Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Yannick Rumpala, Cyberpunk’s Not ...

Yannick Rumpala, Cyberpunk’s Not Dead. Laboratoire d’un futur entre technocapitalisme et posthumanité

Thomas Michaud
Cyberpunk's Not Dead
Yannick Rumpala, Cyberpunk's Not Dead. Laboratoire d’un futur entre technocapitalisme et post-humanité, Saint-Mammes, Le Bélial, 2021, 256 p., illustrations de Cedric Bucaille, ISBN : 978-2-84344-984-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le politologue Yannick Rumpala s’est spécialisé dans l’étude de la science-fiction et a établi des connexions entre cet imaginaire et sa discipline universitaire. Il a aussi développé dans plusieurs articles une réflexion sur les relations entre science-fiction et prospective. Son ouvrage précédent, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur (Champ Vallon, 2018) s’intéressait à l’imaginaire écologique et à la fiction climatique. Il a rencontré un certain succès chez les spécialistes de science fiction studies. Ce nouvel ouvrage est consacré au courant cyberpunk, apparu dans les années 1980, et qui assure la synthèse des thématiques de la cybernétique et de l’esthétique punk, traitant notamment de l’impact des technologies de l’information sur les individus et la société dans un futur proche. La plupart des exemples et des citations du livre sont d’ailleurs tirés d’une lecture détaillée et experte de Neuromancien (1983), roman phare de William Gibson, un des pères fondateurs du courant.

2L’auteur rappelle qu’au moment de la rédaction de leurs œuvres, les auteurs cyberpunks situaient l’action des fictions aux alentours de 2030. Yannick Rumpala estime que, « comme une boucle temporelle qui se resserre, ce futur a fini par paraitre terriblement proche » (p. 17). Il rappelle quatre thèmes centraux du courant : l’émergence d’une économie de l’information révolutionnaire, l’hypermarchandisation, la prolifération de réalités recréées et la possibilité de télécharger les consciences au profit d’une existence virtuelle. Ainsi, l’ambition de Yannick Rumpala n’est pas d’affirmer que le monde contemporain a réalisé par l’innovation l’imaginaire cyberpunk, et notamment les nombreuses technologies proposées dans les romans et les films, par exemple de réalité virtuelle. Cette opinion est en effet très répandue chez de nombreux fans. Il envisage plutôt d’expliquer que ce courant permet de mieux comprendre certains phénomènes étudiés par les sciences humaines et sociales. Comme dans le monde décrit par les cyberpunks, l’économie serait ainsi devenue cybernétisée et posthumaine sous l’influence de l’intelligence artificielle. Ainsi, le courant « constitue une réponse (plutôt désenchantée) aux interrogations diffuses sur le devenir d’un technocapitalisme émergent et sur ses implications pour la condition humaine » (p. 24).

  • 1 Les hackerspaces, laboratoires ouverts en français, sont des tiers lieux où des individus collabore (...)
  • 2 Les makerspaces sont une évolution des hackerspaces. Ils permettent notamment de créer des communau (...)

3L’auteur commence par s’interroger sur la question des technologies dans les œuvres cyberpunks. Les électrodes, les puces crâniennes, les prothèses cybernétisées et la réalité virtuelle peuplent les récits et génèrent de fortes mutations sociales. Le genre cyberpunk est présenté comme un « laboratoire pour une sociologie expérimentale des usages de nouveaux dispositifs, appareils, machines, etc. » (p. 33). Les romans cyberpunks abordent essentiellement le thème la connexion cerveau-machine et sont en rupture avec es courants précédents, traitant le plus souvent de téléportation, de voyages interstellaires et de colonisation de planètes grâce à d’imposants vaisseaux. Les héros cyberpunks pratiquent l’art du détournement des technologies, se les approprient et définissent de nouveaux usages, témoignant d’une forme de mentalité innovante et souvent rebelle à l’encontre des multinationales qui les développent et les commercialisent. Cet état d’esprit se retrouve dans les hackerspaces1 et makerspaces2, des espaces gérés collectivement desquels émergent souvent de nouveaux usages et de nouvelles technologies issus d’expériences originales éloignées du capitalisme et de la recherche et développement traditionnels. On retrouve les valeurs du DIY (Do it yourself) propres au courant punk dans cette pratique du détournement.

4Dans le chapitre 3, Yannick Rumpala aborde le thème de l’économie politique cyberpunk. Il explique que « parcourir les univers cyberpunks donne l’impression de se trouver au cœur d’un passage à un autre stade du capitalisme » (p. 71). L’économie est dominée par des mégacorporations qui exercent une forme de technocapitalisme dans lequel la technologie devient capital et où le capital dépend de plus en plus d’une médiation technologique. La tendance à développer une industrie en orbite terrestre est évoquée pour souligner que cette vision cyberpunk tend à être réalisée par Jeff Bezos, qui souhaite déplacer l’industrie lourde dans l’espace. Ainsi, les multinationales remplacent les bureaucraties des œuvres de science-fiction antérieures, comme cadres de la dystopie. Les œuvres cyberpunks dépeignent un capitalisme néfaste à l’humanité, constituant une métaphore de la réalité quotidienne de leurs auteurs des années 1980-1990. Par ailleurs, « le cyberpunk émet l’hypothèse implicite que les plus aisés seraient logiquement les principaux utilisateurs de [la] technique [ de cryogénisation]. Et c’est ainsi que la posthumanité parait venir comme un aboutissement de l’évolution capitaliste » (p. 91). Les cyberpunks semblent réaliser un monde libertarien, ce qui est pour Rumpala la preuve d’un désenchantement de ces écrivains. Ainsi, la littérature cyberpunk décrirait un « capitalisme de l’IA réellement existant » (p. 99). Ce système productif est analysé comme anti-utopique et l’auteur y voit la cristallisation des pires vices d’un capitalisme condamné comme profondément immoral.

5Puis, Yannick Rumpala s’intéresse à la manière dont les cyberpunks représentent l’urbanité technologisée et semblent dénoncer un cyber-fascisme qui menace les temps futurs. La violence est omniprésente et il est question d’une « urbanisation cyborg » (p. 106) pour définir les modalités d’organisation sociale de ce futur proche, régi par la technologie. Les personnages évoluent dans des mégalopoles gigantesques, ces fictions reflétant la vie et la psychologie des grandes villes. Un mal-être et une surpopulation ressortent de ces récits qui apportent un témoignage complémentaire à la sociologie urbaine pour comprendre les mentalités des habitants des mégalopoles. Si les auteurs cyberpunks sont désignés comme pessimistes sur l’avenir de la civilisation urbaine, Rumpala estime que le courant « fonctionne comme un laboratoire du devenir des espaces urbains » (p. 124). Les cyberpunks extrapolent les mutations du corps vers une condition posthumaine à travers la figure du cyborg. Les personnages subissent souvent des mutations artificielles qui les éloignent de leur condition biologique. L’acte ultime de décorporéisation est le transfert de la conscience dans les mondes virtuels. L’auteur considère que le regard des cyberpunks sur cet univers futur est ambigu, dans la mesure où il ne permet pas de le percevoir comme un monde meilleur, mais plutôt comme une société constituée de contraintes d’un nouvel ordre, ne menant pas forcément au bonheur.

6Par la suite, Yannick Rumpala s’interroge sur les mondes sociaux décrits dans ces œuvres. Il établit que les mondes cyberpunks radicalisent les inégalités sociales et mettent en scène des acteurs touchés par la précarité, alors que d’autres, très aisés, vivent dans un environnement protégé. Le néolibéralisme est désigné responsable de cette situation moralement condamnable, dans laquelle le progrès technologique n’est pas accompagné de progrès social. Les romans cyberpunks explorent ainsi les marges de la société et en révèlent les travers. Ces œuvres constituent une métaphore de la compétition néolibérale et des dommages qu’elle cause sur le cyber-prolétariat. L’Amérique de Reagan et ses valeurs sont pointées du doigt dans ces récits.

7L’auteur étudie aussi le concept de cyberespace, introduit par William Gibson en 1982 dans la nouvelle « Burning Chrome ». Il désigne un « espace généré par des systèmes informatiques et donnant accès non seulement à des flux de données, mais aussi à un second ordre d’expérience en son sein et en dehors du monde physique » (p. 175). Cette vision, qui l’a fait passer à la postérité, fut inspirée par le spectacle des joueurs de jeux d’arcade. Dans la nouvelle, les personnages ne pensent qu’à se connecter aux mondes virtuels, soumis à une pratique addictive. Cela pose la question du sens de l’existence, quand les individus passent l’essentiellement de leur vie dans des simulations. Le cyberespace est présenté comme une nouvelle frontière et le hacker est comparé à un cow-boy ou à un drogué. Certains personnages migrent même définitivement dans le cyberespace.

8En conclusion, Yannick Rumpala estime que le courant cyberpunk « déploie largement des traits dystopiques » (p. 200), révélant les travers d’une innovation exacerbée qui mène à la déshumanisation des personnages et à la précarisation extrême des conditions de vie. S’interrogeant sur la dimension utopique ou contre-utopique du courant, il conclut son analyse par une question : le cyberpunk est-il une utopie pour les riches et une dystopie pour les pauvres ?

9Ce livre est une étude complète du courant cyberpunk, avec bon nombre de références à des articles académiques sur le sujet. Nous pouvons toutefois regretter le manque de variété des œuvres de fiction citées, Yannick Rumpala se focalisant essentiellement sur William Gibson, et plus particulièrement sur Neuromancien. De plus, les postcyberpunks ne sont pas étudiés, et des films comme Blade Runner ou Matrix, pourtant fondamentaux, ne sont que faiblement cités. Enfin, nous pouvons nous interroger sur la qualification de dystopique du courant, alors que les romans de Gibson ont inspiré bon nombre d’informaticiens et d’entrepreneurs de la Silicon Valley depuis les années 1980, motivés par la perspective de réaliser des technologies issues de ces fictions.

Haut de page

Notes

1 Les hackerspaces, laboratoires ouverts en français, sont des tiers lieux où des individus collaborent et partagent des connaissances, notamment dans le domaine de l’informatique, des sciences et des arts, afin de développer par exemple des logiciels libres.

2 Les makerspaces sont une évolution des hackerspaces. Ils permettent notamment de créer des communautés autour d’outils de fabrication qui permettent de prototyper et de créer des objets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Yannick Rumpala, Cyberpunk’s Not Dead. Laboratoire d’un futur entre technocapitalisme et posthumanité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2021, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51240 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51240

Haut de page

Rédacteur

Thomas Michaud

Docteur en sciences de gestion et MBA. Il s’intéresse à l’influence de la science-fiction sur les processus d’innovation et à la prospective.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search