Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Muriel Darmon, Réparer les cervea...

Muriel Darmon, Réparer les cerveaux. Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC

Aurélien Raynaud
Réparer les cerveaux
Muriel Darmon, Réparer les cerveaux. Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2021, 317 p., ISBN : 978-2-348-06797-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2003.
  • 2 Émile Durkheim, Le Suicide. Étude de sociologie, Paris, PUF, 1897.
  • 3 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

1Comment la sociologie peut-elle contribuer à éclairer la compréhension des pertes et des récupérations consécutives à un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) ? Telle est la question insolite à laquelle s’atèle ici Muriel Darmon. Le présent ouvrage s’inscrit dans la continuité du précédent travail réalisé par l’auteure sur l’anorexie1. Il s’agit d’étudier en sociologue un objet de recherche a priori étranger au domaine de compétence de la sociologie et dont l’étude est de fait monopolisée par d’autres disciplines scientifiques ; en l’occurrence les neurosciences cognitives. Muriel Darmon revendique avec force la légitimité des sciences sociales à traiter de front, c’est-à-dire avec leurs propres démarches, approches, enjeux théoriques, concepts, méthodes, etc., des phénomènes présumés strictement biologiques ou cérébraux. En développant une « sociologie des pertes et des récupérations post-AVC », c’est la structuration sociale des cerveaux que l’auteure entend mettre en évidence. S’appuyant sur une enquête ethnographique conduite durant plusieurs mois dans le service de neurologie d’un hôpital universitaire et dans deux centres de rééducation, Muriel Darmon s’attache à montrer qu’en matière d’AVC, le social conditionne non seulement l’atteinte biologique elle-même, mais également l’adaptation des individus aux handicaps qui en résultent et les processus de réapprentissage consécutifs. Refusant de rester à la périphérie du neurologique, elle invite à penser le social et le biologique comme deux réalités fortement intriquées, le social ayant des effets biologiques. On le voit, l’entreprise, qui se place dans la filiation des travaux de Durkheim sur le suicide2 ou de Maurice Halbwachs sur la mémoire collective3, est ambitieuse et sociologiquement exaltante.

2L’ouvrage s’organise en six chapitres qui ouvrent progressivement la « boîte noire du neurologique (p. 25) ». Les deux premiers abordent l’objet d’une façon sociologiquement assez classique. Le chapitre 1 traite tout d’abord des façons diverses dont l’AVC est vécu et raconté par les malades. À travers l’analyse de six livres de témoignage de victimes d’AVC, l’auteure met notamment en évidence les différences notables qui structurent les récits selon les positions et trajectoires sociales des malades. Le chapitre 2 s’intéresse ensuite, par le recours aux études quantitatives disponibles, aux inégalités de classe et de genre face à l’AVC. La classe sociale se révèle une variable déterminante. Toutes les données disponibles montrent que les classes populaires sont davantage touchées par l’AVC que les classes supérieures. Elles connaissent en outre des formes plus sévères, récupèrent moins bien des suites de l’accident et en meurent plus souvent. Le genre joue aussi significativement. Du fait de leur espérance de vie plus longue, et compte tenu du fait que les risques d’AVC croissent avec l’âge, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à en être victimes. Surtout, elles tendent à subir davantage de séquelles et elles meurent davantage de l’AVC, cela quel que soit l’âge.

3À partir du troisième chapitre, Muriel Darmon nous fait progressivement entrer dans les têtes des malades. Le chapitre 3 se présente comme un essai de sociologie de la perte post-AVC. Il s’agit d’analyser comment sont perçues, interprétées, évaluées, mesurées les pertes des patients. Darmon montre que le travail de mesure des déficits, en particulier cognitifs, est loin de se réduire à l’analyse objective des IRM des cerveaux des patients, mais repose pour une bonne part sur l’examen clinique. Or celui-ci engage largement le sens pratique et les « catégories usuelles de perception et de jugement (p. 108) » des soignants. Darmon parle de ce fait d’un « jugement social du cognitif (p. 109) ». Elle montre par exemple que certains comportements déviants vis-à-vis des normes hospitalières de genre ou de classe peuvent être identifiés par les équipes médicales comme des effets cognitifs de l’AVC alors qu’ils constituent plutôt des manières d’être habituelles d’individus issus des classes populaires. En matière de langage, des manières populaires de parler (par exemple en « mangeant » les mots) peuvent conduire les médecins à identifier à tort des pertes cognitives, tandis que l’aisance langagière de patients issus des catégories moyennes et supérieures, qui leur permet de réussir les tests auxquels ils sont soumis, peuvent conduire les médecins à passer à côté de pertes bien réelles. La culture de classe et le capital culturel peuvent ainsi très concrètement brouiller l’évaluation des pertes.

4Le chapitre 4 décortique les mécanismes de valorisation différentielle des patients, de leurs pertes et de leurs récupérations, mécanismes qui débouchent sur des prises en charge différenciées et, à terme, sur des écarts significatifs de récupération des suites de l’AVC. S’appuyant sur la notion classique en sociologie de la santé de « valeur sociale des patients », Darmon montre tout d’abord que les victimes d’AVC ne sont pas perçues dans les services de neurologie et de rééducation comme ayant toutes la même « valeur », au sens où toutes ne représentent pas la même perte sociale et ne présentent pas le même degré de motivation pour les soignants. Ainsi des critères de classe, des critères moraux (responsabilités familiales, présence des proches, style de vie consommation d’alcool, de tabac ou, à l’inverse, pratique sportive intensive, etc.), l’âge, etc., structurent les représentations des soignants et modulent les efforts médicaux que ceux-ci engagent. Des valeurs sociales différenciées sont également attribuées aux pertes et aux récupérations. Tout un travail social, réalisé à la fois par les professionnels, les malades et leur famille et influencé notamment par l’appartenance de classe et le genre, consiste à donner plus ou moins de valeur aux déficits consécutifs à l’AVC et, de la sorte, à engager un programme plus ou moins ambitieux de récupération des pertes identifiées. Par exemple, la perte des compétences liées à la sphère professionnelle est plus souvent déplorée par les hommes tandis que les pertes liées à l’exercice de leur rôle familial sont souvent perçues comme les plus cruciales pour les femmes. Il en résulte des projets de rééducation qui ne portent pas sur les mêmes capacités, ceux des femmes ayant tendance à être plus limités, ce qui génère des inégalités de genre dans la récupération. De même, les patients issus des classes supérieures sont plus à mêmes de valoriser auprès des équipes médicales l’enjeu de la récupération de leurs pertes. En outre, plus en phase avec les manières d’être, de faire et de penser d’un corps médical avec lequel ils entretiennent une connivence de classe, ils tendent aussi à être plus volontaristes et engagés dans leur projet de rééducation. Ainsi se construisent socialement des inégalités de récupération irréductibles à l’atteinte neurologique initiale. D’une certaine manière, la rééducation, en donnant plus à ceux qui ont plus et « valent » plus, contribue à reproduire dans la maladie des inégalités sociales existant par ailleurs.

  • 4 Guy Vincent, Bernard Lahire et Daniel Thin, « Sur l’histoire et la théorie de la forme scolaire », (...)

5Les deux derniers chapitres s’intéressent aux déterminants sociaux de la récupération. Le chapitre 5, l’un des plus stimulants de l’ouvrage, est une belle contribution à l’étude de la généralisation de la forme scolaire dans les sociétés contemporaines. Darmon montre en effet que le dispositif et le processus de rééducation reproduisent la forme scolaire4 : organisation rationnelle du temps et de l’espace, exercices formalisés, évaluation régulière, usage constant de l’écrit, progression des apprentissages, etc. Réussir sa rééducation suppose ainsi des compétences et des dispositions spécifiques (rapport objectivé au langage, compétences scripturales, dispositions à la planification et à la rationalisation, dispositions ascétiques, etc.) qui ne sont pas aléatoirement distribuées dans l’espace social mais dont l’acquisition est étroitement corrélée à la position sociale et à la trajectoire scolaire. Comme le dit fort bien Muriel Darmon, le « bon patient » doit avant tout être un « bon élève », avec tout ce que cela suppose de docilité et de bonne volonté à l’égard de l’entreprise institutionnelle de rééducation. Cet ancrage social de la rééducation contribue à reproduire et amplifier les inégalités sociales face à l’AVC. En effet, faute de dispositions adéquates, les patients les plus éloignés de la culture scolaire sont souvent placés en situation d’échec. Le travail rééducatif, ayant moins prise sur eux, est moins efficace. A contrario, les patients à fort capital scolaire possèdent les dispositions propices au plein exercice de l’entreprise rééducative. Ces inégalités sont par ailleurs amplifiées par les croyances différenciées selon la classe en l’efficacité du pouvoir institutionnel et la possibilité d’une action efficace sur le corps. Darmon met ainsi en évidence une opposition – déjà observée sur d’autres terrains – entre le volontarisme des classes supérieures et le fatalisme des classes populaires. Loin d’être effacé par l’AVC, le passé incorporé des malades survit à la maladie. Plus encore, il en détermine les effets.

6Finalement, le propos de l’ouvrage se révèle extrêmement convaincant. Robuste contribution à la sociologie des inégalités de classe et de genre et à la sociologie de la socialisation, il constitue en outre un excellente démonstration empirique de la porosité du biologique et du social. Dans une période où la scientificité et l’utilité de la sociologie sont régulièrement mises en cause et où certains sociologues voient l’avenir de la discipline dans sa dilution dans une interdisciplinarité douteuse, le livre de Muriel Darmon est au fond un plaidoyer pour une sociologie conquérante. Il démontre la capacité de la discipline à éclairer des réalités que l’on pourrait un peu trop vite penser lui échapper.

Haut de page

Notes

1 Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2003.

2 Émile Durkheim, Le Suicide. Étude de sociologie, Paris, PUF, 1897.

3 Maurice Halbwachs, La Mémoire collective, Paris, PUF, 1950.

4 Guy Vincent, Bernard Lahire et Daniel Thin, « Sur l’histoire et la théorie de la forme scolaire », in Guy Vincent (dir.), L’École prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, PUL, 1994, p. 11-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Muriel Darmon, Réparer les cerveaux. Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51245

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Docteur en sociologie, membre du Centre Max Weber, Équipe DPCS (Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search