Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Stéphane Héas et Omar Zanna (dir....

Stéphane Héas et Omar Zanna (dir.), Les émotions dans la recherche en sciences humaines. Épreuves du terrain

Stéphane Marpot
Les émotions dans la recherche en sciences humaines et sociales
Stéphane Héas, Omar Zanna (dir.), Les émotions dans la recherche en sciences humaines et sociales. Épreuves du terrain, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2021, 290 p., ISBN : 9782753580565.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus détails sur l’histoire des émotions en sciences sociales, lire Bernard Julien, La concurr (...)
  • 2 Fernandez Fabrice, Lézé Samuel et Marche Hélène, Les émotions : une approche de la vie sociale, Par (...)

1Depuis les prémices des sciences sociales, les émotions ont constitué des indicateurs de la vie sociale, comme en attestent les travaux de Max Weber, Émile Durkheim ou encore Marcel Mauss1. Assumant une focale sur les enjeux ethnographiques des émotions, cet ouvrage collectif constitue un complément méthodologique pertinent aux travaux déjà parus depuis une décennie en France2.

2Stéphane Héas et Omar Zanna, qui se situent comme des héritiers d’une anthropologie sociale maussienne, invitent les lecteurs à questionner les émotions en « opérateurs de la production scientifique », au prisme des relations qui se nouent sur le terrain (p. 7). Ces dernières sont appréhendées comme des « sentinelles » du social (p. 10), dont l’actualisation et la reconnaissance reposent sur un apprentissage, des incorporations, des socialisations, en somme, observables par les jeux des corps. Les contributeurs réunis, dans la diversité de leurs recherches, font montre d’un même élan, celui d’une réflexivité soucieuse de dévoiler comment s’opère une altérisation incarnée de soi dans leurs rapports à leurs sujets d’étude.

  • 3 Soit « l’acte par lequel on essaie de changer le degré ou la qualité d’une émotion ou d’un sentimen (...)
  • 4 Devereux George, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, c (...)

3L’ouvrage s’articule autour de trois axes thématiques. Le premier interroge les effets des émotions « somatisées, apprivoisées et socialisées » (p. 273) qui disposent les regards sociologiques dans la construction de l’objet d’étude. Le deuxième renseigne les formes de « travail émotionnel »3 qui sont mises en œuvre sur le terrain pour contrer l’aliénation d’une charge émotionnelle trop intense. Le troisième nous conduit « de l’angoisse à la méthode », pour paraphraser le titre de l’ouvrage de Georges Devereux, dont le spectre est omniprésent tout au long de notre lecture4. Les réflexions exposées alors concernent les stratégies et autres tactiques mobilisées pour métaboliser les peurs comme les colères sur le terrain.

4Pour commencer, Elsa Ballanfat, comme David Le Breton, découvrent comment les traumatismes d’antan président aux choix d’un objet d’étude. Deux leçons concomitantes en émanent. Pour David Le Breton, la neutralité axiologique est envisageable comme « l’exercice d’un contrôle des émotions », un travail d’« élagage » nécessaire pour ne pas « compromettre la recherche » et faire de l’investissement affectif une puissance heuristique (p. 28). Elsa Ballanfat, quant à elle, nous indique les enjeux personnels et intellectuels à rendre leurs voix aux corps silencieux et comment les émotions guident l’élection des concepts théoriques.

5À leur suite, l’historien Grégory Beriet s’interroge non pas sur son passé, mais sur la manière dont il est affecté par celui des autres, en l’occurrence celui des forçats des XVIIIe et XIXe siècles, dont il découvre des traces dans les archives du Tribunal maritime spécial du bagne. C’est une méthodologie de « chair et d’archive » (p. 46) que préconise alors l’auteur, qui décrit son empathie à l’égard des forçats, sa frustration face au caractère lacunaire des archives pénitentiaires et, par conséquence, à l’invisibilisation des souffrances que ces hommes ont vécues. Ces émotions représentent autant de ressorts pour assumer sa propre subjectivation des archives, matériau privilégié de son investigation. De fait, les ressentis impulsent alors à Grégory Beriet une réflexion sur l’immoralité de la morale pénale en interrogeant plus avant le gouvernement des corps dont les forçats faisaient l’objet (p. 58). En proposant une relecture de ses écrits et de son expérience des ambiances sensorielles de guerre en ex-Yougoslavie, Véronique Nahoum-Grappe nous invite à considérer le chercheur comme un écrivain dont la subjectivité peut également être appréhendée à partir du style d’écriture qu’il emploie. Ce style opère un dévoilement de l’intimité psychique « telle qu’il ne le connaît pas », la subjectivité assumée et le style garantissant alors « la plausibilité de ce qu’il décrit » (p. 79).

  • 5 Il est à noter que seul le chapitre rédigé par Thomas Bonnet et Amandine Rochedy offre une définiti (...)

6Jamais exempts d’une sensibilité qui lui est propre, une sensibilité disposée par son expérience, par les jeux de socialisation qui ont façonné son regard, le chercheur n’est pas une « page blanche » (p. 275). Corollaire de la construction de son objet de recherche, l’historicisation et la contextualisation de sa subjectivité impliquent la prise en charge des aspects affectifs de son vécu. Si aucune définition générale des émotions n’étaye la thématique de la deuxième partie de l’ouvrage, tous les contributeurs s’accordent sur la nature relationnelle et sociale des émotions. Elles sont l’« irruption du présent » (p. 80), « opératrices de bifurcations » dans la trajectoire de recherche (p. 93), indissociables de la cognition (p. 116), écho mémoriel d’expériences affectives incorporées5. Pour l’heure, les auteurs nous enjoignent à interroger la façon dont les affectivités et les corporéités sont mises au travail sur le terrain.

  • 6 Voir la définition de la note 3.
  • 7 Outil ethno-méthodologique originellement conçu et défini par Harold Garfinkel. Voir Garfinkel Haro (...)

7Pour repérer ce « travail émotionnel »6, Arlie Hochschild préconisait déjà dans son œuvre l’observation des « ratés » et des désajustements interactionnels. La contribution d’Éric Perera et Yann Beldamen est à cet égard des plus emblématiques. Alors qu’il assumait la double posture de moniteur de handiski et d’enquêteur, Eric Perera a fait une chute qui l’amène à s’interroger. Il semble en effet que c’est son binôme, en situation de handicap, qui a provoqué volontairement la chute tout en s’amusant de la réaction du sociologue. Ce dernier est d’abord envahi par la frustration et la colère ; le rapport de confiance entre enquêteur et enquêté lui apparaît comme rompu et incompréhensible. Néanmoins, au lieu de voir cette expérience comme une perturbation du déroulement de l’enquête, les auteurs renversent la perspective : ils envisagent cette fois la perturbation induite comme un outil d’analyse et non plus comme un obstacle. C’est dans ce sens que les chercheurs soutiennent la force heuristique de la méthode du « breaching »7. Ainsi, lors d’autres descentes en handiski, le moniteur-sociologue provoquera à nouveau l’acte transgressif pour mieux objectiver les émotions et déceler le cadre normatif de la pratique étudiée. En éprouvant les limites de l’acceptable, ce sont les logiques sécuritaires qui apparaissent dans les réactions affectuelles alors incarnées par les pratiquants. Ainsi, la tension entre la culpabilité première du sociologue-moniteur et l’amusement de l’enquêté devient révélatrice de « logiques de contrôle » (p. 150). D’une part, la chute provoquée par le handiskieur représente pour lui une prise de contrôle de la relation ; par sa maîtrise sportive, son moniteur l’a tacitement invité à vivre plus avant ses envies de glisse en toute autonomie (p. 148). D’autres part, cela renvoie au fait que, pour la communauté des moniteurs, « l’erreur n’est pas permise » (p. 146) : la vitesse et les virages doivent être parfaitement maîtrisés. Aussi, l’expérience de la chute met au jour l’intrication de logiques de pouvoir avec la relation d’aide où tomber actualise la possibilité pour le handiskieur de se vivre comme tout le monde, comme « normal ». En revanche, pour le pilote, contrôler la chute revient à reprendre le contrôle de la glisse.

8En somme dans ces contributions, « l’imprégnation affective » apparaît comme une « exigence d’objectivation » (p. 108). Et cette « imprégnation affective » représente aussi l’opportunité de mettre au jour les « apprentissages silencieux et les cadres normatifs » des pratiques étudiées (p. 146). Pour autant, comment faire pour trouver la bonne distance lorsque nos sensorialités, nos affects et nos êtres sont désarçonnés par des intensités telles que nos intimités, notre intégrité physique sont menacées ? Cette interrogation, qui renvoie à la métabolisation des émotions ainsi qu’à l’altération de soi et des êtres en relation, est au cœur de la dernière partie de l’ouvrage. D’abord, être et se laisser affecter, c’est concevoir les émotions comme des ressources pour la perception et l’action, indissociables de l’expérience sensible du monde. En effet, la peur que ressent Akira Kurashima, ethnographe et pratiquant de tai-chi, à la vue des prouesses martiales d’un maître est d’abord une « émotion abstraite » qu’il se préfigure. Frein à l’action, elle devient au cours de son apprentissage, par l’éducation progressive de sa perception, une « peur sensorielle et concrète » qui lui permettra plus tard de répondre adéquatement à ses opposants (p. 230). Autrement dit, à mesure des leçons, au lieu de subir les effets inhibiteurs de sa peur, il va l’apprivoiser et comprendre comment elle peut être utilisée pour anticiper les coups portés par son adversaire. Par la même, l’apprentissage sportif de l’ethnographe devient également l’observatoire de la « contribution positive de la peur à l’efficacité technique » (p. 247).

9Une fois traversés par ces forces affectives, les chercheurs doivent trouver les moyens de les extérioriser. Pour Jonathan Bresson, videur de boîte de nuit et sociologue, le recours aux autres, chercheurs comme enquêtés, lui permet de verbaliser les ressentis et les émotions. Il constitue un mouvement nécessaire pour comprendre et apaiser le vécu d’émotions intolérables. Intolérables non pas en tant que telles mais dans le rapport aux autres et au contexte, dans les difficiles ajustements de soi lorsqu’à la charnière des mondes, le sociologue se fait transfuge malgré lui. En effet, immergé dans un univers nocturne, festif et parfois violent, l’ethnographe et le videur doivent fournir un double effort pour une double trahison, du monde académique comme celui de ces collègues videurs. D’un côté, il s’agit de convaincre ses pairs du maintien de la « bonne distance » et de l’autre de faire preuve du « bon engagement » (p. 198).

10Mais exprimer les émotions s’avère parfois insuffisant. Indigné, pris d’une « rage froide » face aux maltraitances dont font l’objet les enfants qu’il observe incognito en tant qu’enseignant en structure médico-social, Christophe Dargère prône quant à lui la « rationalisation des affects ». De la sorte, seulement, il lui est possible de supporter ces charges émotionnelles, lorsque des conflits de valeurs fragmentent la subjectivité de l’individu, lorsque s’entrechoquent les points de vue moraux du citoyen, de l’enseignant et du chercheur. Il en appelle alors à un travail d’écriture qui permet d’atténuer la colère en l’extériorisant, de dénoncer ce qui provoque l’indignation, et de transformer une situation où le professionnel se sent impuissant en opportunité pour le sociologue d’obtenir des données.

  • 8 Au sens d’un « tissu de valeurs saturées d’affects qui se tiennent et qui fonctionnent dans une rel (...)

11Pour résumer, le parti pris épistémologique soutenu par les contributeurs de l’ouvrage consiste ainsi à mettre à l’épreuve une neutralité axiologique a priori et de rendre visible « les conditions d’usinage » (p. 274) et la part sensible de la recherche en train de se faire. À la neutralisation des affects par occultation ou annihilation, le collectif réuni sur ces pages substitue donc la prise à bras le corps des transactions affectives qui participent activement d’une certaine « économie morale des sciences »8, démarche encore trop rarement entreprise, à la portée pédagogique et heuristique pourtant indéniable.

Haut de page

Notes

1 Pour plus détails sur l’histoire des émotions en sciences sociales, lire Bernard Julien, La concurrence des sentiments : une sociologie des émotions, Paris, Éditions Métailié, coll. « Traversées », 2017.

2 Fernandez Fabrice, Lézé Samuel et Marche Hélène, Les émotions : une approche de la vie sociale, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2014. Fernandez Fabrice, Lézé Samuel et Marche Hélène (dir.), Le langage social des émotions : études sur les rapports au corps et à la santé, Paris, Economica-Anthropos, coll. « Sociologiques », 2008.

3 Soit « l’acte par lequel on essaie de changer le degré ou la qualité d’une émotion ou d’un sentiment ». Hochschild Arlie R., « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, vol. 9, no 1, 2003, p. 19.

4 Devereux George, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2012.

5 Il est à noter que seul le chapitre rédigé par Thomas Bonnet et Amandine Rochedy offre une définition et une comparaison entre les notions d’affects, d’émotions et de sentiments (p. 157).

6 Voir la définition de la note 3.

7 Outil ethno-méthodologique originellement conçu et défini par Harold Garfinkel. Voir Garfinkel Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France, 2009. « Le breaching consiste à déstabiliser les routines et à observer comment les acteurs s’en débrouillent » (Le Breton David, « 4. L’ethnométhodologie », in David Le Breton (dir.), L’interactionnisme symbolique, Paris, Presses universitaires de France, 2012, p. 141-163).

8 Au sens d’un « tissu de valeurs saturées d’affects qui se tiennent et qui fonctionnent dans une relation bien définie » (Daston Lorraine, L’économie morale des sciences modernes, Paris, La Découverte, 2014, p. 23).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marpot, « Stéphane Héas et Omar Zanna (dir.), Les émotions dans la recherche en sciences humaines. Épreuves du terrain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 septembre 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51045 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51045

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Marpot

Doctorant en sociologie, Edytem, UMR 5204 CNRS, USMB. Après des recherches anthropologiques interrogeant les relations que les humains entretiennent avec des entités autres qu’humaines telles que les androïdes ou les bactéries, il étudie le vécu émotionnel des randonneu·r·se·s à l’égard du milieu montagnard en s’appuyant sur une approche écologique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search