Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Bernard Lahire, La part rêvée. L’...

Bernard Lahire, La part rêvée. L’interprétation sociologique des rêves, volume 2

Emmanuel Cayre
La part rêvée
Bernard Lahire, La part rêvée. L’interprétation sociologique des rêves, volume 2, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2021, 1216 p., ISBN : 9782348058141.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lahire Bernard, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire (...)
  • 2 Bastide Roger, Le Rêve, la transe et la folie, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 2003, p. 27.
  • 3 Cette théorie se voulait informée des apports et limites des travaux existants, à commencer par ceu (...)

1Dans le premier volet de L’interprétation sociologique des rêves1, publié en 2018, Bernard Lahire posait les jalons d’un programme pour le moins ambitieux : introniser le rêve dans le domaine d’étude de la sociologie, alors que celle-ci ne s’intéresse, selon les mots de Roger Bastide, « qu’à l’homme éveillé, comme si l’homme endormi était un homme mort »2. S’engager en sociologue sur le terrain du psychique et de l’involontaire afin d’éclairer sous un nouveau jour ce à quoi nous rêvons, chercher en somme à « comprendre l’incompréhensible », voilà qui résume bien le défi scientifique que s’était lancé l’auteur. Pour le relever, Lahire a d’abord élaboré une théorie sociologique3 visant à rendre compte du processus de production du rêve et de ses significations. Avec ce second volume, il entend faire preuve, sur la base de corpus qu’il a lui-même constitués, de la capacité de sa théorie à démêler ce qui se trame dans les rêves de ses enquêtés.

  • 4 Lahire a établi un protocole de recueil de rêves à destination de ses enquêtés. Il leur était deman (...)
  • 5 Ce dispositif méthodologique est parfaitement cohérent avec la sociologie dispositionnaliste et con (...)

2Les quelques mille cent pages consacrées dans cet ouvrage à l’analyse de rêves sont précédées de deux courts chapitres chargés de rappeler les principes théoriques et méthodologiques qui la sous-tendent. Sur le plan théorique, ce préalable reprend les grandes lignes du précédent volume et rappelle que l’effort d’interprétation sociologique des rêves porte en germe une ambition scientifique plus vaste : révéler « l’importance de l’inconscient socialement structuré des individus » (p. 32). Pour cela, Bernard Lahire entend démontrer le rôle décisif du « passé incorporé » du rêveur dans la détermination de ses songes. Cela implique de rapporter chacun d’entre eux aux multiples cadres de socialisation qui font la singularité de la trajectoire du rêveur. Aussi Lahire a-t-il mené des entretiens approfondis et répétés avec ses enquêtés en parallèle du recueil de comptes rendus de leurs rêves4, afin de se donner les moyens d’en restituer toute l’épaisseur sociologique. L’entreprise de déchiffrage s’opère grâce aux associations que le sociologue et l’enquêté effectuent entre les récits de rêves, les expériences passées du rêveur et ses contextes d’action récents5.

  • 6 Le répertoire des opérations psychiques et oniriques élémentaires a été recensé dans les chapitres  (...)

3Passé ce préambule, le lecteur a tout loisir d’explorer la vie onirique des huit individus retenus pour cette publication. La plupart avaient entendu parler de l’étude parmi leur entourage. Il en résulte des cas relativement situés socialement et professionnellement, bien que l’auteur se soit efforcé de présenter des profils variés du point de vue du genre, de l’âge, et de la trajectoire sociobiographique. Un chapitre par enquêté est consacré à l’analyse des rêves qu’il a soumis au sociologue. Chacun débute par le portrait du rêveur, suivi de ses comptes rendus de rêves présentés dans l’ordre chronologique et de la façon la plus exhaustive possible – sauf pour les deux derniers chapitres. Les interprétations de l’auteur, appuyées par de nombreux extraits d’entretiens, s’intercalent entre ces récits. De bout en bout, Lahire s’attache à établir de la sorte des correspondances entre le « hors-rêve » des enquêtés et leurs rêves, en tenant compte, pour les déchiffrer, des propriétés spécifiques du langage onirique6.

4C’est ainsi qu’il décèle dans les 36 rêves de Laura (chapitre 3), étudiante qui prépare l’agrégation de lettres modernes, l’omniprésence de l’institution universitaire et de l’épreuve du concours, tantôt symbolisées par des lieux, tantôt personnalisées sous les traits d’un ancien professeur sévère ou d’un oncle associé à la discipline. Si cela renvoie à première vue à des préoccupations très actuelles de la rêveuse, les entretiens révèlent que ce n’est là que l’actualisation de schèmes d’expériences bien plus anciens, ceux d’une transfuge de classe que des sentiments d’infériorité et d’illégitimité ne cessent de travailler une fois endormie. Les 67 rêves pris en notes par Louise, 33 ans, docteure-ingénieure en écohydrologie qui a également connu une ascension scolaire (chapitre 5), font écho à ceux de Laura. Leurs préoccupations communes ne se traduisent néanmoins pas de la même manière dans leurs rêves, preuve que leur contenu reste dépendant d’expériences récentes et passées propres à chaque rêveur. En effet, les singularités biographiques de Louise, très affectée par la violence de ses parents et plus récemment par une relation sentimentale « inégale et dévalorisante », interfèrent dans ses rêves avec la question centrale de sa mobilité sociale. Cet entrelacs de « problématiques existentielles » est particulièrement intéressant à démêler dans le cas de Tom (chapitre 6). Étudiant en sciences sociales dans une grande école, issu d’une famille protestante modeste, « Tom est un transfuge de classe d’un genre particulier » (p. 530) car la distance qui le sépare de sa famille est à la fois socio-économique, culturelle et religieuse. Son rejet des principes religieux de ses parents se manifeste ainsi clairement dans ses rêves, mais subtilement articulé aux enjeux que soulève son éloignement du milieu familial par la voie scolaire. Or, cette voie constituait pour Tom un espace privilégié de valorisation de dispositions acétiques incorporées au cours de sa socialisation primaire. L’étude de ses 38 rêves révèle alors la complexité et l’ambivalence des « effets dispositionnels et oniriques » d’un déplacement social si singulier.

5L’examen de la vie onirique de ces trois « transfuges de classe » trouve un point de comparaison intéressant dans l’analyse des rêves de Solal (chapitre 4), Charlotte (chapitre 7) et Clément (chapitre 8), ces derniers n’ayant pas connu pareille mobilité sociale. D’autres préoccupations et, de manière sous-jacente, d’autres types de rapports sociaux déterminent leurs rêves. Les relations qu’ils entretiennent, notamment avec leurs parents, suscitent des questionnements bien spécifiques pour ces enquêtés par rapport aux conflits dispositionnels et culturels qu’elles génèrent chez les transfuges de classe. Par exemple, nombre des 75 rêves rapportés par Solal, normalien issu d’un milieu catholique aisé, expriment un manque d’affection qui s’ancrerait « dans l’expérience de l’abandon de son propre père » (p. 234). Ce besoin d’attention cohabite avec de fortes dispositions à la solitude développées aussi dans son enfance, tension que l’on retrouve au cœur de son imagination onirique. Une semblable propension à l’indépendance caractérise Charlotte, étudiante en sociologie issue d’une petite classe supérieure, mais elle s’articule cette fois avec des « dispositions combatives » dans ses relations aux hommes, forgées par des rapports conflictuels avec son père, doublés récemment d’une relation « malsaine ». Le conflit entre affirmation de soi et domination masculine qui en résulte s’exprime pratiquement dans chacun de ses 16 comptes rendus de rêves, à l’image de celui qui la met aux prises avec un voleur qui condense, plusieurs indices l’attestent, les figures du père et de son ex-compagnon. Enfin, pour Clément, fils de chirurgien interne en psychiatrie, c’est le contraste entre sa proximité socioprofessionnelle avec son père et un sentiment de manque de reconnaissance familiale qui alimente de longue date une logique de distinction – mue en rupture depuis les conflits qui l’ont opposé à ses parents en marge de son récent mariage – qui structure les 42 songes étudiés. Ces préoccupations ancrées dans le passé incorporé de Clément et actualisées par des événements récents se traduisent par exemple dans ce rêve de destitution du père, représenté sous les traits de Donald Trump.

  • 7 Beaucoup de ces comptes rendus de rêves ont été effectués hors protocole, Gérard ayant pris l’habit (...)

6Les deux derniers corpus étudiés sont si conséquents – 115 rêves pour Lydie, 1 027 pour Gérard7 – que l’auteur a cette fois adopté une présentation thématique. L’entrée privilégiée pour Lydie, 38 ans, ancienne étudiante en sociologie devenue fonctionnaire territoriale, est celle de la domination masculine (chapitre 9). Cette problématique s’est cristallisée au gré d’interactions répétées avec un cousin qui lui a fait subir des attouchements alors qu’ils étaient enfants et qui la harcèle depuis. La présence de ce « cousin maléfique » se révèle de fait aussi insistante dans ses rêves que dans la réalité, sans que la rêveuse en ait toujours conscience. Elle se manifeste le plus souvent à travers des figures animales qui représentent dans ses songes un danger de prédation et d’envahissement. On retrouve dans le cas de Gérard (chapitre 10), ancien formateur à la retraite, la même omniprésence d’une figure réelle dans ses songes. Cette figure récurrente, que la prise en notes de ses rêves plusieurs décennies durant permet de dégager sur le fond du thème de la fuite du milieu familial, est celle de son grand-père maternel qu’il suspecte de l’avoir abusé sexuellement quand il était enfant.

  • 8 Il reste en cela fidèle à « l’esprit sociologique » qu’il défend dans un précédent ouvrage. Lahire (...)
  • 9 On peut regretter que la dynamique d’associations entre « rêves » et « hors-rêves » effectuées par (...)

7De telles récurrences prouvent que, à défaut d’être immédiatement intelligibles, nos rêves ne sont pas dénués de sens. Au-delà de ce premier constat, Bernard Lahire démontre bien au fil de l’ouvrage la force structurante exercée par le passé incorporé des individus sur leurs rêves. Ces derniers constituent dès lors un terrain propice à l’observation du « déploiement singulier de mécanismes très généraux » (p. 212). Compte tenu de ce résultat important, on ne saurait reprocher au sociologue d’avoir « risqué l’interprétation »8 dans cet ouvrage, quand bien même l’analyse de certains rêves puisse paraître moins aboutie que d’autres9 : non seulement ces interprétations restent toujours empiriquement contrôlées, mais la multiplication des cas étudiés confère à l’ensemble une robustesse qui devrait inciter d’autres chercheurs à poursuivre ce travail sociologique engagé sur un terrain a priori peu propice. Tout au moins, cet ouvrage ne manquera pas de susciter une certaine curiosité, tant il invite aussi ses lecteurs à découvrir la part rêvée de leur existence.

Haut de page

Notes

1 Lahire Bernard, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2018 ; compte rendu de Mathilde Fois Duclerc pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.26423.

2 Bastide Roger, Le Rêve, la transe et la folie, Paris, Seuil, coll. « Points essais », 2003, p. 27.

3 Cette théorie se voulait informée des apports et limites des travaux existants, à commencer par ceux de Freud, et fondée sur la multitude de cas empiriques présentés dans cette littérature scientifique. Pour plus de détails sur ce cadre théorique développé dans le premier volume, on renvoie une nouvelle fois au compte rendu qu’en a fait Mathilde Fois Duclerc pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.26423.

4 Lahire a établi un protocole de recueil de rêves à destination de ses enquêtés. Il leur était demandé de prendre en notes aussi fidèlement que possible dès leur réveil leurs souvenirs de rêves, sans chercher à trop les mettre en forme ni à en occulter ou atténuer certains aspects, puis d’indiquer les sentiments associés aux rêves et de préciser enfin s’ils renvoient à des éléments passés ou récents évidents de leur vie.

5 Ce dispositif méthodologique est parfaitement cohérent avec la sociologie dispositionnaliste et contextualiste défendue par ailleurs par l’auteur. Voir notamment sur ce point Lahire Bernard, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2012 ; compte rendu de Guillaume Arnould pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.8371.

6 Le répertoire des opérations psychiques et oniriques élémentaires a été recensé dans les chapitres 10 et 11 du premier volume. L’auteur se montre ainsi particulièrement attentif aux associations par analogie ou contiguïté qui s’effectuent dans les rêves, ou encore aux métaphores, symbolisations et exagérations qui peuplent nos songes et les rendent parfois incongrus. Sans cela, toutes les informations glanées sur le « hors-rêve » ne seraient d’aucun secours pour rendre le rêve plus intelligible aux yeux du chercheur qu’à ceux du rêveur.

7 Beaucoup de ces comptes rendus de rêves ont été effectués hors protocole, Gérard ayant pris l’habitude de noter ses rêves des décennies avant la recherche menée par Lahire. C’est après en avoir entendu parler à la radio que Gérard s’est porté volontaire pour y contribuer : sa participation offre la possibilité d’étudier sur le temps long l’évolution – et les répétitions – des schèmes oniriques, bien que disparaisse nécessairement « l’écume des événements déclencheurs » (p. 1057) de tous ces rêves.

8 Il reste en cela fidèle à « l’esprit sociologique » qu’il défend dans un précédent ouvrage. Lahire Bernard, « 2. Risquer l’interprétation » in L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2007, p. 45-60 ; compte-rendu de Cédric Frétigné pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.469.

9 On peut regretter que la dynamique d’associations entre « rêves » et « hors-rêves » effectuées par le rêveur avec le concours décisif de l’enquêteur, ne soit pas retranscrite telle quelle dans la démonstration. Si l’on comprend aisément que, dans une publication déjà très fournie, priorité soit donnée aux propos des enquêtés plutôt qu’aux incises du sociologue, donner à voir comment la fabrique de l’interprétation s’amorce en situation d’entretien serait sans doute de nature à convaincre davantage encore le lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Cayre, « Bernard Lahire, La part rêvée. L’interprétation sociologique des rêves, volume 2 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51089

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Cayre

Doctorant en science politique à l’Institut des sciences sociales du politique, agrégé de sciences économiques et sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search