Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Aurianne Stroude, Vivre plus simp...

Aurianne Stroude, Vivre plus simplement. Analyse sociologique de la distanciation normative

Sandrino Graceffa
Vivre plus simplement
Aurianne Stroude, Vivre plus simplement. Analyse sociologique de la distanciation normative, Québec, Presses de l'Université Laval, coll. « Sociologie contemporaine », 2021, 280 p., ISBN : 978-2-7637-5362-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rob Hopkins est un enseignant en permaculture qui a conçu avec ses étudiants en 2005 un modèle de t (...)

1Pouvons-nous continuer de vivre sans nous préoccuper de l’avenir de la planète et de la survie de l’humanité ? La question n’est pas nouvelle même si la pandémie de Covid-19, et le sentiment de sidération qui a accompagné son apparition ont précipité l’activation des consciences autour des questions climatiques et environnementales. Il semble même que celles-ci se soient déjà imposées comme l’enjeu central de transformation des sociétés contemporaines. Dans ce contexte, Aurianne Stroude consacre son important ouvrage au décryptage et à l’analyse des transformations sociétales induites par l’engagement d’un nombre croissant d’individus dans un mode de vie plus vertueux sur le plan de son impact écologique. L’autrice reprend à son compte le concept sociologique de « distanciation » théorisé par Norbert Elias pour expliquer « l’engagement » considéré ici non pas comme contraire (de la distanciation), mais comme confrère ou comme « deux impulsions qui cohabitent en permanence » (p. 4). La thèse principale s’appuie sur une étude approfondie de plusieurs catégories d’individus qui ont fait le choix de se distancier des normes sociales dominantes, considérées comme directement liées à la croyance dans une croissance économique infinie. Ces normes sociales qui se traduisent par des injonctions à la consommation et à la réussite personnelle agissent dans un premier temps comme repoussoir avant d’être utilisées comme contre-modèles permettant de concevoir des modes de vie alternatifs. L’ouvrage s’appuie sur une enquête menée par l’autrice dans le cadre de sa thèse de doctorat entre 2012 et 2015 (p. 249) sur trois terrains différents. Le premier est un écovillage ardéchois (France) qui regroupe une trentaine d’habitations et une école alternative. Le deuxième est constitué de diverses initiatives citoyennes en Suisse, en Angleterre et en France, inspirées par le mouvement des Villes en Transition, qui a débuté en 2006 en Angleterre sous l’impulsion de Rob Hopkins1. Enfin le troisième volet de l’enquête été réalisé auprès d’une quinzaine d’individus en Suisse qui se caractérisent par l’engagement volontaire et radical dans un changement de vie pour « aller vers plus de simplicité » (p. 252). Ces trois terrains ne font pas l’objet d’un traitement spécifique et différencié dans l’ouvrage, mais sont plutôt appréhendés pour démontrer que les individus qui en sont issus vivent une expérience commune d’engagement dans un processus de distanciation sociale considéré comme un phénomène social contemporain. Une annexe méthodologique conséquente éclaire le lecteur sur le choix de ces trois terrains, notamment en lien avec l’identification des couples conceptuels antinomiques (p. 250) suivants : le collectif versus l’individuel, la rupture versus la continuité et enfin l’intégration versus la marginalisation.

2La première partie, intitulée « Se distancier d’un mode de vie conventionnel »,permet d’abord de considérer les changements opérés en matière d’alimentation, d’achats, de mobilité ou de travail non pas uniquement comme une évolution de l’organisation quotidienne d’un mode de vie, mais aussi comme des trajectoires qui engendrent une transformation identitaire profonde. Le processus de détachement de ce qui fondait l’identité d’un individu est ici décrit comme un parcours où chaque personne trouve son chemin en combinant des actes de rupture et d’autres de continuité. Le profil sociologique des personnes qui s’engagent dans un processus de distanciation normative fait l’objet d’un traitement spécifique ; Aurianne Stroude confirme des tendances largement partagées par les sociologues qui montrent une prédominance des classes moyennes, tout en apportant de nombreuses nuances et précisions. L’autrice reprend à son compte l’analyse d’Émeline de Bouver qui considère que les personnes qui tentent d’aller vers plus de simplicité sont généralement dotées de « ressources cognitives d’informations, de généralisation » (p 16). Pour Aurianne Stroude, la population étudiée ne se distingue pas par un capital économique important, mais plutôt par un niveau de scolarisation légèrement supérieur à la moyenne et surtout par une capacité à acquérir des connaissances quelquefois développées par la participation à des réseaux militants. Au-delà de ces analyses classiques, une des propositions originales de l’ouvrage est celle qui porte sur les « moments clés des trajectoires de distanciations normatives » (p. 24)où l’on découvre que certaines périodes (entrée dans l’âge adulte, parentalité, départ en retraite) et certains évènements (séparations conjugales, problème de santé, difficultés professionnelles) sont propices au changement de mode de vie. Ces changements induits par des évènements et des transitions sont investis dans certains cas comme une occasion d’explorer de nouvelles pratiques qui correspondaient à des aspirations latentes depuis longtemps. Le changement de mode d’alimentation est très souvent décrit comme « une porte d’entrée » dans un processus comparé à un engrenage ou la quête de cohérence d’un nouveau mode de vie pousse les individus qui s’engagent dans une démarche de changement à faire évoluer d’autres aspects de leur quotidien. Quelquefois c’est le choix d’un système éducatif alternatif (Montessori ou Steiner) qui constitue « la porte d’entrée » vers un changement de vie plus ou moins radical. Quel que soit le premier domaine de changement, l’autrice met en exergue la force d’entrainement d’un changement sur un autre et l’engagement dans un processus « qui engendre des transformations profondes et multiples des modes de vie » (p. 66). La question du rapport au travail illustre à elle seul l’ensemble des tensions et des difficultés auxquels les personnes qui s’engagent dans un mode de vie alternatif doivent faire face, notamment celles qui résultent d’un choix de concilier l’aspiration aux changements radicaux sans pour autant s’extraire de la société telle qu’elle est (p. 91).

  • 2 Soulet Marc-Henry, « Le travail social, une activité d’auto-conception professionnelle en situation (...)

3La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Changement de paradigme » propose de passer en revue un ensemble de concepts qui émanent de l’analyse du processus de distanciation décrit plus haut. On y retrouve d’abord la question du rapport au collectif, marqué par un soin particulier accordé à l’ouverture au plus grand nombre, mais aussi par l’existence d’une sélection implicite basée sur la capacité des individus à abandonner certains marqueurs sociaux distinctifs, comme ceux liés à un mode de consommation jugé non responsable. L’élaboration de « normes pratiques » est préférée aux « valeurs » trop connotées culturellement ou aux « intérêts » trop rationalistes. Ces normes correspondent à « des régulations sociales fines, invisibles, implicites, souterraines » (p. 149) ; lorsqu’elles sont positives on y retrouve les pratiques liées à la nature aux spiritualités inspirées par des sagesses ancestrales ou encore le faire soi-même. Lorsqu’elles sont négatives, ces normes peuvent être liées aux formes de consommation et de divertissement de masse ou à la spiritualité d’inspiration monothéiste. Le terme « collectif » est, dans cet univers, utilisé comme une alternative à la dénomination de « communauté ». Pour l’autrice ce refus d’être assimilé à une « communauté » n’est pas seulement un prisme français lié à des considérations d’ordre linguistique et culturel, mais aussi la traduction d’une différence de taille, car ces collectifs « se veulent une conjonction d’engagements individuels plutôt qu’une forme d’identité alternative homogène » (p. 163). Lorsque Aurianne Stroude s’attarde sur l’étude de la trajectoire des personnes qui s’engagent dans un mode de vie alternatif, nous découvrons qu’il ne s’agit pas de simples bifurcations puisque ces dernières ne recherchent pas forcément une nouvelle situation stable ; au contraire elles font le choix de se laisser guider par des expériences multiples sans avoir un but unique et précis à atteindre. L’autrice mobilise la théorie de l’agir poïétique proposé par Marc-Henry Soulet2 pour expliquer comment la population étudiée construit son action au présent en acceptant les contingences liées aux incertitudes des évènements à venir. Cette théorie s’établit par le cumul de caractéristiques spécifiques comme par exemple : la construction simultanée des buts et des ressources, l’établissement de formes de légitimité au cours de l’action, l’investissement complet dans l’action y compris en tant que personne mais aussi l’absence de linéarité, remplacée par des oscillations temporelles (p. 194).

4Dans sa conclusion, Aurianne Stroude explicite la mutation du processus de distanciation en paradigme de transition. La transition désigne ici une dimension évolutive et ouverte de l’engagement des individus dans un changement de vie. L’ouvrage se termine sur la proposition de « resignifier le politique » c’est-à-dire « ce que veut dire habiter, consommer, respirer, se déplacer ou se réunir en termes de rapports de pouvoir » (p. 236). L’annexe méthodologique constitue un matériau très précieux qui dévoile dans l’approche d’Aurianne Stroude un jeu subtil de balancier ou de « mouvement continuel entre ancrage et conceptualisation » qui peut rappeler à certains égards la trajectoire des personnes qui ont fait l’objet de son ouvrage (p. 263).

  • 3 Pruvost Geneviève, Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance, Paris, La Découverte, 202 (...)

5Pour conclure, nous pouvons néanmoins pointer l’absence de prise en compte de la problématique du genre en lien avec la question de la transition écologique, qui a pourtant donné lieu à une importante production en sciences sociales ces dernières années. La lecture du dernier ouvrage de Geneviève Pruvost3 qui consacre un chapitre important à l’écoféminisme, peut être un complément intéressant pour les lecteurs qui veulent approfondir leurs connaissances sur ce sujet.

Haut de page

Notes

1 Rob Hopkins est un enseignant en permaculture qui a conçu avec ses étudiants en 2005 un modèle de transition visant à inciter des citoyens à mettre en place des solutions concrètes prenant au sérieux les risques cumulés de la pénurie programmée d’énergie fossile et du dérèglement climatique. Aujourd’hui le mouvement inspiré par R. Hopkins regroupe 2 000 initiatives dans 50 pays du monde (cf. https://www.entransition.fr).

2 Soulet Marc-Henry, « Le travail social, une activité d’auto-conception professionnelle en situation d’incertitude », SociologieS, Dossiers, 2016, p. 1-17.

3 Pruvost Geneviève, Quotidien politique. Féminisme, écologie, subsistance, Paris, La Découverte, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrino Graceffa, « Aurianne Stroude, Vivre plus simplement. Analyse sociologique de la distanciation normative », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51233 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51233

Haut de page

Rédacteur

Sandrino Graceffa

Après une longue expérience de dirigeant d’entreprises coopératives, Sandrino Graceffa se consacre aujourd’hui à une thèse de sociologie sur les travailleurs autonomes. Il est membre du Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE) - UMR 3320 CNRS et Conservatoire national des arts et métiers.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search