Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2021Sophie Blanchard, Jean Estebanez,...

Sophie Blanchard, Jean Estebanez, Fabrice Ripoll, Géographie sociale. Approches, concepts, exemples

Clément Nicolle
Géographie sociale
Sophie Blanchard, Jean Estebanez, Fabrice Ripoll, Géographie sociale. Approches, concepts, exemples, Malakoff, Armand Colin, coll. « Cursus », 2021, 224 p., ISBN : 978-2-200-62735-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce manuel de géographie sociale prend le relai des ouvrages publiés chez le même éditeur dans les années 1990, et plus qu’une actualisation, propose une perspective nouvelle sur ce champ de recherche. Fins spécialistes de ces questions du fait de leurs travaux et des enseignements qu’ils livrent à l’Université Paris­-Est-Créteil, les trois auteur·ices revendiquent un positionnement fortement interdisciplinaire, ancré en géographie mais ouvert sur les sciences sociales en général. Leur objectif est d’étudier la « dimension spatiale des inégalités et des rapports de domination » (p. 46), l’espace étant conçu comme une dimension propre du monde social, et donc consubstantiel à celui-ci. La spatialité des rapports de classe, de sexe et de race constitue l’un des principaux fils directeurs du manuel, tandis que l’interdisciplinarité revendiquée se retrouve largement dans la bibliographie où cohabitent nombre de sociologues aux côtés des géographes.

2La première partie de l’ouvrage a pour objectif d’expliquer et de situer les origines et spécificités de ce champ de recherche. Le premier chapitre (« Pourquoi une géographie sociale ») explicite de manière très claire le contexte des années 1960 et 1970. Durant cette période la géographie française voit son objet historique – l’étude des interfaces entre nature et société – fortement remis en cause par l’émergence de nouvelles approches que sont l’intérêt pour les individus et de leur rapport au monde, la géographie quantitative, ou encore la géographie radicale nourrie par le marxisme. Le deuxième chapitre (« Approches, grilles d’analyse et principaux concepts ») mobilise et définit des concepts classiques de la sociologie – socialisation, trajectoires, les différents capitaux sociaux – entendus comme autant de clés pour comprendre les dynamiques d’appropriation de l’espace et les différentes échelles auxquelles se déploient les phénomènes sociaux. Le chapitre 3 (« Les méthodes en géographie sociale ») développe l’idée désormais classique d’un pluralisme méthodologique et offre quelques exemples d’approches mixtes, qualitatives et quantitatives. Chose moins fréquente dans un manuel de géographie, il invite également à faire preuve de réflexivité, en rappelant toute enquête est le fait d’un enquêteur ou d’une enquêtrice situé·e socialement, ce qui implique de prendre en compte le décalage éventuel avec les populations étudiées et son impact potentiel. Cette réflexivité se manifeste également dans la volonté de donner au lecteur des clés de compréhension de sa propre trajectoire : ainsi, dans le chapitre 4, les enjeux socio-spatiaux du système scolaire français sont largement développés afin « de permettre aux étudiants de mieux connaitre le système éducatif où ils ont été formés et dans lequel ils ont passé au moins une quinzaine d’années » (p. 78).

3La deuxième partie du manuel propose une « géographie des trajectoires et des positions sociales », et s’articule autour de quatre chapitres thématiques. Le chapitre 4, consacré aux trajectoires scolaires, développe ainsi les liens entre trajectoires scolaires, inégalités sociales et géographie scolaire. Il montre par exemple comment le choix ou l’absence de choix vis-à-vis des établissements scolaires, liés à une socialisation de classe, se combinent avec les inégalités géographiques dans la distribution des différents établissements scolaires et universitaires. Le chapitre 5 (« Les espaces du travail ») fait le point sur les multiples spatialités du temps travaillé, en montrant par exemple comment la division internationale du travail s’appuie sur des inégalités qui se déclinent à toutes les échelles, et pas seulement à l’échelle mondiale, mais aussi comment l’organisation spatiale des lieux de travail reflète les multiples inégalités qui structurent le marché de l’emploi. Le chapitre 6 complète le précédent, puisqu’il est consacré aux espaces du temps libre. Partant du constat que temps libre et loisirs, tourisme inclus, « sont socialement inégaux, en termes d’accessibilité comme de pratique » (p. 112), les auteur·ices montrent que les lieux dans lesquels ils prennent place participent à l’apprentissage et la reproduction des normes sociales qui structurent les sociétés. Les espaces du temps libre constituent ainsi des instances de socialisation particulièrement fortes. Le chapitre 7, enfin, s’intéresse aux migrations internationales avec notamment pour objectif de montrer comment rapports de genre, classe, et race influent considérablement sur les trajectoires des migrants, et de fait sur les formes que prennent ces migrations.

4La troisième partie a pour objet « l’espace comme cadre et enjeu des rapports sociaux ». Le chapitre 8 est ainsi consacré aux espaces publics : fruit de configurations sociales et géographiques spécifiques, ils sont régis par des normes et des usages qui de fait excluent certains groupes ou certaines populations. Le chapitre 9 s’intéresse à la question du logement : est abordée la thématique de la ségrégation résidentielle, ainsi que celle des rapports de pouvoir au sein des espaces domestiques. Le chapitre 10, enfin, est lui consacré à la dimension spatiale des mobilisations collectives et montre comment l’entrée par la géographie s’avère efficace pour comprendre luttes et conflits, que ceux-ci aient pour enjeu un espace précis ou non.

  • 1 Pauline Guinard, Géographies culturelles. Objets, concepts, méthodes. Armand Colin, 2019.

5Ces chapitres thématiques donnent un vaste panorama des objets dont s’est saisie la géographie sociale. Les nombreux exemples développés ainsi que la définition précise de chaque terme et des notions utilisées font de ce manuel un outil efficace pour les étudiant·es en licence, géographes ou non. Plus encore, la démarche interdisciplinaire, à la croisée de la géographie et de la sociologie, apparaît relativement originale, et finalement assez rare, pour ce type de publication disciplinaire. On pourrait reprocher à ce manuel de ne pas aborder la rivalité entre géographie sociale et géographie culturelle, forte dans les années 1990. C’est peut-être toutefois le signe le plus net l’affaiblissement de cette opposition, tant les deux courants se sont construits sur des constats similaires. À cet égard, on pourra conseilleur aux lecteurs et aux lectrices le manuel de Pauline Guinard, consacré aux Géographies culturelles1, et publié dans la même collection en 2019 : au-delà des différences dans les thématiques traitées, la lecture croisée de ces deux ouvrages s’avère très complémentaire et offre un large panorama de la manière dont la géographie contemporaine se saisit d’une multitude d’approches du monde social.

Haut de page

Notes

1 Pauline Guinard, Géographies culturelles. Objets, concepts, méthodes. Armand Colin, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Nicolle, « Sophie Blanchard, Jean Estebanez, Fabrice Ripoll, Géographie sociale. Approches, concepts, exemples », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 septembre 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/51263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.51263

Haut de page

Rédacteur

Clément Nicolle

Doctorant en Géographie, Université Paris 1 Panthéon·Sorbonne, UMR Géographie·cités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search