Navigation – Plan du site

Comprendre les économistes

Igor Martinache
Comprendre les économistes
« Comprendre les économistes », Alternatives économiques, hors-série "Pratique", n° 31, 2007, Alternatives économiques, coll. « Pratique ».
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Objet publié non identifié...
  • 2 société coopérative ouvrière de production

1Le mensuel Alternatives Economiques fait figure d'OPNI1 dans le maquis de la presse économique. D'abord parce que, contrairement à la majorité des titres de cette catégorie, il ne cible pas les cadres dynamiques et autres « décideurs » de la planète financière, mais les lycéens, étudiants et enseignants, ainsi que tous les citoyens qui s'intéressent aux faits socio-économiques. Bref, le périodique fait œuvre de pédagogie et décrypte mois après mois l'actualité économique et sociale, tout en parvenant à toucher des lecteurs de différents « niveaux ». Ensuite, l'autre particularité d'« Alter Eco » comme le surnomment ses lecteurs, c'est d'être édité par une SCOP2, autrement dit d'appartenir à la sphère de l'économie sociale, et non à un grand groupe industriel d'armement ou de BTP en quête d'influence...}}}

2Et ça marche, puisque de 2.000 exemplaires à sa création en 1980, Alternatives Economiques est aujourd'hui tiré à plus de 100.000 copies mensuelles, sans compter les autres titres que la coopérative a fait naître depuis, qui vont des hors-série thématiques (sur la finance, l'histoire de l'économie, la société française ou l'état annuel de l'économie,...) aux « guides pratiques » (consacrés par exemple à la consommation citoyenne, au tourisme responsable ou aux métiers de demain) en passant par la revue de réflexion L'économie politique, les publications spécialisées La lettre de l'insertion par l'activité économique et Santé et travail ainsi que le trimestriel des relations internationales, Alternatives Internationales.

3Le fondateur de cette entreprise éditoriale se nomme Denis Clerc. Et, bien qu'ayant passé la main à Guillaume Duval à la tête de la rédaction, il y joue un rôle encore très actif, signant un billet d'humeur (et souvent d'humour...) mensuel ainsi que de nombreux articles consacrés à son « dada », l'économie du travail. C'est également lui qui a rédigé presque intégralement ce « guide pratique » qui propose, non sans ambition, de « comprendre les économistes ».

4Un exercice aussi utile qu'inatteignable à première vue. Parce que les (ou plus exactement certains) économistes professionnels exercent aujourd'hui une influence décisive sur la marche du monde - et en particulier la manière de le lire. Mais, comme Denis Clerc se plaît à le rappeler à maintes reprises, cette « tribu » compte autant de membres en exercice que d' « ancêtres » disparus, or, il existe à peu près (sinon plus...) de théories que d'économistes... Autant dire qu'il est pratiquement impossible de se repérer dans ce maquis d'hypothèses, théorèmes et lois souvent en contradiction qui forment la fausse unité de ce que l'on a désormais coutume d'appeler la « science économique ».

  • 3 Un exercice dont raffolent en général les économistes qui, face à une réalité foisonnante et trop c (...)

5Avec un peu de méthode et de simplification3, on peut cependant y voir plus clair, et telle est donc la tâche à laquelle s'attelle l'auteur. Tout commence, comme dans toute discipline, par les pères fondateurs, que Denis Clerc regroupe en un « jeu des cinq familles » : les classiques, les marxistes, les néoclassiques, institutionnalistes et les keynésiens. Mais voilà, « seconde modernité » oblige comme diraient François de Singly ou Anthony Giddens, depuis plusieurs décennies, ces familles ont éclaté et se sont recomposées en un grand nombre de « chapelles » opposées par des divergences plus ou moins fondamentales. C'est à leur présentation qu'est consacré le deuxième chapitre de l'ouvrage, passant en revue pour chacune de ces chapelles ses sources d'inspiration, ses fondateurs, ses principaux représentants actuels - notamment en France -, ainsi qu'un résumé de leurs thèses principales. Reste à noter que de nombreux auteurs refusent aujourd'hui d'« entrer en religion », et tels Jean Tirole ou Thomas Piketty affirment ancrer leurs travaux dans un pragmatisme revendiqué - ce qui veut en fait surtout dire qu'ils puisent leurs hypothèses dans différents courants.

  • 4 Voir notamment sur ce sujet l'ouvrage de Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L'espa (...)

6Denis Clerc passe ensuite en revue, dans le troisième chapitre, ce qu'il considère comme les principaux théorèmes de la science économique. L'auteur s'applique ainsi à les expliciter pédagogiquement, tout en indiquant leurs éventuelles évolutions depuis leur formulation initiale, mais il s'efforce aussi d'en montrer les limites et contradictions -notamment avec les phénomènes réels... On ne répétera jamais assez l'aspect provisoire et contextuel des « lois » en matière de phénomènes sociaux4, alors pourquoi les économistes s'échinent-ils à en énoncer à tour de bras ? Denis Clerc avance sans l'étayer une hypothèse sociologique non dénué d'intérêt (mais aussi de sens commun...), en l'occurrence que les économistes ont un désir exacerbé de passer à la postérité en laissant leur nom accolé à un théorème, une loi, un « effet » ou même une courbe. Dans la série, Arthur Laffer mérite sans doute un prix, avec sa fameuse courbe montrant qu'à partir d'un certain taux d'imposition, les recettes fiscales globales se mettaient à diminuer après avoir continûment augmenté. « Trop d'impôt tue l'impôt », la formule a fait florès aujourd'hui dans les milieux politiques conservateurs, mais est totalement dépourvue de base empirique ! Et pour cause, Laffer aurait tracée sa fameuse courbe... sur une nappe de restaurant !

7Le quatrième chapitre est lui consacré aux « querelles et disputes ». Là encore, il a fallu opérer des choix, et l'auteur en a retenu neuf, classées sous quatre grands thèmes que sont la croissance, le chômage et l'emploi, la mondialisation et le rôle de l'Etat. Un exercice réellement utile pour mieux lire les textes économiques, étant donné le caractère souvent implicite de ces oppositions dans lesdits écrits. Enfin, l'ouvrage s'achève sur un -bref- lexique des principaux mots et expressions du jargon économique, que Denis Clerc aurait sans doute pu largement étoffer, ainsi que sur une bibliographie utile pour quiconque veut s'initier ou approfondir ses connaissances et sa réflexion sur différents thèmes.

8Plus qu'un manuel à part entière, ce petit guide constitue une bonne entrée pour les lecteurs soucieux de s'orienter dans la jungle des théories. Reste que si la plume de Denis Clerc est accessible, vivante et même souvent drôle, ses présentations sont souvent assez brèves, et celui qui voudra connaître réellement la pensée d'un auteur ou le fond d'un théorème ne pourra s'en contenter. Cela n'en fait pas moins un outil bien utile à avoir dans sa bibliothèque, et que l'on peut ressortir à l'occasion comme un plan de la ville où on habite, ou comme une piqûre de rappel pour se rappeler que les théories économiques sont avant tout le fruit d'agents d'un « champ » scientifique bien particulier...

Haut de page

Notes

1 Objet publié non identifié...

2 société coopérative ouvrière de production

3 Un exercice dont raffolent en général les économistes qui, face à une réalité foisonnante et trop complexe, ont en commun le réflexe de la modélisation...

4 Voir notamment sur ce sujet l'ouvrage de Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Nathan, coll. "Essais & Recherches", 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Comprendre les économistes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 22 janvier 2008, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/511

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page