tant que matière sujette à interprétation et source de nombreux récits et représentations – autant d’archives qui constituent le corpus de ce livre2.

  • 3 Au long du texte, les nombreux surnoms attachés à Louise Michel sont évoqués : « Louise la débonnai (...)

4Les textes de Louise Michel sont peu cités mais on comprend qu’elle a toujours eu une part active dans la diffusion de ses idées, en tant que militante, conférencière et écrivaine ; toutefois, la reconnaissance de son engagement politique doit aussi beaucoup à son entourage. En effet, elle fréquente des journalistes, des hommes politiques, des écrivains. En hommes influents de leur époque, ils ont relayé ses prises de position et largement contribué à lui forger un nom3. Avec les premiers articles qui lui sont consacrés, Sidonie Verhaeghe reconstitue l’avènement de Louise Michel dans la presse et sur la scène politique.

5Dans la première partie, l’auteure articule les différentes représentations positives de Louise Michel. D’abord présentée comme une « incarnation de la Commune », combattante déterminée, intransigeante, elle est ensuite érigée en modèle de courage, d’abnégation et de bonté. Malgré son athéisme affirmé, les journalistes la placent en odeur de sainteté, vantant les qualités morales de cette « bonne mère charitable ». À son retour de déportation, en 1880, elle est accueillie en « héroïne ». À la lumière des qualificatifs associés à Louise Michel, l’auteure détaille les mécanismes qui se sont enclenchés, au fil des années, lui assurant une renommée grandissante. Au cœur de la vie politique, profondément anarchiste mais portée par les socialistes, elle devient alors « le symbole vivant de la gauche radicale ».

6À travers son analyse, Sidonie Verhaeghe révèle des conflits politiques et des rapports de pouvoir, ce qui l’amène, dans la deuxième partie, à analyser les représentations négatives de Louise Michel. Là encore, la figure n’est pas figée, son nom est invoqué en contre-modèle, symbole utile aux idéologies de ses détracteurs. Ses ennemis sont les républicains, les conservateurs, les antisocialistes et les antiféministes ; de leur part, elle est la cible d’attaques et de propagande mensongère. Elle est caricaturée, dans leurs descriptions, les journalistes exagèrent sa laideur ; aussi virulentes soient ces représentations, elles contribuent encore à la célébrité de Louise Michel. Avec l’accumulation et la variété des archives examinées, Sidonie Verhaeghe déroule également une histoire du journalisme et de ses pratiques, et c’est un des intérêts de ce livre.

7La suite du développement fait référence à plusieurs attaques caractéristiques qui visent Louise Michel en sa condition de femme. Son statut hors-norme fait d’elle un sujet d’étude : avec l’avènement des sciences humaines, avec les ambitions du naturalisme et du déterminisme, médecins et théoriciens vont trouver les moyens d’expliquer — et de discréditer — son engagement révolutionnaire. À partir des critiques relayées dans la presse, Sidonie Verhaeghe expose leurs arguments en quatre points : Louise Michel est « communarde donc monstrueuse », « révolutionnaire donc folle », « féministe donc hystérique », « célibataire donc déviante ». Finalement menacée d’internement, en 1890, elle s’exile en Angleterre.

8La dimension internationale de Louise Michel est soulignée dans la suite de l’ouvrage, lorsque Sidonie Verhaeghe met en perspective la violence politique qui marque la fin du XIXe et la virulence manifeste à l’égard de Louise Michel. Sa radicalité, sa proximité avec l’Association internationale des travailleurs (AIT) et son appartenance au réseau anarchiste menacent le pouvoir et exacerbent les passions des journalistes. Les récits de sa tentative d’assassinat, en 1888, viennent illustrer cette polarisation des opinions.

9Au terme du livre I, l’auteure a démontré la complexité de la figure de Louise Michel. Si de son vivant, elle a toujours été une référence problématique, les interprétations de sa mémoire vont se poursuivre après sa mort et son souvenir sera régulièrement actualisé, au gré des configurations politiques du XXe siècle ; c’est le sujet du livre II, intitulé « Passer à la postérité ».

10L’auteure revient d’abord, dans la troisième partie, sur l’enterrement de Louise Michel, décrit comme une véritable manifestation politique. À sa mort en 1905, les récits font ressurgir le passé communard et, entre ses amis de longue date, ses soutiens opportunistes et ses détracteurs de toujours, les divergences d’opinion sont vives. À partir des modalités d’hommage à Louise Michel, Sidonie Verhaeghe marque les positions de différentes forces politiques. Elle s’intéresse d’une part à la statue de Louise Michel, construite en 1906, qui voit passer des années de débats et d’intérêts croisés avant d’être finalement érigée en 1920. D’autre part, l’auteure explique comment la commémoration de la mort de Louise Michel devient un rendez-vous communiste, alors que l’intérêt pour la communarde faiblit du côté de la SFIO et que les anarchistes sont réfractaires à la pratique même de l’hommage. La filiation revendiquée à Louise Michel permet à Sidonie Verhaeghe d’exposer le parcours idéologique du Parti communiste, de 1921 aux années 1960.

11Communarde, anarchiste, révolutionnaire, partisane des luttes sociales, solidaire du prolétariat… Au fil du temps, l’héritage de Louise Michel est fractionné, les interprétations se superposent et le cadre de représentation s’élargit. Un siècle après l’insurrection de 1871, la valeur historique de l’événement l’emporte sur sa portée idéologique ; dans la partie 4, intitulée « Canoniser Louise Michel », les archives interrogées attestent de la pacification de la mémoire de La Commune de Paris.

12Tandis que Sidonie Verhaeghe suit le cours du temps, l’arrivée de la gauche au pouvoir achève d’intégrer la figure de Louise Michel au roman national. À partir des années 1970, l’intérêt pour cette figure du passé dépasse la sphère militante pour entrer dans le champ académique. Alors que les mouvements féministes contribuent à la visibilité des femmes dans l’histoire et que les questions de parité émergent dans les espaces du pouvoir, la mémoire de Louise Michel s’institutionnalise et, de femme exceptionnelle, elle accède finalement au statut de figure républicaine. Sidonie Verhaeghe atteint ici le point d’orgue de sa démonstration : la mémoire de Louise Michel est assimilée au patrimoine commun, elle apparaît dans les manuels scolaires, des écoles portent son nom…

13Malgré le consensus mémoriel, la puissance subversive de Louise Michel ne semble pas épuisée. Avant de conclure, Sidonie Verhaeghe ne manque pas de rappeler que Louise Michel est une éternelle anarchiste et qu’elle reste un symbole de radicalité politique. L’ouvrage se termine par des références à l’actualité récente et aux luttes politiques actuelles, qui formulent de nouvelles questions théoriques et engagent la figure de Louise Michel vers de nouvelles pratiques de contestation, vers de nouvelles interprétations.

  • 4 De la Commune de Paris au Panthéon (1871-2013) : célébrité, postérité et mémoires de Louise Michel. (...)

14Il faut souligner la rigueur scientifique de cette publication, qui fait suite à des années de recherches approfondies et à une thèse de doctorat4. Dans une approche socio-historique, Sidonie Verhaeghe choisit Louise Michel comme point d’ancrage à sa réflexion, figure stratégique à travers laquelle elle observe la marche de l’histoire. Au gré d’un cheminement chronologique et thématique, les archives sollicitées viennent à la fois rendre compte et problématiser des enjeux politiques. Si les processus de représentations et d’appropriation mémorielle qui sont mis en évidence suivent une mécanique répétitive, pour autant, le lecteur ne tourne pas en rond ; l’analyse se densifie à mesure que l’héritage de Louise Michel s’épaissit. En suivant au plus près la carrière de cette figure, Sidonie Verhaeghe propose une véritable histoire critique des rapports de pouvoir du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 À la question : « faut-il commémorer Napoléon et la Commune ? », voici la réponse de l’historien Pierre Nora au micro de la matinale de France Inter, le 4 mars 2021 : « Oui, Napoléon ; non, la Commune ». Suite à ce parti-pris, la question est également posée le 8 mars à la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), et le 15 mars à Jean-Luc Mélenchon (LFI). Ce dernier est également convié à un débat l’opposant à Pierre Nora, paru dans L’Obs, le 10 avril 2021. Le souvenir de la Commune est aussi commenté, par exemple, dans Le JDD du 14 mars, qui met en parallèle la tribune de Nicolas Bonnet-Oulaldj (PCF) à celle de Rudolph Granier (LR), tous deux élus au Conseil de Paris.

2 « À la presse écrite s’ajoute la consultation d’archives écrites, institutionnelles, associatives, partisanes et privées » (p. 13). Sidonie Verhaeghe fait référence à des supports variés : textes, dessins de presse, affiches, gravures, œuvres picturales, poèmes et chansons consacrés à Louise Michel.

3 Au long du texte, les nombreux surnoms attachés à Louise Michel sont évoqués : « Louise la débonnaire », « la bonne Louise », « la louve de la Commune », « la pucelle de Belleville »... L’auteure met en évidence les différentes connotations de ces formules et critique en particulier le recours au surnom de « vierge rouge ».

4 De la Commune de Paris au Panthéon (1871-2013) : célébrité, postérité et mémoires de Louise Michel. Sociologie historique de la circulation d’une figure politique. Université Lille 2, 2016. Thèse consultable en ligne : https://www.theses.fr/2016LIL20010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Cordenier, « Sidonie Verhaeghe, Vive Louise Michel ! Célébrité et postérité d’une figure anarchiste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 septembre 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/50968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.50968

Haut de page

Rédacteur

Marie Cordenier

Marie Cordenier est titulaire d’une maîtrise en études cinématographiques (Université Sorbonne Nouvelle– Paris 3) et d’un master en réalisation documentaire de création (Université Stendhal Grenoble 3 / Ardèche Images, Lussas). Elle exerce le métier de monteuse image, pour des projets documentaires.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search