Skip to navigation – Site map

HomeContentsLes comptes rendus2021Étienne de l’Estoile, Julie Oudot...

Étienne de l’Estoile, Julie Oudot (dir.), « Rémunérer le travail », Regards croisés sur l’économie, n°27, 2020

Cyprien Rousset
Rémunérer le travail
Étienne de l’Estoile, Julie Oudot (dir.), « Rémunérer le travail », Regards croisés sur l'économie, n° 27, décembre 2020, 250 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782348069574.
Top of page

Full text

  • 1 Chez Adam Smith ou David Ricardo, le travail est à l’origine de la valeur des biens et de la répart (...)
  • 2 Voir Geerkens Éric, Hatzfeld Nicolas, Lespinet-Moret Isabelle, Vigna Xavier (dir.), Les enquêtes ou (...)
  • 3 La répartition primaire correspond au partage de la valeur ajoutée entre salaires et profits. La re (...)

1Bien que formulé en des termes différents selon les contextes, l’enjeu économique et social que constitue la rémunération du travail est ancien : l’économie politique, de Smith à Ricardo, est largement fondée sur la valeur-travail1 ; les premières grandes enquêtes sociales dans l’Europe du XIXe siècle ont entre autres porté sur les salaires ouvriers2 ; et cet enjeu est à la même époque au cœur de nombreux mouvements sociaux. Mais son actualité est tout aussi remarquable. D’une part, dans un contexte d’accroissement des inégalités socioéconomiques, de nombreuses recherches contemporaines, empiriques comme théoriques, portent sur la répartition primaire3, et notamment la rémunération du travail. D’autre part, des phénomènes d’ubérisation, qui modifient les formes d’emploi et de revenu, jusqu’à une crise sanitaire ayant mis en lumière la faible rétribution de certains travailleurs pourtant jugés « essentiels », la rémunération du travail s’invite dans le débat public.

2En proposant un panorama exigeant et interdisciplinaire des multiples façons dont les sciences sociales se sont emparées de cette question, ce numéro de Regards croisés sur l’économie arrive donc à point nommé, avec le double objectif de proposer un état de l’art accessible au plus grand nombre et, par là même, de contribuer au débat public. Mêlant articles de chercheurs reconnus et encadrés synthétiques rédigés par des membres du comité de rédaction, trois grandes parties structurent ce numéro dirigé par Étienne de l’Estoile et Julie Oudot. Tour à tour, elles permettent de saisir les variations historiques ainsi que la contingence des liens qui, dans l’analyse économique comme dans le monde social, unissent le travail à ses rémunérations.

  • 4 Cf. Polanyi Karl, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, (...)

3Une première partie intitulée « ce que les rémunérations font au travail » s’attache à définir les rémunérations, caractéristiques essentielles du travail. Si le salaire apparaît en premier lieu comme la rétribution directe d’un travail effectué, il relève aussi d’institutions socioéconomiques plus larges, comme en témoigne l’existence des cotisations sociales (Cécile Bonneau). Marion Clerc et Lorine Labrue prolongent ainsi cet élargissement de la définition de la rémunération, à la fois matérielle (salaire, prestations liées au travail) et symbolique (reconnaissance sociale), « la rémunération monétaire revêt[ant] en elle-même une dimension symbolique » (p. 9). Ce faisant, cette définition plurielle permet d’en saisir les variations historiques et, même si cet aspect est moins abordé, géographiques. De multiples exemples en convainquent : la rémunération différentielle du mineur et du soldat chez Adam Smith (Gabriel Mareschal de Charentenay) ; la diversité des configurations sociales de (non-)marchandisation du travail au Moyen Âge (François Rivière) ; les « révolutions du salariat » qui relâchent le lien entre travail et rémunération et voient, progressivement, le salaire horaire remplacer le salaire à la pièce (Claude Didry) ; ou encore, au niveau macroéconomique, la dégradation récente du rapport salarial fordiste (Sandrine Michel), qui rappelle la dimension conflictuelle du partage, entre travail et capital, de la valeur ajoutée. Encastré dans un ensemble de mécanismes régulateurs tels que le droit du travail et la protection sociale, qui renvoient à l’emploi, le marché du travail connaît parallèlement des processus de désencastrement, comme l’avait déjà exposé l’analyse polanyienne4. Les rémunérations sont en effet caractérisées par un mouvement d’individualisation et de flexibilisation, mouvement qui se manifeste dans la généralisation des primes individuelles et variables, et dont les autoentrepreneurs apparaissent comme un cas-limite (Sarah Abdelnour). Justifiées par la théorie économique de l’agence (Claire Federspiel et Mathieu Sadourny), ces rémunérations incitatives constituent non seulement un vecteur de gouvernance par l’autonomie pour les organisations, mais aussi un vecteur de redéfinition des contours du salariat et du travail (Sophie Bernard), tout en négligeant ses aspects collectif et symbolique.

  • 5 La situation de hold-up correspond à la menace, pour un trader, de quitter son entreprise pour une (...)

4Outre les différentes formes prises par les rémunérations, une deuxième partie intitulée « les rémunérations sont-elles à la hauteur ? » traite de leur niveau. La question de leur justesse permet alors de revenir sur les liens entre travail et rémunération. En premier lieu, la rémunération apparaît comme la contrepartie directe et individuelle du travail, la productivité marginale du travailleur déterminant sa rémunération dans la microéconomie standard. Et si le sens de cette relation théorique a plus récemment été inversé, comme dans la théorie du salaire d’efficience ou le modèle du don-contredon, Philippe Askenazy montre qu’elle demeure un « carcan pour la pensée de nombre de jeunes économistes » (p. 96). Mais la mesure de la productivité se heurte en outre à la nature collective du travail, comme dans le cas des enseignants (Asma Benhenda). De fait, les rémunérations sont plutôt déterminées par un rapport de force, mis en lumière par Marx (Hugo Subtil), et la possibilité d’un hold-up5 explique ainsi les importantes primes salariales du secteur financier (Olivier Godechot). À la question de leur justesse, s’ajoute donc celle de la justice des rémunérations. Les perceptions qu’en ont les salariés font appel à des critères contextuels, et connaissent des variations conséquentes, notamment entre cadres et ouvriers, ou secteur privé et public (Christian Baudelot). Ces critères se distinguent de principes de justice généraux que l’on retrouve dans le traitement institutionnel et politique des rémunérations, qu’il s’agisse de la définition progressive d’un salaire minimum comme outil de cohésion sociale (Jérôme Gautié), de la mise en place d’une politique européenne d’égalité genrée de rémunération et d’accès au marché du travail (Hélène Périvier), de la prise en compte de la pénibilité dans les rémunérations, indirecte et directe (Audrey Glass et Édouard Mien), ou encore de la réduction, au nom d’un principe de justice globale, des inégalités de rémunération par l’ouverture des frontières (Hillel Rapoport et Marc Fleurbaey).

  • 6 Voir Graeber David, Bullshit Jobs, Paris, Les Liens qui libèrent, 2018 ; compte rendu d’Agathe Leli (...)

5En interrogeant les contours du travail à partir de ses rémunérations, la troisième partie, intitulée « les rémunérations par-delà le travail », démontre la complexité du lien entre les deux. Des formes limites prouvent que le travail est avant tout constitué en tant que tel par la reconnaissance sociale dont une activité fait l’objet. Parfois rémunérée, la gestation pour autrui n’est pas conçue comme un travail, du fait de l’absence d’un cadre institutionnel et de son assimilation à un travail reproductif mais non productif (Laurence Brunet et Marlène Jouan). Dans un régime de workfare, qui repose selon Maud Simonet sur une « mise au travail gratuit [et contraint] des allocataires de l’aide sociale » (p. 184), le travail est non rémunéré et, par conséquent, non reconnu comme tel. Chez les blogueurs culinaires qui tirent de leur loisir des revenus, la valorisation symbolique de l’activité est elle-même liée à l’existence d’une rémunération matérielle (Sidonie Naulin). Sur le marché stratifié des joueurs de football, dont la notoriété et la visibilité permettent de maximiser leurs revenus (Pierre Rondeau), « valorisations économique et symbolique vont [aussi] de pair » (p. 200). Dans le cas des fonctionnaires, dont le travail, collectif, est rémunéré selon la position hiérarchique (Luc Rouban) ou relativement aux conséquences différenciées du progrès technique (Grégory Verdugo), la distribution des rémunérations dépend quant à elle de dynamiques exogènes au travail effectué. Encastré dans un ensemble d’interdépendances, le lien entre travail et rémunérations est dès lors distendu, ce qu’illustrent le célèbre exemple des bullshit jobs6 de David Graeber (Étienne de l’Estoile et Julie Oudot) et les multiples propositions de rémunérations universelles (Louis Daumas et Arnaud Niedbalec).

  • 7 Dujarier Marie-Anne, Troubles dans le travail. Sociologie d’une catégorie de pensée, Paris, Presses (...)
  • 8 Cf. la récente publication par un ensemble d’économistes d’un article visant à établir un lien écon (...)
  • 9 Sur ce sujet, se référer par ailleurs à Blanchard Soline et Pochic Sophie (dir.), Quantifier l’égal (...)
  • 10 Cf. Marichalar Pascal, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, (...)

6Ce riche numéro convainc donc le lecteur de la pluralité et de la complexité des liens qui unissent le travail à ses rémunérations, individuelles et collectives, matérielles et symboliques, et des raisons pour lesquelles la reconnaissance sociale constitue à la fois un facteur premier de définition du travail, « catégorie de la pensée et de la pratique »7, et une rémunération symbolique de cette activité. Contre certaines frontières disciplinaires, une approche pluraliste est aussi nécessaire qu’heuristique8, ce dont les coordinateurs et auteurs font ici pleinement la démonstration. Outre sa contribution au débat public, cet état de l’art ouvre un ensemble de pistes : ainsi des interactions entre rémunérations, inégalités de revenu et de patrimoine, et système économique ; de la transformation des formes d’exploitation ; des enjeux – savants comme profanes – de quantification9 ; de la diversité géographique des mondes du travail ; ou encore des mobilisations syndicales, scientifiques et sociales portant sur les (non-)rémunérations, la reconnaissance et la compensation des risques professionnels10.

Top of page

Notes

1 Chez Adam Smith ou David Ricardo, le travail est à l’origine de la valeur des biens et de la répartition des revenus entre travailleurs, capitalistes et propriétaires fonciers. Au cours de la révolution marginaliste, la valeur-utilité lui succède.

2 Voir Geerkens Éric, Hatzfeld Nicolas, Lespinet-Moret Isabelle, Vigna Xavier (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019 ; compte rendu de Corinne Delmas pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.41177.

3 La répartition primaire correspond au partage de la valeur ajoutée entre salaires et profits. La redistribution, ou répartition secondaire, peut être monétaire (aides sociales) ou en nature (services publics gratuits). Voir par exemple Bozio Antoine et al., « Predistribution vs. Redistribution: Evidence from France and the U.S. », Working papers of the Center for Research in Economics and Statistics, 2020, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03022092/document.

4 Cf. Polanyi Karl, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 [1944] ; et Rodriguez Jacques, « De la charité publique à la mise au travail ? Autour du Speenhamland Act », La Vie des Idées, 2008, en ligne : https://laviedesidees.fr/De-la-charite-publique-a-la-mise-au-travail.html.

5 La situation de hold-up correspond à la menace, pour un trader, de quitter son entreprise pour une concurrente, et ce avec certains actifs, comme son équipe, sa clientèle, ou les connaissances acquises.

6 Voir Graeber David, Bullshit Jobs, Paris, Les Liens qui libèrent, 2018 ; compte rendu d’Agathe Lelièvre pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.29421.

7 Dujarier Marie-Anne, Troubles dans le travail. Sociologie d’une catégorie de pensée, Paris, Presses universitaires de France, 2021.

8 Cf. la récente publication par un ensemble d’économistes d’un article visant à établir un lien économétrique entre l’expérience combattante pendant la Première Guerre mondiale et le soutien au régime de Vichy, qui a donné lieu à une controverse factuelle, méthodologique et épistémologique avec un groupe d’historiens. Pour plus de détails, voir la contribution suivante : Anglaret Anne-Sophie et al., « Peut-on faire l’économie de l’histoire ? Verdun, Vichy, et les conditions d’un dialogue entre disciplines », Devenir historien-ne. Méthodologie de la recherche et historiographie, 2021, en ligne : https://devhist.hypotheses.org/3921.

9 Sur ce sujet, se référer par ailleurs à Blanchard Soline et Pochic Sophie (dir.), Quantifier l’égalité au travail. Outils politiques et enjeux scientifiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021 ; ou encore Maitte Corine et Terrier Didier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, XIVe-XIXe siècles, Paris, La Dispute, 2020 ; note critique d’Olivier Martin pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.47347.

10 Cf. Marichalar Pascal, Qui a tué les verriers de Givors ? Une enquête de sciences sociales, Paris, La Découverte, 2017 ; compte rendu de Sébastien Zerilli pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.23965.

Top of page

References

Electronic reference

Cyprien Rousset, « Étienne de l’Estoile, Julie Oudot (dir.), « Rémunérer le travail », Regards croisés sur l’économie, n°27, 2020 », Lectures [Online], Reviews, Online since 13 September 2021, connection on 16 October 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51134

Top of page

About the author

Cyprien Rousset

Élève de l’École normale supérieure, agrégé de sciences économiques et sociales.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search