Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Bénédicte Florin, Anna Madaoeuf, ...

Bénédicte Florin, Anna Madaoeuf, Olivier Sanmartin, Roman Stadnicki, Florence Troin (dir.), Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient

Victor Mercier
Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient
Bénédicte Florin, Anna Madoeuf, Olivier Sanmartin, Roman Stadnicki, Florence Troin (dir.), Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient, Tours, Presses universitaires Francois Rabelais, coll. « Perspectives Villes et Territoires », 2020, 437 p., ISBN : 978-2-86906-750-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dédié aux géographes Pierre Signoles et Jean-François Troin, fondateurs du centre d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe, le laboratoire Urbama, cet ouvrage entend rendre compte des « réalités » et « évolutions, contrastées et parfois contradictoires » du Maghreb et du Moyen-Orient (p. 11). Selon Olivier Sanmartin, Bénédicte Florin, Anna Madoeuf, Roman Stadnicki et Florence Troin qui dirigent cet ouvrage, cette « complexité » et « les réalités [de ce] monde en profonde transformation » (p. 9) seraient occultées par un angle d’analyse davantage tourné vers les conflits et les crises. Les villes, où naissent ces mutations, seraient ainsi délaissées par l’analyse scientifique alors même que sur les 500 millions habitants de cette région, qui a vu éclore les premières villes, 350 millions sont des citadins. À ce sujet, les auteur·es notent d’ailleurs que ce sont « dans les villes, symbolisées par quelques lieux emblématiques, que se sont puissamment exprimées les voix des soulèvements des printemps arabes en 2011 » (p. 9). Le Hirak algérien en est un autre exemple. Les contributeur·trices font également le constat d’un essor démographique – seulement six villes atteignaient le million d’habitants en 1960 contre 70 aujourd’hui – ce qui se traduit « pour nombre de grandes villes, voire de capitales, par une forme de déclassement » (p. 9) et parfois un recentrement vers la péninsule arabique. Les auteur·es remarquent également une évolution, celle de l’invention des « villes d’aujourd’hui » « dans les marges, urbaines, économiques, sociales, [et] culturelles » (p. 10).

2Se voulant être un « panorama au croisement des disciplines et des approches » (p. 11), cet abécédaire rassemble environ 150 notices rédigées par une centaine de chercheurs et chercheuses – géographes d’abord, mais également politistes, sociologues, historiens, économistes, anthropologues, démographes, ou encore architectes et urbanistes. Une quarantaine de villes – Fès, Téhéran, Sebha ou encore Doha – font l’objet d’une entrée, le reste des notices étant thématiques. Celles-ci s’intéressent « à des objets ou à des concepts qui font et disent la ville et l’urbain d’aujourd’hui ou éclairent des enjeux de mémoire et d’histoire » (p. 11). Ces « objets » ou « concepts » sont, par exemple, l’agriculture urbaine, les mobilisations citadines, la domesticité, les déchets, le logement social ou encore les transports alternatifs. Des encadrés complètent également certaines notices, comme celui sur la présence syrienne à Gaziantep et Antakya dans la notice « Murs & frontières » ou celui sur le film de Iafar Panahi, Taxi Téhéran, dans la notice de Bernard Hourcade consacrée à la capitale iranienne. Enfin, l’ouvrage comporte une très riche iconographie, constituée de photographies et de dessins de Fabienne Stadnicka, ainsi qu’une longue et intéressante bibliographie.

3Prenons l’exemple de la ville du Caire. Celle-ci fait l’objet d’une notice monographique de trois pages, rédigée par Anna Madoeuf, accompagnée d’un encadré ainsi que d’une carte indiquant notamment les différentes phases de croissance de la ville (p. 189-192). La géographe dresse d’abord brièvement le portrait de cette ville, fondée en 969 par les Fatimides, qui est peuplée aujourd’hui par plus de 20 millions d’habitants. Elle est décrite comme étant le centre du pays : la moitié des emplois d’Égypte y est concentrée, l’activité économique du Caire représente plus de la moitié du PIB national, la quasi-totalité des sièges des grandes entreprises et syndicats y sont installées et le mouvement de contestation contre Hosni Moubarak y est né. L’auteure traite également de la question de l’habitat et de l’urbanisation. Elle explique notamment que « Le Caire était une ville dont la densité habitante et la compacité en matière d’urbanisation étaient des caractéristiques fortes » avec par exemple des « quartiers d’habitation compacts, selon une trame répétitive d’immeubles à structure de béton de cinq ou six étages » (p. 190). Les années 1990 inaugurent un changement avec un étalement urbain qui ne cesse de croître alors même que la croissance démographique cairote diminue. Place est faite aux compounds, ces « citées résidentielles privées […] destinées à une clientèle aisée » (p. 190), où se concentrent villas, écoles, hôpitaux ou encore centres commerciaux, et ce dans « un cadre clos, contrôlé et sécurisé » (p. 190). Le nouveau projet « pharaonique » du maréchal-président al-Sissi, celui d’une nouvelle capitale située à plusieurs dizaines de kilomètres du Caire, s’en rapproche. S’ensuit alors une interrogation : « La ville populaire, un temps séditieuse, matée – pour l’instant –, est-elle dégradée et punie par cette projection et par ce geste suprême et excessif, dont on peut se demander s’il est créateur ou vengeur ? » (p. 191).

  • 1 Alexandre Kazerouni, Le miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persi (...)

4Les « objets » ou « concepts » sont, on l’a dit, nombreux. Notons, par exemple, la notice d’Alexandre Kazerouni consacrée aux musées (p. 245-247). Il y explique que le « glissement du centre de gravité économique, politique mais aussi culturel du monde islamique » de la Méditerranée vers le Golfe (p. 245), identifié en introduction, s’applique également aux musées puisque « ce sont des pays du golfe Persique qui ont multiplié avec le plus de moyens et de visibilité des projets de musées, du Musée d’art contemporain de Téhéran ouvert en 1977 au Louvre Abu Dhabi inauguré en 2017 » (p. 245). Le politiste, qui a notamment publié un ouvrage issu de sa thèse sur cette thématique1, rappelle les trois modalités de diffusion du musée hors du Vieux Continent. Les musées peuvent d’abord être créés par « des Européens dans leurs colonies de peuplement », et ce « dans le cadre d’une compétition urbaine avec la métropole » (p. 245). Ils peuvent aussi être édifiées par les autorités coloniales afin de légitimer « leur représentation du territoire » ; c’est le mode opératoire « le plus tardif et le plus commun à la fois » (p. 245). Enfin, les musées peuvent être créés « par des élites indigènes soumises à la pression de l’expansion européenne, dans le but de s’y opposer », constituant ainsi le « musée importé » (p. 245). L’auteur dresse ainsi une typologie des musées de la période postcoloniale, avec d’abord le « musée-racine », « symbole d’indépendance » et « outil de consolidation du sentiment national pour des populations composites » (p. 245-246). Le célèbre Louvre Abu Dhabi, inauguré en 2017, ne relève en revanche pas de ce type. Au contraire, indique l’auteur, il fait partie de ces « musées-miroir » qui « reflètent les attentes occidentales vis-à-vis du monde islamique et qui aident les élites politiques des pays de sédentarisation récente de l’islam à participer à la définition du sens de cette religion » (p. 246).

5Cet ouvrage réussit ainsi, avec brio, son pari d’être un « panorama » pluridisciplinaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient. Les notices, multiples et synthétiques, invitent à approfondir les thématiques traitées, rendant cet abécédaire particulièrement appréciable et intéressant.

Haut de page

Notes

1 Alexandre Kazerouni, Le miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, Presses universitaires de France, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Mercier, « Bénédicte Florin, Anna Madaoeuf, Olivier Sanmartin, Roman Stadnicki, Florence Troin (dir.), Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 13 septembre 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51130 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51130

Haut de page

Discipline

Géographie

Anthropologie

Sociologie

Urbanisme - architecture

Science politique

Histoire

Économie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search